Préface

Pape Jean Paul II

Évêques

Témoignages (#1)

Témoignages (#2)

Témoignages (#3)

Témoignages (#4)

Témoignages (#5)

Témoignages (#6)

Témoignages (#7)

Le livre   "Oh, Quel merveilleux Amour
(par le Père Aloysio Chang Hong-Bin)

 

Articles et Lettres de Louis Bosmans
(Rév. Père Louis Bosmans, prof. agrégé, Paspébiac, Canada)

"Autorité et Charisme à Naju"


"Un Danger de Fausse lecture : L'IDEOLOGIE"


"Les Evénements de Naju : à Condamner?"


"Du Préternaturel à Naju"


"Les Dons Spirituels de l'Esprit Saint et Naju"


"Surmonter la peur face aux manifestations extraordinaires de Dieu à Naju"


"Témoignages à Naju"


"Des Miracles à Naju, Pourquoi pas?"


"La Fin des Miracles Eucharistiques à Naju ?"


"La Présence de Jésus dans l'Eucharistie par la Transsubstantiation"


"Les Phénomènes et Messages de Naju, Accueil ou Rejet"


"Les Merveilles Continuent à Naju"


"Lettre au Saint Père et Au Cardinal Ratzinger (BENOIT XVI)"
Rév. Père Louis Bosmans, prof. agrégé, Paspébiac, Canada (31 mai 2001)


"Naju au jour le jour"
  
Par Louis Bosmans Prof, Canada.


"Lettre au Cardinal Ivan Dias"
Rév. Père Louis Bosmans, prof. agrégé, Paspébiac, Canada, (31 mars 2008)

 

Témoignage de pèlerins Belges

 

"Témoignage de Eugénie de Maere", Naju, Corée (29 Juin 1995)


"Témoignage de Hugo Bosch", Pacific Hotel, Séoul, Corée (3 Juillet 1995)


"Témoignage de Louis Bosmans", Kwangju, Corée (1 juillet 1995)


"Récit de Pèlerinage à Naju Par Jeanne Seghers." Naju, Corée 
  
(29 juin 1995 et 30 juin 1995)


"Récit de Pèlerinage à Naju par Denise Huyghens." Naju, Corée
 
 (29 juin 1995 et 30 juin 1995)
 


 
Les Laïcs

 Fruits de la retraite pour les jeunes  (13~15 Août 2007)


  "Fruits de la retraite pour les jeunes"  (13~15 Août 2007) 


1) Une jeune retraitante, D du diocèse de Cheongju : J'étais presque catholique non pratiquante sauf que je participais à la Messe le dimanche. Je n'ai jamais lu la Bible ou n'ai pas tenté de prier. J'avais offensé le Seigneur toujours par des communions sacrilèges. Par la retraite à Naju, le Seigneur m'a menée à me rendre compte que j'étais une pécheresse, et à commencer une vie nouvelle. Pourtant, même si ce n'est pas encore suffisant, j'ai commencé à mener une vie de prière, à lire la Bible, et j'essaye de transformer ma vie en prières, à chaque moment de chaque jour, pour pratiquer les messages d’amour du Seigneur et de la Vierge. Je fais ainsi des confessions fréquentes avec un sincère repentir, et j'assiste souvent à la messe quotidienne et reçois la sainte communion afin de percevoir la présence du Seigneur près de moi.


2) Une jeune retraitante, S du diocèse de Cheongju : Avant de faire la retraite, j'aimais beaucoup la télévision et l'ordinateur. J'avais regardé la télévision toute la journée excepté que mes parents restaient à la maison. D'ailleurs pour les programmes TV (mélodrame) que je ne pouvais voir, je les ai regardés sur 3 chaînes de TV en ligne sur le site, en les changeant jusqu'à très tard la nuit. Mais maintenant, après la retraite, je n'ai aucun intérêt à regarder la télé et je n'ai jamais même une fois allumé un poste de télévision récemment. J'utilise seulement le site Web pour les programmes scolaires et pour visiter le Site Internet de Naju. Pendant les 25 dernières années, j'ai vécu selon mon bon plaisir. A présent, j'essaye de vivre selon la volonté du Seigneur et de la Vierge en pensée, en parole et en action, à tout moment de la journée. A la différence des autres retraites, je suis très heureuse et reconnaissante, dans cette retraite d'avoir compris que nous pourrions recevoir des grâces, transformant nos vies en prières et offrant tout.


3) Une jeune retraitante, M du diocèse de Cheongju : Autrefois, mes prières et ma vie avaient été séparées les unes des autres. J'avais eu beau prier, mon âme sèche avait été ainsi difficile et épuisée. Pourtant, à l'occasion de la retraite à Naju, j'ai bien compris l'importance de transformer ma vie en prières. Maintenant j'offre la totalité de ma vie comme 'vie de prière', et mon âme redevient belle et fécondée. Par exemple, j'avais l'habitude de boire quatre tasses de café par jour. Je les ai abandonnées et offertes comme sacrifices pour ma petite soeur qui me persécute. De plus, lorsque je lis les témoignages sur le site Web de Naju, quoique j'en trouve quelques uns ennuyeux, je les lis tout pour les offrir en réparation des péchés commis la nuit. 


4) Une jeune retraitante, Y du diocèse de Suwon : Naguère, j'avais renoncé à lire la Bible, mais, je porte toujours la Bible dans mon sac pour la lire et en méditer la Parole de Dieu chaque fois que je trouve un moment. Comme je porte aussi le livre de prière "sur la façon de transformer notre vie en prières", j'ai appris par coeur les prières. En particulier, je fais des efforts pour être attentive et appliquée pendant la messe. Jadis, j'ai employé un langage grossier, et proféré des injures , mais, j'ai drôlement changé la manière de parler rude après que je lis la Bible (Marc 7,14-23) que ''ce qui sort de l'homme, voilà ce qui le rend impur. Car c'est du dedans, c'est du coeur des hommes que sortent les mauvaises ...'' De plus j'avais du courage de me réconcilier avec mes parents même après une querelle avec eux. C'est quelque chose que j'essaie de faire pour la première fois de ma vie. J'essayerai de vivre une vie de ma gratitude qui ne se démente jamais, Gloire, louanges au Seigneur et à la Vierge !


5) Une jeune retraitante, C du diocèse de Jeonjoo : Naju est vraiment le lieu de la Vérité où le Seigneur et la Vierge vivants sont toujours avec nous. Ayant suivi la retraite du premier jour, mon cœur est embrasé d'amour ardent pour le Seigneur et la Vierge. Je me suis rendue compte que le Seigneur et la Vierge sont vraiment avec nous à chaque moment. J'ai reçu aussi la guérison physique et spirituelle. Oh ! Comme c'est grand et infini, l'Amour du Seigneur et de la Vierge ! C'est merveilleux !

 

"AUTORITE ET CHARISME A NAJU"

Mgr. Michelini, dans : Confidences de Jésus,

"Etant donné que le charisme authentique, c.à.d. provenant de l'Esprit Saint, élève toujours aux yeux du peuple, celui (ou celle) qui en est investi, on a craint qu'il abaisse ou éclipse la dignité de l’évêque. Or, le charisme extraordinaire, donné par l'Esprit saint, a comme but la complémentarité des charismes ordinaires, ceux des évêques et des prêtres.

Il ne devrait jamais y avoir d'opposition entre la hiérarchie et les charismes véritables et authentiques. Car si sur un fil où se trouve déjà une puissance électrique déterminée, on en introduit une autre, il n'en résulte aucun dommage, étant donné que les deux puissances se fondent en une seule."

On ne saurait mieux résoudre le problème théologique des charismes, en mots de notre temps, compréhensibles pour tous."

Et me voilà rendu à Naju, en Corée, où la "Déclaration" de l'Archevêque de Kwangju semble craindre une sorte d'atteinte à son autorité.

D'après ce texte de Mgr Michelini, on devrait plutôt encourager les réunions de prières authentiques, surtout en groupes considérables et festifs car ce qu'Alexis Carrell affirmait déjà dans son temps reste vrai : "La prière est la forme d'énergie la plus puissante que l'on puisse susciter, une forme aussi réelle que la gravitation universelle".

Actuellement, Dieu se manifeste souvent visiblement et extérieurement par égard à notre faiblesse et à notre peu de foi par la lumière et par le feu ou d'autres signes préternaturels, comme le saignement de statues, l'exsudation d'huile ou des parfums exquis, ou même par des hosties qui tombent visiblement de la croix ou qui changent en chair et en sang... et bien d'autres phénomènes encore. Car rien n'est impossible à Dieu pour attirer notre attention sur sa bonté et sa miséricorde infinies et pour faire comprendre à ses pauvres enfants pécheurs et pécheresses qu'il les attend avec un coeur grand ouvert et compatissant, qui pardonne toute faiblesse et toute erreur volontaire ou involontaire.

Rév. Louis Bosmans, Prof. agrégé, Canada.

 

"UN DANGER DE FAUSSE LECTURE : L'IDEOLOGIE"

J'appelle ici idéologie : la distorsion, consciente ou inconsciente, d'un fait réel afin de l'utiliser à l'intérieur d'un système préconstruit. Il y a idéologie quand les faits sont mutilés dans leur réalité concrète, ou quand leurs proportions réelles sont déformés en fonction d'un but bien précis : projeter une lumière différente non seulement sur la signification subjective de l'ÉVÉNEMENT, mais sur sa valeur objective elle-même "Dans ce contexte, l'idéologie est mutilation des faits, négation de la vérité effective des choses, insertion forcée des EVENEMENTS dans un univers signifiant qui n'est pas le leur. Un idéologue n'écoute pas attentivement les faits, mais s'impose à eux, les mutile ou les amplifie à son service, en niant leur réalité. Il fuit la réalité, ne lui reconnaît pas ses droits, ferme les yeux sur elle, et construit tout un système absolu sur un fondement fragile et falsiflé.

Quand on s'est mis dans une disposition d'écoute de l'ÉVÉNEMENT, quand on a mis en oeuvre tous les instruments d'analyse objective offerts par les sciences, alors il ne s'agit pas de juger immédiatement, mais d'abord de comprendre (discerner) les signes des temps.

On ne peut comprendre l'ÉVÉNEMENT si on ne se remet pas en question face à lui, si on ne cherche qu'à se défendre des risques où à éviter le danger, si l'on n'est pas capable de risquer soi-même et de se jeter au milieu de l'aventure humaine. Il faut au départ être ouvert à un partage sympathique avec les EVENEMENTS et ne pas toujours les considérer comme ennemis. Il faut une disposition cordiale envers les EVENEMENTS ; ce n'est qu'ainsi qu'on les comprendra et pourra les interpréter.

Voilà pourquoi notre monde chrétien de théologiens, d'hommes d'Eglise, est si en retard pour comprendre les signes des temps."

Et voilà pourquoi je doute sérieusement de l'objectivité avec laquelle ladite Commission Episcopale de Kwangju a fait son travail et a fait son rapport qui me semble manquer d'honnêteté intellectuelle et de charité chrétienne en accusant une personne simple et sans défense d'intentions malhonnêtes ou mensongères qui n'ont aucun rapport avec la réalité des vrais FAIS ET EVENEMENTS DE NAJU.

Rév. Louis Bosmans, Prof. agrégé, Canada.

 

"LES EVENEMENTS DE NAJU :
A CONDAMNER ?
"

Je m'appuie sur un texte de Don Domenico Marcucci, paru dans Stella Maris # 332, décembre 1997 par rapport à San Damiano, mais qui, à mon avis, peut très bien s'appliquer à Naju.

"Dans le domaine des charismes... on ne peut se limiter uniquement à l'aspect officiel, déjà parce que celui-ci reflète un seul aspect de la réalité et non tout son ensemble.

Nous savons que la norme, pour de tels faits, est de décourager.

Il ne nous appartient pas d'affirmer si une telle norme est ou n'est pas à l'avantage de l'Eglise, mais nous ne pouvons faire moins que de constater que, si dans l'Eglise ou éliminait les charismes et leurs effets sur les fidèles, combien de conversions, combien de prières, combien de pénitences, combien de bonnes oeuvres y aurait-il en moins ?

Il faut également prendre en considération le fait que le bien ne commence pas quand le charisme est approuvé, mais bien avant.

Des notices concernant des phénomènes supranaturels, il nous en arrive beaucoup. Discerner n'est pas facile, certes ; mais je crains qu'une absolue fermeture conduirait à ne pas être attentifs au rendez-vous de Dieu et à ne pas tenir suffisamment compte du critère que Notre Seigneur nous a Lui-même proposé : "A leurs fruits vous les reconnaîtrez".

Les interventions épiscopales ne sont pas irréformables, même si nous savons combien il est problématique de corriger des décisions antérieures. Mais les coordonnées ne manquent pas sur ce sujet et on peut dire qu'il est bien rare qu'un charisme soit approuvé pacifiquement par l'autorité ecclésiale dès le début.

Dans les cas où on ressent l'opportunité de changer d'avis et de dispositions, on se sert toujours de formules adaptées pour rendre la chose le moins apparente possible.

En fin de compte cette méthode a prévalu dans le cas de Padre Pio lorsqu'ont été rendues "inactives" les diverses interventions restrictives du Saint Office, dues aux calomnies "de haut" et pas toujours vérifiées auprès de l'intéressé.

En plaisantant, un ami me disait que Padre Pio s'il sera béatifié le sera en ayant sur les épaules au moins six condamnations ecclésiastiques non encore officiellement retirées."

Et le rédacteur en chef de Stella Maris, André Castella, poursuit : "J'ai voulu prendre l'avis d'un religieux, professeur à l'université de Fribourg, de renommée mondiale. Il nous a dit que la coutume dans l'Eglise est de considérer toute déclaration officielle positive dans un sens large, et toute déclaration négative dans un sens restrictif. Autrement dit, tout ce qui n'est pas expressément défendu est autorisé."

Suite à ces réflexions de personnes honnêtes et compétentes, j'ose penser que les faits de Naju ont été mal étudiés et par la suite mal jugés. Toutefois la déclaration de l'Evêque de Kwangju doit être respectée dans son diocèse, car c'est lui qui en porte toute la responsabilité devant Dieu.

Mais cela n'empêche pas que tout chrétien a le droit et même le devoir d'exprimer son désaccord sur cette "Déclaration" si tel est le cas, car ni l'évêque, ni son comité sont infaillibles en cette matière.

Rév. Louis Bosmans, Prof. agrégé, Canada.

 

"DU PRETERNATUREL A NAJU"
(Dr. A. Tanqueray dans Précis de Théologie Ascétique et Mystique)

Qui est en dehors de la nature.

Le mot est employé pour désigner des dons gratuits mais non pas surnaturels, que Dieu avait accordés à l'humanité originelle et qu'elle a perdus par le péché originel.

Ces dons étaient :

1 - LA SCIENCE INFUSE :

La science infuse est le privilège des anges. C'est la connaissance de toutes les vérités de base et une certaine facilité pour acquérir la science expérimentale.

2 - LA MAITRISE DES PASSIONS :

Pour faciliter la lutte contre la triple concupiscence :

a. Recherche désordonnée du plaisir des sens.
b. Curiosité malsaine et amour désordonné des biens terrestres.
c. Orgueil : vanité, égoïsme, vantardise, hypocrisie, jalousie etc...

3 - PRESERVATION DE LA MALADIE ET DE LA MORT :

Par nature, l'homme est sujet à la maladie et à la mort.

* * *

Après la lecture de ces textes, je conclus :

Dieu reste le maître de ses dons et il peut les accorder à qui il veut, comme il le veut et quand il le veut. Actuellement il le fait le plus souvent par les dons de l'Esprit, qui sont très variés y compris les dons de guérison et le don de faire des signes extraordinaires et même des miracles, car "Rien n'est impossible à Dieu".

Si la Commission Episcopale de Kwangju pense que Julia peut agir par l'intermédiaire de ce genre de "dons" comme elle le dit dans sa "Déclaration" et je cite : "Perhaps they can be said to show some preternatural power." Je dois la féliciter de sa clairvoyance, car alors elle reconnaît implicitement l'authenticité des charismes de Julia, de ses témoignages et aussi des phénomènes extraordinaires qui s'y produisent.

Bravo.

Mais qu'elle soit alors aussi logique dans ses conclusions et ne condamne pas une innocente parce que la dite Commission est incapable de prouver la "super naturalité" de ces phénomènes. Ce n'est pas son rôle, ni de sa compétence.

Rév. Louis Bosmans, prof. agrégé, Canada.

 

"LES DONS SPIRITUELS DE L'ESPRIT SAINT ET NAJU"

"Les dons spirituels (charismes) se répandent de nouveau à profusion, renouvelant les merveilles des débuts de l'Eglise, et la célèbre prophétie de Joël, citée par l'apôtre Pierre dans son premier discours de la Pentecôte (Ac 2, 16-21) trouve sous nos yeux une nouvelle réalisation.

Certains sont réticents, voire franchement hostiles, face à ces dons de Dieu. La Révélation publique nous suffit, disent-ils. Or, les révélations privées ne disent rien de nouveau par rapport à elle, mais elles éclairent l'Ecriture Sainte d'une vive lumière et nous aident à y découvrir ce qui était encore caché, implicite.

Les charismes de La Salette, Fatima, Garabandal, Sans Damiano, Don Gobbi, L'Escorial, Medjugorje, Luisa Picaretta, Maria Valtorta, etc., le confirment.

Voilà qui devrait réconcilier gardiens sourcilleux de la Révélation officielle et humbles fidèles qui puisent un surcroît de foi, d'espérance et d'amour dans les charismes que "l'Esprit Saint prodigue de nos jours avec surabondance."

En lisant ce texte très révélateur, clair et concis, je me demande ce que la "Commission d'Enquête" sur les événements de Naju avait dans la tête : enquêter ou condamner. Il me semble d'après les rapports reçus de bonne source, venant directement de la Corée, que cette commission n'a pas fait un travail sérieux ni honnête et qu'elle ne visait que la condamnation pure et simple de personnes honnêtes et d'événements qu'elle ne pouvait expliquer rationnellement selon ses préjugés.

Alors, rien de plus facile que de jeter le soupçon sur la sincérité des personnes concernées et sur l'authenticité des événements. Cette façon d'agir n'est pas digne d'une Commission Episcopale dont on suppose objectivité, honnêteté et respect des personnes.

Rév. Louis Bosmans, prof. agrégé, Canada.

 

"SURMONTER LA PEUR
FACE AUX MANIFESTATIONS EXTRAORDINAIRES DE DIEU
A NAJU
"

(MGR. ALFONSO CABEZAS ARISTIZABAL)
Ev
êque de Villavicencio Columbia

(Il s'adresse aux Pères du Synode à Rome : Janvier 1998)

"Dieu se manifeste de façon extraordinaire par des guérisons spirituelles, physiques et communautaires, par des visions, des messages et des apparitions - phénomènes inexplicables par le discours rationnel normal, utilisé pour notre travail pastoral ordinaire.

Nous devons surmonter la peur naturelle de faire des erreurs lorsque nous sommes confrontés à un phénomène que nous ne pouvons contrôler."

Nous avons beaucoup à apprendre de l'enthousiasme des groupes de prières et autres activités organisées par eux qui attirent fortement beaucoup de baptisés.

"L'Esprit Saint guide actuellement bien des gens au sein de l'Eglise vers une participation à de petits groupes dynamiques et vers des communautés où ils peuvent vivre plus pleinement leur rencontre avec Jésus Christ.

Il nous faut ouvrir les portes de nos diocèses aux différentes formes de charismes suscitées par l'Esprit. Mais pour le bien des fidèles et l'unité du diocèse, de tels groupes devraient être accompagnés et guidés par un représentant de l'évêque afin d'intégrer à la vie de l'Eglise les expériences positives. Puisque de telles manifestations attirent ostensiblement un grand nombre de fidèles, les évêques doivent éviter les attitudes négatives, les refus simplistes et les incompréhensions dues au manque d'intérêt." (Informateur Catholique, Canada)

La Curie Episcopale de Kwangju pourrait en prendre note et agir en conséquence à propos des événements et messages de NAJU.
 

Rév. Louis Bosmans, Prof. agrégé, Canada.
 

"TEMOIGNAGES A NAJU"

C'est depuis le Concile Vatican II que le mot "témoignage" est entré dans le vocabulaire courant de l'Eglise.

Ce mot revient plus de cent fois dans les textes conciliaires. C'est que l'Eglise est fondamentalement construite, bâtie sur le "témoignage" des premiers chrétiens et que de plus en plus le monde est sensible aux témoignages de toutes sortes de personnes et d'idéologies.

Il y a différentes sortes de témoignages :

1- Rapport précis de ce que l'on a vu ou entendu ou vécu dans une circonstance particulière.
2- Rapport semblable au premier mais avec un engagement jusqu'à se compromettre si nécessaire.
3 - Une profession publique de ce qu'on a vécu avec engagement total de sa vie. C'est le cas des martyrs.

On se rend compte de l'importance des témoignages dans les réunions publiques, surtout celles de prières, dans lesquelles on "témoigne" de son vécu, des grâces obtenues, des guérisons etc. On le constate dans toutes les réunions de prières sérieuses et importantes, comment le Seigneur est à l'oeuvre dans les corps, les coeurs et les âmes des "témoins" et cela à l'édification de tous les participants. Et avec raison on peut dire que ces témoignages sont comme une preuve de l'authenticité de l'intervention divine à ces endroits et dans ces réunions.

Alors, par rapport aux événements de Naju, on peut vraiment dire que, vu les témoignages nombreux d'évêques, de prêtres et de laïcs, il ne peut pas persister un seul doute raisonnable sur l'authenticité des événements ni des messages.

Rév. Louis Bosmans, Prof. agrégé, Canada.

 

"DES MIRACLES A NAJU POURQUOI PAS ?"

Pour ceux qui ne croient pas à la possibilité des miracles, il n'y en aura jamais, car les pires aveugles sont ceux qui ne veulent pas voir.

Un vrai miracle se produit lorsque Dieu, par son intervention directe, change l'application de ses propres lois naturelles. On peut souvent douter de sa propre observation, si elle est objective ou pas, mais lorsqu'il y a plusieurs témoins du même phénomène, ce doute même devient douteux.

Bien sûr que nous ne pouvons pas comprendre "comment" le miracle se produit, car cela dépend du bon vouloir de Dieu et non pas de notre compréhension.

Le plus grand miracle reste la Résurrection de Jésus et sa Présence dans l'Eucharistie. Bien sûr qu'il a donné ce pouvoir aux prêtres, validement ordonnés et voulant faire ce que veut l'Eglise, mais rien n'empêche qu'il le fasse encore lui-même dans certaines circonstances particulières.

La même chose vaut pour d'autres miracles comme certaines guérisons de maladies graves et incurables pour notre médecine actuelle.

Le phénomène miraculeux n'oblige personne à y croire car nous avons notre volonté libre à laquelle est soumise aussi notre intelligence et ainsi nous pouvons toujours nier, malgré toute évidence, qu'un miracle s'est produit. Car aveugle est celui qui ne veut pas voir.

Lors qu'actuellement il y tant de personnes qui ne croient pas ou plus aux miracles, c'est qu'ils ne le veulent pas, car cela les dérange.

Le miracle est toujours un don, une grâce pour ceux qui en sont les témoins ou en entendent parler. Celui qui refuse obstinément d'y croire risque sa propre perte, car ce refus à priori est un signe d'orgueil qui est la source de bien d'autres défauts.

A celui qui dit : "Dieu a fait des lois naturelles et il ne les abroge jamais !" on peut facilement objecter : "Comment le sais-tu ? Pour quelle raison ne le pourrait-il pas, puisque c'est lui qui les a faites ?"

En effet, Il le fait parfois pour nous rappeler que c'est Lui le Maître de l'univers et pour nous rapprocher de lui par la foi et la confiance en ses signes évidents.

Louis Bosmans prof, agrégé. Canada.

 

"LA FIN DES MIRACLES EUCHARISTIQUES A NAJU ?"

Je me pose la question, non pas parce que je crois que la Sainte Vierge soit mécontente de l'évolution des attitudes humaines par rapport aux "Evénements de Naju" mais plutôt à cause des réactions provoquées par la "Déclaration" de l'Archevêque de Kwangju.

Ne serait ce pas justement cela qu'elle voulait provoquer par ces miracles ?... Provoquer ses ennemis à se montrer publiquement afin que tout le monde sache à qui on a affaire et quels sont leurs arguments contraires à la doctrine "orthodoxe" de l'Eglise à propos de l'Eucharistie et ne même temps encourager ses enfants fidèles à se grouper puissamment autour d'Elle et du Saint Père dont les enseignements sont bien clairs à cet égard. Avec son Fils elle a clairement fait voir par ces miracles que Jésus est réellement, physiquement, présent dans l'Eucharistie avec son Corps et son Sang, ce que certains théologiens modernistes contestent actuellement et ce que plusieurs prêtres ne croient plus, même s'ils continuent à célébrer la messe. Ce n'est rien de nouveau dans l'histoire de l'Eglise. Elle a dû préciser tout au long des 2000 ans de son histoire sa foi en la présence réelle de Jésus dans l'Eucharistie. Et spécialement dès que le rationalisme a commencé à dresser la tête dans les esprits universitaires de l'Europe de l'Ouest.

 

"LA PRESENCE DE JESUS DANS L'EUCHARISTIE PAR
LA TRANSSUBSTANTIATION
"

Suite à la "Déclaration" de l'Archevêque de Naju, en Corée, sur les Evénements de Naju, la polémique sur le Présence Réelle du Christ dans l'Eucharistie est de nouveau à l'ordre du jour. Mais cela n'est rien de nouveau, comme nous le verrons. La Sainte Eglise a toujours dû se défendre contre certains "théologiens" qui semaient le doute et le désarroi parmi le peuple chrétien.

Bérenger de Tours (1005-1088), se basant sur des objections philosophiques, niait la transsubstantiation du pain et du vin et la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie. Il est un de précurseurs des erreurs des protestants et de certains théologiens, dits catholiques, de notre époque, qui veulent tout ramener à des opinions pseudo-spiritualistes et symboliques.

Le concile de Rome a obligé Bérenger de Tours, le 11 février 1079 à se rétracter comme suit:

Le pape Innocent III écrit à l'ancien archevêque Jean de Lyon, le 29 novembre 1202, qui l'avait interrogé à propos de ce "mystère de la Foi". :

Et le même pape écrit à l'Archevêque de Terragone, le 18 décembre 1208 à propos de la réintégration de Vaudois convertis. Ils doivent faire une profession de foi catholique dans laquelle ils affirment leur foi concernant la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie :

La transsubstantiation est confirmée encore à plusieurs reprises par des Conciles oecuméniques et proclamée comme doctrine de Foi, à accepter par tous les catholiques, y compris les théologiens. L'Eglise proclame une "certitude" et non pas une "opinion".

Concile de Latran (11 novembre 1215) :
Concile de Florence (22 novembre 1439) :
Concile de Trente (11octobre 1551) :

On doit donc se méfier de tous ceux qui dans leurs écrits ou leurs conférences disent qu'on doit trouver une nouvelle formulation pour exprimer cette présence du Christ dans l'Eucharistie. Est-ce que cela voudrait dire que les chrétiens de notre époque seraient moins intelligents que ceux des siècles passés ? Si des théologiens peuvent trouver une formulation de la transsubstantiation plus exacte, sans rien retrancher à la vérité de la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie, telle que ce mot l'explique et que la Sainte Eglise le comprend, tant mieux, mais j'en doute fort, car depuis tant de siècles ils en discutent sans rien trouver de plus exact. Alors laissons ces "spécialistes" à leurs ordinateurs théologiques, mais conservons notre Foi Catholique en la Présence vraie et réelle du Christ dans ce Saint Sacrement par lequel Il veut s'unir à nous d'une façon divine que les humains ne comprendront jamais puisque c'est un mystère de son Amour infini et miséricordieux. Mysterium Fidei = Mystère de la Foi !

Rév. Louis Bosmans, Prof. agrégé, Canada..

 

"LES PHENOMENES ET MESSAGES DE NAJU
ACCUEIL OU REJET
"

Ayant appris avec surprise le rejet en bloc des Phénomènes et Messages de Naju par l'Archevêque de Kwangju, je me suis informé dans le "DICTIONNAIRE DE LA VIE SPIRITUELLE (éd. du Cerf 1983) où S. De Fiores écrit sous le titre "VOYANT" ce qui nous porte à réflexion :

"Au sein de l'Eglise c'est parfois une attitude sévère et répressive qui a prévalu à l'égard des voyants, des apparitions et de toute espèce de prophétisme.

Depuis Vatican II on accorde plus de latitude à l'élément charismatique, puisque "l'Esprit Saint en distribuant à chacun ses dons comme il l'entend (1 Co 12, 11) dispense aussi parmi les fidèles de tout ordre des grâces spéciales, par lesquelles il les rend aptes et prompts à se charger d'oeuvres et d'offices divers, profitables au renouveau et au développement de l'Eglise." (I.G. 12)

Si l'Eglise est fille de l'Esprit, lequel éveille et suscite les charismes chez les fidèles, on ne saurait les nier ou s'y opposer sans négliger le plan de Dieu et ses prévenantes attentions. C'est pourquoi Vatican II, tout en insistant sur la nécessité d'un examen des dons extraordinaires de la part de l'autorité ecclésiastique, invite à une attitude d'ouverture prudente et joyeuse". Ces charismes, qu'ils soient éclatants ou plus simples et plus largement répandus, sont très appropriés et très utiles aux nécessités de l'Eglise : il faut donc les recevoir avec actions de grâces et consolation." (I.G. 12)

Outre qu'elle n'est pas évangélique ni respectueuse de la liberté religieuse (DH 1-2), la méthode répressive est vouée à l'échec parce qu'elle conduit à la formation de sectes ou de groupes fermés, et non à leur élimination ; de plus elle ne tient pas compte du contenu positif et des valeurs dont les voyants sont porteurs, privant ainsi la communauté de stimulants utiles pour rémédier aux carences et aux déviations de la pratique ecclésiale dans une période donnée de l'histoire (...).

 

"LES MERVEILLES CONTINUENT A NAJU"

J'ai eu le bonheur de visiter encore Naju du 14 au 27 Octobre 2002.

En arrivant avec d'autres pèlerins de Belgique, de France, et du Canada, on a été surpris de voir la Vierge dans la chapelle qui nous donnait une impression de tristesse, comme une Mère, qui a fait tout les efforts possibles pour sauver quelques uns de ses enfants et qui n'a pas réussi à cause de leur indifférence ou de leur incroyance.

C'est sûr que ceux qui viennent à Naju avec un coeur sincère, ne tombent pas dans cette catégorie, mais il y en tant d'autres qui feraient bien d'y aller, et qui le savent bien intérieurement, mais qui ne le font pas pour "sauver la face" ou pour des motifs peu avouables.

Il n'y avait pas de parfum de roses non plus, sauf dans la petite boîte qui protège l'endroit où une hostie est tombée.

Par contre, on voit que la statue a commencé ce matin à exsuder de l'huile sur le visage près de l'oeil gauche.

Il y a continuellement des gens qui arrivent pour prier et lorsqu'ils voient un prêtre, ils demandent sa bénédiction.

Mardi le 15 octobre, Julia nous montre sur la montagne une petite boîte avec une pierre ensanglantée, ramassée sur le chemin de croix il y a quelques mois. Le sang est toujours bien liquide et rouge après tant de temps. Sur la quantité considérable d'autres petites pierres, mises dans un bassin avec une coupole transparente par-dessus, on ne voit plus rien.

En arrivant dans la chapelle, le jeudi matin du 17, il y a de nouveau un parfum agréable de roses. Dans l'après-midi il y a un groupe de Malaisiens qui arrive et le soir nous assistons à la réunion de prières, dirigée par des laïcs. Il y a environ 150 personnes pour cette belle réunion, qui finit par l'imposition des mains, durant laquelle beaucoup de gens reçoivent le "Repos dans l'Esprit". C'est impressionnant.

Samedi le 19, nous montons à la montagne avec des gens de Hong Kong et les Malaisiens pour faire le chemin de croix et dire la messe sur un gros bloc de pierre à la fin du chemin de croix, près d'une grande statue du Sacré Coeur de Jésus. Un phénomène surprenant arrive, car sur le rocher il y a tout d'un coup 16 taches d'huile parfumée, pendant qu'on se prépare pour la messe. Tout le monde voulait les voir et les sentir et toucher.

A 21 heures commence la prière nocturne, dirigée par des laïcs, en présence de 500 à 600 personnes. C'est extraordinaire : les prières, les chants, les témoignages, bénédiction finale et "Repos d ans l'Esprit" d'un grand nombre.

C'est vraiment dommage qu'il n'y a pas de prêtre permanent sur place, car il y a tant de bien à faire et le peuple, les petites âmes, le désirent avec empressement, suite aux désirs de la Sainte Vierge et de Son Fils Jésus. Nous ne pouvons que prier pour que cela n'arrive pas TROP TARD.

Père Louis Bosmans, Canada.


"LETTRE AU SAINT PERE ET AU CARDINAL RATZINGER (BENOIT XVI)"

A Sa Sainteté Jean Paul II                                                Paspébiac (Canada) le 31 mai 2001
Cité du Vatican
ROME
 

Très Saint Père,

En ce dernier jour du mois de Mai, en la Fête de la Visitation, je Vous adresse cette lettre à propos des Evénements de Naju (Corée du Sud), dont Vous êtes sûrement déjà au courant. Ceci est donc seulement un aperçu personnel de ce qui se passe à cet endroit.

J'ai eu le bonheur d'y aller la première fois en 1989 et depuis j'y ai été plusieurs fois. En quelques mots je Vous explique ce que j'y ai constaté personnellement.

Le 13 Octobre 1989 je suis allé au Congrès Eucharistique à Séoul, où j'ai eu le bonheur de concélébrer avec Vous et beaucoup d'autres Evêques et Prêtres la Sainte Messe à l'immense Place Yohido. Quelle belle célébration !

(1) - Le 13 octobre 1989.

Accompagné du Père Raymond Spies, directeur spirituel de Julia Kim j'ai pu me rendre à Naju à la salle chapelle, où se trouve la petite statue de la Vierge, propriété de Julia. Le soir, nous y avons récité le chapelet avec quelques autres personnes. Le lendemain matin, on nous a téléphoné de venir tout de suite parce que la statue de la Vierge suintait des larmes de sang qui avaient déjà coulé sur sa robe jusqu'au pieds. Nous sommes donc partis immédiatement pour constater la véracité de ce phénomène surprenant. Nous l'avons examinée de près en tenant la statue dans nos mains et le sang qui suintait encore de tout le corps me fait penser à l'agonie de Jésus au jardin d'oliviers. Puis nous avons commencé à dire le chapelet en Coréen, dirigé par Julia. Après quelques dizaines, elle s'arrête subitement et glisse sur le côté droit. Elle est inconsciente, respire à peine, la bouche légèrement ouverte. Elle émet des sons plaintifs assez forts avec des convulsions et des mouvements pleins de douleurs. Cela dure environ 2h 45. Après avoir repris conscience elle nous dit avoir subi la passion du Seigneur ainsi que celle de plusieurs martyrs Coréens. Des photos et vidéos ont été prises par un photographe professionnel de Naju.

(2) - Le 19 octobre 1993 (Pèlerins de Belgique)

La statue de la Vierge suinte de l'huile parfumée et sur la montagne nous buvons de l'eau de la source de la Vierge et celle du Sacré Coeur. Cette eau est comme parfumée. On voit un "miracle" du soleil qui tourne rapidement sur son axe et émet des pulsations. Je le vois à travers l'objectif de ma vidéo caméra car la lumière est trop forte pour mes yeux. De retour à la salle chapelle, il y a déjà des centaines de personnes pour la prière nocturne de 9h du soir à 6 h du matin. Un fort parfum de roses nous accueille à cet endroit. Pourtant il n'y en a pas aux alentours. Julia subit les douleurs des bébés avortés jusqu'au moment où je lui impose les mains avec une prière à St. Michel. Son ventre très gonflé et douloureux se désenfle en quelques secondes. Les prières, les chants, les témoignages, les méditations, dirigés par Julia, sont splendides et très impressionnants. Beaucoup de gens pleurent de joie ou de repentir. L'imposition des mains par les prêtres et Julia est toujours très impressionnante à cause du repos dans l'Esprit que beaucoup reçoivent. C'est le 7e anniversaires des larmes de la Vierge.

(3) - Le 2 octobre 1994 (Pèlerins de Belgique)

Un suintement d'huile et un parfum fort sortant de la statue remplissent la salle. Les statues que nous avons achetées commencent à émettre le même parfum. C'est la célébration nocturne du 1er samedi du mois et la salle est pleine à craquer comme d'habitude. Prières, chapelet, litanie de la Ste Vierge, chants religieux, médiation sur la Passion du Seigneur, imposition des mains par les prêtres présents et par Julia, tout cela dans une atmosphère de joie et de piété intense, nous touchent beaucoup, Belges plutôt froids et réservés. Le peuple Coréens sait prier avec son coeur.

(4) - Le 30 juin 1995 (Pèlerins de Belgique)

Je suis de nouveau avec un groupe de pèlerins belges à Naju. Nous assistons à la messe paroissiale de 19h. Après avoir reçu la sainte hostie sur la langue, Julia sent qu'elle se transforme en chair et en sang. Son mari Julio me fait signe d'approcher avec ma caméra et ainsi je peux tout filmer de très près, ce qui fait que les images sont bien claires et précises. Un très agréable parfum de fleurs se dégage d'elle en pénètre mes propres vêtements à tel point que les gens veulent me toucher aussi et recevoir ma bénédiction.

Après la messe on se rend à la salle de la Vierge où Julia subit encore une fois les douleurs des enfants avortés. Les prières durent toute la nuit et vers 3h du matin tombent à l'improviste 7 hosties du crucifix au dessus de la Vierge. Julia essaie de les attraper dans ses mains, mais elle ne réussit pas. Les hosties restent donc aux pieds de la statue. Je l'ai vu de près, car j’étais à côté de Julia. Toute la foule est abasourdie par cet événement et beaucoup pleurent d'émotion. On ne touche pas aux hosties. Sur l'ordre de l'Archevêque de Kwangju elles seront données en communion à 7 personnes le lendemain. A ce moment, lorsque l'hostie change de nouveau en chair et en sang dans la bouche de Julia, un prêtre touche avec son doigt ce sang et signe un enfant moribond dans les bras de sa mère, et l'enfant reprend vie et est en parfaite santé maintenant. (Les parents en ont témoigné par écrit)

(5) - 19 octobre 1996 (Pèlerins de Belgique)

J'assiste avec mon groupe belge à la messe paroissiale. A la communion, l'hostie change de nouveau en chair et en sang dans la bouche de Julia. Je filme un peu, car je suis mal placé. Julia tombe en extase durant quelques minutes et quand elle revient, elle écrit sur une feuille qu'elle ne pourra plus parler durant 3 heures. Pourtant il y a une grande réunion prévue dans le stade sportif de Naju. Il y a une nuit de prières très bien préparée pour les 2500 personnes présentes. Le témoignage impressionnant d'un pasteur protestant qui a redécouvert la dévotion à Marie et l'Eucharistie touche beaucoup de coeurs. A la fin il y a l'imposition des mains par les prêtres et par Julia, comme d'habitude.

(6) - 3 mai 1997 (Pèlerins de Belgique)

Après une visite aux sources dans la montagne, nous revenons pour la messe paroissiale et la célébration nocturne à la salle de la Vierge. Tout se passe comme d'habitude dans une atmosphère de profonde piété pour finir avec l'imposition des mains, toujours impressionnante.

(7) - 6 juin 1998 (Pèlerins de Belgique)

Très belle célébration nocturne à la salle de la Vierge, conduite uniquement par des laïcs. Julia n'est pas présente à cause de l'interdiction de l'Archevêque de Kwangju. Ceci n'a aucunement diminué le nombre des personnes présentes, ni la ferveur de la célébration. La salle est remplie à pleine capacité et beaucoup d'autres suivent les prières dehors devant des appareils de télévision, en circuit fermé, comme d'habitude. Nous sommes seulement 2 prêtres belges reconnaissables à leur col romain. Probablement il y en a d'autres en civil. Nous sommes donc les seuls pour l'imposition des mains à la fin de la célébration, ce qui nous prend pas mal de temps quoique nous ne prions que quelques secondes pour chacun en flamand, mais cela ne change en rien l'effet de la grâce du repos dans l'Esprit.

(8) - 25 mai 1999 (Pèlerins de Belgique)

Encore une fois c'est de l'huile parfumée qui coule sur la statue de la Vierge, ce qui nous attire vers elle. Nous ne sommes que 2 en ce moment. En nous approchant de la statue, la personne qui m'accompagne tombe dans le repos de l'Esprit sans que je lui impose les mains.

(9) - 9 juin au 9 juillet 1999 (Pour vivre au jour le jour durant un mois ce qui se passe à Naju)

Nous sommes seulement 2 personnes pour cette "étude au jour le jour". Voici le résumé de cette expérience :

 

"NAJU AU JOUR LE JOUR"
Par Louis Bosmans Prof, Canada.

J'ai eu le bonheur d'être présent à Naju durant tout un mois et ainsi j'ai pu suivre toutes les activités du matin au soir.

La chapelle se trouve dans un des faubourgs les plus pauvres de Naju, à l'Est de la porte du Sud, restaurée depuis quelques années. En face de la chapelle, qui mesure à l'intérieur environ 30 m x 40 m et qui est située près d'une rivière fortement canalisée, demeurent dans de petites maisons basses, collées les unes contre les autres, bien des gens, principalement des bouddhistes ou bien d'autres sans aucune religion et quelques catholiques et protestants. Cette population ne trouvait pas cela tellement intéressant de voir arriver tant d'étrangers si près d'eux car cela les dérangeait dans leur calme habituel, mais ils s'y sont habitués en se rendant compte que ces pèlerins ne sont pas dangereux, mais gentils et aimables. Et ainsi, ils montrent aussi leur propre gentillesse naturelle envers eux.

En face de la chapelle se trouve une grande, très belle statue de la Vierge en fibre de verre et au-dessus de l'entrée, à droite, une grande statue du Sacré Coeur de Jésus.

Selon l'usage coréen, personne n'entre avec des souliers aux pieds. Puis on est supposé de saluer d'abord la petite statue de la Vierge dans sa niche en avant de la chapelle. Beaucoup de Coréens font cela selon leur ancienne coutume Bouddhique par une salutation solennelle, très belle et respectueuse. Cette statue d'environ 30cm se trouve en avant sur une sorte d'autel sur une estrade et c'est la même statue qui a pleuré pour la première fois dans la maison de Julia, à qui elle appartient, en 1985. Depuis, elle a pleuré durant 700 jours des larmes ordinaires, puis des larmes de sang, ensuite elle a exsudé de l'huile parfumée en actuellement elle dégage un parfum plus ou moins fort selon les circonstances et la dévotion des pèlerins.

Juste en face de cette statue, au bas de l'estrade, se trouve une petite caisse bien simple couverte d'une vitre amovible pour indiquer avec précision la place où une grande hostie est tombée de la croix juste devant le Père Raymond Spies qui y priait en présence de Julia le 27 août 1997. Ceci fut filmé heureusement par une caméra automatique qui a tout enregistré. Preuve pour les rationalistes qui veulent voir avant de croire ! Une caméra ne montre quand même que ce qu'elle voit ! A cet endroit se dégage toujours un parfum assez fort pour lequel il n'y a pas d'explication naturelle. Tout le monde, croyant ou pas, peut le constater personnellement.

La chapelle est ouverte à 6 heures du matin et fermée à 23 heures. Durant tout ce temps il y a toujours des gens pour prier, certains seulement pour quelques minutes, et d'autres pour des heures entières. S'ils voient un prêtre, ils se lèvent presque toujours pour demander sa bénédiction. Le nombre de personnes varie entre quelques unes jusqu'à des dizaines lorsqu'il y a des groupes de pèlerins qui arrivent et parfois même des centaines. De grands groupes y sont toujours les jeudis soirs entre 20h et 22h lors de la récitation du chapelet, suivi par la litanie de la Ste Vierge et d'autres prières, entrecoupées par des chants et des témoignages. Tout cela est dirigé par deux hommes, agenouillés devant la statue de la Vierge.

Pour nous, occidentaux, c'est toujours très impressionnant de voir comment ces gens vivent ce qu'il font, chantent et disent, cet enthousiasme qui nous est inconnu. A la fin de chaque réunion de prières, les gens me demandaient de les bénir en groupe et ensuite de leur imposer les mains avant de retourner à la maison et la plupart tombaient dans le "Repos de l'Esprit" durant quelques instants.

La plus grande célébration reste toujours celle du premier samedi du mois. Elle commence à 20h pour se terminer à 6h du matin, toute la nuit donc. Alors il manque de place pour le grand nombre de personne, mais dehors ils peuvent suivre la suite de la réunion sur des écrans de télévision. Tout cela est dirigé par des laïcs bénévoles, hommes et femmes, en l'absence de Julia, qui a reçu défense formelle de l'Archevêque de participer à de telles réunions, et elle s'y conforme rigoureusement. Entre temps elle offre au Seigneur sa souffrance terrible pour la conversion des pécheurs et les intentions nombreuses qui lui sont confiées. Julia est gravement malade. Elle souffre d'un cancer du foie et bien d'autres maux pour lesquels les médecins ne trouvent pas d'explication.

Il est interdit aussi par l'Archevêque aux prêtres de dire la messe dans la chapelle, même à ceux qui accompagnent des pèlerins étrangers.

Cette réunion de prières du premier samedi se déroule environ comme suit :

* Tout commence par des chants. Tout le monde participe et les Coréens ont en général une belle voix et le sens du rythme et ainsi tout se passe dans une grande joie. Il n'y a pas de chaises dans la chapelle. Tout le monde est assis par terre sur des tapis bon marché qui y ont été étendus pour l'occasion. Ainsi il y a de la place pour beaucoup de monde : environ 400 et encore une centaine dehors sous une tente.

* Les pèlerins de différents pays étrangers (parfois 10 à 15) sont alors présentés au public et cela cause toujours une grande joie pour les Coréens.

* Suit alors une série de prières alternées avec du chant.

* Ensuite la lecture d'extraits des messages que Julia a reçus dans le passé, mais qui restent toujours actuels.

* Puis une méditation impressionnante sur la passion du Christ qui touche beaucoup de coeurs et qui fait pleurer bien des gens.

* A minuit il y a intermission pour permettre à ceux qui veulent de sortir un peu pour se dégourdir ou pour manger quelque chose. L'équipe de chants continue durant ce temps son apostolat fervent, accompagnée par une orgue électrique et une guitare.

* Vers une heure du matin les activités reprennent par des témoignages de faveurs obtenues, interrompus par des applaudissements et un cantique parfois.

* Si le chapelet n'a pas été récité au début, on le fait maintenant.

* Suit alors une nouvelle période de chants enthousiastes avec beaucoup de gestes dirigés afin de bien conserver le rythme.

* Finalement suivent encore différentes prières qui se terminent par la bénédiction donnée par tous les prêtres présents, pour la plupart des étrangers.

* La grande majorité des pèlerins désire alors encore recevoir en privé l'imposition des mains par une prêtre et presque tous reçoivent alors le "Repos dans l'Esprit" qui se manifeste par une chute brusque, qui les étend par terre pour quelques instants dans une grande paix et joie intérieure. Ceci est très impressionnant.

* A son grand regret et aussi au désappointement des pèlerins, Julia ne participe pas à ces réunions de prières puisque l'Archevêque le lui a interdit et elle se tient strictement à cette interdiction. Une obéissance exemplaire à l'autorité ecclésiastique ! A partir de sa petite fenêtre de chambre en haut de sa maison, elle salue par un geste de la main les partants. Cela ne lui est pas défendu !

* Et ainsi il est environ 5 à 6h du matin !

Puisque la chapelle s'ouvre si tôt le matin et ferme tard le soir et qu'il y a toujours des gens pour prier, ce serait un endroit idéal pour une adoration perpétuelle du Saint Sacrement, et une messe de temps à autre par des prêtres qui accompagnent un groupe de pèlerins étrangers.

Sur la montagne, où deux sources miraculeuses ont jailli, une pour le Sacré Coeur et une pour la Vierge Marie, les 2 Coeurs unis, qui selon la promesse da la Vierge donnent de l'eau pour la guérison des malades, il y a toujours plus de monde, quoique l'accès est encore assez difficile pour les automobiles.

On y a installé provisoirement 2 douches qui permettent aux pèlerins qui le désirent de se laver dans cette eau de source miraculeuse. Tout le monde peut en apporter aussi autant qu'il veut, mais cette eau est aussi gratuitement disponible à côté de la chapelle, où se trouvent 3 réservoirs de 2000 litres chacun. Continuellement il y a des gens des alentours qui y viennent chercher de cette eau.

Plus rien n'est offert en vente publique comme avant dans une petite boutique où on vendait des statues, chapelets, images, etc. Encore une défense épiscopale.

Les Coréens sont très sympathiques envers les étrangers, toujours prêts à rendre service, si possible avec quelques mots d'anglais et surtout avec beaucoup de gestes. Dans les restaurants coréens, on mange avec des baguettes, assis par terre autour d'une table basse, et on vous sert toute une panoplie de petits plats avec toutes sortes de choses que nous ne connaissons pas, les unes plus épicées que les autres. On mange très peu de viande. Certains restaurants commencent à prévoir des tables et chaises à l'occidentale pour les étrangers avec des cuillers et fourchettes pour manger. Les prix sont environ les mêmes qu'en Belgique.

A Naju il n'y a qu'une seule église catholique, celle du Saint Rosaire, à environ une demi heure de marche de la chapelle. Mais les taxis ne coûtent pas cher.

Espérons que bientôt on verra une évolution positive autour de Naju, ce lieu de pèlerinage, non encore reconnu par l'Eglise, mais bien par le peuple chrétien et les Agences de Voyages!

Les voies du Seigneur sont mystérieuses et pleines de surprises !

Soyez assuré, Très Saint Père, de mon profond attachement à Votre personne et de mes prières pour Vous et Vos intentions nombreuses.

Louis Bosmans, Prof.

C.P. 1210
PASPEBIAC - QC
GOC - 2KO CANADA


"LETTRE AU CARDINAL IVAN DIAS"
Rév. Père Louis Bosmans, prof. agrégé, Paspébiac, Canada, (31
mars 2008) 
 

A : M. le Cardinal Ivan Dias                                           Paspébiac (Canada) le 31 mars 2008
CURIE ROMAINE
CITÉ DU VATICAN
ROME - ITALIE
 
Excellence,

Mon nom est Louis Bosmans, prêtre du Diocèse de GASPÉ -Québec-CANADA.

Je vous écris à propos de Naju ,Corée du Sud. Je sais que Vous êtes très bien au courant de tout ce qui se passe à cet endroit.

Mais je veux quand même ajouter quelques aspects de mon expérience personnelle, que j’ai eue durant la période de 1989 à aujourd’hui 2008, pendant laquelle j’ai visité chaque année cet endroit privilégié. Évidemment il y a eu beaucoup de changements sur La Montagne de la Vierge au point de vue des constructions provisoires de toutes sortes pour faciliter la présence des très nombreux pèlerins, qui y viennent du monde entier, sans qu’il y ait une publicité organisée, comme à d’autres endroits de Pèlerinage.

Personnellement, je suis convaincu de la réalité surnaturelle des événements extraordinaires qui s’y produisent depuis tant d’années. J’ai eu le bonheur de filmer de près sur vidéo, et en détail, durant environ 20 minutes, le changement de l’hostie sur la langue de Julia dans l'église de Naju le 30 Juin 1995. Il y avait alors un parfum puissant, qui se dégageait de cette hostie, et qui imprégnait nos vêtements à tel point qu’à la fin, en sortant de l’église, les gens voulaient me toucher en demandant une bénédiction spéciale et privée, que j’ai donnée sans aucune hésitation. Puisque je ne connais que deux mots coréens : « bonjour et merci » je le fais toujours en Flamand (Néerlandais), ma langue maternelle, mais les effets sont identiques, aussi quand ils me demandent de leur imposer les mains, et que presque tous tombent dans le « repos de l’Esprit ».

J’ai toujours eu le bonheur de dire la messe sur la Montagne avec mon groupe de pèlerins Belges et tous les autres pèlerins, qui désiraient y assister, mais il paraît que maintenant c'est défendu par l’Archevêque de Kwangju, ce que je trouve bien dommage, car j’y retourne au mois d’Octobre avec un petit groupe de la Belgique.

Beaucoup prétendent avoir vu tourner le soleil, mais moi je ne l’ai jamais vu. La présence de taches de sang, tombant du ciel, ça je l’ai vu à plusieurs reprises, et cela a même été filmé par une caméra automatique dans la chambre de Julia, il y a deux ans. Ce sang a été analysé à l’hôpital de Naju en ma présence et celle d’un autre prêtre de Belgique. Le groupe était : AB + comme sur le linceul de Turin.

Il y a toujours une très grande ferveur de la part des pèlerins, sans aucune contrainte, et les prières du chemin de croix et du chapelet sont impressionnantes. Parfois Julia vit une extase, mais pas toujours.

Elle est toujours bien simple et très aimable dans son comportement avec tout le monde. Elle reçoit parfois aussi des messages, qui sont bien conformes à l’enseignement de l’Église.

Ce qui m’impressionne le plus est le calme et la sincérité de toute cette foule de gens, qui viennent de tellement de pays étrangers, unis aux très nombreux Coréens, dont ils ne comprennent pas la langue ni les coutumes.

Une activité, bien particulière, est celle des prières tous les jeudis soirs de 8 à 10 heures, dans la salle, où se trouve la petite statue de la Vierge, qui a pleuré des larmes ordinaires, des larmes de sang, que j’ai vues moi-même, en ayant la statue dans mes bras, d’émanations de parfum ou d’huile, toutes des choses que j’ai vues personnellement et bien d’autres. J’ai vu la souffrance de Julia, qui sentait dans son ventre la douleur des fœtus avortés. J’ai vu, et filmé sur vidéo, sept hosties tombées de la croix sur le petit autel de la Vierge, en 1995. Ce serait trop long pour décrire tout ce que j’ai vécu à cet endroit.

Cette soirée de prières se fait dans une grande joie et enthousiasme, difficile à comprendre pour nous, étrangers ! A part des prières et des chants enthousiastes, avec des gestes simultanés et identiques de toute la foule, il y a des témoignages forts de guérisons et de protection spéciale de la Vierge dans des circonstances inimaginables.

Ceci termine mon court, mais véridique témoignage.

Je Vous exprime, Excellence, ma sincère gratitude pour Votre bienveillante attention et je Vous souhaite la plus grande bénédiction du Seigneur et de sa Sainte Mère.
 

Père Louis Bosmans, Canada.

LOUIS BOSMANS TEL : 418-752-6100
C.P. 1210 PASPÉBIAC FAX :418-752-2400
QUÉ-CANADA EMAIL : bosmans@globetrotter.net
G0C 2K0

 

"TEMOIGNAGE DE EUGENIE DE MAERE" (responsable des 13 pèlerins belges)

NAJU, 29 Juin 1995


Je priais devant la statue, les yeux fermés. Subitement j'entendis un petit bruissement et en même temps je voyais Julia qui se lançait vers la statue. Les gens criaient. Je pensais d'abord que quelque chose venait d'arriver à la statue. En la regardant je voyais que la bouche de la statue bougeait. Je criais vers quelques personnes de notre groupe : "La Statue parle." Mais lorsque je me tournais de nouveau vers la statue, tout était normal. Je pensais avoir rêvé et n'osais plus en parler, mais le lendemain, tout cela ne me quittait pas et il fallait bien que je dise ce que j'avais vu.

Je le déclare comme vrai sur mon honneur et en conscience que cela est arrivé à Naju le 29 juin 1995.

Signé : Nini

(Document flamand joint)

Eugénie De Maere
Aug. Demaeghtlaan 28 bus 102
1500 HALLE BELGIQUE

 

"TEMOIGNAGE DE HUGO BOSCH"

Pacific Hôtel oul, 3 juillet 1995


Le soussigné, Bosch Hogo, demeurant à Nossegem (Belgique) et en pèlerinage à Naju, confirme par la présente avoir remarqué samedi le premier juillet 1995 vers 3h 45 du matin dans la chapelle de la Madone des Larmes à Naju, ce qui suit :

J'étais assis obliquement devant la statue, à une distance d'environ 3 à 4 mètres, agenouillé parmi une masse de gens. Julia était assise à environ la même distance droit devant la statue.

A un certain moment, lorsque je regardais justement vers Julia, je remarquais qu'elle se levait brusquement et se dirigeait précipitamment vers la statue de Notre Dame. Dans un mouvement vers l'avant elle tendait les bras et ouvrait les mains comme pour recevoir quelque chose. En même temps j'entendis un bruissement et un bruit et je voyais tomber plusieurs hosties de près du crucifix, lesquelles Julia essayait de recueillir.

Ces hosties, au nombre de sept, je les voyais plus tard dans la niche devant la statue de Notre Dame.

Ensuite Julia est tombée en extase sur le sol.

Je déclare sur mon honneur et en conscience que cette déclaration est authentique et conforme à la vérité.

Bosch Hugo, Guldendelle 65, Nossegem.
"J'ai vu la même chose." Simonne Vroom.


"TEMOIGNAGE DE LOUIS BOSMANS. Prof."

NEW WORLD HOTEL Kwangju, 1 juillet 1995


Je, soussigné, Louis Bosmans, demeurant au Canada et président de la TELEVISION COMMUNAUTAIRE TVC 3 de la BAIE DES CHALEURS, déclare avoir vu et filmé sur vidéocassette ce qui suit :

Etant à la messe du vendredi soir, le 30 juin 1995 dans l'Eglise paroissiale de Naju avec un groupe de 13 pèlerins belges, nous avons été surpris par une rumeur de paroles près de la porte tout de suite après la communion des fidèles.

Caméra en main, je me suis immédiatement dirigé vers un petit attroupement, où j'ai vu Julia Kim (Youn), à genoux, la bouche légèrement ouverte et dans la bouche une hostie sanglante, qui ressemblait à un morceau de chair. Un puissant parfum floral se dégageait d'elle. C'était le même parfum bien connu que dégage la statue dans la salle de prières chez Julia à Naju.

J'ai alors pu filmer sur vidéocassette cet événement si surprenant et si impressionnant qui ne laisse aucun doute sur l'authenticité de ce qui s'y est passé.

Je remercie le Seigneur d'avoir été témoin oculaire de ce signe extraordinaire de la présence réelle du Corps du Christ dans l'Eucharistie.

Louis Bosmans, Prof.

Rév. Louis Bosmans, prof. TVC 3
C. P. 1210 PASPEBIAC
COC 2KO QUE CANADA
Tel : 418-752-6100
Fax : 418-752-2611
 

"RECIT DE PELERINAGE PAR JEANNE SEGHERS"

Jeudi 29 juin 1995


A 9h du matin, nous, les pèlerins de Belgique, sommes partis du New World Hôtel de Kwangju pour nous rendre à Naju, où nous sommes arrivés à 9h 30 pour moi c'était la première fois que je venais ici.

Nous sommes entrés dans une grande salle où se trouve dans une belle niche sur une estrade la statue de Notre Dame, devant laquelle se trouvaient quelques petits lampions allumés en plus bas de très belles fleurs, bien arrangées.

Ce qui m'a frappée beaucoup était que la statue était la même que celle de la rue du Bac à Paris, que j'aime beaucoup et dont je porterai la médaille toute ma vie. Son image avec les mains dirigées vers nous, veut dire : "Je puis pour vous, pauvres humains, obtenir toutes les grâces auprès de notre Dieu bon et miséricordieux. Mais demandez-les et pour cela priez beaucoup." C'est pour cela que je suppose que la Vierge Marie nous donne le même message ici à Naju. Nous sommes donc tous ensemble restés un certain temps en prière devant la statue. Au cours de l'après-midi nous avons regardé des vidéos sur les événements passés à Naju. C'est pour devenir silencieux, et moi j'ai pleuré.

Plus tard nous sommes partis vers les sources. On nous dit que la première source est celle de la Vierge. Nous nous sommes rendus à cette source et avons bu de son eau. Ici, le Père Spies nous a donné des explications des événements. Il était arrivé tard dans la matinée et n'est pas resté longtemps. La deuxième source est celle du Sacré Coeur de Jésus, mais puisque plusieurs avaient les jambes fatiguées, nous ne sommes pas montés plus haut. Alors nous sommes descendus.

21h. Dans la Salle, vénération de la Vierge par des chants et des prières. Présentation des différents pays : Corée, Japon, Philippines, Angleterre, Belgique, Australie, Canada, U. S. A. Hawai, Malaisie, Indonésie, Guam, etc.

Julia Youn était malade au lit durant toute la journée. Tard dans la soirée, elle est venue quand même aidée par son mari. Elle a prié devant la statue et s'est dirigée ensuite vers les gens. Quelques pays lui ont offert des cadeaux : Belgique : un grand cierge blanc, ainsi que le foulard que nous portions. (Bleu avec image de la Vierge et la date.) Singapore : couronne dorée pour la Vierge qu'on a mise sur la tête de la statue. Elle est belle. On a offert aussi quelques vases à fleurs argentés et encore d'autres cadeaux en porcelaine.

Julia a fait une méditation très émouvante sur la passion du Seigneur et beaucoup de gens ont pleuré dans la salle. A la fin, le Père Louis a béni la foule ensemble avec un autre prêtre.
 

Vendredi 30 juin 1995

Puisque nous nous sommes couchés si tard, nous avons pris le déjeuner seulement à 13h 30 et nous sommes partis en autocar vers l'église de Kwangju pour la messe de 14h.

A 18h 10, nous sommes partis pour Naju. Le chauffeur se dirigeait vers l'église paroissiale et alors le Père Bosmans nous a demandé si nous voulions assister à une autre messe. Tout le monde était d'accord. La messe commençait à 19h 20 dite par le curé et assisté par 6 autres prêtres. Le Père Bosmans est resté avec nous. Après la communion, il y avait du bruit et une agitation au fond de l'église. Je pensais que quelqu'un avait perdu connaissance. Nous avons regardé vers l'arrière, mais nous sommes restés à nos places. Le Père Louis a regardé aussi et il s'est levé et est parti vers l'arrière avec sa vidéo caméra en main. Le curé de la paroisse s'est dirigé vers le micro et s'est adressé à la foule d'une manière assez sévère, quoique je n'aie rien compris. Puis, il a terminé la messe.

Et nous sommes sortis, mais quelle bousculade. J'ai vu que Julia était étendue sur le dos. On nous disait que l'hostie avait changé en chair et en sang sur sa langue. Notre Père Bosmans est resté auprès d'elle et il a tout vu et filmé. Par cette merveille eucharistique le Bon Dieu veut nous montrer qu'Il vient réellement présent dans la sainte Eucharistie sous les apparences du pain et du vin, qui changent à la consécration en son propre corps et sang. La messe était terminée depuis un bon bout de temps lorsqu'on a transporté Julia chez elle.

Le Père Bosmans nous a rejoint dehors et il dégageait un parfum spécial comme Julia et la statue de la Vierge et nous montrant son pouce, nous y avons vu du sang de la sainte hostie que Julia avait dans la bouche et nous avons demandé sa bénédiction.

L'autocar nous a apporté près de la salle de la Vierge. Il y avait une foule énorme de toutes les races et langues. Il était 21h 10 et impossible de trouver encore une place dans la salle. Mais une dame nous a conduit sur l'estrade tout près de la statue de la Vierge. Quelle chance. Julia et son mari sont arrivés plus tard et se sont assis parmi nous tout simplement sur l'estrade. Alors nous avons encore beaucoup prié et chanté. Je n'ai rien compris de ce qui a été dit au micro.

Après quelque temps je remarquais que Julia se mettait de temps à autre les mains sur les reins et que sa figure montrait des signes de douleur. Subitement elle eut de grosses douleurs et se frottait les mains sur le ventre, qui enflait. Elle se tournait de gauche à droite et se plaignant péniblement. Je voyais qu'elle souffrait beaucoup. Le dit-on que Julia subirait les souffrances d'un enfant avorté est possible puisque par sa souffrance offerte au Dieu Tout Puissant et Miséricordieux elle veut prévenir un ou plusieurs avortements et donner à ces enfants la possibilité de venir au monde en Son honneur. Le Père Louis Bosmans et un autre prêtre sont venus près de Julia et lui ont imposé les mains, aussi sur le ventre. Après quelques remous dans le peuple on a commencé à prier et à chanter avec encore plus de ferveur. Après le chant de plusieurs Ave Maria le calme est revenu chez Julia et ses douleurs étaient finies. Vers 24h 20 elle est sortie, aidée par d'autres personnes.

La foule continuait à prier et à chanter à genoux ou assis par terre. Tout d'un coup, à 24h 40, je voyais à ma droite une fille couchée sur le dos. Elle hurlait et avait de mouvements sauvages. Le Père Louis Bosmans et un autres prêtre étranger se sont rendus près d'elle et ont prié sur elle. Parfois il mettait de l'eau bénite dans sa bouche ou sur la tête et elle réagissait avec fureur. Les prêtres lui parlaient et je pense qu'ils essayaient de l'aider à prier elle-même, mais elle se détournait d'eux et même les frappait parfois sur les mains et les bras. En priant longtemps et avec ferveur, environ 25 minutes, ce que j'ai fait aussi au Saint Esprit afin qu'Il aide cette fille, elle est devenu plus calme pour quelques instants, puis après une reprise d'agitation, elle a retrouvé la paix. Je suppose que cette fille a reçu une grande grâce : la libération du malin.

Presque personne ne quittait la salle. Pourtant c'était pesant et chaud. Transpirant et avec de la douleur partout, car on ne pouvait pas se déplacer, on continuait à prier.

Bien plus tard Julia et son mari sont revenus et ils se sont placés sur l'estrade, face au peuple. De temps à autre elle disait quelque chose à des personnes près d'elle. Puis elle parlait à une dame, qui se dirigeait vers moi pour me demander mon chapelet (qui n'était pas encore béni). Elle le donnait à Julia qui le prenait entre ses deux mains après quoi d'autres personnes lui apportaient leur chapelet. Julia les acceptait. Un peu plus tard elle s'est mise à genoux en face de la statue de Notre Dame, et à gauche d'elle son mari et à sa droite un jeune prêtre. Ce prêtre, habillé en noir a oint le front de Julia pendant que tout le monde continuait à prier. Parfois Julia regardait vers le haut et elle pleurait abondamment durant quelque temps. Vers 3h 40 il y avait une odeur très agréable. Ce que je ne croyais pas dans le passé, je devais l'expérimenter maintenant moi-même.

Et subitement, Julia se levait d'un seul coup et se lançait vers la statue, les mains ouvertes. Je pensais qu'elle voulait prendre la statue. Mais assise je ne voyais plus rien. On m'avait déjà renversé jusqu'à ce que des mains aidantes me tiraient de cette masse. Et alors je voyais que Julia était couchée par terre sur le dos. On l'a changé un peu de place, le visage vers la statue, le crucifix au dessus avec une colombe blanche, symbole de l'Esprit Saint.

Jula était comme quelqu'un dans le coma. Je suis restée très près d'elle et j'ai soutenu son bras. Mon chapelet se trouvait encore sur elle. En priant tout le temps Dieu et le Saint Esprit, elle est revenue à elle très lentement après beaucoup de temps. Je ne pouvais pas l'aider à se lever. Elle parlait avec ceux qui l'entouraient qui lui posaient des questions, aussi des prêtres, et je voyais qu'elle répondait avec peine et elle montrait sa tête, son épaule, son côté, les paumes de ses mains et ses pieds, comme si elle voulait expliquer le sens des 7 hosties.

Julia avait l'air pâle et épuisée après la période des questions. Beaucoup prenaient de photos et sûrement le Père Bosmans. Puis le mari de Julia l'a prise sur son dos et l'a portée à la maison à travers la foule. Je ne savais pas ce qui était arrivé. Nous avons continué à prier et à chanter. Pour beaucoup, cela devenait une vraie souffrance, transpirant, pas moyen de se déplacer, avec honte j'ai finalement dû m'étendre. Et puisque je ne comprenais rien des prières, des explications et des témoignages dans ces langues étrangères, j'ai continué à prier. Ce soir et cette nuit j'ai dit 7 chapelets. Je n'ai jamais pû prier aussi longtemps et avec une telle ferveur. Je voyais que de temps à autre on venait filmer la statue de Notre Dame de haut en bas. Jusqu'à ce que tard dans l'aurore quelqu'un dirigeait sa caméra vers les pieds de la statue et prenait des photos.

Toujours ne soupçonnant rien, je pensais que Notre Dame avait peut-être pleuré. Alors quelqu'un me dit que des hosties étaient tombées à partir de la croix au dessus de la statue. Je voulais voir cela et en effet il y avait 7 hosties dont une, celle du milieu et au dessus, montrait d'après moi une petite tache de sang rouge-foncé.

Qu'est ce que beaucoup de gens ont pu vivre ici à Naju ? Je pense que Jésus Miséricordieux par et avec sa chère maman et à travers Julia Youn désire un retour vers la vraie foi. L'amour de Dieu par et avec notre Mère de Ciel, Marie.



"RECIT DE PELERINAGE A NAJU PAR DENISE HUYGHENS (Belgique)"

Naju, Jeudi 29 juin 1995


Après un déjeuner américain à l'hôtel, nous partons en autocar pour Naju, vers 9h 30. A quelques mètres de la maison et de la salle de la Vierge nous ressentons le souhait de bienvenue de la Vierge par un parfum intense de roses qui devenait encore plus fort en entrant dans le sanctuaire (Salle de la Vierge). Nous nous sommes rendus immédiatement à la chapelle (Salle de la Vierge) pour saluer Notre Dame et y prier et chanter. Nini faisait avec nous une consécration à la Vierge. Nous sommes restés encore quelque temps pour prier. Il est inimaginable comment ce parfum de roses remplit toute la chapelle et se fait sentir aussi assez loin en dehors.

Le Père Spies arrive vers 11h 50. Premier contact pour faire connaissance et puis lunch dans la cour dehors (pain, confiture, melon d'eau).

A 15h, nous partons en autocar vers les sources de Jésus et de Marie. Nous devons faire encore plusieurs km à pied à travers une belle et silencieuse nature champêtre. Aux sources nous avons bû de l'eau et nous en avons apporté. Durant presque tout l'après-midi, le Père Spies nous a raconté les événements de Naju avec une conviction et enthousiasme énorme. Il nous montrait les 2 morceaux d'hostie reçus de la Vierge et de l'Archange Michel durant le miracle eucharistique du 24... 1994. Avec beaucoup d'intérêt et de surprise nous avons tous écouté et regardé en la présence de 3 prêtres.

Vers 21 h, commence la célébration nocturne avec de magnifiques chants de groupe et la récitation du chapelet. Puis, Julia arrive avec son mari et quelques amis. Présentation des pèlerins : environ 10 pays, et offrande de cadeaux. D'après ce qu'on nous a dit elle était déjà malade depuis quelque temps et durant toute la journée au lit. Mais malgré cela elle a eu la force de venir ce soir et de témoigner. Elle s'excusait de ne pas pouvoir parler facilement parce que sa langue était comme brûlée. Quand elle montrait sa langue nous voyions réellement comme 3 grandes rayûres ou fentes rouges. Le Seigneur ou la Vierge (?) lui avait demandé si elle voulait subir cette souffrance comme expiation pour les péchés des humains commis par la langue (jugements téméraires, parler mal des autres etc.) Comme toujours, elle a accepté. Plus elle parlait, mieux cela allait. Elle a aussi chanté. Elle a fait une méditation extrêmement émouvante sur la passion et la mort de Jésus et sur la souffrance de Marie sous la croix de Jésus et le Samedi-Saint. Julia pleurait et aussi beaucoup de pèlerins. Elle parlait aussi contre l'avortement. Plusieurs prêtres ont aussi témoigné de leur conversion ainsi qu'une dame des philippines. De temps à autre durant la célébration, nous pouvions remarquer le parfum de roses, émanant de la Vierge. Après le service nous recevions tous un verre d'eau de la source de la Vierge et la bénédiction du prêtre.

La soirée de prières était terminée et Julia quittait la salle totalement épuisée et soutenue par son mari et une autre personne. Elle demandait de prier pour elle afin qu'elle puisse être présente le lendemain.

A la sortie plusieurs personnes touchaient Julia et tombaient par terre. Chaque fois Julia était surprise quand elle voyait cela (repos dans l'Esprit).

Nous sommes retournés à l'hôtel et le Père Louis a encore célébré la messe pour nous dans sa chambre. Fin de cette première journée à Naju vers 3h 30 du matin.
 

Vendredi 30 juin 1995

Anniversaire des 10 années de larmes de la Vierge. Après-midi la messe dans l'église paroissiale de Kwangju (Père Chang). Cette église immense est en construction.

A 18h. Départ pour Naju. En route le chauffeur demande à notre guide si nous voulons assister à la messe paroissiale de Naju. Nous avions déjà eu 2 messes, mais une troisième est la bienvenue. Le Père Louis demande si nous sommes tous d'accord, car il sait que Julia y sera si sa santé le lui permet. Il y avait beaucoup de monde dans l'église, des pèlerins et des paroissiens. Concélébration avec 7 prêtres. Nous étions tout en avant dans l'église et le Père Louis est resté avec nous, la caméra en mains. Tout de suite après la communion, nous entendions beaucoup de bruit au fond de l'église. Nous pensions à une émeute ; mais le Père Louis savait mieux et après avoir regardé un instant, il s'est dirigé vers l'arrière avec sa caméra, vers Julia, car on nous disait qu'elle y était.

Le curé de la paroisse qui avait distribué la communion en arrière, était furieux et très agressif et en colère. Il a parlé aux gens dans l'église. Personnellement j'ai trouvé ce ton brutal très malheureux après la communion. Ce prêtre m'a donné l'impression d'être quelqu'un de très autoritaire et très peu aimable avec ses concitoyens (impression personnelle). Nous devions tous sortir en ne pouvions pas nous arrêter près de l'événement. Mais nous avons quand même appris ce qui s'était passé.

A la communion, l'hostie sur la langue de Julia est devenue chair et sang. Le Père Louis y était très vite et a été autorisé par le mari de Julia de tout filmer de très près. Le Père Louis a touché légèrement avec son pouce les lèvres ensanglantées de Julia et il y avait un peu de sang sur son pouce (Sang de N. Seigneur Jésus). Le Père Louis est sorti avant Julia et nous racontait tout événement. A notre grande surprise nous avons constaté que tous les vêtements du Père Louis dégageaient un énorme parfum de roses. Le pouce légèrement ensanglanté du père sentait fortement les roses. Beaucoup de personnes présentes peuvent en témoigner. Alors Julia est sortie, soutenue par son mari et une autre personne. Julia paraissait très affaiblie, mais quel parfum de roses elle dégageait en passant !

Inimaginable. Julia sent toujours le parfum de roses lorsqu'elle passe près de nous, mais maintenant c'était exceptionnel. Fortement touchés et émus nous nous rendons à l'autocar. Nous sommes entrés un moment dans le petit magasin et là le prêtre de Guam nous parlait. Il demandait au Père Louis s'il voulait bénir avec son pouce taché de sang le crucifix qu'il venait d'acheter (croix de J. P. II). Ce que le Père a fait. Ce qui m'a frappé beaucoup c'est l'amitié et l'amour entre les prêtres comme leur foi profonde et leur humilité.

Maintenant vite vers la chapelle de Notre Dame de Naju, car le service est déjà commencé. Nous avons eu le grand privilège de pouvoir prendre place en avant sur le podium (estrade). Nous avons dit le chapelet et Julia est venue. Elle s'assit parmi nous sur l'estrade, face au peuple.

La statue de Notre Dame était merveilleusement ornée avec de grandes pièces florales de roses, ainsi qu'avec des orchidées de la Malaisie et une couronne de roses rouges et jaunes autour de la tête. Julia annonçait que le Seigneur bénirait toutes les personnes présentes vers 3 heures. Beaucoup de prêtres et d'autres ont encore témoigné. Le prêtre du Guam témoignait des fidèles de son île et il parlait de l'avortement et que les pays où cette pratique est la plus répandue sont le Japon et la Corée.

Immédiatement après ces paroles Julia ressentait les douleurs des enfants avortés. Son ventre s'enflait visiblement et elle souffrait beaucoup. Les gens se mettaient à prier et les pêtres mettaient leurs mains sur son ventre en priant. Tout cela a duré plusieurs minutes. Julia commençait vraiment à se plaindre de douleur et alors tous se mettaient à chanter : Ave, Ave, Ave, Maria... et immédiatement Julia fut délivrée de ses souffrances. Après cela Julia a annoncé une période de repos de 24h à 2h.

Lorsque Julia quittait la salle vers 24h 20, une fille d'une vingtaine d'années à côté de moi a eu une attaque de possession diabolique. Elle tombait à la renverse et elle hurlait et se tordait de douleur. Elle se frottait le ventre et voulait déchirer ses vêtements et puis se prenait la gorge comme si elle allait étouffer. Les gens criaient que Julia devait revenir, mais immédiatement deux prêtres se sont approchés d’elle : le Père Louis (exorciste) et un prêtre philippin. Tous les deux ont prié et imposé les mains. Les aides de Julia et des traducteurs ont apporté de l'eau bénite. Lorsque les prêtres l'aspergeaient avec de l'eau bénite, la réaction était très vive, et surtout quand ils lui en mettaient dans la bouche, elle la crachait immédiatement. Toutes les personnes présentes ont prié très fortement.

Lorsqu'un des traducteurs demandait au micro de prier le chapelet, la réaction de la fille était très forte. Elle réussit à se libérer les mains et les plaçait sur ses oreilles en hurlant "No rosary ! No rosary !" Cela m'a touché fortement, car à ce moment, j'ai pensé : nous devons encore la plus prier le chapelet car c'est l'arme la plus puissante de la Vierge contre Satan ; vraiment il ne le supporte pas.

Les deux prêtres ont fait partir une femme, qui était assise à côté de la fille, qui semblait avoir une influence, négative, et c'est seulement après cela que les prières des prêtes ont été efficaces. Tout cet exorcisme a duré environ jusqu'à 1h 20. La fille est restée étendue un certain temps, totalement épuisée, et après cela sa famille l'a faite sortir.

Les prières et les témoignages ont repris même avant 2h. Alors Julia est revenue avec son mari et elle a pris place sur l'estrade, assise par terre comme tout le monde, la figure tournée vers la Vierge. Puisque j'avais Julia si près de moi, j'ai pu tout bien observer. Elle a prié et écouté les témoignages. Elle invitait un jeune prêtre philippin à s'asseoir près d'elle. Elle lui a demandé aussi le bien vouloir l'oindre avec de l'huile. Il a donc oint avec de l'huile le front, les yeux et les mains de Julia et aussi de Julio à la demande de Julia. Après cela nous avons vu le prêtre, la tête appuyée sur l'épaule de Julia et à un certain moment on aurait dit qu'il dormait. A ce moment on a pris des photos de lui. Julia le regardait en souriant et pleine d'amour.

A un moment donné Julia a demandé au traducteur de dire aux pèlerins : "Le Père vous a déjà tous béni et à travers vous vos familles". De nouveau Julia priait très pieusement comme si elle n'était plus de ce monde. Après 3 heures, Julia disait de nouveau : "Le Père vous bénit tous qui êtes venus si nombreux pour honorer Ma Mère et spécialement vous qui êtes venus de si loin. "Puis elle a fait lire un long message spécial de la Vierge pour ce 10e anniversaire et elle demandait que nous présentions d'une manière spéciale toutes nos intentions au Seigneur, car le Seigneur avait promis de les exaucer. Elle disait aussi que nous allions sentir le parfum de la Vierge d'une manière spéciale durant ces moments. Et en effet entre 3h 30 et 3h 40, nous avons fortement sentis ce parfum floral. Le prêtre qui était assis à côté de Julia l'a fait remarquer également. Ce parfum était si fort que nous pouvions même le goûter dans la bouche. Julia restait immobile en prière.

Vers 3h 45, j'entendis un bruit comme un jet d'eau, suivi d'un tic, tic, tic... C'était très clair et simultané. Julia se lançait en avant par dessus les fleurs et les cierges, les deux mains ouvertes et tendues vers l'avant. Les gens à côté de moi se lançaient vers Julia et c'était tout un bouleversement. Immédiatement après Julia tombait en extase par terre, la tête contre le bois de l'autel de Notre Dame et sur les fleurs. A notre grande surprise et étonnement nous voyions 7 hosties tombées aux pieds de la Vierge. Julia est restée longtemps en extase et a été transportée à sa maison.

Je puis vraiment témoigner que ce 10e anniversaire des larmes de la Vierge, j'ai pû vivre 2 merveilles eucharistiques. Ensemble nous avons prié encore quelques dizaines de chapelet en signe de gratitude. Les cameramen et les photographes ont pris des dizaines de photos pour constater ces miracles.

Julio est venu expliquer le sens de ces 7 hosties : le 5 plaies du Seigneur et les 2 coeurs de Jésus et de Marie. Il disait aussi que Julia ne pouvait pas donner le dernier message parce qu'elle ne pouvait plus parler ou avaler. Toute la langue et le palais de la bouche étaient comme brûlés parce qu'elle acceptait la souffrance en réparation pour les outrages à Jésus dans l'Eucharistie commis par les péchés et l'indifférence avec laquelle Il est reçu par les hommes.

Vers 5h 30 nous avons quitté la salle, pas encore tout à fait conscients de la grandeur des miracles Eucharistiques, que nous avons pû vivre en cette journée.

De fond du coeur je remercie Dieu et Notre Dame de Naju pour ces grâces extraordinaires que nous ne méritons pas.

Denise Huyghens