Préface

Pape Jean Paul II

Évêques

Témoignages (#1)

Témoignages (#2)

Témoignages (#3)

Témoignages (#4)

Témoignages (#5)

Témoignages (#6)

Témoignages (#7)

Le livre   "Oh, Quel merveilleux Amour
(par le Père Aloysio Chang Hong-Bin)


Témoignages de juin 1995 à février 1998

"LES 'FAITS ET SIGNES' des 30 juin et 1er juillet 1995"
Rapport écrit par Julio KIM MAN-BOK,  et présenté par le Père Julio Kim Mung-U et par le Curé à l'Archevêque de Kwangju, Mgr Victorino Youn.
Rapport rédigé à la demande du Père Raymond Spies, Ville de Naju, Corée du Sud.
(Les Signes reçus le 30 juin 1995 et le 1er juillet 1995)

 

"LA VIERGE DES LARMES DE NAJU"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (13 octobre 1995)

 

"Lettre adressée à Mgr Youn, Archevêque de Kwangju "
Par Mgr Roman Danylak, Evêque titulaire de Nyssa, Administrateur Apostolique de l'Eparchie de Toronto.

 

"QUE SE PASSA-T-IL APRES LA MESSE DU 4 FEVRIER 1988 ?"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (13 mars 1997)

 

"UN RAPPORT SUR LES EVENEMENTS QUI SE SONT PRODUITS A NAJU LE 1 JUILLET 1996" : Le Miracle Eucharistique et les stigmates que Julia reçut le 1er juillet 1996.
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (août 1996)

 

"Traduction de la lettre adressée par Mgr Dominic Su, Evêque de Sibu, Sarawak, Malaisie à une des Autorités ecclésiales de Corée du Sud" (8 novembre 1996)

 

"Jeudi 12 juin 1997 : Un évêque de Corée (et coréen) fut autorisé à venir prier devant la Statue de la Vierge des Larmes, à Naju"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (jeudi 12 juin 1997) 

 

"LE MIRACLE EUCHARISTIQUE DU 27 AOUT 1997"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (août 1997)

 

"Annexe (Note de Julia) au Message du 2 février 1998" 
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (février 1998)

 

"Notes (Message de Jésus du 3 avril 1999) du Père Spies"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (avril 1999)

 

"Note du message du 12 juin 2000"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (juin 2000) 

 



 
"LES 'FAITS ET SIGNES' des 30 juin et 1er juillet 1995"
Rapport écrit par Julio KIM MAN-BOK, marie de Julia et présenté au Curé de la paroisse du Saint-Rosaire, à Naju, le Père Julio Kim Mung-U et par le Curé à l'Archevêque de Kwangju, Mgr Victorino Youn.
Rapport rédigé à la demande du Père Raymond Spies, Ville de Naju, Corée du Sud.
(Les Signes reçus le 30 juin 1995 à l'occasion du 10e anniversaire des premières larmes de la Vierge et les Signes Eucharistiques reçus le 1er juillet 1995)
 
Je tiens à rédiger ce document pour attester des faits que j'ai vus, du 30 juin au 2 juillet 1995.

1. Le signe du soleil

Le 30 juin 1995, nous conformant à l'ordre de l'Archevêque de nous abstenir de toute célébration ou cérémonie spéciale à l'occasion du 10e anniversaire des premières larmes de la Vierge de Naju, nous étions en train de réciter le chapelet avec les pèlerins, mais chacun priait isolément.

Ce fut vers 4h de l'après-midi que le soleil put être vu à travers les nuages, au-dessus de la Salle de la Vierge. On aurait dit qu'il allait se mettre à pleuvoir. Immédiatement, les pèlerins qui se trouvaient à l'extérieur, n'ayant pas trouvé place dans la Salle, commencèrent à s'agiter et l'un d'eux cria : "Oh, voilà l'hostie !" A ce cri, je me précipitais dehors et je pus, sans en être ébloui, voir le soleil au-dessus du toit de la Salle de la Vierge. Un autre soleil dans le soleil me parut avoir la forme d'une hostie. Il descendait en tournant sur lui-même et semblait palpiter. Il répandait des rayons aux couleurs variées qui descendaient sur le toit de la Salle de la Vierge. Dans "l'hostie", on distinguait plusieurs formes différentes, dont une croix et la lettre Oméga... Un des pèlerins, directeur de l'école primaire de Taichon dans la province de Ch'ungch'ongo-Namdo, regarda avec ses jumelles, il vit une hostie dont les couleurs étaient les cinq couleurs fondamentales.

2. A l'église paroissiale et Naju, lors de la messe de 7h 30 le soir, l'hostie que reçut Julia se changea en sang et en chair. (1)

A ce moment-là, Julia était assise sur le parquet, n'ayant pas trouvé de place sur les bancs déjà occupés par les pèlerins. Julia soutenait un prêtre japonais très âgé (92 ans) qui était assis sur une chaise roulante. Le curé et sept prêtres étrangers concélébraient la messe. (2)

Ayang reçu la communion, Julia revint à sa place. Elle éprouva alors une intense douleur et eut beaucoup de peine à ne pas le montrer. Elle tenait le visage baissé et sanglotait. Peu après, elle sentit que quelque chose d'étrange survenait à l'hostie qu'elle avait en bouche. Ouvrant sa bouche, elle me montra l'hostie pendant quelques secondes ; j'étais assis à côté d'elle. Je vis que sa bouche était pleine de sang.

A ce spectacle, des pèlerins se mirent à s'agiter et l'un d'eux cria : "Voilà du sang !" Ceux qui étaient dans le voisinage de Julia se groupèrent autour d'elle et cela provoqua un moment de tumulte. Comme la messe n'était pas encore finie, le Curé dit d'un ton un peu (3) fâché : "Qu'est-ce que c'est que cela ? Gardez l'ordre ! Vous n'avez pas honte d'agir ainsi devant les étrangers qui vous voient ? Quel avantage cela peut-il procurer à la Vierge de Naju ? La Commission d'enquêtes qui a été formée a commencé son travail. A cause de vos agissements, Naju est en butte à des critiques. L'année prochaine sera le 25e anniversaire de mon ordination ; jusqu'à présent, je n'ai jamais vu une chose pareille. Pourquoi agit ainsi pendant la messe qui est sacrée ? Pour nous, c'est la messe qui est la plus importante. (4)

A ce moment-là, un plus grand nombre de personnes accoururent et se mirent à filmer et à photographier. Le Père Louis Bosmans (5), venu du Canana et qui était au premier rang, fut alerté par ce remue-ménage dans le fond de l'église et accourut près de Julia pour filmer ce qui se passait. Quand la messe fut finie, d'autres personnes, vinrent en grand nombre et purent voir que l'hostie reçue par Julia s'était transformée en chair et en sang. Trois prêtres aussi le constatèrent.

Des personnes dirent que ce serait bien si le Curé pouvait venir constater le fait. Je sortis de l'église pour lui expliquer ce qui venait de se passer mais, déjà, le Père Jerry Orbos, SVD, philippin (6) et Yi Rose, coréenne résidant à Los Angeles (E.U.) étaient en train de lui en parler. Nous désirions que le Curé vienne voir l'hostie changée en chair et en sang. Mais il répondit : "Moi, je crois sans avoir vu" et il ne vint pas. Toutefois, il s'était radouci et déclara qu'il n'avait pas su que Julia fut dans l'église, à ce moment-là ! Je retournai alors auprès de Julia pour l'aider à quitter l'église.

Quand Julia, épuisée et soutenue par moi et une chrétienne, s'excusa auprès du Curé en lui disant : "Je suis vraiment confuse", il répondit : "Conduisez-la vite à la maison pour qu'elle se repose, car elle se sent très mal".

3. Le 1er juillet, à 3h 45, dans un bruit sec, sept hosties descendent du grand crucifix fixé au mur, au-dessus de la Statue de la Vierge. (7)

Des pèlerins qui avaient lu le verdict de l'Archevêque interdisant toute cérémonie spéciale pour le 10 anniversaire quittèrent Naju après une courte visite. Leur nombre représente à peu près la moitié de ceux qui visitèrent Naju ce jour-là. L'autre moitié, environ 150 personnes, resta pour la veillée de prières, certain à l'intérieur, d'autres à l'extérieur. Prières spontanées, silencieuses, sans personne pour guider la prière.

Julia pressentait qu'elle recevrait un signe. Elle priait en tenant la main du Père Su (8). Les heures passaient, nous étions maintenant le 1er juillet (juillet, mois du Précieux Sang de Jésus). Vers 3h 45, Julia vit couler du sang des Plaies causées par la couronne d'épines, et aussi du Coeur de Jésus, suspendu au crucifix au-dessus de la statue de la Vierge qui pleure.

Julia, en voyant le sang se transformer en petites parcelles de pain en forme d'hosties, se leva d'un seul coup en tenant toujours le Père So par la main. Elle tendit l'autre main vers les hosties. Les hosties frôlèrent sa main pour aller ensuite se poser légèrement devant Statue de la Vierge ; il y en avait sept.

Selon des témoins oculaires, des bruits divers furent entendus, un bruit de grêle, un bruit d'averse. Quelqu'un cria : "Voilà des hosties !" A ce cri, j'ai regardé et je vis une hostie blanche qui descendait du côté du diadème de la Statue de la Vierge.

4. L'hostie que Julia reçut dans la soirée de ce 1er juillet se changea en sang. La veillée continuera jusqu'au dimanche matin, 2 juillet.

Julia (9) : "Les faits rapportés ci-après (par Julio) ont été de suite communiqués au Père Spies qui les a transmis au Pro-Nonce Apostolique. Le Pro-Nonce avait désiré que l'on conserve les hosties."

Le 1er juillet, vers 17h, un rapport sur les faits de la matinée (les 7 hosties) fut présenté au Père Julio Kim Mung-U, curé de la paroisse par Lubino Pak. Le Curé me téléphona pour me dire d'absorber d'un coup moi-même les 7 hosties et de lui faire un rapport avant la messe. Comme c'était un samedi et que je devais assister à la messe paroissiale de 19h 30 et que le temps me manquait, je téléphonai de suite au Père Spies pour lui faire savoir l'ordre du Curé.(10)

Après la messe du soir, le Curé me demanda si j'avais pris les hosties avec moi. Je lui répondis que je ne les avais pas avec moi car le Pro-Nonce voulait qu'on les laisse à leur place. Le Curé éleva alors la voix en disant : "Ici, cela dépend de la juridiction de Mgr l'Archevêque de Kwangju et, par conséquent, le Pro-Nonce n'a pas d'ordre à donner. (11) Puis, il contacta l'Archevêque par téléphone qui lui répondit "qu'il avait bien parlé et qu'il avait pris une bonne décision."

L'archevêque donna l'ordre que les 7 hosties soient absorbées avant la fin du jour (12). Le Curé me demanda d'obéir à l'ordre de l'Archevêque. Il ajouta "que si la Vierge demandait pourquoi on avait pris les hosties qu'Elle nous avait données, sans les conserver, je n'aurais qu'à Lui répondre qu'on les avait prises pour obéir à l'Archevêque et qu'Elle me louerait d'avoir bien fait parce que Elle-même a pratiqué l'obéissance. (13)

Le Curé insista pour que nous obéissions à l'ordre reçu. Il ajouta toutefois que nous étions libres d'obéir ou de désobéir. Il n'oublia pas de dire, en plus, que nous serions responsables des conséquences de notre désobéissance au cas où nous enfreindrions les ordres de l'Archevêque.

Je lui fis remarquer qu'en Italie, à Lanciano, l'Eucharistie est conservée depuis des siècles, sous les deux espèces. Corps et Sang et je lui posai la question suivante : "Ne serait-il pas bien de laisser telles quelles, à leur place, les 7 hosties pour les faire examiner afin de voir si ce sont de vraies hosties. Il répondit que si c'était des vraies hosties, on ne pouvait pas les laisser là, devant la Statue, parce qu'une circonstance fâcheuse pouvait survenir, et qu'on risquait d'être responsables d'irrévérence envers l'Eucharistie. (14)

D'autre part, me dit le Curé, on ne pourrait pas garder ces sept hosties avec d'autres hosties consacrées puisqu'il n'est pas prouvé que celles-ci sont consacrées. Il m'avoua qu'il était vraiment perplexe, ne sachant que faire. Pendant que le Curé me parlait, Pak Lubino et Yi Rose, de Los Angeles causaient ensemble, à côté de moi.

A trois, nous retournâmes à l'endroit où tous ces événements s'étaient passés, c'est-à-dire près de la Statue de la Vierge. Nous avons entamé les prières habituelles des veillées des Premiers Samedis (15). Toutes les personnes qui avaient pris part au rendez-vous des prières firent aussi l'Heure d'Adoration devant l'Eucharistie (16).

Etant donné que je suis le chef des chrétiens, il me fallut à 11h le soir prendre part à la réunion d'apostolat de la paroisse. Une fois la réunion terminée, le Curé me demanda "ce que j'avais fait de... tout cela" (17). Je lui répondis que je n'avais pas encore exécuté son ordre car je n'osais pas prendre les hosties entre mes mains. Je lui demandai qu'il me les donne... en communion. Le Curé me redit que je devais les prendre moi-même. Je rétorquai alors que deux prêtres étrangers, qui avaient vu descendre les 7 hosties, étaient à Naju et que je leur demanderais de nous les donner.

Le Curé ne répliqua rien mais insista à nouveau sur le temps limite fixé par l'Archevêque : tout absorber avant la fin du jour. Il m'assura qu'il en ferait un rapport à l'Archevêque après avoir reçu le mien.

(18) Le Père Spies me dit de choisir 7 personnes qui recevraient chacune une des hosties, de photographier en gros plan chaque hostie, de filmer la distribution des hosties, de préparer un registre où les personnes présentes donneraient leur témoignage, de faire tout avec beaucoup de piété, d'exécuter l'ordre avant la fin de la journée afin que l'Archevêque puisse avoir vite en mains le rapport préparé pour lui, montrant que l'obéissance avait été à 100%. Le Père Spies avait insisté aussi pour qu'on donne une copie du rapport au Curé de la paroisse.

La cérémonie de la communion a été exécutée avec gravité et grand respect sous la conduite du P. Su Hyoho, de Singapour et du Père Rit Marshal, philippin, missionnaire au Guam.

Un numéro avait été attribué à chaque hostie. Chacune d'elles fut photographiée de façon à montrer les dessins qui s'y trouvaient. La première hostie fut reçue par le Père Su, on pouvait y distinguer clairement un poisson et une croix ; la 2e par le Père Rit Marchal ; la 3e par Julio Kim, la 4e par Pak Lubino ; la 5e par Ch'oe Laurentio (Lorenzo) ; la 6e par Pak Andrea ; la 7e par Julia.

Moi, je reçus la troisième hostie, elle était un peu épaisse et je sentis une odeur de rose. L'hostie que Julia reçut se transforma en sang rouge foncé. Un petit morceau de chair apparut et gonfla. (19)

Rapport préparé par :
Julio Kim Man-bok, (époux de Julia)
107-29, Naju, Province de Cholla-Namdo
Corée du Sud, Tél. 0613-34-5003
Joseph Paek Yong-du, Directeur de l'école primaire de Taechon
résidant à Shinhuktong, Poryong-shi,
Ch'ungch'ong-Namdo, Corée du Sud, Tél. ... 32-8585.
 

 (1) Notes explicatives du Père Spies. Cela se répéta le vendredi 22 septembre 1995, à la montagne de la Vierge, à Naju lors de la messe célébrée par un évêque venu du Canada : à la communion, l'hostie de Julia se changea en chair puis en sang. De très belles photos furent prises.
(2) La messe fut dite en Coréen.
(3) Julio employa un bien charitable euphémisme. J'ai entendu la voix du Curé enregistrée dans la vidéo tourné par le P. Louis-Bosmans qui filma la transformation eucharistique. La voix du Curé ne venait pas du Ciel ! 
(4) La rudesse du ton humilia beaucoup les prêtres et pèlerins étrangers, mais aussi les coréens qui, eux, comprirent... Il suffisait au Curé de demander la cause de ce brouhaha... Quelqu'un aurait pu être victime d'une crise cardiaque ou d'un autre malaise. Les prêtres avaient baissé la tête, des pèlerins pleuraient. 
(5) Un de mes amis belges, missionnaire au Canada.
(
6) C'est la troisième fois que le P. Jerry Orbos fut témoin. La première fois : le 16 mai 1991, la 2e fois : le 24 septembre 1994, la 3e fois : ce 30 juin 1995.  
(7) Vers la mi-juin, les 3 hebdomadaires catholiques publièrent la décision de l'Archevêque, Mgr Victorino Youn, qui interdisait toute cérémonie en ce 10e anniversaire. Cela enleva aux curieux le désir de venir à Naju. Mais il y eut une veillée de prières dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, au cours de laquelle le Ciel se pencha sur ses enfants humiliés... Je m'attendais à cette réponse céleste... D'autres eurent la même pensée... La "Réponse du Ciel" dépassa même tout ce que nous aurions pu imaginer et espérer. Et elle changea en joie et consolation la peine causée par les "décisions terrestres". Ainsi en fut-il de la Résurrection de Jésus qui dissipa la tristesse et l'abattement des Siens... (Voir le Message que Julia reçut alors)
(8) Le Père Su était venu de Singapour, accompagné d'autres pèlerins. Durant le mois de septembre, son frère, évêque, vint à Naju avec 45 pèlerins et y restèrent plusieurs jours. L'évêque me téléphona et me dit qu'ils passaient des jours de retraite devant la Vierge de Naju. Il vient de donner l'autorisation aux chrétiens de son diocèse de vénérer la Vierge des Larmes de Naju! 
(9) La personne qui a dactylographié le texte de Julia avait omis un passage que Julia souhaita voir inséré : Les faits rapportés ci-après par Julio ont été de suite communiqués au Père Spies qui les fit connaître..." Il ne fut tenu aucun compte du conseil donné par le Pro-Nonce Apostolique. Je dis au Pro-Nonce : "Je pense que le Seigneur et la Vierge donneront une réponse". Elle fut donnée par la Vierge dont la grande Statue versera des larmes de 6h du soir le 1er juillet à 6h du matin le 2 juillet. 
(10) J'ai conseillé à Julio d'attendre, lui disant que j'allais contacter le représentant du Pape et que je lui communiquerais sa réponse immédiatement. Le Pro-Nonce me dit que les sept Hosties devaient rester là où elles s'étaient placées. Il ajouta que le Curé n'avait aucune compétence en la matière. L'autorité revenait à l'Archevêque et à la Commission d'enquêtes.
(11) Je pense que Julio n'avait pas osé rapporter au Curé les paroles du Pro-Nonce qui avait dit que le Curé n'avait pas la faculté d'exiger qu'on lui apporte les 7 hosties.
(12) Il restait peu de temps pour exécuter l'ordre car après la messe, Julio, comme chef des chrétiens, dut prendre part à une réunion dirigée par le Curé. En Corée, le poids d'un certain autoritarisme et des "exigences paroissiales", comme dans le cas présent, pèse bien lourd sur les esprits, les coeurs, la vie des fidèles. Un missionnaire français m'a dit au téléphone "qu'il était effarant de voir comment les églises se vident en Corée..." Je confirmai sa réflexion. 
(13) Je suis bouleversé en voyant la patience, l'humilité de Julio (baptisé en 1981) en face de tant de duretés et de... bien d'autres choses... produits de manques d'amour, de justice, de la part des bergers qui laissent leurs brebis et agneaux, choisis par la Vierge, dans l'abandon le plus complet. Je me dois de les défendre. 
(14) Julio me répéta par téléphone les paroles du Curé qui aurait ajouté : "... et si ce sont de vraies hosties, il faudrait alors les placer dans un tabernacle. Mais sont-ce de vraies hosties ? Pour cela, avale cela toi seul d'un coup...! Julio n'a pas rapporté ces mots dans son rapport adressé à l'Archevêque. 
(
15) Voulus explicitement par la Vierge, à Naju, depuis quelques années. 
(16) Je pense que ce fut devant les sept hosties qui se trouvaient devant la Statue de la Vierge.
(17) Les 7 hosties.
(18) J'avais contacté une seconde fois le Pro-Nonce qui m'indiqua la manière de procéder : rappeler les prêtres étrangers, les pèlerins, se réunir dans la Salle de la Vierge ; un des prêtres distribuerait les hosties ; des photos seraient prises ; les prêtres et les pèlerins écriraient leur témoignage. En revenant du presbytère, Julio n'eut plus qu'à s'insérer dans le groupe... il recevra la 3e hostie, Julia recevra la 7e et dernière hostie. 
(19) Ce signe eucharistique eut comme témoins les 7 personnes qui communièrent et les 84 autres personnes, étrangères et coréennes, qui furent présentes et virent le sang. Elles signèrent le document certifiant qu'elles avaient été témoins des faits et signes donnés par le Ciel. 


 

"LA VIERGE DES LARMES DE NAJU"
Père Raymond Spies, Anyang, Corée (13 octobre 1995)

A la montagne choisie par la Vierge
(à 20 minutes au sud de Naju)
le miracle eucharistique
au cours de la messe célébrée par un év
êque
en présence de dix-huit personnes,
le 22 septembre 1995.

L'hostie se transforme en chair qui
grossit peu à peu, prend la forme
d'un coeur et saigne.
 

Père Spies : "Le jour même, on me fit part de cette nouvelle inattendue et impensable : il y avait eu un miracle eucharistique à la Montagne de la Vierge. C'est la première fois qu'un tel miracle se produit à la Montagne choisie par la Vierge en novembre 1991. Son choix avait été accompagné de plusieurs signes : deux sources, le miracle du soleil, le parfum se dégageant de l'eau...)

Le signe de ce 22 septembre vient confirmer le choix de la Vierge, marque d'un sceau d'une spéciale bénédiction l'endroit choisi, ratifie Son désir d'être près de son Fils Jésus, réellement présent au Tabernacle.

Bien des messes ont déjà été célébrées à cet endroit, mais pas le vendredi 30 juin qui marqua le 10e anniversaire des premières larmes de la Vierge de Naju car l'Archevêque avait interdit toute cérémonie commémorative. Seule la messe communautaire à la paroisse de Naju, à 7h 30 du soir avec le Curé fut autorisée. Il y eut un signe eucharistique.

En ce 22 septembre 1995, la messe fut célébrée par Mgr Roman Danylak, évêque titulaire de Nyssa et Administrateur Apostolique (1) de l'éparchie (2) de Toronto, Canada. Mgr Danylak est d'origine ukrainienne. Ses parents, chrétiens appartenant à l'Eglise Orientale Catholique s'installèrent au Canada où il naquit. Il connaît bien sa langue natale. Le Saint-Siège, en lui confiant l'administration du diocèse de rite latin de Toronto, le fit Administrateur Apostolique selon le rite de l'Eglise Orientale Ukainienne.

J'appris aussi qu'il fut au Vatican, pendant dix ans, membre de la Commission d'enquêtes sur les apparitions, révélations, prophéties, visions, messages. Il est donc un des grands spécialistes en la matière.

Mgr Danylak passa près de trois semaines en Corée du Sud, qu'il quitta le 4 octobre. A son arrivée dans le pays, il rencontra le Pro-Nonce Apostolique. Il eut un pied-à-terre à Mirinae où se trouve le Siège de la Congrégation des Soeurs du Coeur de Marie et où réside la "voyante-prophétesse" Hwang Teresa. Mirinae est aussi un grand centre de pèlerinage aux Martyrs de Corée.

Lors de son passage à Naju auprès de la Vierge des Larmes, le 22 septembre, Mgr Danylak rencontra un des secrétaires privés du Saint-Père (vietnamien)(3). Tous deux furent très surpris de se revoir ; ils se connaissent très bien.

Mgr Danylark était accompagné d'un prêtre très âgé, le R. P. Joseph P. Finn. Tous deux, en compagnie du Père Aloysio Chang Hong-Bin, se rendirent à la Montagne pour y célébrer une messe en présence de Julia, Pak Lubino et quelques autres personnes. Beaucoup de parfum se dégageait de la source de la Vierge.

Lorsque Mgr Danylak donna la communion à Julia, l'hostie se transforma en chair vivante, puis s'épaissit peu à peu et finit par prendre la forme d'un coeur ensanglanté. L'émotion, la joie, la reconnaissance furent grandes. Une vraie foi, un véritable amour entourèrent le signe tout vivant de la Présence réelle de Jésus.

Des photos furent prises par Sebastiano, un grand aimant de la Vierge de Naju. Excellent photographe, il prit de très belles photos.

Le 25 septembre, Mgr Danylak, le R.P. Chang, Julia et Pak Lubino me rendirent visite. La Statue de la Vierge que j'ai dans ma petite chapelle dégagea beaucoup de parfum ce jour-là, dès avant leur arrivée et les enveloppa durant leur visite. Mgr Danylak me dit : "Je peux dire que j'ai vu le Coeur de Jésus." Il compte faire rapport au Saint-Père. Il fera connaître le "fait" au Canada, en Ukraine et traduira les Messages en ukrainien.

Nombreux sont ceux qui craignent de se rendre ridicules "en croyant à ces choses-là" et en se rendant sur place. Seuls les vrais croyants, les vrais aimants, les vrais "Jean" à l'exemple de l'Apôtre Jean près de la Croix, sont présents, seront toujours présents. Mais nombreux sont ceux qui ressemblent aux prêtres, scribes et pharisiens qui se moquaient de Jésus Crucifié, Le raillaient, Lui jetaient des pierres...

Mgr Danylak me raconta qu'en octobre 1991, il prit part au Congrès Marial de Pittsburg, aux Etats-Unis. Julia avait été invitée à Y prendre la parole. Pendant qu'elle parlait de la Vierge des Larmes de Naju, il vit la Vierge apparaître derrière elle... Elle riait quand Julia riait... Il se demanda s'il avait bien vu et questionna ses voisins. Tous répondirent qu'ils avaient aussi vu la Vierge.

Le 2 octobre 1995, je rencontrai le Pro-Nonce de Corée. A cette occasion, je lui remis l'album des photos du miracle eucharistique du 22 septembre.

Au cours de l'après-midi, le Pro-Nonce reçut le Père A. Chang, puis Mgr Roman Danylak.

La Pro-Nonce fut très touché par ce nouveau miracle eucharistique, d'autant plus qu'il se produisit à Naju, en présence de l'évêque de Toronto (4). Ce miracle facilitera l'union entre l'Eglise latine et l'Eglise orientale ukrainienne catholique et autres juridictions, les aidera à accueillir les Appels, les Messages de la Vierge de Naju.

Mgr Danylak avait la traduction anglaise des Messages. Je lui remis la traduction française.

A la Sainte Grâce de Dieu, pour le Triomphe de Jésus et de Marie dans une Eglise purifiée, renouvelée, sanctifiée."

Père Raymond Spies,
le 13 octobre 1995.

Ci-dessous l'adresse de Mgr Roman Dnylak (pour ceux qui souhaiteraient de plus amples renseignements). Mgr Danylak parle l'anglais, l'italien, le français, l'ukrainien.

Mgr Roman Danylak,
Eparchy of Toronto (Ukrainian Catholic)
Apostolic Administrator
Chancery Office
143, Franklin Avenue,
Toronto, Ontario
MGP 3Y9, Canada

Tél : 1-416-538-1436
Fax : 1-416-538-1639

(1) Apostolique : qui concerne le Saint-Siège. Le Nonce Apostolique, le Missionnaire Apostolique, l'Administrateur Apostolique reçoivent leurs pouvoirs directement du Saint-Siège. L'évêque de Toronto, bien qu'âgé de 84 ans, ne veut pas se démettre de sa charge, d'où la présence de l'Administrateur Apostolique.)
(2) Eparchie (du grec euparkhia) : dans l'Empire romain d'Orient, circonscription administrative. Dans l'Eglise Byzantine, subdivision du diocèse. Diocèse d'un évêque ou d'un archevêque. 
(3) Il vénéra avec grande piété la Vierge des Larmes ; ce jour-là, du parfum émanait en abondance de la Statue. Il dit à Julia : "Le Saint-Père m'a demandé de vous dire qu'il respecte la Vierge des larmes de Naju et vous respecte." Le Ciel donnait ainsi, par le Successeur de saint Pierre l'amour et le soutien que le Berger local ne donne pas.
(4) Cette fois-ci, le Ciel ratifiait devant un évêque de rite ukarainien catholique le choix de la Montagne choisie par la Vierge. C'est sur cette Montagne où existe déjà une grande esplanade que la Vierge désire voir érigé le "Sanctuaire de l'Arche du Salut" (voir ses Messages de novembre et décembre 1991).

 

"Lettre adressée à Mgr Youn, Archevêque de Kwangju"
par Mgr Roman Danylak, Evêque titulaire de Nyssa,
Administrateur Apostolique de l'Eparchie de Toronto       
(Le 19 octobre 1995)

Votre Excellence,

Je vous avais écrit le 16 février 1995 pour vous présenter mon premier témoignage suite aux contacts que j'eus avec Julia Kim, et attester du caractère surnaturel des événements vécus par elle. Lors de mon arrivée à Naju le 16 septembre, je vous ai parlé quelques instants au téléphone. Vous ne pouviez pas me rencontrer à cause de votre emploi du temps très chargé.

Je vous écris à nouveau pour vous présenter mon second témoignage de mes observations durant mon séjour à Naju du jeudi 14 septembre jusqu'au samedi 23 septembre 1995. J'y joins une photocopie de ma déposition originale rédigée à Naju le 22 septembre et contre signée par les 16 personnes, présentes à la Messe, ainsi que le texte final de cette déposition.

Avec ces documents, je vous envoie des photos en couleur de moments importants vécus pendant la Messe et la transformation de l'Hostie et du Vin devenant un Coeur de Chair et du Sang. Julia Kim peut vous procurer un album complet de toutes les photos ainsi qu'un film vidéo tourné pendant la célébration eucharistique.

Je considère les événements vécus par Julia, les messages et les phénomènes comme révélation privée. Les messages qu'elle reçoit sont de l'ordre des révélations privées et doivent e^tre discernés par l'Eglise. Les larmes et les larmes de sang versées par la statue de la Sainte Vierge, bien que d'ordre de révélation privée, sont d'abord et avant tout des faits dignes d'attention ; des phénomènes qui peuvent être perçus et examinés non seulement par nos sens, mais aussi par des instruments scientifiques. Et ceci doit être fait.

Les phénomènes eucharistiques sont aussi des faits perceptibles, observés par un grand nombre de gens, laïcs et prêtres qualifiés, comprenant au moins deux évêques. L'Hostie changée en coeur de chair humaine et en sang fut aussi un phénomène tangible ; mais il fut aussi une réalité qu'il faut accepter dans un esprit de foi en Dieu.

Premièrement, les hosties furent consacrées par deux prêtres et par moi. Par esprit de foi, nous croyons que les espèces consacrées du pain et du vin sont réellement devenues le Corps et le Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ et, dans l'Eucharistie, le Christ est présent avec son Corps et son Sang, son Âme et sa Divinité.

La seconde réalité observée fut le changement des espèces du pain et du vin en Chair et sang, et avec le changement des espèces, la Présence Réelle du Christ, Corps et Sang Âme et Divinité se continue. La première réalité est la présence empirique de la chair en forme de coeur et du sang qui avaient été du pain et du vin ; et ces deux espèces sont les signes de la Présence substantielle du Christ vivant. Ceci n'est pas révélation privée. Ceci relève de notre Foi catholique.

Un second miracle se produisit, la guérison instantanée durant la célébration de la messe de Michaeline, de Taejon, Corée, qui souffrait d'une maladie très douloureuse et non diagnostiquée. Ceci doit être examiné par la Commission. Vous pouvez contacter les témoins. Ce sera un témoignage supplémentaire de la transformation miraculeuse des espèces du pain et du vin en chair (coeur) et en sang. Ce sont des événements surnaturels.

Dans la présente lettre, je désire aussi mentionner d'autres choses que j'ai expérimentées. Je suis arrivé à l'aéroport de Kwangju, en provenance de Séoul, le jeudi 14 septembre en compagnie du P. Joseph Peter Finn, prêtre retraité du Diocèse de London, Canada, et de Catherine Lee, Coréenne résident actuellement à Toronto, Canada. Nous fûmes salués avec chaleur par Julia Kim. Tandis que nous approchions de Julia, nous avons été enveloppés par un fort et intense parfum de roses, phénomène que j'avais déjà observé quand j'ai rencontré Julia à Toronto en septembre 1994, à plusieurs occasions. Certaines personnes ont malicieusement accusé Julia d'employer un parfum pénétrant. Mais ceci est manifestement faux. J'ai noté, ce jeudi soir 14 septembre, et spécialement pendant notre voyage en auto à Naju avec Julia, que ce parfum n'était pas constant, mais qu'il arrivait et disparaissait. Je fus très attentif à l'apparition et la disparition de ce fort et merveilleux parfum durant les neuf jours que j'ai passés avec Julia et son mari Julio en différentes circonstances. L'usage de parfums doit être exclu. Ceci n'est pas seulement ma propre observation et expérience, mais l'expérience des autres personnes qui m'accompagnaient durant notre séjour.

Nous sommes arrivés à la maison de Julia avant 21 h ce jeudi soir et fûmes immédiatement invités à participer à l'Heure Sainte devant la statue miraculeuse de Notre-Dame. Une Heure Sainte qui dura jusqu'à minuit. Après la récitation du rosaire et des autres prières, je fus invité à parler et à prier pour toute l'assistance. Puis, Julia et moi avons prié pour chaque personne présente individuellement.

Le jeudi suivant je fus à nouveau présent à l'Heure Sainte, ou à trois Heures Saintes, car ce temps de prières fut terminé à 1h du matin. Je fus profondément ému par l'intense esprit de prière de toute l'assemblée, la profonde dévotion des gens et, spécialement leur respect envers les prêtres et l'évêque que je suis. Il y avait, selon mon estimation, plus de 150 personnes, adultes et enfants avec les mamans. Et dans mes contacts avec eux, j'appris que beaucoup de guérisons étaient attribuées à l'eau des sources de la Montagne de Naju. J'ai rencontré plusieurs de ces miraculés, bénéficiaires de l'amour infini de Dieu, à travers ces interventions miraculeuses de la grâce en réponse aux prières de la Mère de Dieu.

Plus tard, j'eus l'occasion d'entendre en confession des pèlerins parlant anglais et, comme à Medjugorje, j'atteste du travail de la grâce et des prières de notre Mère Bénie qui a Elle-même préparé et touché les coeurs de ces pénitents pour les amener à une profonde et sincère réconciliation avec le seigneur dans de sincères confessions.

J'ai quitté Naju avec le Père Joseph Finn pour visiter un autre centre de la grâce de Dieu à Mirinae, et d'autres couvents et communautés fondés par Fr. Francis Xavier Tjyeng.

Votre Excellence, les trois semaines durant lesquelles j'ai visité la Corée catholique furent vraiment des dons de la grâce. Je fus submergé par ce flot abondant de l'amour compatissant de Dieu et de sa grâce envers la Corée du Sud, et spécialement envers l'Eglise Catholique dans ces dernières quarante années. J'eus l'occasion de partager mes impressions avec l'Evêque Angelo Kim, l'Evêque Nicholas Cheong, Mgr Dionysius Paek, secrétaire général de la Conférence, et spécialement le Pro-Nonce Apostolique, l'Archevêque Giovanni Buleitis. Quand le Nonce apprit les expériences de grâce que j'avais vécues, il me partagea les siennes : "Durant tout un mois, je ne pouvais plus dormir ; et encore maintenant, je me réveille la nuit et ressens une crainte respectueuse devant ces preuves de l'amour de Dieu, dans ces miracles eucharistiques".

Votre Excellence, je soumets mon témoignage, mes observations et commentaires à la considération de votre Commission d'enquête. Je vous prie instamment de visiter Julia Kim personnellement, et de présider vous-même les travaux de votre Commission. Le Ciel lui-même dans son insistance et par ces signes manifestes de la grâce durant plus de dix ans, appelle l'Eglise à libérer ces flots d'amour de Dieu pour qu'ils se répandent sur tout Son peuple. Jamais dans l'Histoire de l'Eglise, nous n'avons observé une telle abondance et une telle évidence de l'amour et de la compassion de Dieu, et de al tendre intercession de la Mère de Dieu, la Bien heureuse Vierge Marie.

Je mets actuellement par écrit mes considérations théologiques sur la signification des miracles et sur l'histoire de Naju, qui seront publiées dans des revues théologiques et mariales en Amérique du Nord. Je vous enverrai une copie de mon travail dès qu'il sera terminé.

La Bienheureuse Vierge Marie apparaît dans beaucoup d'endroits bénis dans tous les continents, et un des plus puissants témoignages que j'ai lus est celui de l'Evêque de Caracas qui a dirigé personnellement les travaux de la Commission diocésaine et écrit le rapport et le décret reconnaissant les miracles et les messages à Betania, Venezuela.

Je vous assure de ma prière à vos intentions et aussi pour que le Seigneur m'accorde la grâce de pouvoir visiter à nouveau votre pays. Je serais alors très honoré de vous rencontrer.

Respectueusement vôtre dans le Christ et la Vierge Bénie, la Mère de Dieu

Signé :

        + Roman Danylak, Evêque titulaire de Nyssa, Admin. Apost. de l'Eparchie de Toronto.

 

"QUE SE PASSA-T-IL APRES LA MESSE DU 4 FEVRIER 1988 ?"
Père Raymond Spies, Anyang, Corée (13 mars 1997)


Père Spies : "Comment s'acheva cette messe qui avait été attendue par la Vierge et qui allait être la dernière ?

Notre Mère nous montra toute la douleur qu'Elle en éprouvait. Elle demanda à plusieurs reprises de placer près d'Elle un Tabernacle. Elle n'a pas été écoutée, exaucée...

J'avais donné aux personnes présentes la communion sous les deux espèces. Au moment où je donnais la bénédiction finale, Julia tomba à la renverse. Elle entra dans un été d'absorption psychique intérieure, spirituelle, ressemblant à celui de l'extase.

Voyait-elle "quelqu'un", Jésus, la Vierge ? Elle semblait assoupie, ses bras étendus sur les côtés, comme ceux de la Statue de la Vierge. Il y avait très peu de témoins. Je regardai ma montre : 11. 45h (1)

Dina, qui venait de quitter la Salle pour se rendre à Kwangju, chez une de ses soeurs, revint vers moi et me glissa à l'oreille : "Père, venez vite. Des larmes coulent sur le visage de la grande Statue de la Vierge (celle qui se trouve à l'extérieur, près de l'entrée)". Je sortis de la Salle et je vis les larmes. Une des religieuses présentes prit des photos.

Je revins près de Julia. A l'improviste, elle se mit à hurler d'une manière terrifiante, effrayante... Les hurlements continuèrent. Puis, en un instant, le corps tout entier, buste, bras et jambes, prit la forme qu'eut le Corps de Jésus quand on Le cloua sur la Croix.

Les hurlements prolongés s'arrêtaient un peu, puis reprenaient avec la même intensité, parfois davantage. Je compris par après que ces hurlements exprimaient la douleur causée par les clous quand ils pénétraient dans les mains et les pieds.

Les Soeurs, les fillettes, les personnes présentes récitaient le chapelet. Toutes pleuraient silencieusement ; moi aussi, je pleurais.

Le corps de Julia, qui était immobile (elle avait la poitrine bombée, la tête en arrière, ses pieds posés l'un sur l'autre), subit, à l'improviste, des chocs violents. Toujours allongé, il s'avança, à trois reprises, d'un mouvement brusque vers le bas. (2)

A genoux près de Julia, je me déplaçai avec elle. J'éprouvai tant de douleur que je suppliai la Sainte Vierge d'intercéder pour que ces horribles souffrances cessent. Je Lui demandai de pouvoir partager les souffrances de Julia pour la soulager. Peu après, Julia ouvrit lentement les yeux.

Après quelques instants, elle regarda les personnes présentes près d'elle. Elle était dans un état pitoyable. nous la regardions avec une compatissante affection, sans rien dire. Puis, Pak Lubino, Gabriel, le photographe habituel, et quelques autres personnes transportèrent Julia dans une petite chambre voisine.

Pak Lubino prit quelques photos et Gabriel, qui avait été averti, était venu muni de sa caméra vidéo. Il ne put filmer que pendant quelques instants. Les souffrances de Julia auraient pu durer plus longtemps, comme ce fut le cas plusieurs fois, devant moi. En une occasion, pendant près d'une heure et demie.

Au moment où Julia commença à pousser ses cris stridents, je regardai la grande horloge de la Salle près de laquelle je me trouvai : il était exactement 12 heures. Les souffrances de Julia s'arrêtèrent à 12h 25.

Dina, qui ne vit que quelques instants cette scène affreuse, avant de se rendre chez sa soeur, me dit le jour suivant : "J'ai pleuré sans cesse dans le taxi et aussi plus tard, longuement".

A trois heures de l'après-midi, comme fixé, je me trouvai dans le bureau de l'Archevêque. Nous nous connaissons bien, car il fut mon évêque par le passé.

Je lui donnai le livret des messages (que j'avais publié) et les photos les plus expressives, prises depuis le début, des larmes.

Je lui fis part de ce que je vis en 1987, ce qui se fit (achat du terrain, construction de la Salle...) et nous causâmes.

La conclusion fut non pas d'appeler Julia et de l'interroger, mais celle-ci : dorénavant toute célébration de messe devant la Statue est interdite. Je l'assurai que son ordre serait suivi. Et il le fut.

Jusqu'à ce jour, 13 mars 1997, Julia n'a pas pu rencontrer une seule fois le Pasteur des âmes pour être entendue, jugée. A plusieurs reprises mais sans résultat, la Sainte Vierge a exprimé sa douleur à ce sujet.

Le Saint-Père envoya son secrétaire vietnamien, Mgr J. Thu, à Naju, en septembre 1995. Il y pria et transmit à Julia ce que le Saint-Père voulait lui dire. Il alla aussi à Mirinae où se trouve l'autre voyante, Hwang Teresa.

(1) Pour plus de détails, voir ma note, assez longue, du 4 février 1994, parue dans le livret des Messages de la Vierge de Naju de 1985-1996.
(2) Par après, je me posai la question "Pourquoi le corps de Julia allait-il vers le bas ?" Je compris en relisant le volume de "l'Evangile tel qu'il m'a été révélé", de Maria Valtorta où elle décrit que les bourreaux soulevèrent la Croix. Trop lourde, elle tomba violement à terre ; grande douleur pour Jésus. La croix fut relevée, flanquée par plusieurs secousses dans le trou préparé en terre. M. Valtorta, apitoyée, explique bien les atroces souffrances que Jésus subit alors. 


"UN RAPPORT SUR LES EVENEMENTS QUI SE SONT PRODUITS
A NAJU LE 1 JUILLET 1996" :
Le Miracle Eucharistique et les stigmates
que Julia reçut le 1er juillet 1996
 
Père Raymond Spies, Anyang, Corée (août 1996)

Père Spies : Je m'étais rendu le 24 mai dernier a Naju. Je le désirais beaucoup parce que, comme je l'ai déjà expliqué, le 24 mai est pour moi la commémoration de la fête de Marie, Secours des Chrétiens, si chère à St Jean Bosco. Il avait eu, comme beaucoup d'evêques, prêtres et lai¨cs, un très filiale dévotion envers l'Immaculée Conception de Marie et envers Son Coeur Immaculé. Mais la Sainte Vierge lui montra l'importance qu'Elle donnait à son titre «Secours des Chrétiens».

Le titre de«Marie Secours des Chrétiens»était connu depuis plusieurs siècles, déjà au temps des guerres contre les Turcs.

La Vierge précisa à St Jean Bosco que les temps allaient devenir si difficiles et les ennemis de l'Eglise si acharnes contre elle que, dans les années à venir, et surtout au cours du siècle suivant, ce ne serait pas seulement l'Eglise qui devrait se défendre, mais que chaque chrétien aurait à lutter contre ses ennemis dont attaques allaient s'intensifier, d'une manière toujours plus menaçante.

Et nous, en cette fin du 20e siècle, nous voyons toujours les difficultés que vit l'Eglise. L'acharnement de Satan et de ses suppôts n'ira qu'en augmentant. Mais la Vierge nous enseigna à dire souvent cette invocation :

"Marie, Secours des Chrétiens, priez pour nous, venez à notre secours."

Malgré ma visite si récente du 24 mai, j'eus le désir de me rendre à nouveau à Naju, pour le onzième anniversaire des premières larmes de la Vierge et le premier anniversaire des deux miracles eucharistiques exceptionnels du 1er juillet 1995, le premier vers 3h 45 du matin et le deuxième en fin de soirée. Ils sont relatés dans les livres des Messages.

Je me suis donc rendu à Naju, le 30 juin, accompagné de Dina et de M. Pierre Lequang, un grand dévot de la Vierge.

A notre arrivée, dans la soirée, la salle de la Vierge était archicomble ; deux écrans vidéo avaient été installés à l'extérieur à l'intention de ceux qui n'avaient pu trouver place à l'intérieur. Julia n'était pas encore la. Les prières n'avaient pas encore commencé.

En tant que responsable, je pus me placer tout près de la Statue de la Vierge. Puis, plus tard dans la soirée, je fus invité à jouer l'harmonium pour animer le chant. J'aurais aimé participer à la veillée de prières qui allait durer toute la nuit (dimanche 30 juin - lundi 1er juillet) pressentant que la Vierge donnerait un signe spécial. Mais à cause de ma faiblesse physique, Dina insista pour que je n'y reste pas. Pour ne pas la peiner, je suivis son conseil et rentrai à mon hôtel vers minuit et demi.

Quelques heures plus tard, Lubino m'informa par téléphone qu'un miracle eucharistique avait eu lieu à 3h de la nuit.

Et dans la matinée, quand je retournai à la Salle de la Vierge, j'appris que Julia venait de recevoir les stigmates aux deux mains. Avec M. Pierre que m'accompagnait, je me suis rendu auprès d'elle.

Lubino m'expliqua en détail le miracle de la nuit :

"Julia est arrivée vers 2h du matin (le 1er juillet) extrêmement fatiguée. A 3h précises, durant la récitation du chapelet, Julia qui regardait la grande Croix surplombant la niche de la Statue, voit une lumière qui s'intensifie peu a peu. Sur chacune des sept plaies de Jésus : sur la tête, les deux mains, l'épaule, le coeur, les deux pieds, elle voit une goutte de sang. Les sept gouttes se transforment en hosties blanches, descendent et viennent se poser, toutes les sept, sur sa langue..." Ces hosties ne se sont pas transformées en chair et en sang.

Julia reçut un premier message.

Apres avoir communié et s'être reposée un peu, elle se sentit mieux. Mais sur ses mains se dessinaient déjà les stigmates qui seront très visibles quelques heures plus tard. Le sang ne coulait d'abord que faiblement des deux paumes.

Je fis rapport a la Nonciature comme cela m'avait été demande. Le Pro-Nonce conseilla que Julia se soumette à des examens médicaux (du sang et des blessures aux mains). Obéissante, elle se rendit aux adresses qui lui furent indiquées : un hôpital et une clinique privée.

Dans les rapports que les deux médecins ont établis à cette occasion, ils sont du même avis : ces blessures sont médicalement inexplicables.

Le mardi 2 juillet, tandis que je priais devant la statue avec M. Pierre, Lubino et trois autres personnes, la Vierge nous donna de l'huile sur le front et la joue gauche de sa Statue... tandis que du parfum s'en dégageait... A 1h 30 de l'après-midi, alors que nous allions quitter Naju, Julia accourut vers nous, avec les

photos prises la veille. Elle arrivait joyeuse quand, brusquement, elle poussa un cri et tomba en arrière, en extase. Du sang avait jailli de ses mains. L'extase dura environ 20 minutes pendant laquelle Julia reçut un deuxième message.

Ci-après les deux Messages.

Remercions avec ferveur le Père Eternel, Jésus et le Saint-Esprit qui, par la Vierge, nous ont donné ce signe eucharistique destiné à convaincre les Autorités responsables que tout ceci est véridique.

Père Raymond Spies
Anyang, ao
ût 1996

 

"Traduction de la lettre adressée par Mgr Dominic Su, Evêque de Sibu, Sarawak, Malaisie à une des Autorités ecclésiales de Corée du Sud"

BISHOP'S OFFICE
P.O. Box 495
96007, Sibu,
Sarawak, Malaisie
Tel. N 084-317-373
Le 8 novembre 1996


 Votre Excellence,

Je vous remercie pour votre lettre du 1er novembre 1996. Je fus totalement surpris lorsque cet extraordinaire phénomène eucharistique se produisit le 17 septembre 1996, à Sibu, dans
la Cathédrale du Sacré-Coeur, lors de la célébration eucharistique qui s'y déroula le soir, de
19h 30 a 21h 30.

Quand je repense à cet événement, je comprends qu'il fut bon que je n'y sois pas prépare. Si je l'avais attendu, je me serais muni d'une custode pour y déposer le Corps et le Sang de la bouche de Mrs Julia Kim aux fins d'analyse de laboratoire.

Cela aurait montré que ma foi en la Présence Réelle de Jésus dans l'Eucharistie dépendait d'une preuve scientifique. Ce que Jésus attend de nous, c'est la foi des petits enfants et non une foi intellectuelle basée sur la science et le rationalisme ; cette science et ce rationalisme qui conduisent certains catholiques, y compris des prêtres, à ne plus croire en la Présence Réelle de Jésus dans l'Eucharistie.

Quand Notre-Seigneur Jésus réalisa Ses miracles en présence des scribes et des Pharisiens, ceux-ci refusèrent de croire en Lui. Ils firent appel aux Docteurs de la Loi pour L'observer et Le juger. Le résultat fut qu'ils Le considérèrent comme un pécheur parce qu'Il ne respectait pas le sabbat. Ils L'accusèrent aussi d'user de la puissance de Beelzeboul pour chasser des démons. Et ils réussirent enfin à Le condamner à mort.

J'approuve sans réserve l'attitude de l'Eglise Catholique qui exige une prudente et sérieuse investigation avant de reconnaître une apparition ou un miracle comme authentique, afin d'éviter toute erreur d'hallucination, de forces maléfiques, d'éléments malsains, etc.

D'autre part, nous devons aussi garder en mémoire le conseil donné par Gamaliel à son Conseil : "Si leurs propos ou leurs oeuvres viennent des hommes, ils se détruiront d'eux-mêmes, mais s'ils viennent de Dieu, vous n'arriverez pas à les détruire. Ne risquez pas de vous trouver en guerre contre Dieu." (Ac. 5 : 38-39)

Aucun rapport ne parut dans la presse au sujet de l'événement du 17 septembre 1996. Seules les personnes présentes à la célébration eucharistique en ont eu connaissance.

Ceux qui croient en la Présence Réelle de Jésus dans l'Eucharistie n'ont pas besoin de preuve scientifique. Quand à ceux qui n'y croient pas, peu importe le genre de preuve qu'on pourrait leur donner ils ne croiraient quand même pas.

Durant la vie publique de Notre-Seigneur Jésus, bien des gens simples et peu instruits crurent en Lui. Quand aux scribes et aux Pharisiens, ils observèrent Jésus opérer Ses miracles, guérir les malades, ressusciter des morts, nourrir 5.000 personnes avec quelques pains et poissons, affirmer son origine divine, et malgré cela, ils ne crurent pas en Lui.

Je ne veux pas faire de la publicité au sujet de cette extraordinaire manifestation eucharistique. Les personnes simples, qui suivent la voie d'enfance spirituelle, y croient. Mais ceux qui ont une foi intellectuelle ne le reconnaissent pas. Pourquoi perdre du temps à vouloir les convaincre ?

Naju faisant partie du diocèse de Kwangju, le saint-Siège attend que l'evêque de Kwangju, chef spirituel de l'Eglise locale, reconnaisse comme vrais les extraordinaires phénomènes eucharistiques survenant à Naju, ou bien les rejette. Je sais qu'ils font maintenant l'objet d'une investigation canonique.

Ce qui survint à Sibu le 17 septembre 1996 ne dépend pas de l'évêque de Kwangju, mais bien de la juridiction de l'évêque de Sibu. J'ai toujours cru en la Présence Réelle de Jésus dans l'eucharistie, je n'ai besoin d'aucune preuve scientifique pour en être convaincu. J'encourage souvent les fidèles à demander l'aide de Jésus Eucharistie.

Selon mon humble avis et jugement, je considère que cet extraordinaire phénomène eucharistique est un miracle. Je joins trois photos qui furent prises à cette occasion.

Que le Nom de notre Seigneur Jésus soit loué toujours et à jamais !

Respectueusement vôtre dans le Christ, Dominic Su,
Ev
êque de Sibu.
 

cc : Le Délégué Apostolique en Malaisie. Le Président de la Conférence Episcopale de Malaisie, Singapour et Brunei.

(Note : Une copie de ce témoignage fut adressée au Père Raymond Spies, par l'intermédiaire de l'Autorité à laquelle il était destiné.)

 

"Jeudi 12 juin 1997 : Un évêque de Corée (et coréen) fut autorisé à venir prier devant la Statue de la Vierge des Larmes, à Naju"
Par le Père Raymond Spies, Père Raymond Spies, Anyang, Corée, le jeudi 12 juin 1997


J'étais seul ce jour-là, vers 1h de l'après-midi. Je mangeais un peu de pain, en écoutant sur cassette des textes enregistrés du 3e livre de l'Evangile tel qu'il m'a été révélé (Maria Valtorta).

Un coup de téléphone. C'est Pak Lubino, pressé de me dire "ce qui venait de se passer". Il parlait vite, plein d'émotion...

Je note ici ce qu'il me raconta.
Voici : L'évêque de l'
île de Chejudo (la plus grande du pays), Mgr Paul Kim Tchang-Nyol (Mgr Paul Kim, coréen, né le 25 janvier 1927, ordonné prêtre le 22 août 1953) avait à se rendre dans la province du Chollanamdo. Cette province constitue aussi l'Archidiocèse dont dépend la ville de Naju.

Cet évêque fut toujours touché par les Larmes, les Messages, les Signes de la Vierge de Naju. J'appris qu'à plusieurs reprises, il demanda à l'Archevêque de Kwangju si la situation évoluait pour trouver une bonne solution pour Naju.

De 1985 (premières larmes) jusqu'au jeudi 12 juin 1997, pas une seule fois, il ne put mettre les pieds dans la Salle de la Vierge des Larmes et prier devant Elle. En arrivant à Kwangju, il téléphona à l'Archevêque et lui exprima son désir d'aller prier devant la Statue de la Vierge des Larmes. L'intransigeance des douze années écoulées s'amollit. L'évêque, enfant compatissant envers les Larmes et les Appels de la Vierge reçut... l'autorisation.

Il disposait de peu de temps. Un prêtre âgé, coréen, le P. Andang (Antoine) qui se dévoue dans un petit village de lépreux catholiques.

Quand ils arrivèrent, ils se retrouvèrent seuls avec quelques pèlerins car Julia, souffrante, était dans sa mansarde. Et Lubino, l'aide des pèlerins, n'était pas là. Ce matin-là, il s'était réveillé tôt et ressentait le devoir de se rendre à l'église du St Rosaire, (son église paroissiale). Il suivit cette impulsion intérieure. A 5h 30 du matin, il se trouvait devant le bâtiment annexe à l'église où se trouve le tabernacle.

La porte d'entrée était fermée. Il s'agenouilla sur la marche d'entrée... devant la porte. Il récita un chapelet en suppliant Jésus... de venir... Puis, il se promena à pied, lentement, dans la grande enceinte de l'église paroissiale jusqu'à 6h 30 quand une religieuse ouvrit la porte de la salle du tabernacle.

Lubino entra, pria devant le tabernacle, puis revint chez lui et se reposa un peu avant de se rendre à la Salle de la Vierge. Là, il vit "les deux prêtres". L'évêque était en clergyman noir, sans signe spécial... Lubino s'excusa de son absence. Tous les trois allèrent dans le petit bureau de Lubino, contigu à la Salle de la Vierge.

L'évêque désirait voir Julia, qui fut avertie... le temps passait et elle ne venait pas... l'évêque devait partir...

Julia arriva enfin. Mgr Paul Kim, le Père Andang, Julia, Lubino se réunirent devant la Statue de la Vierge... Derrière eux, dans la Salle, quelques pèlerins...

Prières... Julia lève la tête vers la grande Croix qui surplombe la Statue... C'est de là que descendirent des petites hosties le 30 juin - 1er juillet de 1995 et de 1996.

Julia fait savoir que de la lumière brille près de la Croix, puis elle tend les bras... A deux reprises, elle essaye de saisir ce qu'elle voit et qui lui échappe... une grande Hostie qui vint se placer au bas de la Statue...

Les photos prises alors montrent :

- L'évêque agenouillé devant la Statue. Il tient l'Hostie entre ses mains, comme les prêtres le font au moment de la Consécration.

- L'évêque, tourné vers les pèlerins, tient l'Hostie entre ses mains.

Lubino me dit que l'évêque bénit les personnes présentes avec cette Hostie. Sur l'Hostie, il y a le dessin suivant : un coeur entouré d'une couronne d'épines et surmonté d'une croix.

Il fallait prendre une décision quant au "sort" de l'Hostie...

Le 1er juillet 1995, l'Archevêque avait réglé le "sort" des 7 Hosties qui, descendues de la Croix, s'étaient posées au pied de la Statue, en disant : "que ces hosties soient "avalées" avant la fin de la journée du 1er juillet (1995)". Il fut obéi.

Un nouveau miracle (en 1996) vint consoler les coeurs affligés par la rude décision de l'Autorité responsable.

Cette fois-ci, y aura-t-il la même réaction ? Lubino téléphona au Curé de la paroisse, le père Gabriel Park, au coeur très bon. Pas une seule fois, il n'avait pu se rendre près de la Statue (ordre de l'Autorité pour les prêtres du diocèse).

Le curé vint avec grande joie, prit l'Hostie et alla la porter dans le Tabernacle de son église. Deux religieuses de la paroisse l'avaient accompagné.

Je questionnai Lubino : "Le Curé vint de suite ; l'Archevêque lui en avait-il donné l'autorisation ? Le Curé informa-t-il l'Archevêque de ce qui venait de se passer ?"

Lubino : Ce ne fut pas nécessaire. Par le passé, l'Archevêque avait dit au Curé "si, de nouveau, une hostie devait descendre, va la prendre et place-la dans le Tabernacle. La Commission d'enquête examine le cas".

Bonne mesure car on n'aurait su que faire si l'Archevêque avait été absent.

Où placer l'Hostie ? L'ostensoir de la paroisse était trop petit pour accueillir la grande Hostie.

On se rappela alors qu'un grand ostensoir avait été offert à Julia, il y a des années. On ne pouvait alors s'en servir puisque toute messe était interdite devant la statue de la Vierge de Naju, suite à l'ordre donné par l'Archevêque le 4 février 1988.

Après avoir nettoyé l'ostensoir pour le rendre à nouveau très beau et présentable, Lubino alla le donner au Curé. L'Hostie trouva parfaitement sa place dans ce nouvel ostensoir. Le Curé fut très content, Lubino aussi... et tous...

Maintenant, les chrétiens, les pèlerins pourront aller prier devant cette Hostie, Voyageuse d'Amour et de Paix, descendue "d'en Haut", de "près de la Croix" devant la Statue de la Vierge des Larmes pour trouver son Logis-Abri près du Tabernacle de l'église du St Rosaire, paroisse de Julia et de Lubino...

Dans son message du 4 février 1988, la Vierge exprime son ardent désir d'être près "du", "des" Tabernacles où se trouve son Fils ! Elle veut revenir à Sa place, qui lui est due, celle de "Mère de l'Eglise".

Je demandai encore à Lubino : L'évêque a-t-il dit qu'il donnerait son témoignage ?

Lubino me répondit : "Oui, il n'a pu le faire ici car il devait partir d'urgence, mais il déclara qu'il enverrait son témoignage par écrit".

Ici se termine ce que j'ai pu me rappeler des faits du jeudi 12 juin 1997.

Père Raymond Spies.

 
 

"LE MIRACLE EUCHARISTIQUE DU 27 AOUT 1997"
Par le Père Raymond Spies, août 1997

Cela faisait plus de trois mois que je ne m'étais pas rendu à Naju.

Un beau et grand souvenir me revint à l'esprit et au coeur. Mais bien affligeant et triste aussi:

"Entre le 25 et le 28 août 1989, je m'étais rendu seul à Naju. Je voulais y passer une petite retraite, seul auprès de la Statue de la Vierge des Larmes. Je pensais qu'il y aurait très peu de pèlerins. Il en fut ainsi.

J'avais déjà passé deux pieuses et calmes journées auprès de la Statue de la Vierge. Elle ne versait pas de larmes. Je m'étais trouvé souvent seul.

Le troisième jour, vers 8h 15 du matin, un coup de téléphone me parvint. C'était le bien dévoué serviteur de la Vierge des larmes, Park Lubino, qui me contactait. Il me dit : "Père, venez vite, la Sainte Vierge verse beaucoup de larmes". Elle versait en effet beaucoup de larmes de Sang.

Julia ne vint qu'assez longtemps après moi. Peu après son arrivée, elle tomba en extase. Park Lubino contacta de fervents chrétiens. Nous récitâmes ensemble, avec ferveur et posément, deux chapelet". ...

Ce fut ce touchant souvenir qui me poussa à partir pour Naju, aux mêmes dates.

Un très cher et aimable ami, Mr Pierre Lequange, vietnamien d'origine et français de nationalité, désireux lui aussi d'aller à Naju, me conduisit dans sa voiture. C'était un dimanche après-midi.

Le lundi, nous le passâmes près de la Vierge des larmes. Une quinzaine de personnes étaient présentes. Nous ne vîmes pas Julia.

Notre programme était de quitter Naju vers 2h de l'après-midi du 27 août. Mr Pierre et moi étions de nouveau près de la Vierge. Prières, médiations privées.

Puis, nous allâmes près de la Statue. Park Lubino arriva. Nous commençâmes à réciter ensemble, à mi-voix, le chapelet. Après le chapelet, nous sommes allés nous agenouiller au bas de l'estrade. Les photos prises par après montrent l'endroit où nous étions.

Julia arriva. On se mit à réciter un deuxième chapelet, tous ensemble. A un moment donné, Julia, qui était à ma gauche, me dit : "Il y a de la lumière venant de la Croix" (qui surplombe la niche de la Statue).

Nous avions déjà récité deux dizaines de chapelet. Nous allions réciter l'Ave Maria au 3e grain de chapelet lorsqu'une grande Hostie descendit de la Croix. Quelques personnes la virent et poussèrent un petit cri d'étonnement.

L'Hostie vint se placer devant moi, passant au préalable devant Julia. Comme on peut le deviner, l'émotion fut grande. Tous les pèlerins, pieusement, avec respect, émotion, regardaient à tour de rôle l'Hostie. On y voyait très bien un dessin : un coeur entouré de flammes et un crucifix. Un dessin classique du Coeur de Jésus, comme décrit, je pense, par Sainte Marguerite Marie Alacoque.

Julia pensait me remettre cette Hostie. De très belles photos furent prises. Quand le calme revint, les deux pèlerins se remirent à prier.

On ne sait comment, "quelqu'un(e)" avertit l'Archevêque de Kwangju. Plusieurs personnes vinrent. Avec eux, un très bon prêtre du diocèse. Je causai avec lui. Il croyait en la Présence Réelle de Jésus en cette Hostie. Il me dit que l'Archevêque lui avait donné l'ordre d'aller chercher cette "Hostie" et de la lui apporter. Il ne croit pas que les Hosties qui descendent soient de vraies Hosties consacrées (au Ciel). Le prêtre ne savait pas où l'Archevêque avait placé l'Hostie qui était descendue devant l'Evêque Coréen de l'île de Cheju, le 12 juin 1997. Il ne savait pas non plus où serait placée l'Hostie de ce 27 août.

Il rentra dans la Salle de la Vierge, bénit les personnes présentes avec l'Hostie, puis il la plaça dans une custode. Julia pleurait, pleurait...

J'étais tout à l'arrière, tout écoeuré pour Jésus et Marie. Je passai toute la nuit auprès de la statue de la Vierge des Larmes, en réparation, pour La consoler ainsi que notre doux Jésus, infiniment triste de Se voir ainsi traité, et en voyant un tel manque de foi et d'amour. Ces deux Hosties semblent se trouver à l'Archevêché. Où ? Personne n'a pu me donner de réponse. Jésus-Eucharistie en prison chez "les siens" !

Père Raymond Spies
Août 1997

 

"Annexe (Note de Julia) au Message du 2 février 1998" 
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (février 1998)

 "Tandis que j'écrivais le message, allongée sur mon lit, les démons intervinrent. Ils me tirèrent par la tête et les bras. Ils tirèrent et cognèrent sauvagement la main avec laquelle j'écrivais. Je jetai de l'eau bénite et continuai à écrire. Alors, un démon me dit : "Vraiment, tu en as fait assez, du travail qui t‘a été donné. Et quel est le résultat ? Tu es simplement devenue un objet de risée. Si tu arrêtes ce travail, je te donnerai santé et renommée tant que tu seras ici sur terre. Tu n'auras non plus aucun souci à te faire pour tes enfants".

Mais comme je ne prêtais aucune attention à ce qu'il disait, il reprit bruyamment : "Quoi ! Tu n'abandonnes pas encore ? Tu aimes souffrir autant ? Quelle femme rancunière ! Faisons table rase du passé et effaçons tout !"

Les démons renversèrent le bureau et sautèrent sur moi. Ils me tirèrent du lit, m'écrasèrent à terre et essayèrent de me tuer.

Un petit moment passa. La Vierge apparut radieuse dans une vive lumière et les démons qui m'avaient attaquée s'enfuirent. La Vierge me fit un sourire affectueux et me dit gentiment : "Tu as remporté une nouvelle victoire sur le démon aujourd'hui".

Tandis que je répondais : "Amen" et ouvrais les yeux, je vis plusieurs personnes qui me regardaient. Toutes virent clairement quatre marques noires sur le sol que les démons venaient de quitter. Ces traces disparurent graduellement, mais elles étaient encore visibles le lendemain matin".


 

"Notes (Message de Jésus du 3 avril 1999) du Père Spies"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (avril 1999)


"Dans ce message de Jésus, il y a eu 6 mots que Julia ne comprit pas ; Je les ai numérotés de 1 à 6. Les trois premiers mots se suivent l'un après l'autre dans la même phrase. Chacun d'eux a quatre syllabes et est très expressif.

Personne dans l'entourage de Julia ne comprit ces trois premiers mots. Il en sera de même pour les trois suivants. Seul le 6e fut compris par un spécialiste.

Etant donné le très mauvais état de santé de Julia et de son mari, je pris la responsabilité de faire des recherches. Je demandai à Lubino Park, qui est au service de la Vierge de Naju et aussi au mien, de faire des recherches dans des bibliothèques d'universités et de Grandes Ecoles de la région. Non habitué, il dut renouveler ses essais. Je lui indiquai les voies à suivre. Après plus de trois semaines, il parvint aux résultats désirés.

Les sens fonciers se retrouvent dans les dictionnaires, avec des nuances variées. Sur mes conseils, Lubino Park prit copie des pages où se trouvaient les mots que nous cherchions. Deux ont été trouvés dans le dictionnaire très courant Coréen-Français qui fut préparé, il y a des années, par le Professeur Martin An Eungnyol. C'est lui qui, depuis 1981, commença à traduire tous les livres que, peu à peu, je présentai au public.

Il m'a aidé aussi pour les six mots. A côté des 6 mots écrits en alphabet coréen, on y a ajouté les caractères chinois qui les expriment. M. Martin An me les transcrivit à la main.

Je vais noter, pour chacun des six mots, quelques-uns des sens variés.

Cela sera utile pour les "enquêtes" qui se feront à ce sujet, car je compte envoyer toutes ces recherches et ces études au Vatican : en premier lieu au Secrétariat d'Etat (au Saint-Père...) en second lieu à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, en troisième lieu à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, en troisième lieu à la Congrégation de l'Evangélisation des Peuples.

Ce sera un point de défense pour Julia qui fut accusée de copiste, plagiaire, sans avoir jamais été interrogée, jugée à ce sujet. Plus d'une dizaine de fois, Julia reçut des messages dont elle ne comprit pas certains mots.

Voici maintenant les explications du Professeur Martin An Eungnyol sur les sens des six mots incompris de Julia et de son entourage :

1. Penser d'une manière très embrouillée à diverses choses inutiles, ou pensées inutiles très embrouillées.

2. Ses propre des caractères chinois : palais ornementé de perles et de coquillages, donc : palais ornementé somptueusement et luxueusement.

3. Tout ce que les yeux voient blesse le coeur.

4. Mettre obstacle à ce que font les autres.

5. Médisance.

6. Réprimander les autres quels que soient leurs agissements. On pourrait dire : voir la paille dans l'oeil du voisin sans voir la poutre dans le sien.

Père Raymond Spies

 

"Note du message du 12 juin 2000"
Par le Père Raymond Spies (Missionnaire en Corée du Sud), (juin 2000) 

Le 12 juin 2000, veille de l'ouverture au Sommet de la réunion entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, et troisième anniversaire du Miracle Eucharistique survenu devant l'évêque Paul Kim, Julia et d'autres personnes placèrent plusieurs chapelets scapulaires au pied de la Statue de la Vierge et se mirent à prier.

Soudainement, deux gouttes d'huile parfumée tombèrent sur l'autel devant la Statue de la Vierge, en faisant, un certain bruit très audible. Les deux gouttes d'huile se fondirent alors en une seule goutte sur l'autel, comme un signe précurseur que le Sud et le Nord de la Corée parviendraient à l'unité et l'harmonie grâce à l'Amour de notre Mère Bénie. Dans son message du 8 avril 1993, la Vierge nous a dit que l'huile parfumée et les effluves parfumées traduisaient sa Présence, son Amour et son Amitié.

Le 26 novembre 1989, la Vierge mentionna que le fil barbelé divisant le Nord et le Sud serait coupé, si ses paroles étaient acceptées et que des prières, sacrifices et réparations étaient offertes par les petites âmes.

Le 31 octobre 1996, lors de la visite du Père Stefano Gobbi à Séoul, la Vierge lui annonça que l'unité et la paix seraient accordées à l'Eglise de Corée et à l'entièreté du pays, comme cadeaux spéciaux de son Coeur Immaculé.