- Pourquoi la Vierge pleure-t-Elle?


- Miracles à Naju


- Signification des signes à Naju


- Qui est Julia Youn?

- Cinq parcours 
d’exercise spirituel pour la sanctification


- Le Témoignage
et l'
Expérience de sa foi, Julia


- Les témoignages de Julia au cours de la veillée de prières du premier samedi
 

- La douleur de Julia
comme âme de
victime

 

 

Extraits du témoignage de Julia et de sa prière de guérison,
le 6 janvier 2018
(le premier samedi)

 

https://youtu.be/D6BGnkcBLTg

bullet03_glitter.gif  Loué soit le Seigneur! Louée soit la Sainte Mère! 

Frères et Sœurs. En cette année 2018, nous célébrons aujourd’hui pour la première fois le premier samedi. Que notre Seigneur accorde sa sainte grâce débordante à vous tous. Aujourd’hui, à la place de la messe, nous avons célébré la Liturgie à la maison, c’est le seizième anniversaire aussi que le miracle Eucharistique a eu lieu pendant que je faisais une communion spirituelle. A ce moment-là, nous aurions dû louer spécialement notre Seigneur Jésus, mais nous ne pouvions pas aller à la messe à cause de la deuxième déclaration du diocèse de Kwangjou nous interdisant l’accès à l’Eglise.

C’était le premier janvier 2002 quand le Seigneur Jésus a versé Son Sang Sacré sur le Mont Calvaire, se transformant en Eucharistie qui a pénétré dans ma bouche en passant par mon masque à grippe. Cette nuit-là, je transpirais dès que j’ai essayé de m’endormir. C’est pourquoi j’ai à cette époque fait l’expérience, une nuit, de mes vêtements pour la partie supérieure jusqu’à vingt pièces, puis sept, huit et même dix pièces de mes vêtements pour la partie inférieures. Je suais tellement que mes sous-vêtements étaient complètement trempés au point de ne pas pouvoir dormir.

Le 3 janvier 2002, nous étions en train de prier en parcourant le Chemin de Croix, et un frère qui m’accompagnait là-bas a imploré Jésus en disant : « Jésus, notre sœur Julia n’arrive pas à dormir en ce moment. Elle endure des souffrances à tout instant jour après jour en suant même pendant les heures de sommeil, elle a dû changer jusqu’à vingt pièces de ses habits supérieurs et sept ou huit pièces de ses vêtements pour la partie inférieure. Ainsi, changer ses habits trempés de sueur toute la nuit l’empêche de dormir. Pour cela, je vous en supplie ! Ne voudriez-Vous pas lui accorder un petit moment du sommeil de temps en temps même si ce n’était qu’un sommeil léger. »

Alors avant même qu’il n’eut terminé sa prière, j’ai prié Jésus comme suit: « O Jésus, c’est tout le contraire, comme ces souffrances me rendent heureuse. Je m’en remets entièrement à vous. Puis comme,  chaque fois que je change mes habits trempés de sueur, la nuit, je peux prier en Vous demandant de « nous venir en aide pour nous débarrasser de tout ce qui est mauvais en nous », je suis tellement heureuse. Je m’en remets toujours à vous dans la vie ou dans la mort. Tout ce que je désire, c’est que tout soit réalisé selon Votre Volonté. »

A ma prière, la Sainte Mère m’a donné la réponse suivante : « C’est justement. Puisque tu offres tout dans la joie même en veillant la nuit, cela devient non seulement un mouchoir d’amour qui sert à essuyer le sang et l’eau que Jésus a versés et les larmes de sang que j’ai versées, mais cela se transforme aussi en couturier raccommodant le Sacré-Cœur de Jésus et mon Cœur Immaculée ainsi qu’en une prière qui permet de retirer un clou planté dans le Sacré-Cœur de Jésus. »

Ainsi, lorsque vous priez avec ardeur, même si c’est pénible, notre Seigneur vous accordera encore plus abondamment Sa sainte grâce. Lorsque j’ai prié pour offrir ces souffrances, la Sainte Mère m’a appris que « c’était justement cela ! » Prêtez-y bien attention.

Le 5 janvier 2002, je montais sur le Mont Calvaire en priant, et en arrivant à la cinquième station, c’était Simon de Cyrène qui portait la Croix de Jésus. Frères et sœurs, savez-vous dans quelles circonstances cela lui est arrivé de la porter ?  Il était sur le chemin de retour dans son pays natal. Alors les soldats romains le forcèrent à la porter.

Cependant, ils ne l’ont pas forcé dans le but de soulager les peines de Jésus mais pour L’insulter et Le torturer au maximum avant Sa mort, craignant que Jésus puisse mourir sur le chemin du Golgotha en portant la lourde Croix. Or, Simon ne l’a pas portée de sa propre volonté, mais il a été forcé de la porter. Il l’a offert tout de même avec grâce. En acceptant ainsi sa propre croix qui lui était imposée, il pouvait être sauvé. Chemin faisant à la septième station, les soldats giflèrent encore la joue gauche de Jésus qui avait été déjà déchirée et déchiquetée avec leur point portant un anneau de fer.  

En voyant ainsi les douleurs que Jésus subissais, j’ai pu arriver à les partager avec Lui. Alors, ayant reçu de fortes paires de gifles à la septième station, j’ai dégringolé tout en bas des stations en roulant sept tours par terre. Puis lorsque j’ai regardé ma joue gauche, j’ai ressenti de vives douleurs ; je saignais et j’avais le visage déchiqueté comme vous le voyez sur l’image. Quoi que ma douleur fût intense, en pensant aux douleurs de Jésus que j’ai pu partager, j’étais vraiment heureuse.

Si seulement beaucoup d’âmes pouvaient se repentir à travers les douleurs que je subie, ne pourrais-je pas endurer une douleur pire que celle-là ? Lorsque je voulais me relever à la neuvième station après avoir roulé et être tombée ainsi, on m’a donné des coups de pieds. Et à la dixième station, un grand nombre de personnes m’a même lancé des pierres.

Le 5 janvier 2002, en fait, un scientifique Bolivien, Dr. Ricardo accompagné de deux autres personnes est venu ici. Nous avons fait ensemble le Chemin de Croix. Ils m’ont vu recevoir des paires de gifles et dégringoler. Cependant ils ont été étonnés lorsque je leur ai raconté avoir enduré directement les douleurs du chemin de croix.

Puis à la douzième station, vers le moment où Jésus crucifié rendît son âme, j’ai pu partager également Ses douleurs. A la fin, lorsque l’on m’a transpercé le côté, je n’ai pas pu m’empêcher de lancer un cri, « Hou !» Alors, cet endroit-là, la côte a sailli comme si c’était des seins et je saignais.   C’est toujours là que j’ai des douleurs presque tous les deux jours. Cependant, pouvoir ainsi partager les souffrances de Jésus, même si c’est peu et douloureux, me rend heureuse.

Jésus Christ, en subissant tant de douleurs, priait toutefois en mourant : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23 : 34). De même, nous aussi, nous devrions pardonner ainsi. Pourtant on n’arrive même pas à pardonner des choses insignifiantes, on commet beaucoup de péchés avec des paroles et leur lèvre en critiquant le comportement de telle ou telle personne. Nous devrions vraiment bien prendre garde à nos paroles et notre bouche.

Le 6 janvier 2002, nous étions en train de participer à la Liturgie en l’absence de prêtre avec des visiteurs. Alors, j’ai dit : « Jésus ! Vous qui deviez être assis sur un trône en or, Vous avez été accueilli dans la crèche au lieu d’un trône en or. De même, nous participons à la Liturgie en l’absence de prêtre en vous accueillant dans cette humble et indigente demeure. Par cet acte, puisque nous pensons à Jésus qui est avec nous, même si nous ne recevons pas l’Eucharistie consacrée par un prêtre, cela revient au même que d’accueillir Jésus. Alors, pendant que nous participons à la Liturgie en l’absence de prêtre, Jésus m’a adressé en premier la parole.

« Ma chère petite âme!
Ma Mère répondit simplement “Oui” avec humilité et obéissance sans prêter attention aux regards et jugements du monde, ni calculer ni évaluer le pour et le contre selon les critères humains. A l’exemple de Ma Mère, Ma pauvre petite âme, en faisant confiance totalement à la volonté de Dieu le Père, tu désires t’unir à Moi en participant à la Liturgie, par la communion spirituelle tout en méditant en profondeur le Mystère Pascal de la Cène.

Puisque tu te remets à Moi par l’intermédiaire de Ma Mère dans une confiance totale, tu en arrives à témoigner de ton bonheur, loin de te plaindre de ta participation à la Liturgie sans prêtre. Je demeure ainsi en ta belle âme qui a été cultivée par ton amour absolu ainsi que par ta foi complète.

C’est pourquoi aujourd’hui, J’ai l’intention de te faire un cadeau par l’intermédiaire de l’Archange Michel qui t’apportera du tabernacle une Hostie qui est si précieuse pour toi et que tu aspires à recevoir. Aussi, viens t’unir plus étroitement à Moi. »

Puis après avoir fini de prononcer ces paroles, soudain, une lumière a brillé d’en haut, l’Eucharistie enveloppée de lumière est descendue d’en haut. Alors, je me suis levée en voulant la recevoir rapidement dans ma main de peur qu’elle ne tombe par terre, et deux Hosties sont tombées par terre en faisant un bruit sec. Avant même que je ne m’en aperçoive, Dr. Ricardo l’avait vue déjà descendre le premier, lui qui est un spécialiste au Vatican pour la recherche et les études sur la Sainte Vierge Marie.

Alors, lors de sa visite ici, Dr. Ricardo a dit avoir vu tout cela sur le Chemin de Croix ainsi que la descente des deux Hosties. Nous avons conservé ces deux Eucharisties dans l’ostensoir. C’est à ce moment-là que Jésus a dit de nouveau : «Ma chère petite âme ! Bien que tu célèbres la Liturgie sans prêtre, tu loues en parfait accord avec Moi dans l’allégresse le Mystère Pascal de la Cène.  Aussi, je suis toujours avec toi pour que ton amour ardent soit uni à Mon Amour. »

Il y en a parmi vous, qui ont été interdits d’aller à la messe dans l’Eglise, et qui célèbrent la Liturgie en l’absence de prêtre comme moi, ou bien d’autres, ceux qui ne peuvent pas le faire, et qui font la communion spirituelle. N’est-ce pas ?

Ces paroles ne sont pas destinées seulement à moi, mais aussi à vous-mêmes. Or dans chacune des deux Eucharisties que nous avons recueillies dans un ostensoir, le Précieux Sang a apparu. Amen ! Nous avons fait examiner l’une de ces deux Saintes Hosties qui avaient le Précieux Sang en neuf spécimens, tous ces échantillons de sang ont été identifiés comme appartenant au groupe sanguin masculin AB. Nous célébrons aujourd’hui même le seizième anniversaire de ce miracle Eucharistique.

« Mes petites âmes chéries! Vous sans prêtre dans l’esprit d’ être en parfait accord avec Moi. Et vous chantez ainsi dans l’allégresse le Mystère Pascal de la Cène. Je serai toujours avec vous afin que vos amours ardents soient unis au Mien. » C’est bien ainsi. Le Seigneur est toujours avec vous. Amen !

Le 7 janvier 2002, Dr. Ricardo a dit que les personnes qui ont eu une apparition mariale devraient subir des examens d’électro-encéphalographie. Selon lui, si ces personnes qui ont reçu des messages de la Vierge Marie subissent ces examens, elles dégagent l’onde delta, un peu seulement pendant qu’elles sont endormies, sinon l’onde delta se dégage uniquement chez les bébés.

En me donnant ces explications, Dr. Ricardo m’a proposé d’aller faire une électro-encéphalographie chez un neurochirurgien lorsque je recevrais des messages. Mais quand je lui ai dit que j’allais subir les examens à n’importe quel moment, il a été étonné en disant que l’onde delta n’émet pas n’importe quand, et qu’il m’attendrait quand je recevrais des messages. Mais, comme je savais que Jésus est avec moi, j’ai insisté de me faire examiner à n’importe quel moment.

Aussi, nous sommes allés chez un neurochirurgien à l’Hôpital Honam. Or dans le cas d’une Bolivienne qui a reçu les messages de la Vierge Marie, elle devait rester après le sacrement de confession dans un lieu hermétiquement fermé pour n’entendre aucun autre bruit afin d’émettre l’onde delta. En dépit de cette condition, elle ne dégageait pas d’onde delta. Alors, c’est seulement après avoir reçu la communion qu’un prêtre était venu exprès lui administrer, qu’elle se mit à dégager l’onde delta.

Alors que Dr. Ricardo avait des doutes à mon égard, je l’ai persuadé d’essayer quand même les examens dans des circonstances ordinaires. Et puis j’ai subi l’électro-encéphalographie dans une salle de consultation ordinaire où il y avait beaucoup de personnes. En dépit de cette condition défavorable pour les examens auxquels j’ai été soumise, il s’est avéré qu’il y avait deux ondes delta.

Le scientifique Ricardo ayant procédé aux expériences de tous les autres voyants d’apparition mariale dans le monde entier, ne pouvait croire à ce résultat-là. Et encore après que j’aie subi les examens au milieu de beaucoup de personnes, il s’est même avéré que jusqu’à trois ondes delta se sont dégagées de ma tête. Alors il allait danser, a dit-t-il. Très satisfait, il a déclaré qu’il n’y aurait plus personne pour traiter Julia de folle. Amen !

C’est ainsi que depuis janvier 2002 le Seigneur m’a montré successivement autant de choses. Frères et sœurs ! Que le Seigneur vous accorde aujourd’hui toutes ces grâces. Amen !

Un Monsieur Angelo, résidant à Taegou et qui venait régulièrement à Naju, m’a dit qu’il ne pouvait plus venir après sa retraite de peur d’avoir à dépenser trop d’argent pour les frais de voyage.

Or un jour où il était tombé dans les toilettes, on lui avait diagnostiqué un infarctus cérébral et un AVC ischémique, puis on avait même découvert une tumeur dans son poumon. Alors, le médecin lui a proposé de faire une biopsie. Mais il s’est interrogé lui-même s’il avait ainsi autant de maladies car il ne venait plus à Naju. Puis il est venu ici. Pendant les heures de la rencontre, il a parlé des maladies dont il souffrait : l’attaque ischémique et même une tumeur dans son poumon. Et je lui ai répondu à mon insu qu’il allait être guéri s’il venait ici trois fois.

Alors, il s’est fait examiner son poumon. Une tumeur de très grande taille avait presque disparu. Amen !

Elle s’était réduite vraiment en une toute petite tache. A ce moment-là, le médecin lui a dit que ça ne valait pas la peine de lui faire une biopsie. Et au bout de vingt jours selon la prescription de son médecin, lorsqu’il s’est fait examiner à nouveau, la tumeur dans son poumon avait complètement disparu. Amen ! Il a été guéri à la suite de trois pèlerinages successifs. Le Seigneur appelle chacun de nous de diverses manières. S’il n’était pas venu ici en regrettant de dépenser un peu d’argent, et si jamais il avait eu le cancer, combien d’argent de plus cela lui aurait coûté pour payer les interventions chirurgicales et les frais de soins médicaux. C’est pourquoi il est venu ici en pèlerinage.

Une femme, Veronica CHO habitant à Anseong venait ici en amenant beaucoup de pèlerins dans un autocar. Comme elle venait en pèlerinage ici si souvent, son mari se moquait d’elle en disant : « Espèce de stupide bobonne que tu es ! Tu sais qu’ils font couler les larmes et les larmes de sang en les mettant sous la statue de Sainte Marie. Et pour le parfum, ils ont aspergé du parfum ! Tu peux croire raisonnablement, mais tu es crédule à la folie. »

Quoique Veronica lui ait expliqué toute la vérité sur Notre Dame de Naju, il n’arrivait pas à le croire. Puis, un jour, elle a amené ici cent bénévoles faisant partie du service de Curia (C’est le conseil du second degré de « la légion de Marie », qui supervise le praesidium). Un jour, le prêtre de sa paroisse lui a fait des reproches lors de la messe du matin, en disant qu’elle ne cherchait qu’à parcourir un tel endroit en allant ça et là comme un oiseau migrateur. Puis il a dit qu’elle devrait avoir subitement un accident de voiture au cours de son voyage.

Frères et sœurs ! Que ferions-nous lorsque nous avons le cœur qui saigne ? Nous l’offrons. N’est-ce pas ? Aussi, comme elle connaissait bien les Cinq Spiritualités, elle a offert son cœur blessé sans souffrir. Alors, si grand nombre de personnes qui étaient venues en pèlerinage ont été guéries spirituellement et physiquement et sont rentrées en versant des flots de larmes.

Un jour, Veronica a dit à son mari qu’elle allait à Naju et, celui-ci, lui-même a déclaré qu’il avait pris congé pour partir en voyage avec ses filleuls, puis est parti avant elle. Alors qu’elle était en train de pleurer pendant la veillée de prière, quelqu’un lui a tapoté dans le dos. Alors elle a vu derrière elle son fils qui lui disait : « Mon papa est là-bas ». Elle a retrouvé là-bas son mari assis avec ses propres filleuls. La destination du voyage de son mari était la Chapelle de Notre Dame de Naju.

Comment aurait-il pu venir à Naju? Si elle était venue seulement ici tout en négligeant son devoir dans son foyer, aurait-il pu venir ici ? Et encore, il n’était pas venu seul mais en amenant tous ses filleuls. Jusque-là, avec quelle ardeur n’a-t-elle pas mené sa vie ! Nous devons nous montrer ainsi dans l’accomplissement de notre vie, exemplaire. Son mari qui lui répétait souvent : « Espèce de stupide bobonne que tu es ! Tu es crédule comme une idiote ! L’on peut avoir la croyance à la limite raisonnablement, » s’était ainsi tellement transformé de sorte qu’il a fini par transmettre Notre Dame de Naju encore plus ardemment que sa femme Veronica.

Or vous savez ce qui s’est passé chez ce prêtre ? Celui qui a dit à Veronica qu’elle allait avoir subitement un accident de voiture au cours de son pèlerinage à Naju. C’est vraiment incroyable ! C’est lui-même qui a eu un grave accident. Il a passé sa voiture pour la faire réparer parfaitement la veille de son voyage. En allant chez sa mère, le radiateur de sa voiture a explosé, et il a été brûlé, même ses jambes. Alors, l’on m’a dit  qu’en souffrant quatre mois de douleurs effroyables, il a avoué qu’il avait été puni par le fait de cette femme Veronica.

 Aussi, ne devrions-nous pas parler de n’importe quoi sans réfléchir. Nous au moins, qui connaissons la Sainte Mère de Naju, nous devrions surveiller notre langage. Amen ! A notre Seigneur, rien n’est impossible. Nous devrions le sentir par notre cœur. Une femme appelée Jacqueline habitant de Mokpho était devenue handicapée à l’âge de trois ans lorsqu’elle était tombée du premier étage à la suite d’un accident et s’était blessé le dos et les reins.

De surcroît, quand elle avait huit ans, elle avait même attrapé une otite moyenne. Aussi, elle souffrait du pus qui s’écoulait de ses oreilles pendant cinquante-trois ans jusqu’à ce qu’elle vienne ici. Même si elle s’était fait soigner par un oto-rhino-laryngologiste, ce n’était que des soins provisoires sans être jamais guérie. Elle a souffert ainsi pendant cinquante-trois ans. Elle avait même mal aux reins et aux genoux. Et, ne pouvant marcher jusqu’à l’âge de ses dix-huit ans, étant devenue entièrement invalide, cela lui causait beaucoup de chagrin.

Pendant ce temps, en croyant que son invalidité avait été causée par sa mère, elle avait tantôt de la rancœur à son égard, tantôt elle la détestait et lui faisait des reproches. Mais en venant à la Chapelle de Notre Dame de Naju, elle s’est parfaitement repentie et en est arrivée à accepter que c’était de sa propre faute au lieu de la faute de l’autre. Amen ! En pensant à l’accident qu’elle a eu à l’âge de trois ans et qui l’a rendu handicapée, lorsqu’elle l’a attribué à soi-même ce qui était son destin, au lieu de l’attribuer à l’autre, sa mère, elle a pu demander pardon à sa mère.

Lors de sa première visite à Naju, elle a entendu dire que l’eau de grâce était bénéfique selon les témoignages. Aussi, elle s’est lavée au début avec l’eau miraculeuse à la main, mais ne trouvant pas cela assez satisfaisant, elle a déversé abondamment l’eau sur son corps. C’est à ce moment-là qu’elle a été parfaitement guérie de l’otite dont elle avait souffert pendant cinquante-trois ans. Amen !

Je peux vous assurer que ceux qui n’ont jamais souffert de l’otite ne peuvent pas comprendre ce qu’est  l’otite. C’est une maladie extrêmement douloureuse à endurer. Chers frères et sœurs ! Vous n’avez pas besoin d’imiter ce qu’elle a fait. Si vous avez le moindre doute pour l’eau de grâce, vous ne devriez pas faire le même geste qu’elle a fait.

Elle l’a déversée sur son corps avec une foi parfaite. Le Seigneur lui a accordé la grâce de guérison en voyant sa foi. Amen. Et elle l’a déversée un jour en croyant qu’elle serait guérie de ses genoux et a dit en même temps ‘’Amen’’. Puis elle a reçu la grâce de guérison pour ses genoux. Puis elle a encore fait la même chose pour ses reins. Elle a été guérie, enfin guérie entièrement et vient toujours en pèlerinage ici dans la joie. Applaudissons-la pour qu’elle vive le bonheur éternel dans le Ciel au dernier jour. Amen !

A vrai dire, personne ne sait quand et comment nous souffrirons à quel moment nous mourons. Nous savons bien qu’il y a, ces jours-ci, un grand nombre d’événements accidentels qui se produisent partout dans le monde. Comme l’on ne peut pas prévoir dans la vie de chacun de nous ce qui va arriver, nous devrions rester toujours éveillés. Rester éveillé, c’est nous armer des cinq Spiritualités. Il ne faut pas regarder ça et là d’un côté et de l’autre par curiosité. Jésus et Notre Dame qui sont apparus et présents à Naju m’ont donné toutes les réponses très claires.

Na  Guglielmo, l’évêque d’Incheon s’est déplacé partout en mettant dans sa poche le livre des Messages d’Amour de la Sainte Mère à tel point qu’il était usé. Et il m’a expliqué que ce livre des Messages est justement « un recueil des commentaires pour l’Evangile.»

Puisqu'il croyait fermement les Messages de la Sainte Mère, je lui ai offert un morceau d’étoffe d’huile parfumée, mais il n’y avait plus d’huile parfumée. Certains parmi vous ont reçu de l’huile parfumée, n’est-ce pas ? « Oui ! C’est bien cela. » Na  Guglielmo, l’évêque d’Incheon a gardé l’étoffe d’huile parfumée dans le livre de l’office divin (* La Liturgie des Heures, Prière des Heures, Bréviaire » qui était tout imbibé d’huile, pas seulement un peu, mais un grand nombre de pages.

Que de miracles d’Amour ont été réalisés par le Seigneur et la Sainte Mère jusqu’à maintenant ! Et encore que de messages d’Amour que le Seigneur et la Sainte Mère nous ont donnés. Si nous suivons  les Messages de Jésus et de la Sainte Mère de Naju tels qu’ils sont, nous irons au Paradis. C’est pourquoi nous devrions les suivre en nous appuyant entièrement avec une confiance totale en Dieu. L’eau de grâce n’est pas réservée uniquement aux croyants.  Avant l’avis officiel de l’évêché de Kwangjou interdisant Naju, alors que mon cousin germain de ma mère avait beaucoup d’enfants, sa femme est décédé du cancer.

Alors, il souffrait terriblement de l’écoulement du pus de ses oreilles à cause d’une otite. Et puis comme il devait assumer tout seul l’éducation de ses enfants sans pouvoir avouer l’état de sa santé, il enviait même sa femme décédée avant lui et pleurait la nuit en disant: « Cette personne qui a quitté ce monde dur, comme elle est bénie !»  Et il s’est écroulé un jour et a été hospitalisé dans un grand hôpital de la région. On lui a mis un masque à oxygène, alors qu’il n’avait aucun espoir de survivre.

Lorsque l’otite dont il souffrait s’est aggravée, le pus est entré dans son cerveau. Aussi, il ne pouvait pas subir d’intervention chirurgicale. Et les membres de sa famille se sont réunis pour discuter à son sujet. Les médecins leur ont recommandé de l’amener à la maison en disant qu’il n’y avait plus rien à faire pour lui. Ne voyant ainsi plus de chance de survie chez lui en l’internant à l’hôpital, qui se trouvait dans le coma, les membres de sa famille allaient décider de lui retirer le masque à oxygène

Sur ses entrefaites, ma mère et ses frères ont proposé de lui donner de l’eau de grâce de Naju. Et puis, ils lui ont fait boire cette eau et l’ont mise sur sa peau. Il vit toujours en bonne santé. Amen ! Il y en a parmi vous beaucoup qui ont été guéris du cancer après avoir pris de l’eau de grâce. N’est-ce pas ? Il y a un très grand nombre de personnes qui se trouvaient au seuil de la mort ont été sauvées grâce à l’eau de grâce de Naju. Combien de personnes ayant pris du pesticide au seuil de la mort ou bien les personnes qui préparaient leur dernière heure à l’hôpital ont été sauvées ?

Je vous en prie : ne prenez pas l’eau de grâce simplement comme l’on prend de l’eau, mais toujours en priant. Quoi que vous fassiez, vous devez toujours le faire avec vos intentions de prière. En faisant ainsi, menons tous notre vie plus ardemment en l’amour de Jésus et de la Sainte Mère en éprouvant de l’amour pour que nous ne perdions pas la joie, l’amour et la paix. Amen ! Eprouver de la sympathie pour les autres s’accompagne d’amour.

Chères sœurs!  Bien que je sois femme, je voudrais vous recommander spécialement une chose. Les femmes doivent se tenir à leur place. L’on peut considérer l’homme comme le ciel et la femme comme la terre. Je ne veux pas dire que l’homme peut marcher sur la femme parce qu’elle est la terre. Les hommes doivent chérir également les femmes. Aussi, quand il fait chaud sur la terre, le ciel doit donner un vent frais, et quand il y a une saison de sécheresse, donnez la pluie, quand il fait froid, ensoleillez-la. Puis les femmes doivent devenir un abri, qui est lieu de repos pour leurs maris.

Puisque Dieu a uni l’homme à la femme pour qu’ils vivent heureux, ceux qui se sont mariés doivent être heureux. Aussi, chacun, l’un comme l’autre, doit reculer d’un pas. Parce que l’on veut toujours passer devant l’autre. Si l’homme veut passer devant vous, la femme, cédez-lui. Amen !

Dans le passé, même si les femmes ne faisaient pas marche arrière, elles restaient tranquilles sans défier les hommes. Mais aujourd’hui, elles résistent brutalement aux maris et les hommes ne veulent pas céder. C’est pourquoi ce sont les femmes qui doivent bien se comporter. Si l’on renonce vraiment à soi, on peut s’entendre avec qui que ce soit. Amen !

Dans l’Evangile selon saint Luc (Ch.17, 12), quand Jésus entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s’arrêtèrent à distance et lui crièrent : « Jésus, maître, prends pitié de nous. » En les voyant, Jésus leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres. » En cours de route, ils furent purifiés. L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce.

Qu’a-t-II dit Jésus? Alors Jésus demanda : « Est-ce que tous les dix n’ont pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? …ta foi t’a sauvé.»  Amen ! Bien que les neuf lépreux aient été purifiés, il n’y a qu’un seul qui était étranger(Samaritain) qui a été sauvé. C’est ainsi que vous êtes, comme cet étranger Samaritain. Vous êtes sauvés. Amen. Quelques soient les circonstances, si vous ne retournez pas en arrière, le Seigneur vous guide en vous protégeant et vous préservant d’un péril et vous êtes aussi sous la protection de la Sainte Mère.

Ecoutons maintenant les Messages d’Amour de Jésus et de la Sainte Mère. Vous savez que ces Messages sont adressés à chacun de vous.

C’est le Message d’Amour de Jésus du 27 janvier 2002.

« Mes chers enfants qui ont été appelés! Comment ne pourrais-je vous chérir alors que vous venez à Moi en hâte en vous reconnaissant pécheurs? Pour l’instant, tout vous paraîtra vague. Mais vous allez comprendre bientôt sûrement combien la grâce qui vous est accordée sera précieuse. C’est pourquoi accomplissez la mission qui vous est confiée avec une dévotion héroïque et priez tout en restant réveillés. »  Amen !

Maintenant, c’est le Message d’Amour de la Sainte Mère du 6 janvier 2002

« Mes chers enfants qui ont été appelés en tant que mes assistants !
Ce n’est plus le moment de tergiverser ou d’hésiter. D’innombrables âmes dans ce monde qui sont devenues aveugles et sourdes sont en train de se précipiter en enfer. Mais, Dieu le Père très haut, profond et grand, avec son Amour infini ne désire pas que même une seule âme ne soit perdue. Aussi, n’oubliez pas qu’une tâche très importante vous est consignée pour les réparer et hâtez-vous. Mon Cœur Immaculé remportera infailliblement la victoire. »
Amen !

Je souhaite que les Messages d’Amour de Jésus et de la Sainte Mère se réalisent à travers vous tous.

Maintenant, fermez les yeux. Confions-nous totalement à Jésus et la Vierge Marie. Notre Seigneur Jésus qui est venu au nom du roi dans ce monde ! Nous sommes indignes devant Vous, mais bénissez chacun de nos cœurs pour que nous nous armions totalement des Cinq Spiritualités en les mettant en pratique et que nous restions mieux éveillés en faisant plus d’efforts. Amen !

Seigneur!  Veuillez opérer le cancer spirituel qui réside en nous. Et aujourd’hui même, veuillez extirper toutes les mauvaises habitudes en nous. Puis accordez-nous la grâce de guérison pour toutes les blessures que nous avons vécues depuis les entrailles de notre mère. Amen !

 Si nous acceptons le “Mea Culpa” au lieu d’accuser les autres, et si nous vivons dans le renoncement  à soi, en nous offrant gracieusement, en offrant les prières de la vie, en disant ‘Amen’, en acceptant les Messages de Jésus et de la Sainte Mère tels qu’ils sont, et qui sont apparus et vivants à Naju, nous finirons par suivre humble, Jésus et la Sainte Mère. Ainsi faisant, nous pourrons devenir des apôtres du Salut qui pourront sauver ce monde. Amen.

 Ce monde actuel est maintenant destiné à s’effondrer. Cependant, Jésus et la Sainte Mère ont assuré qu’ils rétabliront sûrement ce que Satan a détruit. Même si c’était une colonne de fer et de cuivre, Le Seigneur peut la détruire ou la reconstruire en un moment. Quel que soit la peine dans laquelle nous sommes, si nous nous armons des Cinq Spiritualités tout en restant éveillés, nous serons sûrement sauvés, même s’il y a de violentes vagues provoquées par les tempêtes et qui nous emportent. Amen.

Si nous nous armons des Cinq Spiritualités, nous pourrons être sauvés même si un flot de feu frappe ce monde à l’instant même. Amen ! Cependant si nous regardons en arrière, nous ne pouvons pas le garantir. Chers frères et sœurs ! Ne regardez jamais en arrière. Nous qui sommes à bord de l’Arche du Salut de Marie. nous devrions suivre Jésus seulement en tenant fermement la main de la Vierge Marie qui lie le ciel et la terre. Nous pourrons ainsi jouir du Paradis au dernier jour.

Nous devrions rester éveillés pour qu’au dernier jour, nous, escortés des anges, jouissions du bonheur éternel dans le Paradis où il n’y a pas de mort ni chagrin ni larmes mais où il n’y a que la félicité.

Chers frères et sœurs, repentons-nous sincèrement tous ensemble.
La Prière de repentance touche le trône du Ciel
Crions toutes nos souffrances au Seigneur
Pour que, réconfortés et sauvés, nous jouissions du bonheur éternel

Quand le Seigneur touche le cœur stérile
Je vivrai dans les flammes d’amour
J’offrirai au Seigneur toutes mes blessures
Mon corps et mon âme malades seront guéris net
Même dans ce monde de haine et de rancune où il n’y a pas d’amour

Le miracle d’amour se produit avec l’acte de contrition
Même si nous sommes malades dans le corps et l’âme à bout de forces.
Faisant pénitence, nous serons guéris
et nous mènerons une vie de résurrection. Amen.

Extraits du Témoignage de Julia, le 6 janvier 2018 (PDF) : Cliquez