- Pourquoi la Vierge pleure-t-Elle?


- Miracles à Naju


- Signification des signes à Naju


- Qui est Julia Kim?

- Cinq parcours 
d’exercise spirituel pour la sanctification


- Le Témoignage
et l'
Expérience de sa foi, Julia


- Les témoignages de Julia au cours de la veillée de prières du premier samedi
 

- La douleur de Julia
comme âme de
victime

 

 

Extraits du témoignage de Julia Kim et de sa prière de guérison,
(le 5 
août 2017,  le premier samedi)

bullet03_glitter.gif  Loué soit le Seigneur! Louée soit la Sainte Mère! 

Je suis ravie de vous rencontrer. Vous avez vu la vidéo prise pendant la retraite des jeunes et le camp de l’amour ayant eu sous le sujet de ‘’SEMCHIGO‘’ (l’une des Cinq Spiritualités de Naju). Si nous vivons cette spiritualité dans notre vie, nous pourrons surmonter facilement n’importe quelle souffrance ou n’importe quelle difficulté. Si nous vivons vraiment cette spiritualité, pas seulement des lèvres, nous pourrons vraiment jouir du Ciel. Je pense même que l’on peut parvenir au Ciel seulement avec cette spiritualité parmi les Cinq Spiritualités.

Je pense qu’on pourra aller au Ciel si nous méditons le Message d’Amour que nous a donné la Sainte Mère le 10 janvier 1988 lors de la fête du Baptême de Notre-Seigneur Jésus. Bien que Jésus et la Sainte Mère redisent la même chose sans cesse, Leurs enfants continuent encore de ne pas vivre correctement tout en refusant Leurs Messages. C’est pourquoi ils n’ont cessé de manifester de nombreux signes et de déverser d’incommensurables signes d’amour les plus purs et les plus élevés sur Naju

Bien que Pierre Park n’ait dit que de bonnes choses à mon sujet, je ne suis qu’une pécheresse honteuse qui ne peut pas s’asseoir en face de vous. Mais puisque que j’ai répondu ‘’Amen’’ à l’appel du Seigneur et de la Sainte Mère pour leur obéir, me voilà assise en face de vous.

C’est pourquoi nous ne devons pas être jaloux ni envieux de quelqu’un quelle que soit sa position. Jésus nous a appelé et nous a donné la même grâce et le même amour. Et Il nous accorde du travail selon notre propre talent.

Dieu le Père est unique et nous sommes Son corps. Regardez votre voisin. Il a un corps, une tête, deux yeux et un nez. L’un est joli, l’autre n’est pas beau. C’est la seule différence, mais notre corps est composé de la même manière.

En vieillissant on peut devenir laid et avoir le visage ridé. Ne soyez pas déçu par cela. Le temps est hors de notre contrôle. Ce processus de vieillissement peut varier, survenir plus ou moins tôt selon les personnes. Même cela, offrons-le en sacrifice.

Paul Kim de Suwon est venu à Naju le 18 juin 1990 et il nous a parlé. Après avoir assisté au rassemblement de la prière à Naju pendant la nuit, puis être rentré chez lui le dimanche matin, son ami un ancien dans l’Eglise protestante est venu chez lui pour lui prêcher le protestantisme.

Puisqu’il était un bon orateur et un ancien dans l’Eglise protestante, Paul ne pouvait pas l’emporter. Donc, il lui donna le livre sur ‘’les Messages d’Amour ‘’, celui qui a la photo de la Sainte Mère versant des Larmes de Sang sur la couverture, puis lui recommanda de le lire. Son ami protestant l’apporta chez lui en pensant : « Qui ne tente rien, n’a rien ».

Il apporta ce livre chez lui et le plaça à côté de son lit. Son épouse était la fille d’un pasteur protestant à Jeonju. Et comme elle n’aimait pas la Sainte Mère, lorsqu’elle vit le livre avec les Larmes de Sang de la Sainte Mère en couverture, elle le prit pour le déchirer et demanda (à son mari) : « Pourquoi cette chose-là est-elle ici ? »

L’ami protestant répondit à sa femme: « Qui ne tente rien n’a rien ». Puis il mit le livre à côté de son lit et se mit à rêver. La Sainte Mère lui apparut et le regarda sans dire un mot, puis s’en alla.

Alors, il suivit la Sainte Mère. Elle arriva près d’une rivière et il La suivit aussi. Mais la rivière se changea en sang, alors il lui demanda : « Pourquoi toute cette eau est-elle teintée de sang ? » Elle répondit : « Ce sont les larmes de sang que j’ai versées pour toi. » Il lui demanda encore : « Pourquoi donc à cause de moi ? » Et elle répliqua : « Tu m’as rejeté, n’est-ce pas ? »

Cet ancien était un très bon homme. Autrefois il y avait beaucoup de prostituées, je ne suis pas sûre si c’est encore le cas maintenant. Beaucoup de prostituées venaient dans le salon de coiffure que je dirigeais à l’époque. Chaque fois qu’une femme mettait le pied dans cette maison close, elle ne pouvait plus en ressortir tellement elle était endettée. Mais lui, l’ancien, c’était lui qui leur payait toutes leurs dettes et faisait parfois d’elles des pasteurs.  

Comme il pensait avoir mené une bonne vie, il lui dit: « Non, vous n’avez pas versé de larmes à cause de moi ! J’ai pourtant accompli beaucoup de bonnes œuvres pour le Seigneur. » La Sainte Mère répondit: « Tu m’as exclue, n’est-ce pas ? » L’ancien fut surpris et il admit les Paroles de la Sainte Mère. Puis il les transmit à son beau-père, un pasteur protestant qui vivait à Jeonju. Le dimanche suivant, ce pasteur a prêché en disant qu’on devait également accepter la Sainte Mère dans leur église.

Il y a un verset dans l’Evangile de saint Mathieu au chapitre 6, versets 22 à 23: « L’œil est la lampe du corps. » Nos yeux ne sont pas seulement les lampes de notre corps. Elles sont aussi les lampes de notre esprit. Nous ne pouvons pas marcher sans nos yeux. Si nos yeux, les portes de notre esprit, sont dans l’obscurité, nous verrons le monde entier dans l’obscurité. C’est pourquoi, aujourd’hui, ouvrons pleinement nos yeux spirituels et physiques.

Ainsi, Jésus et la Sainte Mère nous ont spécialement appelés, nourris et nous ont enseigné les Cinq Spiritualités afin que nous puissions voir toutes les choses positivement et non négativement. Et cela pour vous amener tous au Ciel dans ‘Marie, l’Arche du Salut’.

Parce que nous ne méditons plus les Cinq Spiritualités, ne pratiquons plus les ‘’Prières de la Vie’’, nous sommes facilement distraits, même dans les petites choses. Et si nous ne pratiquons pas l’esprit de « SEMCHIGO », nous ne répondrons pas « Amen » et nous n’offrirons pas gracieusement toutes les choses vers le Haut. Nous imputerons la faute aux autres et pas à nous-mêmes. Cela signifie qu’on exclue à la fois Jésus et la Sainte Mère.

_ « Oui ou non? »  _ (Oui !) _  « N’est-ce pas ? » _ (Oui !)  _ Si vous pensez que c’est juste, n’excluons plus le Seigneur et la Sainte Mère à partir d’aujourd’hui. Si nous nous armons des Cinq Spiritualités dans toutes les situations, nous pourrons aller au Ciel. Mais si nous ne nous armons pas des Cinq Spiritualités et ne faisons que blâmer les autres, ce sera difficile pour nous d’entrer au Ciel.

Jésus a dit que c’était plus facile à un chameau de passer à travers le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. Un chameau ne peut pas passer à travers le trou d’une aiguille, n’est-ce pas ? Entrer dans le Royaume des Cieux, c’est aussi difficile que cela, mais on peut y entrer facilement à l’aide des Cinq Spiritualités.

Jésus et la Sainte Mère nous ont préparé un raccourci pour aller au Ciel, ce sont les Cinq Spiritualités. Mais si nous ne les pratiquons pas, si nous haïssons les autres et nous nous querellons, si par jalousie, nous nous disputons entre nous quotidiennement, à quel point les cœurs de Jésus et de la Sainte Mère seront-ils déchirés en morceaux !

Ce serait mieux pour une personne qui ne connaît pas Notre-Dame de Naju. Mais si celles qui ont été spécialement appelées et nourries en personne et auxquelles il a été demandé de de s’armer des Cinq Spiritualités, se mettent à se quereller mutuellement, à s’offusquer pour une bagatelle, à quel point les Cœurs de Jésus et de la Sainte Mère seront-ils brisés ! Leurs Cœurs seront déchirés en morceaux, n’est-ce pas ?

Il y avait deux religieuses, une mère supérieure et une jeune religieuse dans la paroisse de Noan auparavant. Elles ne pouvaient pas se comprendre mutuellement et se querellaient pour une bagatelle. A quel point la chose était-elle sérieuse ? Elles avaient même adressé une pétition à leur supérieure parce qu’elles s’affrontaient trop souvent.

 « Nous ne pouvons plus rester ensemble, c’est pourquoi je vous demande de m’envoyer dans un autre endroit ou bien de la laisser sortir d’ici. » Un jour, la mère supérieure est venue à Naju et ce jour-là, j’ai beaucoup parlé de choses sur la spiritualité de SEMCHIGO.

La sœur écouta l’histoire et pensa: « Ah, alors qu’une personne laïque vit de cette façon-là, comment est-ce que je vis, moi qui suis une religieuse ? Elle se repentit en pleurant beaucoup. Puis elle retourna au couvent et dit à la jeune sœur : « Tout est de ma faute, Sœur ! Je vous en prie, pardonnez-moi, bébé ! », puis, elle l’appela : « Ma sœur ! », « Mon bébé ! » tout en pleurant abondamment.

La mère supérieure a demandé pardon pour toute son attitude autoritaire et sans égard envers la jeune sœur tout en pleurant et l’embrassant. La jeune sœur surprise lui dit: « Mère! Mère! Tout cela était de ma faute, cette jeune que je suis vous a provoqué et a péché contre vous. Je vous en prie, pardonnez-moi. »

Toutes les deux s’étreignirent, s’appelant mutuellement « Mère ! » et « Ma fille !» tout en pleurant abondamment. Ainsi elles ont reconstruit une relation telle qu’elle existe entre une vraie mère et une vraie fille puis elles ont bien mené leur vie consacrée !

Lorsque nous rejetons notre égo et que nous nous humilions, c’est possible. Nous devons être vigilants à tout moment car lorsque nous sommes dans un moment d’inattention, nous permettons à notre égo de grandir toujours plus et de devenir vivant, frétillant et continuant ainsi encore et encore.

Aujourd’hui, débarrassons-nous complètement de notre égo en enlevant jusqu’à ses racines. Même si nous marchons dessus, l’étouffons, il peut encore revenir frétillant. Ainsi, aujourd’hui, déterrons toutes ses racines. Amen!

Cela aussi correspond à notre orgueil. Si nous appartenons à une classe sociale supérieure, nous devons nous abaisser et devenir des serviteurs comme Jésus. Mais le monde n’est pas comme cela, n’est-ce pas ? Les gens dans le monde séculier dominent sur toutes les autres personnes, mais nous ne devons jamais agir comme cela.

Lorsque j’étais en route pour visiter la famille de mon mari à Gwangju, j’ai rencontré une bénévole appartenant au Mouvement Charismatique au terminal de bus. Cette personne était en train de gémir sous le lourd fardeau qu’elle portait sur la tête et d’autres choses qu’elle avait dans ses mains. Quand elle me vit, elle me dit : « Julia … Je viens juste d’arriver après avoir visité Busan pour guérir leurs maladies. _ Tous les objets appartenaient à ceux qui avaient été guéris. _ J’en suis devenue muette de stupéfaction de la voir se vanter d’elle-même.

Lorsque je suis revenue en autobus à Naju, beaucoup de larmes ont coulé de mes yeux. La plupart des bénévoles se comportent de la sorte. Mais les bénévoles devraient dénouer les chaussures des gens, laver leurs pieds comme des serviteurs. Quand ils dominent sur les gens, ils font honte au Seigneur et à la Sainte Mère. Ensuite, les gens ne peuvent pas recevoir de grâces à travers ces bénévoles.

Lorsque par amour nous mourons à nous-mêmes sans cesse, et que nous servons chaque personne en tant que serviteurs, chacune d’elles est guérie spirituellement et physiquement et chacune d’elle est sanctifiée. Mais si nous servons les autres avec un esprit orgueilleux, nous finirons tout naturellement par dominer. C’est pourquoi nous devons nous abaisser, sinon les gens ne changeront pas spirituellement à travers nous.

Quand Jésus est venu dans ce monde, il n’est pas venu pour dominer sur les autres personnes. Il a lavé les pieds de Ses apôtres comme un serviteur. Nous devrions nous abaisser comme Jésus.

En octobre 1975, j’étais enceinte de quatre mois de mon troisième enfant. L’hôpital m’a trompée pour gagner plus d’argent en me disant que mon bébé était déjà mort pour que j’avorte. C’est pourquoi j’ai beaucoup souffert et après sept jours, j’ai à nouveau été opérée puis je suis tombée dans le coma le huitième jour. J’ai été transportée à la salle d’urgence à l’hôpital universitaire de Jeonnam où je suis morte.

A ce moment-là, Jésus m’a demandé : « Pourquoi es-tu venue là ? Il y a beaucoup à faire. Retourne vite parce que ce n’est pas encore le moment (pour toi de venir ici). » Alors, lorsque j’ai ouvert les yeux, j’ai découvert que j’étais morte et qu’on avait recouvert mon corps d’un drap blanc.

Je suis revenue à la vie et le placenta est sorti au bout de 13 jours. Dans ces conditions, j’aurais dû mourir. Je suis morte et je suis revenue à la vie vingt fois quand je compte tous ces incidents dans ma vie. Comme j’ai été obligée d’avorter, ce n’est qu’avec beaucoup de peine que j’ai pu retomber enceinte.

Au début de l'année 1976, mon mari a été promu et affecté au poste de directeur de succursale au bureau de Youngam. Je suis allée avec lui à Youngam pour chercher une maison.

Alors que j’allais monter dans l’autobus au terminal des bus de Youngam, j’ai entendu un jeune homme jurer : « Je dois tuer cette prostituée. » Je m’étonnais qu’il y ait une prostituée dans les environs, mais en regardant en arrière, j’ai été choquée de voir que cet homme hurlait après moi.

Alors que j’étais en train de monter les marches de l’autobus, il m’a saisi par le col puis m’a jeté par terre. « Allez, putain ! Je vais te tuer. » Le jeune homme commençait à me donner des coups de pied et à me sauter dessus. Mon mari Julio l’arrêta et lui dit : « Mais c’est ma femme ! » Sa belle-sœur qui était aussi avec nous pour aller à Youngam dit aussi : « C’est vrai, c’est ma belle-sœur ! »

Le jeune homme n’arrêtait pas de me battre.

Bien que mon mari et ma belle-sœur aient été avec moi au même moment, ce jeune homme continua de me battre horriblement. Comme j’étais enceinte de trois mois après bien des difficultés, J’ai fait une fausse couche à ce moment-là. Je ne connaissais pas Dieu, n’était pas baptisée non plus.

Nous avons été emmenés de force à un poste de police et peu de temps après, la police dressa un rapport et confirma que Julio et moi étions mari et femme et il s’avéra que j’étais plus âgée que ce jeune homme ne le pensait. Il se mit sur ses genoux pour me demander pardon : « C’est de ma faute, pardonnez-moi, je vous en prie, Madame. Vous aviez l’air tellement jolie, comme une jeune femme de dix-neuf ans. Si vous me pardonnez, je pourrais faire un nouveau départ. »

Il a dit qu’il avait une sœur âgée de dix-neuf ans et que j’avais l’air d’avoir le même âge que sa sœur (parce que le Seigneur a transformé l’apparence de Julia en celle d’une jeune fille lorsqu’Il l’a guérie). Donc il me roua de coups presque à mort en disant : « C’est une briseuse de ménage qui s’accointe avec un homme marié ! Il faut la tuer! »

Quand il a dit: « Si vous me pardonnez, je pourrais faire un nouveau départ », je lui ai pardonné en lui disant : « Je vous pardonne au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » Cela a eu lieu quatre ans avant que je sois baptisée. (*Elle était alors catéchumène)

Je n’ai aucune intention de me vanter mais seulement de suivre les paroles de Maman Marie : « Parle aux gens de ta famille dont tu as pris soin. » Je vous le dis clairement, si je disais seulement : « Mettons en pratique l’amour ! Pardonnons-nous ! », les gens ne voudraient pas suivre (ces conseils). C’est pourquoi le Seigneur m’a permis de passer par ces épreuves tout d’abord.

Imaginez, même s’il s’agit d’un embryon qui est mort dans le ventre de sa mère, qu’un embryon de quatre mois a besoin du déclenchement de l’accouchement, mais les docteurs m’ont obligée d’être opérée pour avorter sans anesthésie pendant deux heures. Treize jours après l’opération, le placenta est finalement sorti. Pouvez-vous imaginer ce qui m’est arrivé pendant tous ces jours ? J’ai frôlé la mort plusieurs fois.

Bien que j’aie eu de nombreux accidents médicaux, j’ai pardonné aux docteurs, je ne leur ai jamais réclamé de révéler leurs erreurs. Même lorsque je ne connaissais pas Dieu, quel que soit l’accident qui m’arrivait, j’ai toujours pensé ainsi : « Oui, c’est peut-être mon destin », et je n’ai jamais blâmé les autres.

Si je ne leur avais pas pardonné, quel bénéfice en aurais-je retiré ? Même si j’avais reçu des compensations, comment pourrais-je me sentir libre d’utiliser l’argent ? Est-ce que le jeune homme serait devenu une personne meilleure si je ne lui avais pas pardonné ? Bien sûr que NON.

Après le pardon que je lui ai accordé, chaque fois que j’allais au terminal des bus pour aller à Gwangju, le jeune homme se rapprochait de nous et nous appelait : « Ma sœur aînée ! Mon frère aîné ! » Et chaque fois, il nous offrait des billets de bus gratuits. (*Tant qu’il a travaillé au terminal des bus)

Alors, devons-nous pardonner à tout le monde ? En dépit du fait que je n’avais pas la moindre idée des Cinq Spiritualités à cette époque-là et que je ne connaissais pas Dieu, je trouvais que les gens étaient bons et heureux lorsque je leur pardonnais.

Un jour, la moto de mon mari qui était garée dehors près de mon salon de coiffure a disparu. Nous l’avons cherchée dans tous les recoins de la ville de Naju mais en vain. La police nous a dit qu’on avait retrouvé notre moto. Nous sommes allés au commissariat de police où nous avons vu deux adolescents assis sur un banc en bois.

J’avais appris qu’ils étaient au commissariat depuis la nuit précédente et je pensais qu’ils devaient avoir très faim. C’est pourquoi je suis sortie pour leur acheter du pain et du lait puis je leur ai donné. Mais les adolescents ne l’ont pas reçu. Je leur ai demandé: « Vous n’avez pas faim? Vous ne voulez pas manger? » Ils hésitaient à parler. Le policier dit: « Je leur ai mis des menottes. » Comme ils étaient assis sur un banc en bois avec leurs mains attachées par derrière, ils ne pouvaient rien recevoir mais rester seulement assis sagement. C’est pourquoi je leur ai donné moi-même à manger avec le pain et le lait.

Après avoir volé notre moto, les adolescents ont mis le moteur en marche en connectant une ligne comme ils n’avaient pas la clé. Ils ont essayé de vendre la moto dans un centre mais c’est à cet endroit-là qu’ils ont été arrêtés. C’est pourquoi j’ai demandé au policier si nous pouvions couvrir nous-mêmes les dépenses puis libérer les adolescents. Les policiers pensaient que j’étais folle. Ils faisaient un cercle avec leurs mains en les pointant vers leurs oreilles. (C’est le signe pour signifier une personne folle)

Chers pèlerins! Nous n’avons absolument pas besoin d’y faire attention. Il n’y a aucun besoin de se sentir honteux tant que nous suivons la volonté du Seigneur. Personnellement, j’étais si heureuse que les policiers me prennent pour une folle. Ils ont même fixé du regard mon mari en le considérant avec sympathie comme s’ils voulaient dire : « Comme vous êtes pitoyable et malchanceux d’avoir cette femme folle pour épouse ! »

Je leur ai pardonné, j’ai demandé à un policier de desserrer les menottes des adolescents et je les ai embrassés en leur disant : « Ne refaites plus jamais une telle chose et vivez une nouvelle vie à partir de maintenant. » Qu’importe ce que les gens disent, je les ai traités comme mes propres enfants. Je suis capable de vivre l’esprit de SEMCHIGO, c’est-à-dire de considérer ces adolescents comme mes propres fils que j’ai élevés. C’était en 1981 avant que la statue de la Sainte Vierge ne commence à verser des larmes.

Après que Ses larmes se soient répandues à travers Sa statue, une dame est venue me rendre visite pour voir la statue. Et elle a dit : « Cette maison (de Julia) mérite la bénédiction des larmes de Notre-Dame. » Je me suis demandé qui pouvait dire cela et j’ai fini par trouver qu’il s’agissait de la mère d’un des adolescents.

Elle exprimait sa gratitude en disant : « Après avoir accordé votre pardon à mon fils, il a arrêté ses méfaits et à présent il travaille diligemment dans une usine à Séoul et il va dans une Eglise catholique. »

Même si nous disons aux gens, « Allez à l’Eglise, croyez en Dieu ! », cela ne marchera pas. Cependant si nous nous pardonnons les uns les autres d’un cœur sincère et avec amour, les gens nous suivront naturellement. Jamais je ne m’inquièterai du résultat de ce que j’ai fait. Vous aussi, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter du résultat (tant que vous suivrez la volonté du Seigneur).

J’ai même pardonné aux gens que je ne connaissais pas. Alors que, serait-ce juste de nourrir la haine avec un cœur qui ne pardonne pas et d’être jaloux les uns les autres dans notre famille ou bien dans la communauté à laquelle nous appartenons. Ce n’est pas juste, n’est-ce pas?  Alors faisons un nouveau départ ! (Amen !)

Une religieuse m’a confié ces paroles : « Le prêtre de ma paroisse est tombé amoureux d’une religieuse étrangère et vice-versa. La religieuse est allée dans sa chambre. Que puis-je faire? » Je lui répondis: « Prions pour eux. » Et elle répliqua : « J’ai déjà prié en offrant une neuvaine, mais ils continuent de se voir ! »

Je lui dis comme réponse : « Sœur, ne nous inquiétons pas du résultat et continuons de prier en confiant tout au Seigneur, en Lui offrant tout en sacrifice. « Oh, vous avez raison !», répondit-elle. Alors nous avons prié la Sainte Mère de Naju devant Sa statue. Finalement le prêtre et la religieuse se sont séparés et la religieuse est retournée dans son pays. Si nous prions avec une entière confiance et confidence, le Seigneur répondra à notre prière.

Revenons à l’histoire précédente que je viens de vous partager. A cette époque c’est avec beaucoup de difficultés que je suis tombée enceinte, après avoir été obligée d’avorter par un gynécologue puis avoir eu une fausse couche au terminal d’autobus de Youngam lorsque j’ai été battue par un jeune homme. Comme vous le savez, c’est très difficile pour les femmes de tomber enceinte après avoir fait une fausse couche.

 (En voyant que Julia ne les avait jamais blâmés dans ces situations-là), quelqu’un lui dit : « Je me demande si vous êtes bonne ou folle ! » _ « Je le pense aussi », répondit-elle.

Lorsque ma belle-mère me demanda de payer ses dettes, elle n’avait pas fini de payer le mariage de son fils (*le mari de Julia), alors j’ai vendu mon salon de coiffure et lui ai donné l’argent. J’ai même payé les dettes dont mes beaux-parents étaient les garants pour d’autres personnes et j’ai contribué à soutenir financièrement mes trois beaux-frères pour qu’ils reçoivent une éducation universitaire. En faisant ainsi, j’avais du mal à manger mes repas. C’est pourquoi mon tour de taille était de 23 pouces (1 pouce fait 2,54 centimètres) parce que je devais continuer de soutenir mes beaux-frères.

Dans de telles situations, lorsque j’ai été forcée d’avorter en étant opérée par un gynécologiste, mon corps était blessé en profondeur. J’ai entendu dire que si je mettais au monde un autre bébé et recevais de bons soins postnatals, je me rétablirais. Donc, après beaucoup d’efforts, à peine suis-je tombée enceinte que j’ai fait une fausse couche après avoir été battue par un jeune homme au terminal de bus de Youngam. Depuis lors, j’ai fait de nombreuses fausses couches même en ne bougeant que peu pendant la grossesse.

Néanmoins, j’ai toujours donné à ma belle-famille chaque graine de riz que ma mère m’apportait. Un jour, alors que j’étais couchée sur un lit après avoir fait une fausse couche, une amie m’a apporté quelque chose à manger puis m’a demandé : « Veux-tu vraiment donner comme cela à ta belle-mère ? » Et je lui ai répondu : « Oui, je veux lui donner tout ce que je possède ! » Elle répondit : « Qui peut t’arrêter ! Les autres belles-filles sont toujours plus avides de recevoir même un peu plus de leurs belles-mères. Je pense que la bonté, c’est ta nature ! Donnez-lui chaque grain de poussière que vous avez ! »

Les jeunes de nos jours ne pourraient jamais imaginer l’époque où je vivais. Ceux qui vivaient dans une chambre louée étaient si pauvres qu’ils ne pouvaient pas allumer la lumière tard dans la nuit, parce que leurs propriétaires les empêchaient de l'utiliser. Mon propriétaire n’ouvrait l'eau du robinet que lorsqu’ils l’utilisaient pour faire la cuisine, mais le fermait à d'autres moments. Même si je leur ai dit: «Je vais payer plus pour la facture d’eau», on a refusé ma suggestion. J'ai vécu ainsi dans de tels endroits tout le temps.

Or je devais travailler même la nuit pour soutenir l’éducation de mon beau-frère. Mais comme on ne m'a pas permis d'allumer la lumière, je devais clouer une couverture sur la porte pour empêcher la lumière de briller afin que je puisse travailler la nuit. Puis, le matin, j'ai préparé du riz pour les trois repas de la journée et l’ai servi jusqu’au dîner pour travailler plus.

En me voyant ainsi, ma mère m'a offert un cuiseur de riz électrique, ce qui était très coûteux à l'époque puisque c’était la première fois qu’on l’avait introduit sur le marché. Il n'y avait que peu de personnes qui l'utilisaient à cette époque. Je ne pouvais pas utiliser les objets que ma belle-mère ne possédait pas. J'ai même apporté un mortier d'ail que ma mère m'a acheté à ma belle-mère. Et j'ai également apporté un beau bol de ma mère à ma belle-mère, mais quand je lui ai rendu visite, elle les avait déjà donnés à mes belles-sœurs. Même si les démons peuvent m’inciter à me sentir mal à l’aise, cela ne me dérangeait pas, quoi qu'elle en fasse, parce que je les lui avais déjà donnés.

J’ai vécu ainsi dans la ville de Youngam puis mon mari a proposé ses services pour travailler dans la campagne à la branche Gounseo, alors nous avons déménagé là-bas. J'ai été très contente de vivre avec une vieille dame. Mais Gounseo était une ville dont la vie était plus chère comparé à Naju. Une botte de jeunes navets à 400 wons était assez grande à Naju, mais à Gounseo, une botte de jeunes navets vendue à 700 wons était à peine plus grande que la moitié d’une botte vendue à Naju.

J'ai fait du kimchi avec une botte de jeunes navets. Malgré mon envie d’y goûter, je l'ai donné à Julio comme si je l'avais déjà mangé et aussi à la vieille dame de la maison principale (la propriétaire) pour laquelle j’ai fait du kimchi aqueux comme elle l’aimait. En ces temps-là, ayant eu beaucoup de fausses couches, j’étais très malade.  Alors, la vieille femme s'inquiétait beaucoup pour moi en me disant souvent: «Je n’arrive pas à comprendre pourquoi vous êtes si malade parce que la seule chose dont vous avez à vous débarrasser dans votre couple, c’est l’excrétion.»

Malgré mes souffrances, j'ai pressé du jus de légumes en le battant avec des pierres, puis l'ai donné à Julio. En voyant cela, la vieille femme m'a dit : « Comment pouvez-vous vivre ainsi ? ». Un jour, elle a mis son appareil de téléphone à ma disposition en me disant qu'elle n'avait personne à appeler et personne pour l’appeler.

Quelques temps plus tard, un jour, la belle-fille de la vieille femme a téléphoné vers 1 heure du matin et je lui ai dit: «Je suis désolée, elle dort maintenant. Qu’est-ce qu’il y a ?» Mais elle ne voulait pas m’écouter en me disant : « Il suffit de me la passer au téléphone. » Depuis ce jour, elle téléphonait au début à 4 ou 5 heures du matin. Puis elle avait pris l’habitude de téléphoner entre 1 heure et 5 heures du matin. Car son mari avait commencé à jouer de l’argent quelque part et elle voulait que sa belle-mère retrouve son mari.

Je lui ai dit: «Comment pourrait-elle trouver son fils en pleine nuit alors qu’elle ne savait même pas où il était ? » Elle a répondu: «Puisque c’est son fils, c’est à elle de le retrouver.» Alors, je lui ai dit: «Pourquoi ne le traitez-vous pas avec amour? Il finira par revenir à la maison.» Puis elle m’a répliqué: « Vous ne nous connaissez même pas. » Et quand je lui ai dit: « Soyez gentille avec votre belle-mère. », elle ne m'a pas aimée.

A ce moment-là, j’attendais mon quatrième bébé. C’était le 14 février, quatre jours avant la date de mon accouchement, elle est venue nous demander de déménager pour qu'elle puisse s’installer à notre place le 15 février. Il neigeait et il faisait très froid. Même sa belle-mère lui a dit: «Comment pourraient-ils déménager si brusquement?» Puisque mon bébé devait naître le 17 février, je lui ai demandé de nous donner le temps pour louer un nouveau logement pendant un mois, mais elle a refusé et nous avons été obligés de déménager.

Un jour, la belle-fille a dit à son mari et sa belle-mère qu'elle se suiciderait en prenant du raticide. Comme elle ne cessait de menacer de se suicider devant son mari et sa belle-mère, ils l'ont simplement regardée sans l'arrêter, mais elle a vraiment avalé du raticide. Dans la plupart du cas, les gens survivent après avoir pris une petite quantité de raticide s'ils se font traités dans un hôpital. Cependant, elle est vraiment morte.

J'ai donné naissance à mon quatrième enfant deux jours après notre départ et cela signifiait que j'étais tellement aimée par le Seigneur. Avec l’esprit de SEMCHIGO, j’ai considéré que c’était comme si nous avions déménagé au printemps chaleureux, que je pouvais être heureuse et je n'avais aucun ressentiment envers personne. Mais si vous pensez : « Comment a-t-elle pu nous demander si impitoyablement de déménager par ce temps hivernal? », alors, cela vous sera plus difficile (à accepter). Armons-nous avec amour des Cinq Spiritualités de Naju, au lieu rendre plus difficile (notre acceptation). Amen!

Après avoir emballé moi-même les paquets pour le déménagement, j’ai transporté toute seule nos affaires dans une petite voiture.  Et deux jours après mon déménagement, j’ai accouché de mon dernier enfant en toute sécurité. Pendant ce temps, j'ai amené la grand-mère maternelle de mon mari, qui avait alors 95 ans. Nous avons entendu dire qu'elle avait été maltraitée par sa belle-fille.

En 1973, Son beau-père, paralysé, à cause de son AVC(Accident vasculaire cérébral), s’est progressivement transformé grâce à la grande attention et à l’amour de la Petite Âme. À cette époque, je l'ai bien soignée ce qui l’a a impressionnée et elle, la grand-mère maternelle de mon mari, m’a dit: « Es-tu tombée du ciel ou bien sortie de la terre ? C’est pour le bien-être de ta belle-mère, que quelqu’un comme toi a été donné à cette famille. »

Ma belle-mère a dit : «Ma belle-sœur ne nourrit même pas ma mère et ne chauffe pas la maison, même en hiver, chaque fois que mon frère est absent chez lui.» C’est pourquoi j’ai dû m'occuper de la grand-mère maternelle de mon mari, mais c’ était difficile pour moi de m'occuper de moi-même.

Or, c’était l’époque où peu de temps après être sortie de l’Hôpital de l’Université de Cheonbouk, la plaie qu’on m’avait opérée s’était rouverte et du pus et du sang en sortait. Cependant, je ne pouvais pas me permettre d'aller à l'hôpital parce que je devais soutenir les membres de ma belle-famille. Alors, je me suis rendue à une clinique de campagne, où les médecins, compte tenu de leur comptabilité, ne m'ont pas dit d'aller dans un grand hôpital ; ils ont simplement appliqué un antiseptique et ont mis un morceau de gaze sur la plaie.

Cela a continué pendant trois mois et un jour, la gaze est sortie de la plaie sur mon ventre et ma fille aînée a crié: « Maman! Arrête ça! Arrête ça. Ton intestin est en train de sortir! » C’était vraiment difficile pour moi de me soigner pendant ce temps-là, pourtant j'étais tellement heureuse de m'occuper de la grand-mère maternelle de mon mari de mon mari.

Mon mari, Julio ne savait pas que je souffrais du cancer. Car tout en me déplacent très lentement ou marchant à quatre pattes à cause des douleurs, je faisais semblant de me porter bien devant lui sans lui avoir jamais parlé de ma maladie. Puisqu’il aime le kimchi frais, j’ai acheté beaucoup de choux et les ai enveloppés un par un avec des journaux et les ai stockés à l'envers.    

J'ai fait du kimchi pour lui à chaque repas avec un quart de chou entier coupé en quatre. Après avoir trempé le chou dans la saumure puis l’avoir rincé, je l’ai immédiatement assaisonné de piments rouges. Dans le passé, il n'y avait pas de réfrigérateur, mais maintenant que nous en possédons, feriez-vous du kimchi pour votre famille à chaque repas comme je l'ai fait?

À cette époque, je devais porter l'eau avec un seau à la cuisine dont le sol était en terre, mais j'ai fait du kimchi pour Julio à chaque repas. Il a mangé un quart de choux transformé en kimchi à chaque repas et je ne pouvais même pas y goûter, mais c'était ma joie et mon bonheur de le regarder apprécier le kimchi que j’avais préparé pour lui.

Comme nous n'avions pas beaucoup d'argent, j'ai acheté pour une valeur de quinze centimes du porc (aujourd’hui, peut-être l’équivalent de deux euros), puis je l'ai servi à chaque repas et il m'a demandé: «Pourquoi tu n’en prends-tu pas un peu? » Puis j'ai répondu: « J’en ai déjà pris » Et quand il a dit: « Pourquoi ne prends-tu pas aussi un peu de kimchi? » J'ai répondu avec un sourire, « J’en ai déjà mangé un peu pendant que je le préparais.» Alors, il ne savait pas que je souffrais du cancer.

J'ai tout fait pour faire plaisir à mon mari, Julio. Malgré mon combat contre les douleurs quand j’étais seule, je ne lui ai jamais montré mes souffrances pour qu'il ne sache pas que j'étais malade. Car je m’occupais non seulement de ma famille mais aussi de la grand-mère maternelle de mon mari. Un jour, un feu a éclaté sur le tas de bois dans la cour. J'ai entendu quelqu'un crier « Au feu! Au feu! » Et je suis allée au dehors en me serrant le ventre qui avait rouvert après mon opération. Cependant, le propriétaire m'a dit: « Vous devez payer les bûches brûlées et déménager rapidement

J'ai payé pour les bûches brûlées et j'ai dit: « Il est difficile pour moi de bouger trop tôt, parce que je suis malade. Nous permettez-vous de rester ici pendant un certain temps? » Mais le propriétaire a dit: « Eh bien, je vais planter des bambous ici, alors déménagez-vous le plus tôt possible! » Puisque j'ai essayé de louer un nouvel endroit d’ urgence, je n’ai pas pu trouver d’endroit convenable. Il y avait un logement avec une pièce et quand j'ai décidé de déménager là-bas, les gens m’ont dissuadé en me disant que le propriétaire était un vieillard impitoyable.

Cependant, puisque j'adorais les personnes âgées, les vieilles dames et les vieillards, cela ne me dérangeait pas et nous nous sommes installés dans la maison du vieillard. Puisque j'ai été déjà battue par trois hommes avec un bâton en bois et aussi battue plusieurs fois par d'autres personnes et que j'y étais habituée, alors je n'avais pas peur du vieil homme. Environ un mois après avoir déménagé, le vieil homme m'a appelée.

Or, dans le passé, le gouvernement coréen avait lancé un plan familial sous le slogan de « Ayons seulement deux enfants pour bien les élever !». Mais j'ai eu quatre enfants et les gens m'ont appelée « barbare », ce qui était très méchant. Alors, quand le vieil homme m'a appelée, j'ai pensé: « Est-ce qu'il va me demander de partir parce que nous avons trop d'enfants? »

J'ai entendu dire que même une famille qui n’avait qu’un seul enfant y a vécu pendant moins d'un mois et que d'autres locataires ont également déménagé un mois après leur arrivée. Alors, je me suis dit en me dirigeant vers le vieillard : « Ne me demandez pas de déménager ».

Cependant, il a déclaré: « Comme ça doit être incommode de vivre dans une seule pièce avec tant d'enfants? Et la cuisine est trop petite, n'est-ce pas? » Il a fait agrandir la cuisine et a même construit une grande salle de stockage pour moi.

Il s’occupait de mes enfants tout en faisant des travaux agricoles. Il disait souvent: « Tu dois avoir du mal à élever tes quatre enfants. », sans savoir que j'étais aussi malade. Il était vraiment gentil avec moi. Et je ne comprenais pas pourquoi les gens l'appelaient le vieillard impitoyable. Nous ne devons pas juger les autres en ayant des préjugés.

Je ne lui ai pas demandé ni essayé de savoir pourquoi, mais je pense plutôt de cette façon. Il avait peut-être l'intention de donner des conseils aux jeunes locataires quand ils se sont mal conduits, mais ils se sont querellés avec lui au lieu de recevoir ses conseils.

Si nous vivons vraiment une vie de renoncement à soi-même, tout se passe en douceur. Je ne connaissais même pas le Seigneur à ce moment-là. Mais nous connaissons le Seigneur maintenant, et comme nous vivons dans l'amour de Jésus et de la Sainte Mère, nous pouvons le faire si nous avons l’intention de le faire.

Il y avait une femme dont le mari avait une aventure amoureuse. Elle ne cuisinait pas pour son mari quand il rentrait à la maison. Même quand son mari l’emmenait dans la cuisine, elle y dormait au lieu de préparer le dîner pour lui. Parfois, elle feignait de dormir parce qu'elle détestait son mari infidèle.

Elle aurait pu divorcer tout de suite si cela se passait de nos jours, mais dans le passé, les gens avaient tendance à garder leur famille et elle n’a pas quitté son mari. Cependant, ne pouvant toujours pas lui pardonner et elle a préparé puis servi les repas avec colère en pensant: «J'ai rencontré un tel bâtard!» Et quand elle servait les repas avec colère, non seulement son mari, mais aussi ses enfants ont pris la nourriture préparée avec colère et alors la colère s’est accumulée en eux.

Mais si vous dites à votre mari infidèle: «Je ne suis pas assez bonne pour toi et c'est pourquoi tu as eu une aventure amoureuse, tout cela est de ma faute. », et si vous lui donnez un massage en le baignant ou en l'essuyant avec de l'eau agréablement chaude pendant l'hiver en disant: « Comme ça doit être difficile de t’occuper d'une femme comme moi. S'occuper d'une femme est déjà assez difficile, mais comme ça doit être difficile de s'occuper de deux femmes? » Il pourrait dire: « Tu es folle? » Mais au plus profond de lui, il se sentira désolé pour vous et cessera de vous tromper.

Qui serait heureuse avec un mari infidèle? Mais, au lieu de pleurer, parlons-lui ainsi: «Je suis désolée. Je sais que tu as une aventure amoureuse parce que je ne suis pas assez bonne et que je te déplais. C’est pourquoi, c’est de ma faute.»

Je crois bien sûr qu’il n’y a pas une seule personne qui trompe sa femme ou son mari parmi vous qui êtes ici. Je vous raconte cette histoire à titre d'exemple et appliquez-la en l’adaptant dans d'autres situations. Vous pouvez dire par exemple : «Puisque je ne suis pas digne de toi, tout est de ma faute. Comme tu n’es pas aimée de moi, j'espère que tu pourras être aimé par une autre femme.» Les messieurs, à votre tour, dites-le à votre femme. Je sais que ce n'est pas facile, mais essayons de vivre de cette manière.

Si votre mari a toujours une aventure amoureuse, vous pouvez vous sentir triste et verser des larmes pendant que vous préparez le repas pour votre famille, mais votre mari reviendra vers vous si vous priez Jésus: « Seigneur! Je suis si indigne. Je vous en prie, venez à mon aide, transformez cette nourriture en nourriture de l'amour et guérissez complètement nos âmes et nos corps quand nous mangeons cette nourriture.» Le corps et l’âme de votre mari seront vraiment guéris et il reviendra au foyer.

Cela brise vraiment votre cœur lorsque votre conjoint est infidèle et vous ressentez de la colère. Cependant, si vous l'offrez gracieusement au Seigneur, vous ressentirez de la pitié pour votre conjoint. La haine est différente de la compassion. Si vous commencez à éprouver de la compassion pour votre mari ou votre femme, vous pourrez être aimable avec lui ou avec elle. C'est pourquoi nous devons avoir de la compassion pour les autres.

Notre âme est pitoyable. Aussi, si vous priez : «Jésus, mon âme est pitoyable. Mais mon mari est encore plus  pitoyable que moi parce qu'il a une aventure sans savoir qu’il commet la fornication. Quelle pauvre âme ! Je vous en prie, ayez pitié de lui et conduisez-le sur le bon chemin et délivrez-le de la fornication. » Alors, le Seigneur exaucera votre prière.

Chers frères et sœurs! Quel condiment est le plus savoureux au monde? (Le condiment de l'amour!) Bravo! Vous qui êtes à bord de « Marie, l'Arche du Salut», vous avez été sanctifiés. Quand j'ai posé la même question auparavant, vous avez répondu «L'huile de sésame» ou «Le sésame grillé» Si nous ajoutons trop d'huile de sésame, les aliments seront trop gras et si nous pulvérisons aussi beaucoup de sésames, la nourriture sera rêche.

La poudre de piment rouge est également un bon assaisonnement, mais si nous en mettons trop, la nourriture sera trop piquante à manger. La sauce de soja et le sel sont également de bons condiments, mais si nous en mettons trop, la nourriture sera trop salée. N’est-ce pas?

Cependant, on peut ajouter toujours plus l'épice de l’amour. Plus vous ajoutez l'épice de l'amour, plus la nourriture sera savoureuse. Si nous servons la nourriture avec beaucoup d'épices de l’amour à nos familles, elles vont être régénérées avec amour. Commençons ainsi en prenant un nouveau départ à partir de maintenant.

Alors, si nous sommes vraiment armés des Cinq Spiritualités, nous essuierons la sueur de sang de Jésus et les larmes de sang de la Sainte Mère, nous retirerons le clou que nous lui avons enfoncé jusqu’ici par erreur et nous recoudrons le Sacré-Cœur déchiré en toutes pièces.

Ce faisant, maintenant en nous armant des Cinq Spiritualités, devenons un couturier d’amour en recousant le Sacré-Cœur de Jésus qui est déchiqueté, soyons une tenaille d’amour qui retire le clou que nous lui avons enfoncé, et un mouchoir d’amour pour essuyer la sueur de sang de Jésus et les larmes de sang de la Sainte Mère.

Ensuite, offrons-nous entièrement nous-mêmes et vivons avec la spiritualité de SEMCHIGO le reste de notre vie pour que nous jouissions de la vie pleine de joie, d’amour et de paix.  Chers frères et sœurs! Avez-vous trop chaud? (Non! Il fait frais!)  Amen ! Vous sentez la fraicheur parce que vous avez considéré la spiritualité de SEMCHIGO comme si la température était agréable et fraiche et comme si vous aviez prié dans une salle climatisée.  

Je vous ai dit tout à l’heure que  «Aujourd’hui, c’est le jour le plus chaud de l’année.», n’est-ce pas ? Aussi, j’ai prié : « Jésus, je vous en prie, lorsque nous faisons le chemin de croix, fabriquez pour nous un rideau de nuée contre la chaleur brûlante et donnez-nous la fraîcheur avec une averse.  Ainsi, même si c’est une violente cascade de pluie, en la transformant en source de miséricorde, lavez, essuyez complètement le corps et l’âme de vos enfants qui sont rassemblés ici et débloquez en eux les parties bouchées.»

A propos, le Seigneur nous a donné la source de miséricorde tout à l’heure? N’est-ce pas? (Oui !). Nous avons bien reçu une grande cascade de source de miséricorde.  Aussi, je crois que le Seigneur a lavé et essuyé nos âmes et nos corps ainsi que nos mauvaises habitudes en débloquant en nous les parties bouchées ! Offrons-nous totalement au Seigneur.  

Jésus et la Sainte Mère viennent à nous pour rester avec nous tous les jours et à tout moment. Mais Jésus ne peut pas rester en nous puisque nous n'avons pas ouvert la porte de nos cœurs ni préparé la place pour accueillir Jésus. Aussi, laissons maintenant nos cœurs complètement ouvert en renonçant à nos ambitions humaines pour accueillir Jésus.

Cependant, si nous avons beaucoup de mauvais compagnons dans notre cœur, Il ne peut pas entrer en nous.  Qui est le plus mauvais compagnon en nous? Ce sont l’orgueil, l’égo, l’envie et la jalousie qui sont tous mauvais, mais parmi eux, c’est surtout l’égo qui est le pire puis l’orgueil.  C’est pourquoi nous devons rejeter l’égo et l’orgueil qui sont des compagnons de la haine.

Je pense qu'il n'y a personne qui n'éprouve pas le sentiment de jalousie. Seul dans le degré d’intensité, il peut y avoir un peu de différence. C’est pourquoi vous n’avez pas besoin d’être déçus en pensant : « Pourquoi est-ce que  j’éprouve une telle jalousie? » Mais pensez plutôt : « Eh, bien!, luttons bel et bien contre ce diable de la jalousie!» De même qu’il n'y a aucune personne qui ne soit orgueilleuse, prenons la ferme résolution de « vaincre ce diable de l’orgueil! » puis mettons-le en pratique.

J'ai été invité aux Philippines en octobre 1992. Beaucoup de gens qui sont allés là-bas avec moi sont encore ici aujourd’hui. À ce moment-là, les coopérateurs sont venus ensemble. Alors que je me brossais les dents en priant la prière de la vie dans la salle de bain un matin, je suis tombée brutalement. En me cognant la tête contre le mur, je me suis effondrée si bien que l'arrière de ma tête s’est fendu et j’ai tellement saigné que j’ai perdu conscience.  

Une femme M qui m’accompagnait a empêché tout le monde de s’approcher de moi. Je suis allée là-bas avec les bénévoles pour transmettre les messages. Mais parce qu’elle les en avait empêchés, les bénévoles n’ont pas pu prendre leurs propres responsabilités.

La raison pour laquelle j’avais perdu conscience était due à ma préoccupation pour cette femme M, mais elle n’était même pas venue me voir. Au bout d’un moment, une jeune sœur, Madeleine, sentant quelque chose d’étrange, est venue à moi. Si sœur Madeleine n’était pas venue à ce moment-là, j’aurais pu déjà mourir là-bas comme je l’étais. Malgré la grande quantité de sang que j’ai perdue à tel point que le sol était recouvert de sang, le médecin a déclaré que la plaie de 0,1 mm se trouvait à côté du point vital. C’était un miracle, la protection de Notre-Seigneur et la Sainte Mère. Le résultat de la tomodensitométrie a montré que ma plaie avait la forme d'une croix †

I told them that I would go to deliver the messages on that evening, but they said “You must not go because you bled a lot” and told me to be hospitalized and rest, but I went there.

Malgré l’état de ma condition physique, je leur ai dit que j’allais tout de même transmettre le message ce soir-là, mais ils m’ont dit de ne pas y aller parce que j’avais trop saigné et de rester à l’hôpital pour m’y reposer. Cependant, j’y suis allée.

Je suis allée là-bas accompagnée seulement de frère André qui a été guéri d'un infarctus aigu du myocarde. La sœur M l'appelait «oncle». Je suis allée la voir et je lui ai dit : «M, allons-y.» Ensuite, elle s'est retournée aussitôt sur son côté. Elle boudait parce que lorsque je suis allée en saignant à l'hôpital, je ne l'avais pas appelée mais j’avais fait appel à une autre personne qu’elle. Puisque je souffrais beaucoup, j'ai appelé alors Victorina, c’est pour ces raisons qu’elle s'est cachée à l'hôpital.

Je l'avais recherchée pendant 3 heures après qu’on m’ait fait un point de suture sur la plaie à ma tête. Mais elle se cachait dans les toilettes de l'hôpital. Je ne peux pas décrire à quel point elle m’a fait de la peine.  Ce qu’elle a fait auprès de moi ce n'était pas un travail humain, mais le travail du diable pour me frapper à travers elle.

Cependant, je n'avais appelé que le frère André, mais elle l'avait mal pris et insistait en disant: «Vous m'avez donné en spectacle comme les singes d’un zoo en appelant tous les Philippins et les Coréens.» La jalousie est aussi effrayante que ça.

Certains parmi vous se demandent «Pourquoi suis-je si jaloux(se) dans les petites choses?», mais il y a des gens qui sont tellement jaloux comme cela. Il y a même des gens qui souffrent de jalousie, mais ne vous tourmentez pas à cause d’un petit sentiment de jalousie, essayez plutôt de prendre un nouveau départ.

Si vous êtes hantés par la jalousie et le doute, (ces sentiments) ne font que s’aggraver de plus en plus et deviennent pathologiques et morbides. Notre sœur Madeleine a demandé à la sœur M « Est-ce que tu éprouves la jalousie qu’éprouve un mari ou une femme ? »

Etant tellement embarrassée par cette femme (une bénévole), j’étais devenue tellement malade que je suis allée à l'hôpital. Les médecins ont dit que mes quatre hormones s’étaient affaiblies. Mon poids de 58kg était passé à 72kg, et je souffrais de perte de pilosité sur tout mon corps.

A propos, comme j'ai beaucoup souffert, je ne savais pas que c'était une maladie provoquée par le stress et j'ai continué à l'offrir et à laisser la maladie s’aggraver davantage. C'est parce que dans le passé, je ne pouvais pas venir à la réunion de la veillée de prières à moins de résoudre le problème. Quand j'ai essayé de venir pour faire le témoignage, cette femme était toujours en train de pleurer. Alors en essayant de l'apaiser, la première partie ainsi que la deuxième partie de la réunion de la veillée de prière était terminée. Mais par la suite, je suis simplement venue à la réunion de prière en me disant : «Je ne peux plus faire cela.»

A cause de ce problème, j’ai essayé de l’apaiser encore et encore tout au long de la réunion de la veillée de prière, ce qui était pénible pour moi. Par la suite, même si cela ne marchait pas, je continuais à l'apaiser, je venais simplement à la réunion de la veillé de prière. Je ne sais pas pourquoi je vous raconte cette histoire. En tout cas, nous ne devons pas détester les autres délibérément quoi qu’il en soit. Je n'ai jamais détesté cette femme.

Puisqu’elle m’aimait d’une manière purement humaine, c’était difficile pour moi. Alors, je lui ai dit : « Je crois que vous êtes destinée à vous marier. »  Et elle m’a répondu : «S’il y avait un homme que j’aimais au moins vingt fois plus que j'aime Maman Julia, je me marierai avec lui. » Alors, imaginez-vous combien sa déclaration était embarrassante pour moi qui devais travailler pour la Sainte Mère.

J’ai prié pour cette femme, mais à partir de maintenant, nous ne devons pas avoir de haine (à l’égard de notre prochain) même dans un cas pire que celui-ci. Mais offrons toutes les choses avec un amour encore plus grand. Dans ce monde, dans tous les cas, chaque personne a un caractère différent l’un de l’autre.

N’est-ce pas ? La raison pour laquelle certaines personnes s’emportent facilement est due au fait qu'elles ont été blessées dès qu’elles étaient dans le ventre de leur mère. Aussi, au lieu de juger en pensant : « Pourquoi cette personne a-t-elle un tel caractère? », priez davantage pour ces personnes.

Chers frères et sœurs! Quand nous suivons Notre-Seigneur et la Sainte Mère, nous avons beaucoup de difficultés à affronter. Pourtant en considérant que « c’est parce que Jésus et la Sainte Mère m'aiment tellement que les démons m'affligent davantage.», offrons gracieusement et avec amour (ces difficultés) puis armons-nous des Cinq Spiritualités. Amen!

Aujourd'hui encore, méditons profondément les messages que Jésus et la Sainte Mère nous adressent. Et aussi lorsque vous lisez les livres « Le Chemin de l’Amour vers le Seigneur », «Le Parfum du Seigneur» ou «Les Cinq Spiritualités de Naju», considérez ces histoires comme si elles vous étaient destinées. Si vous tombez sur un message de Jésus, recevez tout cela comme s’il vous était destiné, croyant que c’est Jésus qui vous l'a donné. Ensuite, ces grâces seront toutes à vous!

Voici le Message d'Amour de Jésus du 12 avril 1998.

« Les larmes que vous avez versées seront complètement effacées devant le trône du Ciel, où nous n’aurons plus ni soif ni faim. Vous serez alors récompensés cent fois de plus. Le bonheur sera à vous. Ne craignez pas, mais perpétuez à la hâte le Mystère Pascal de la Résurrection. Je vous viendrai en aide. »

Amen!

Voici le Message d'Amour de la Sainte Mère du 5 août 2006.

« Tous mes chers enfants du monde qui avez répondu ‘’Amen’’ à mon appel par l’intermédiaire de la Petite Ame! Vous au moins, qui avez été appelés, vous ne devrez pas croire avec un esprit oisif, mais restez éveillés, priez et faites de votre mieux pour coopérer dans l’œuvre du salut du monde. Ensuite, au dernier jour, vous recevrez le pouvoir et le privilège de manger les fruits de l'arbre de la vie éternelle dans le Ciel, et vous resterez à mes côtés, et serez escortés par les anges en chantant Alléluia. C’est pourquoi ne craignez point, mais avancez vaillamment. »

Amen! Que les Messages d’Amour de Jésus et de la Sainte Mère se réalisent tels qu’ils sont en chacun de vous tous. Amen!

Confions-nous entièrement à Notre-Seigneur et à la Bienheureuse Sainte Mère. Méditons sur les personnes  auxquelles je n’ai pas pardonné, sur celles que je n’ai pas aimées et sur celles avec qui je ne me suis pas réconcilié. Et emmenez-les toutes.

Nous vivons aujourd’hui dans un monde dont la civilisation matérielle est hautement développée, mais les conditions pour la vie spirituelle sont complètement en décadence. Je ne saurais dire combien de meurtres sont en train de se produire. Le monde est en train de tomber dans la putréfaction. Mais Notre-Seigneur et la Sainte Mère sont apparus et sont présents à Naju, nous montrant de nombreux signes, en nous donnant d’innombrables grâces avec un amour sublime.

Notre-Seigneur Jésus a réalisé d’innombrables miracles d’amour prodigieux non seulement lorsqu’Il a vécu sur terre mais aussi de nos jours à Naju. Les morts sont revenus à la vie, ceux qui étaient en train de mourir se sont réanimés, les aveugles ont retrouvé la vue, les infirmes se sont mis debout, celui qui avait le bras déformé a retrouvé son bras normal, les sourds ont pu entendre et les muets ont été capable de parler, etc.   

Seigneur Jésus, je vous en prie, aujourd’hui encore, d’accorder la guérison à tous ces enfants en touchant tendrement chaque personne sans oublier une seule âme, de les opérer avec le Saint-Esprit, de la tête aux pieds, cellule par cellule. Et en tendant vos mains avec l’autorité toute puissante que Vous seul possédez, bénissez-les en imposant vos mains, et guérissez-les en opérant chaque partie malade.   

Les médecins opèrent avec des couteaux, mais il y a trop de choses qu'ils ne peuvent pas faire. En revanche, il n'y a aucune opération pour vous Jésus qui soit impossible. Jésus, opérez avec le Saint-Esprit non seulement tous ces enfants, mais aussi leurs familles. Et opérez avec l'Esprit-Saint, le cancer spirituel ainsi que le cancer physique, toutes les cellules pour que tous se rétablissent et reviennent à l’état normal.

Accordez-nous la grâce de combler l'abîme très profond entre Jésus et notre insignifiance en nous armant des Cinq Spiritualités, transformant notre vie quotidienne en prières tous les jours et à tout moment, en attribuant les erreurs non pas aux autres, mais à nous-mêmes, en répondant « Amen », en offrant complètement notre vie au lieu de la supporter ou de prendre simplement patience.

Gloire au Seigneur, consolation à la Bienheureuse Sainte Mère, et action de grâce incessante de chacun de nous.

Quelle est la cécité spirituelle et la surdité spirituelle
Discernons et chassons- les avec la Prière de la Vie,  

Notre Seigneur et la Sainte Mère exulteront
Si nous pardonnons avec la Spiritualité de SEMCHIGO

Respond with ‘Amen’ and accept with ‘It’s my fault’
I will go to heaven taking on Mary’s Ark of Salvation

Réponds ‘’Amen’’ et accepte en disant «C’est de ma faute»
J’entrerai dans le Ciel en prenant « Marie, l'Arche du Salut »

Si nous vivons une vie humble avec la Spiritualité de « la Vie consacrée »
nous atteindrons glorieusement le chemin de la vertu parfaite de la Petite.
Amen.

Même si les diables s’en mêlent sur tout l’univers en nous affligeant

Emportons la victoire et vivons une vie de résurrection en nous armant des Cinq Spiritualités  

En rendant toute la gloire à Notre-Seigneur, cette pécheresse qui est indigne prie sincèrement au nom de Jésus par le Cœur Immaculé de la Sainte Mère. Amen!

Cliquez : Extraits du Témoignage de Maman Julia, le 5 août 2017 (PDF)