- Pourquoi la Vierge pleure-t-Elle?


- Miracles à Naju


- Signification des signes à Naju


- Qui est Julia Kim?

- Cinq parcours 
d’exercise spirituel pour la sanctification


- Le Témoignage
et l'
Expérience de sa foi, Julia


- Les témoignages de Julia au cours de la veillée de prières du premier samedi
 

- La douleur de Julia
comme âme de
victime

 

 

Extraits du témoignage de Julia Kim et de sa prière de guérison,
le 1 juillet 2017

 

https://www.youtube.com/watch?v=gFnvG1SUgA8

bullet03_glitter.gif  Loué soit le Seigneur! Louée soit la Sainte Mère! 

Je suis ravie de vous rencontrer. Il y a deux mille ans, Jésus a bu la coupe de la Passion en mourant sur la Croix tandis que les enfants du monde offensaient Son infinie dignité et Sa sainteté. Cependant, tout ne s’est pas arrêté avec la mort de Jésus car Jésus est ressuscité des morts pour que nous ressuscitions tous avec Lui. Nous allons donc ressusciter aujourd’hui avec Jésus! (Amen!)

A Naju, la Sainte Mère a versé des Larmes ainsi que des Larmes de Sang et Jésus nous a accordé jusqu’ici Son amour infini et incommensurable, l’amour le plus pur et le plus sublime. Ce n’est pas uniquement lorsque Jésus était sur la terre mais maintenant aussi, ici à Naju, que beaucoup d’enfants de ce monde sont guéris, ressuscitent des morts et font l’expérience des merveilleux miracles d’amour : Les aveugles retrouvent la vue, les sourds entendent, les muets parlent, les morts reviennent à la vie et ceux qui ont des malformations redeviennent normaux.(Les Infirme sont debout et ils marchent. des estropiés rétablissent, des boiteux marchent)

Aujourd’hui, nous commémorons l’anniversaire des premières Larmes versées par la Sainte Mère (nous sommes le 30 juin aujourd’hui), qui est étroitement lié à la dévotion mariale des premiers samedis du mois. (Lors du Douzième anniversaire des premières Larmes de Notre- Dame, 33 membres du clergé et 7000 laïques se sont rassemblés à Naju pour commémorer cet anniversaire.)

Vous n’avez pas cédé à la tentation des démons et vous avez continué de venir à Naju en pèlerinage, et même certains d’entre vous continuent de venir sans interruption depuis trente, trente-et-une, trente-deux années. Le bonheur éternel nous a été promis seulement si on ne tourne pas le dos (à Naju).

Le diable a dit qu’ils retourneraient le monde pour le détruire, mais Jésus a dit qu’Il sauverait ce monde. Qui, aura la victoire, selon vous ? (Jésus!) Oui, jamais le diable ne l’emportera sur Jésus.

Les anges tout comme les hommes peuvent devenir orgueilleux. S’ils ne savent pas où ils se tiennent (en offensant Dieu à cause de leur orgueil), ils seront enchaînés et jetés dans le feu.

Si les anges peuvent être punis par Dieu, à plus forte raison les hommes seront sujets de la colère de Dieu. Lorsque les hommes qui reçoivent d’abondantes grâces du Seigneur deviennent orgueilleux et font le mal, non seulement ils tomberont dans le feu mais ils seront jetés dans le feu de sulfure qui s’enflammera avec vigueur au moment du Dernier Jugement.

C’est pourquoi, restons éveillés et continuons de mettre en pratique toujours plus l’amour du Seigneur et de la Sainte Mère. Lorsque nous sommes à bord de ‘Marie, l’Arche du Salut’, si seulement nous ne tournons pas le dos (à Naju), nous pourrons entrer au Ciel en suivant la Sainte Mère. Elle est la chaîne qui relie le Ciel et la Terre.

Nous sommes à bord de Son Arche qui est Son manteau. Quelle est la largeur de Son manteau ? (Aussi large que l’univers.) Son manteau est aussi large que l’univers. Cela étonne certaines personnes : « Comment est-ce possible que chaque personne puisse se tenir sous Son manteau ? » Je vous le dis, chaque personne dans le monde peut monter à bord de « Marie, l’Arche du Salut », Son manteau. Nous devons amener beaucoup de gens à bord de « Marie, l’Arche du Salut », pour aller au Ciel tous ensembles, y compris nos familles, nos parents, nos voisins et même nos connaissances.

La Sainte MèreVierge est apparue en de nombreux endroits dans le monde entier. Elle est apparue à Fatima en montrant le miracle du Soleil. A Lourdes, elle nous a accordé l’eau miraculeuse. A Lanciano, en Italie il y a eu un miracle Eucharistique. Il y a beaucoup de sites d’apparitions mariales et de sanctuaires dans le monde. Chaque endroit a ses propres caractéristiques. Cependant, Naju est un lieu qui est la synthèse de tous les miracles merveilleux d’amour combiné, sans précédent nulle par ailleurs dans le monde, qui ont été déversés gracieusement ici.

Si nous recevons des grâces, nous devons bien gérer les grâces qui nous ont été accordées. Les démons peuvent aussi faire des choses merveilleuses, mais ils ne peuvent pas ressusciter les morts ni réaliser des miracles Eucharistiques. Cependant, à Naju, il y a déjà eu 33 miracles Eucharistiques ! (Et même des personnes sont ressuscitées des morts à Naju.)

Lanciano, là où a eu lieu une seule fois le miracle Eucharistique, est devenu un sanctuaire (reconnu par l’Eglise). Il y avait un moine qui était aussi prêtre. Pendant qu’il dormait avec la statue de la Sainte Mère placée à côté de son lit, il vit la statue de la Sainte Mère lui faire un clin d’œil. Cet endroit est devenu un lieu de pèlerinage (reconnu par l’Eglise).

Pourtant, que se passe-t-il à Naju ? (On est persécuté). C’est très difficile d’être reconnu en Corée. L’évêque Roman Danylak du Canada m’a suggéré “de venir seulement au Canada, et que si j’y allais, il reconnaîtrait officiellement Notre-Dame de Naju.’’ Mais je n’y suis pas allée. Malgré toutes les difficultés et les détresses que nous rencontrons en priant en ce lieu misérable comme une étable, le Seigneur et la Sainte Mère apparaissent ici et sont présents. Alors, est-ce correct d’aller à l’étranger pour que le fait soit reconnu et de revenir ensuite à Naju ?

Je suis vraiment désolée pour vous à cause de tous les désagréments que vous subissez en priant dans ce lieu étroit par ce temps chaud. Vous êtes fatigués par cette chaleur brûlante, n’est-ce pas ?  (Non !)  Malgré cela, comme nous sommes bénis, nous qui pouvons nous armer des Cinq Spiritualités!

Nous pouvons offrir au Seigneur en sacrifice absolument tout. Par exemple, quand nous suons, on peut offrir chaque goutte de notre sueur à Notre-Seigneur en priant : « O Jésus, utilisez toutes ces gouttes de sueur à vos besoins. »

Ces derniers jours, aucune partie de mon corps ne fonctionnait normalement parce que je souffre partout des pieds à la tête. « O mon Jésus, je souffre en préparant la dévotion au premier samedi du mois puis celle de l’anniversaire. Il doit y avoir une raison grave qui explique mes souffrances. » Je vous offre toutes mes souffrances !

« O Jésus, je Vous remercie ! Je Vous en prie, utilisez mes souffrances pour les pèlerins de Naju ! » (Amen !) N’ayez pas peur quoi qu’il arrive, confiez-vous entièrement au Seigneur puis donnez-vous au Seigneur et à la Sainte Mère, à vos voisins, à vos familles et non seulement à vous-mêmes. C’est alors que le Seigneur vous sauvera.

Depuis mon enfance, le Seigneur a sauvé ma vie de nombreuses crises de mort. Nous devons vivre en accomplissant le bien selon la volonté de Notre-Seigneur. Malgré le fait que je ne connaissais pas la volonté du Seigneur dans ma jeunesse (avant ma conversion au catholicisme), je vivais pour le bien de mes voisins même lorsque je rencontrais des difficultés.  

C’est pourquoi, si nous nous donnons pleinement à cent pour cent au Seigneur et à notre prochain, le Seigneur viendra sauver notre vie.(Amen) Si nous risquons nos vies pour le Seigneur, au lieu de prendre nos vies, le Seigneur sauve nos vies. Je ne vous dis pas cela pour me vanter de ma vie. Le Seigneur m’a dit : « Va pour parler de ta vie aux gens », voilà pourquoi je suis ici à vous parler.

Ce qui me fend le cœur, c’est que beaucoup de gens dans le monde vivent dans les erreurs.  La situation est tellement sérieuse que le Seigneur et la Sainte Mère m’ont demandé de repenser à notre histoire. Que signifie « l’histoire » ? Il s’agit de l’histoire de la destruction de Sodome et Gomorrhe, du déluge au temps de Noé, de la tour de Babel, etc.

En ce temps-là, qu’est-il arrivé à ceux qui n’ont pas écouté Noé ?

Du temps de Sodome et Gomorrhe, les villes et même toute la végétation sur le sol ont été brûlées dans un feu sulfureux. Avant la destruction, Abraham a demandé à Dieu: « Supposons qu’il y ait cinquante hommes justes dans cette ville, détruiriez-Vous vraiment cet endroit, ne l’épargneriez-Vous pas pour le bien de ces cinquante hommes justes qui sont dans la ville ? » Le Seigneur a répondu : « J’épargnerais l’endroit pour eux. » Puis Abraham reprit : « Qu’arriverait-il si on n’en trouvait que quarante ? et si trente-là?» Et Jésus répondit : « Je ne le détruirais pas. » « Et s’il n’y avait pas plus de vingt hommes justes ? » « Je ne le détruirais pas. » répondit Dieu.

« Et s’il n’y avait que seulement dix hommes justes ? » Dieu répliqua que pour dix hommes justes, il ne détruirait pas les villes. Jamais Abraham n’aurait attendu qu’il y ait eu moins de dix hommes justes dans ces villes. Cependant il n’y avait réellement que moins de dix hommes justes dans ces villes du temps de Sodome et Gomorrhe. Alors, Dieu le Père fit tomber du ciel une pluie de soufre et de feu sur Sodome et Gomorrhe, brûlant les villes et leurs habitants, ainsi même que toute la végétation sur le sol.

Qui donc Dieu a-t-Il sauvé de là? Dieu a sauvé la famille de Loth par l’intermédiaire de Ses anges de Dieu. En ce temps-là, Loth avait deux filles. Les anges ont demandé à Loth d’amener aussi ses gendres qui s’étaient fiancés avec ses filles. Donc Loth est venu pour leur parler et leur a dit : « Venez, quittez cet endroit. » Mais ses gendres se sont moqués de lui.

Alors les anges l’ont pressé en disant : « Venez ! Prenez votre femme avec vous ainsi que vos deux filles qui sont là… Mais ne regardez pas en arrière ! absolument » Cependant la femme de Loth s’est retournée. Que lui est-il arrivé ? Elle a été transformée en une colonne de sel.

C’est ce que je suis en train de vous dire. Lorsque les hommes ont refusé d’entendre la Parole de Yahvé Dieu, alors le châtiment est descendu sur eux, il n’y avait aucun moyen pour l’éviter. Au temps de Noé, Dieu le Père a dit à Noé de construire une Arche. Noé a écouté Yahvé Dieu et il a construit l’Arche en vendant ses biens. Il a fait exactement ce que Yahvé Dieu attendait de lui.

Pendant que la famille de Noé était en train de construire l’Arche, beaucoup de gens les pointait du doigt en se moquant d’eux, prenant plaisir à s’amuser, manger et boire. Dès que la famille de Noé entra dans l’Arche, le déluge commença.

Rien n’est impossible quand on est avec Dieu. Même quand ils ont essayé d’aller sur le plus haut pic pour échapper à l’inondation, ils furent noyés au fond des eaux. Même si nous essayons de grimper sur le plus haut des bâtiments, à quoi cela servira-t-il ? Même si nous volons en hauteur avec des avions, cela sera inutile. Comme rien n’est impossible à Dieu, tout sera emporté. Nous sommes dans la même situation en ce temps.

Ce monde mérite la ruine de la part de Dieu. Cependant grâce aux petites âmes comme vous qui prient dans une pauvre étable, Dieu le Père prolonge le temps de la punition.

Faisons un nouveau départ en amendant notre vie pour que non seulement le jour de la punition soit prolongé mais aussi pour que la nouvelle Pentecôte se réalise ! Que devons-nous faire pour cela ? Nous devons nous armer des Cinq Spiritualités.

Mais, parce que nous ne nous armons pas des Cinq Spiritualités, on n’arrive pas à se pardonner mutuellement ou à pratiquer la transformation de notre vie quotidienne en prières. Parce que nous n’acceptons pas que chaque chose puisse être de « C'est de ma faute », nous sommes incapables de pardonner et de contenir la haine entre les deux. Parce que nous n’acceptons pas de dire « Amen », nous sommes incapables de mettre cela en pratique. Parce que nous ne vivons pas la spiritualité de « SEMCHIGO », nous vivons isolés. Mais nous pouvons faire un nouveau départ, recommençons à nouveau à partir d’aujourd’hui ! (Amen !)

(Le terme « SEMCHIGO » en coréen est intraduisible mots à mots en langues étrangères. La spiritualité de « SEMCHIGO » se rapporte à la pratique du renoncement à soi-même en priant pour le bien-être, la paix et l’amour des autres. Ce mot coréen signifie que nous faisons ce qu’on ne voudrait pas faire, comme si nous aimions vraiment le faire. Par exemple, ce terme composé de deux mots explique que lorsqu’on n’a pas obtenu ce que l’on désirait ou ce que l’on voulait faire, on suppose ou on considère qu’on a eu ce que l’on désirait ou bien qu’on a réalisé ce que l’on voulait faire, soit pour le bénéfice des autres soit pour s’investir dans un acte positif ou bénéfique. Ce terme implique presque toujours la notion de sacrifice personnel ou d’abnégation.)

Le 30 juin 2006, sur le Mont Calvaire, un très beau rayon clair de lumière bleue a brillé à partir de Jésus sur la Croix en direction du Mont Calvaire. Tout d’abord, il a brillé cinq fois, puis sept fois. La lumière se répandait aussi sur nous tous.

Chers pèlerins, recevez la lumière du Christ !

Jésus disait : « Je vous accorde la lumière de mon amour incommensurable, le plus pur et le plus sublime sur chacun de vous qui êtes rassemblés ici pour commémorer les Larmes versées par Ma Mère. » Jésus nous accorde la lumière de l’amour unie à l’amour de la Sainte Mère. La Sainte Mère aussi a répété les mêmes paroles en 2007.

Le Seigneur et la Sainte Mère ne vous laisseront pas partir d’ici les mains vides. Si vous ouvrez grand votre cœur, le Seigneur viendra en vous pour y allumer Son feu d’amour et accomplir les miracles d’amour en vous.

Permettez-moi de vous présenter brièvement les Cinq Spiritualités.

Le 8 juillet 1982, j’étais en train de prendre un bus. A la différence d’aujourd’hui, il y avait vraiment peu de bus en ces jours et ils étaient remplis de personnes venant de la campagne. J’étais en train de prier le chapelet les yeux fermés.

Quelque chose était en train de me donner un petit coup. J’ai pensé que ça pouvait être le manche d’un parasol. Donc, je l'ai giflé par ma main. Alors je me rendis compte qu’il s’agissait d’un homme qui me donnait des coups avec son organe sexuel qui ressortait de sa fermeture éclair ouverte. Devrais-je le battre ou lui pardonner ? Alors j’ai prié : « O mon Jésus, pardonnez-lui. Faites que cet homme qui est en train de commettre un péché d’obscénité se repente, qu’il change et revienne au Seigneur. »

Jésus m’a posé cette question: « Es-tu vraiment prête à pardonner à cet homme qui te harcèle sexuellement ? » _ « Certainement, car si je nourris de la rancune à l’égard de cet homme, qu’est-ce que je pourrais gagner, quelle sorte de bénéfice pourrais-je recevoir  de cette attitude ? » _ « Oui, c’est bien cela. » (dit Jésus).

Oui, chers pèlerins, nous pouvons l’offrir avec la spiritualité de « SEMCHIGO » _ en la considérant comme le manche d’une ombrelle. Prenons toutes les choses qui nous arrivent comme si c’était de notre faute, en pensant que cela a eu lieu en raison de ma présence à cet endroit-là. Si j’avais été une femme laide ou difforme, il ne m’aurait jamais harcelé sexuellement.

Si j'étais frappé par une pierre volante, tout en restant immobile, devrais-je donner un coup de pied dedans en rouspétant : « Zut ! Qu’est-ce qui m’arrive ? » Seuls mes pieds seraient encore plus blessés, n’est-ce pas ? Je devrais dire plutôt : « O jésus, je Vous remercie. Quel grand amour Vous m’avez accordée! »

C’est vrai, chers pèlerins, si je n’avais pas été là, je n’aurais pas reçu la pierre. Si j’avais été juste un pas plus loin, la pierre ne m’aurait pas heurtée. C’est de ma faute puisque je me trouvais à l’endroit même où la pierre est tombée.

En faisant ainsi, il n’y aura personne à qui je ne puisse pas pardonner si j’admets que « C’est de ma faute » dans tous les problèmes rencontrés.

Les démons attaquent et s’acharnent plus violemment contre ceux qui se rapprochent de l’amour de Dieu. Au sein de communautés, ne dites pas que vous haïssez telle ou telle personne en ne pardonnant pas même sur une matière insignifiante avec haine, en condamnant beaucoup de choses à l’égard du prochain et pensant de la sorte : « Pourquoi cette personne est-elle comme ça ? » Ne jugez pas les autres ! Beaucoup de personnes tentent d’enlever la paille des yeux des autres sans voir la poutre qui est dans leurs yeux.

C’est pourquoi lorsque nous voyons une personne mal agir, nous devrions alors penser, que nous sommes comme cette personne capable de commettre des fautes comme elle. Dans ce cas-là, moi aussi, si j’agis mal, je dois avoir une mauvaise influe nce auprès de cette personne. Si nous avons mal agi, ne devrions-nous pas plutôt nous corriger avec le dialogue en nous réconciliant mutuellement?

A présent je vais vous parler de la Spiritualité de « Amen ». Je suis allée à une retraite tenue par « L’Armée Bleue » tandis que j’avais de pénibles souffrances. Je suis arrivée juste pour écouter la conférence d’un prêtre que je respecte. Mais à peine suis-je arrivée qu’on m’a demandée de faire un acte bénévole (ce qui signifiait que je ne pouvais pas entendre la conférence.) Cependant j’ai répondu : « Amen !! »  

Le Seigneur m’a appelée parce qu’on avait besoin de moi. Je n’ai pas réagi négativement en posant de telles questions : « Vous ne voyez pas que je souffre ? Comment pouvez-vous me faire travailler ici alors que je suis dans cet état ?  Au lieu de cela, sans hésiter, je me suis exclamée en disant « Amen » en offrant simultanément toutes mes souffrances vers le haut.

Le travail bénévole qui m’était assigné ne consistait qu’à attacher des rubans à la poitrine de participants.

Malgré les pénibles douleurs que je ressentais, j’ai attaché avec amour et respect les rubans en disant à chaque personne : « Puissiez-vous recevoir d’abondantes grâces du Seigneur aujourd’hui ! ». Et chacune d’elles me répondait : « Oh, la grâce vient déjà de se répandre sur moi. » Ces personnes étaient si charmantes.

Chers pèlerins, les choses deviendront merveilleuses seulement à travers notre petit sacrifice et le fait de se donner soi-même un peu plus !

Si nous disions avec un air mécontent : « Je vous souhaite beaucoup de grâces de Dieu. », en pensant « comme c’est pénible de faire cela ! », Devrions-nous vraiment agir ainsi ?

Considérez cette personne comme si c’était Jésus et s’il s’agit d’une femme, considérez-la comme si c’était la Sainte Vierge et cela quelle que soit la personne que vous rencontrez. Si vous faites ainsi, vous ne serez jamais grossiers l’égard de cette personne. Comme je connaissais les prières de la vie, j’ai attaché avec amour le ruban à chacune de ces personnes en disant ; « O mon Jésus. » Ce jour-là, Jésus déversa d’abondantes grâces sur moi quand j’ai répondu « Amen » en acceptant le travail qu’on m’avait assigné de faire.

Ce jour-là, c’était une journée avec une chaleur torride. Là où se tenait la retraite dans la paroisse, il y avait aussi des piles de livres, d’objets religieux, etc. Chaque bénévole se retira dans la salle de conférence me laissant seule. (Note : elle travailla donc seule à l’extérieur.) Plus tard, Rufino Park descendit me dire : « Vous n’avez pas trop chaud sous ce soleil brûlant ? »

« Si, j’ai chaud mais j’offre ce travail en sacrifice gracieusement.  Si je ne fais pas ce travail, quelqu’un d’autre devra le faire. C’est pourquoi je suis en train d’offrir en sacrifice ce travail avec joie. »

J’ai donc fait ce travail en suant énormément, mes habits étaient trempés. J’ai offert ma sueur en sacrifice avec une grande joie.

J’ai dit à Ruffino: « Quand je suis venue ici, j’ai dit que je pouvais faire ce travail ! Si je n’étais pas venue, je serais restée couchée à la maison avec mes souffrances d’expiation. A présent, je peux faire quelque chose pour le Seigneur bien que ce soit une tâche anodine, en faisant pénitence pour mes voisins, en offrant des sacrifices vers le haut en vivant l’amour, et en faisant ainsi, j’offre aussi joyeusement mes peines pour les pauvres âmes qui souffrent au purgatoire. »

 « J’ai honte de moi. »  C’est ce que vous venez de dire Rufino, n’est-ce pas ? « Oui », répondit Rufino. C’est de cette manière que nous pouvons travailler joyeusement, lorsque nous répondons « Amen » aux tâches qui nous incombent. Pratiquons sans faute la spiritualité de « Amen » en répondant joyeusement « Amen ».

J’étais alors au seuil de la mort, les masses de cellules cancéreuses ressortaient par les ongles de mes pieds et mon anus. Le docteur m’a dit : « Nous avons fait de notre mieux. Retournez chez vous et mangez ce qui vous plaira. » Alors, j’ai essayé toutes sortes de choses en espérant survivre.

Comment pourrais-je laisser plonger ma mère dans l’amertume, qui n’avait vécu que pour moi jusqu’ici ? J’ai donc utilisé toutes les méthodes possibles pour survivre, mais tout a échoué. En dernier, j’ai entendu la voix de Jésus me dire : « Approche-toi de la Bible. La Bible, c’est Ma Parole vivante. »  J’ai ouvert immédiatement la Bible en disant « Amen » et je suis tombée sur le passage de saint Luc, chapitre 8, versets 40 à 48.

Quand Jaïre amenait Jésus auprès de sa fille malade, ils rencontrèrent une femme qui avait une hémorragie depuis 12 ans et avait dépensé tout son bien en vain. Elle avait la foi, elle croyait que si elle était capable de toucher la frange de son vêtement de Notre Seigneur, elle guérirait. Et elle a vraiment été guérie. (Amen !)

Que lui a dit Jésus ? « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix. » De cette manière, vous pouvez faire la même chose sans avoir à penser : « Ce n’est pas pour moi. » Les paroles des messages de la Sainte Mère et aussi celles du Seigneur, acceptez-les comme si elles vous étaient adressées à vous seuls.

La femme a été guérie, n’est-ce pas ? Peu après, un serviteur de Jaïre est arrivé en disant : « Votre fille est morte. Ne dérange plus le maître.» En entendant ces paroles, Jésus lui a dit : « Ne crains pas. Crois seulement, et ta fille sera sauvée. » J’ai alors dit : « Amen » à nouveau. Et toutes les cellules cancéreuses ont diminué puis disparu.

La tumeur cancéreuse ressortait de l'anus ce qui me rendait incapable d’évacuer les excréments et ce qui m'interdisait de recevoir des piqûres puisque ma tension était de 50 /40. Même la possibilité de faire une colostomie m'était interdit. Il n'y avait plus aucun espoir pour guérir. Je ne pouvais même plus m'assoir à cause des tumeurs qui faisaient saillie à mon anus.

Mais tout cela a rapetissé très rapidement, a disparu complètement ! J’ai ressenti en touchant avec mes mains qu’il n’y avait plus rien ni à mes orteils, plus rien du tout ! J’ai alors pris ma tension artérielle qui s’était rétablie de 120 / 70 (elle était redevenue normale) alors que précédemment elle était de 50 / 40.

J’ai été entièrement guérie à l’âge de trente-trois ans. Ensuite, j’ai demandé à Jésus des souffrances. Ne pensez-pas des choses comme : « Quelles sortes de souffrances reçoit-elle constamment ? » Parce qu’Il m’a accordée une nouvelle vie et je Lui ai demandé des souffrances en retour.

Comme vous le savez, j’ai toujours vécu pour la paix des autres même si j’ai dû perdre mes propres bénéfices ou ma commodité. Un jour, pendant une retraite, j’ai rencontré un pauvre homme qui souffrait du cancer de la prostate y compris du cancer du côlon qui s’était propagé dans tout son corps. Il était allongé au fond de la salle de conférence. Personne ne faisait attention à lui.

Je l’ai alors aidé en l’amenant aux toilettes pour s’occuper de lui lorsqu’il faisait ses besoins puis je l’ai nettoyé. En me voyant faire cela, les autres bénévoles commencèrent à me blâmer en disant : « Humm, Julia, qu’est-ce que vous faites au lieu de faire votre travail de bénévoles pour cette retraite ?» Je n’ai fait qu’aider le vieil homme en pensant que c’était Jésus parce que personne ne se souciait de prendre soin de lui.

« Oh, Jésus ! Si cet homme pouvait être guéri en me chargeant de ses douleurs, je souffrirai volontiers pour lui. » : C’est ainsi qu’il a été guéri. (Amen). Puis c’est avec la permission du responsable du service bénévole que j’ai pris soin de lui jusqu'à la fin de la retraite.

A ce moment-là, je ne l’avais pas réalisé tout d’abord, mais maintenant je le sais, ce vieil homme c’était Jésus. Comment aurait-il pu venir tout seul à la retraite ?

Chers pèlerins, c’est de cette manière, quand nous faisons chaque chose avec amour, il est probable que Jésus nous teste parfois pour voir à quoi ressemblera notre réaction. C’est pourquoi, dans vos communautés, votre famille ou une autre communauté quelle qu’elle soit, vous devriez être tous unis dans l’amour.  

Finalement le vieil homme est venu tout naturellement en marchant seul sans aucune aide et il a pu aller aux toilettes tout seul en quittant les lieux en paix. J’ai déjà expérimenté des événements similaires à celui-ci de nombreuses fois dans ma vie.

Un jour, j’ai vu un vieil homme qui marchait en boitant dans la rue. J’ai essayé de l’amener à l’hôpital. Mais, il refusa obstinément d’y aller. Je lui ai donc apporté des médicaments achetés dans une pharmacie puis je l’ai amené à la Chapelle de Notre Dame de Naju. Lorsque j’ai essayé de lui enlever ses chaussures, je me suis aperçue qu’elles étaient coincées à ses pieds. Je lui ai demandé quand il avait enlevé ses chaussures dernièrement. Il me répondit que sa famille était riche mais que depuis qu’il avait été réquisitionné par l’armée, il était tombé malade. On l’avait renvoyé chez lui avec une étiquette sur son corps comme s’il s’agissait  d’un paquet.

Il me dit qu’il n’avait jamais acheté lui-même des chaussettes ou des chaussures. Je me suis débrouillée pour lui enlever ses chaussures puis l’amener auprès de la statue de Notre Dame de Naju. A ce moment-là, une très mauvaise odeur commença à se répandre car à chaque pas qu’il faisait, il laissait derrière lui des empreintes avec une puanteur terrible.

Je l’ai baigné puis je l’ai installé dans la pièce. Alors, je me mis à nettoyer ses empreintes sur le sol de la chapelle avec Rufino. Mais ces empreintes malodorantes restaient tenace.

Finalement, nous avons renoncé au nettoyage puis l’avons laissé seul. Après avoir dormi, nous avons constaté que toutes ces empreintes de pied avaient disparu et qu’un parfum de rose se diffusait tout autour. Il était aussi Jésus. C’est de cette manière que Jésus est venu à nous sous des formes différentes et de bien des manières. Il pourrait venir chez vous également.

Nous devrions offrir tout vers le haut gracieusement. C’est très facile de parler mal des autres. Ne jugeons pas les autres ou ne causons pas de séparations en créant des divisions parmi les gens. Notre vie est brève, même si nous ne voulons vivre que pour le Seigneur et la Sainte Mère. Nous ne savons pas quand est-ce que Dieu viendra nous prendre avec Lui. Si nous vivons selon la volonté du Seigneur et de la Sainte Mère, ils nous sauveront même quand nous serons confrontés à des dangers imminents et ils nous soutiendront comme des personnes qui n’ont jamais été ébranlées devant les difficultés quelles qu’elles soient. (Amen)

Nous devrions pardonner. Dans les années 1990, Madame Agatha Park est venue de la ville de Busan. Elle était veuve et son seul fils de vingt-deux ans était chauffeur de taxis. Mais il est mort après avoir été poignardé dix-sept fois par un voleur.

Chers pèlerins! Qu’en pensez-vous? Nous éprouvons de terribles douleurs lorsque nos enfants tombent malades, n’est-ce pas ? Et comme le dit le dicton coréen, « Lorsqu’un enfant est mort, le cœur de sa mère devient une tombe. » A plus forte raison, pensez-vous qu’il soit facile pour une mère de pardonner au meurtrier de son fils bien portant qui vient d’être frappé de dix-sept coups de couteau ? Elle ne pouvait pas aimer même ceux qui la consolaient

Aussi, cette mère ne faisait que pleurer. Bien que ses pleurs n’aient pu faire revenir son fils à la vie, elle ne faisait que pleurer sans pouvoir pardonner et ne voulait rencontrerpersonne. Alors, quelqu’un lui a proposé d’aller à Naju. Elle demanda : « Pourquoi aller à Naju ? » Et aux dires de l’autre : « Là-bas, la Sainte Vierge pleure ». Alors, elle se disait : « Comment la Sainte Mère peut-elle verser des larmes de sang? » Cependant comme il lui était difficile de surmonter ses épreuves psychologiques, elle a fini par venir à Naju.

Elle a visité la chapelle le 30 juin à l'occasion de l'anniversaire des larmes de la Sainte Mère. C'etait lors de la Réunion de la Prière à la Chapelle Notre-Dame. Après avoir écouté mon témoignage sur le pardon aux personnes qui nous blessent en offrant la Messe pour elles, elle a été impressionnée et a pensé : «Je devrais pardonner comme Julia l'a fait.» Et elle a décidé de pardonner au meurtrier de son fils unique qui l’avait poignardé dix-sept fois. Elle a un seul fils.

Elle a décidé non seulement de pardonner à l'homme qui a tué son fils, mais aussi de prendre soin de lui comme si le tueur en prison était aussi son fils. Une fois qu’elle a pardonné à l'assassin, elle a réalisé que son monde sombre devenait une lumière brillante. Chers pèlerins!  Pardonnons.  (Amen!)

Comme nous venons de le voir dans le cas de Madame Agathe Pak qui a pardonné au meurtrier de son fils unique, nous, à plus forte raison, devrions-nous rester sans pardonner à notre prochain ? Dans la vie, certaines personnes nous dérobent de l’argent ce qui nous précipite dans l’endettement ou bien nous pouvons nous trouver faussement accusé. Moi-même j’ai été souvent faussement accusée. Pourtant je n’ai jamais éprouvé de ressentiment envers ceux qui m’avaient fait cela.

Une certaine personne qui ne voulait pas rembourser les fonds de mon investissement, m’a faussement accusée avec des mots difficiles à prononcer et elle m’a fait agresser. Cependant c’est sans aucun regret que j’ai renoncé aux fonds de mon investissement.

L’employeur d’un salon de coiffure m’avait promis un bon salaire comme coiffeuse de premier rang mais il m’a exploitée pendant sept mois. Et il ne m’a pas payé du tout mon salaire, même pas les frais de transport. Je ne pouvais même pas lui demander de payer mon salaire. J’ai accepté tout cela comme si c'était mon destin en le considérant comme si j’avais été payé (Spiritualité de Sém-Chigo).

A l’époque, je n’avais pas encore rencontré Dieu, mais je leur pardonnais ne souhaitant que leur bonheur et qu’ils mènent une meilleure vie. En me voyant agir ainsi, le Seigneur m’accordé plus de grâces. Chers frères et sœurs ! Pardonnons aux autres. (Amen)

Aujourd’hui, permettez-moi d’aborder un peu le sujet de « la vie consacrée ». Maria qui habite à Jeomchon, continue de venir à Naju. Son mari, médecin-directeur d’une clinique privée, avait une aventure amoureuse avec une fille qui travaillait dans un café. Or ce qui a vexé Maria, c’est que son mari offrait à cette fille la même bague ou les mêmes robes que celles qu’il lui avait données auparavant. Alors Maria a demandé à son mari de divorcer, mais il l’a refusé.  

En vivant ainsi dans le tourment, Maria est venue un jour à Naju, et je lui ai dit ceci : « Bien que votre mari ait une liaison amoureuse, allez le voir pour lui masser les jambes en luidisant : « Comme tu te donnes de la peine pour t’occuper d’une épouse comme moi. » Puis lui dire en massant son corps, lavant et essuyant ses jambes ou lavant son corps à l’eau chaude : « S’occuper d’une seule femme est suffisamment dure, mais comme ce serait dure pour toi de t’occuper de deux femmes. »

Or cette serveuse de café qui espérait vivre avec le mari de Maria a eu beau essayé d’avoir un enfant de lui, mais chaque fois qu’elle tombait enceinte, elle a eu une fausse couche.  Entretemps, Maria n’a pas cessé de visiter Notre-Dame de Naju, en Lui confiant toute sa peine. Peu de temps après, un jour, Son mari a décidé de retourner à Maria. Il a dit, “ Ma chérie! Je vais la quitter. Je ne veux plus la voir. ”

Puisque Maria a bien pris soin de son mari avec dévouement selon mes conseils tout en se confiant à la Sainte Mère, il est revenu vers elle. La Sainte Mère la chérit tellement. Elle mérite de recevoir un éloge, car elle a accompli les messages de Jésus et la Sainte Mère.

A propos, Maria avait de la compassion pour la fille qui avait eu une aventure avec son mari.  Si elle n’avait pas connu la Sainte Mère de Naju, aurait-elle pu avoir de la compassion pour elle ? Elle aurait pu éternellement la détester. Ce que les femmes détestent le plus sont les maîtresses de leurs maris comme les secondes femmes et les concubines. Mais puisque Maria connaissait la Sainte Mère, elle a eu de la compassion pour l’ex-maîtresse de son mari, elle l’a considérée comme sa propre fille et l’a mariée à un autre homme en lui finançant l’achat de son trousseau.

La jeune femme est tombée enceinte juste après son mariage avec un autre homme. Et Maria a pris soin de la jeune mère pour la maternité en lui procurant des vêtements et de la nourriture, elle a même subvenu aux besoins quotidiens de la jeune femme. Depuis lors, le mari de Maria est resté fidèle à son épouse, puis Maria a considéré la jeune femme comme sa propre fille.

Chers frères et sœurs, nous devons vivre d’un tel amour comme Maria l’a pratiqué. Comment pouvons-nous mettre cet amour en pratique sans l’amour de Jésus et de la Sainte Mère ? La jeune femme était gênante pour Maria car elle avait tenté de garder son mari pour elle, cependant Maria l’a considérée comme sa propre fille en arrangeant elle-même d’un point de vue financier son mariage.

Aujourd’hui même encore, Maria l’invite de temps en temps aux repas et l’aide pour financer ses besoins. Nous devons vivre ainsi. Aussi, devons-nous offrir tout avec grâce. Ayant compris la vie consacrée puis l’ayant acceptée en répondant ‘Amen’, Maria a suivi mes conseils comme je lui avais dit. Alors, son mari est retourné au foyer. Comme l’amour répond sûrement à l’appel de l’amour, nous devons toujours nous armer des Cinq Spiritualités. (Amen !)

Le 13 janvier 1989, ma douleur physique était si pénible que je ne pouvais pas rester assise pour prier. Pourtant malgré cette douleur pénible, j’ai prié en offrant ma douleur, en pensant à « SEMCHIGO » comme si je priais les bras levés et comme si cette douleur était aimée de Jésus. Ainsi en me plongeant dans la pensée de Jésus, je suis tombée dans l’extase et j’ai rencontré Jésus. Même en souffrant j’ai pu rencontrer Jésus parce que j’ai offert ma souffrance comme si j’étais aimée de Jésus. J’ai réalisé qu’en souffrant, si on pratique la spiritualité de SEMCHIGO, on peut rencontrer Jésus

C’était durant l’extase, alors j’étais en train de monter sur une colline en pente escarpée en pleine campagne. Comme j'étais sur le point de tomber, j'ai essayé de saisir quelque chose au-dessus de moi, puis quelqu'un a tenu mes mains, « Eh? Qui est-ce ? » Et j'ai essayé de tirer vers moi la main qui m'avait retenue. Mais la main qui tenait la mienne me serrait plus fort. J'étais tout étonnée puis j’ai levé les yeux et j’ai alors découvert que c’était Jésus. (Amen!)

Quand Jésus m'a soulevée, j'étais ravie et j'ai sauté dans ses bras. Je marchais avec Lui en me frottant la joue sur son visage. Vous savez qu’Il est si grand, Il s’est penché vers moi pour que je puisse me frotter la joue sur son visage. Nous marchions et courions ensemble en nous tenant les mains l’une dans l'autre. Après avoir marché pendant un certain temps, j'ai vu une cabane à l’étage, Wondoumak ( C’est un logis d’été au milieu d’un verger en Corée)

La Sainte Mère était déjà là et nous attendait. Quand je suis montée dans la cabane à l’étage (Wondoumak), Jésus et la Sainte Mère m’ont soulevée vigoureusement et m’ont embrassée.  Je me suis jetée dans le bras de la Sainte Vierge et de Jésus tour à tour, me frottant les joues sur Leur Visage. Et à la fin, je me suis reposée dans les bras de Jésus assez longtemps sans prononcer un seul mot.

Quelques moments plus tard, Jésus m’a demandé :_« M’aimes-tu autant ? » _ « Bien sûr que oui, sans Vous, ma vie est vide. »_ « Tu m’aimes tellement ? » _ « Vous le savez bien. » _« Je t’aime beaucoup plus que tu ne peux M’aimer. » Nous avons continué notre conversation,  j’ai alors senti que Jésus m’aimait tant. J’étais au comble de la joie.

A ce moment-là, Jésus a dit qu’Il allait célébrer la Messe. Et sans que je m’en aperçoive, Il s’est transformé en prêtre. Cela signifie que lorsqu’un prêtre célèbre la messe, c'est Jésus en personne qui la célèbre réellement. Alors, Julio (* Le mari de Julia) qui portait une tenue de luxe a offert au prêtre l’hostie sur une patène.

J'ai appelé sans cesse les gens de l'extérieur pour les rassembler en espérant qu'ils assisteraient à la messe et recevraient la Sainte Eucharistie. Jésus vient personnellement à nous à travers l'Eucharistie.

Tandis que j’étais restée couchée à cause de mes douleurs, étant incapable de bouger, lorsque je me suis réveillée de l’extase, j’ai senti que mon corps était aussi léger qu’une plume d’oiseau et que mes douleurs avaient disparu.

Ce n’est pas dans un rêve que j’ai vu Jésus, mais je L’ai rencontré réellement. Il m’a embrassée et je l’ai aussi embrassé.

C’était pendant l’extase que j’ai été réellement guérie en me frottant la joue contre Jésus. Puis, alors que je ne pouvais même pas me lever quelques instants auparavant, je suis descendue du grenier en courant, ma famille et le Père Chang ont été étonné de me voir. Si je suis arrivée à rencontrer Jésus, c’est parce que j’ai offert toutes mes douleurs selon la Spiritualité de « SEMCHIGO »

Chers frères et sœurs, armons-nous des Cinq Spiritualités. Alors, le Seigneur et la Sainte Mère viendront à vos côtés pour vous.

Maintenant, permettez-moi de vous donner un autre exemple concernant « la vie consacrée ».  En 1992, je n’avais personne pour m’aider car tous les bénévoles qui avaient reçus des grâces m’ont quittée en suivant un faux prophète. J’étais alors en proie à des douleurs extrêmes.  Puisqu’il n’y avait personne pour m’aider, j’ai fait mes besoins dans ma chambre située au grenier en employant un grand seau en plastique (à cause de son immobilité et parce que le grenier était petit et bas sans toilettes). Je n’ai pu ni manger ni boire pendant trois jours.

Une semaine plus tard, à 5 heures du matin, j'ai essayé d'uriner, mais en m’asseyant sur le seau tout plein, je me suis effondrée avec le seau. Le seau rempli d'urine et de matières fécales s’est répandu dans toute la pièce. En voulant vider le contenu du seau dans les toilettes en bas, j’ai essayé de le traîner à quatre pattes en passant par les deux sections d’escaliers mais je me suis tombée à l'envers avec le seau par la terre. Juste en bas de ma pièce, il y avait une cuisine-salle à manger.   

L’ordure a éclaboussé le plafond, le placard et la vaisselle, y compris le mur de la cuisine. Vous pouvez imaginer à quel point la puanteur qui se dégageait était terrible car le seau renversé contenait une semaine de selles. L'impact de ma chute m'a rendue à demi-consciente. Pourtant je ne pouvais pas laisser cette pagaille sans rien faire.

Aussi, ai-je prié : « Oh, mon Jésus, vous m'aimez tellement que vous m'accordez ce grand amour. Maintenant, je me débats au milieu de cette puanteur sans pouvoir bouger du tout.  Oh Jésus, sauvez par mes douleurs tous tes les enfants du monde ainsi que tout le clergé. »

J'ai eu beau essayé de me lever, mais c’était impossible à cause de l’ordure qui me faisait glisser. Je me suis glissée dl'un ou de l'autre côté chaque fois que j’essayais de me lever. Alors, que je continuais à me débattre en vain à cet endroit et j’ai prié : « O, Jésus, merci de m'avoir accordé cette douleur, car vous m'aimez tellement. » Je me suis débattue alors pendant deux heures.

Puis ma mère a ouvert la porte de la cuisine en criant: « O, mon Dieu! Qu’est-ce que c’est cette mauvaise odeur? » Elle est sortie puis est revenue aussitôt en disant : « O, mon Dieu, qu'est-ce qui se passe? » J'ai prié : « O, Jésus, donnez-moi un peu de force parce que je dois nettoyer tous ces ordures! » Ensuite, j'ai commencé à bouger. Et à ma grande surprise, je pouvais me déplacer lentement. Quand j’étais tombée, ma conscience était floue. Mais après la prière, j’étais capable de me lever et de travailler.

Alors, je ne saurais vous dire avec quelle joie j’ai offert la prière de la vie en nettoyant la cuisine. Chers pèlerins. Quel bonheur de vivre ainsi ! C’est Jésus qui nous a donné cet amour.  Si vous pouvez obtenir quelque chose de bien en retour en disant : « Oups! Qu’est-ce que Jésus a fait de moi avec ce sinistre accident ? », vous le faites en ayant du ressentiment, d’un cœur plaintif. Plus nous avons du ressentiment, pires sont les choses qui nous arrivent.

Chers pèlerins ! Aussi, quand nous devons subir des douleurs inévitables, il vaudrait mieux les offrir avec grâce comme je l’ai fait en disant : « Seigneur! Je vous remercie infiniment. Puisque vous m’avez accordé ces douleurs afin que je Vous offre autant de prières de la vie. Seigneur ! je Vous remercie infiniment. »

J’ai offert les prières à tout moment en nettoyant, en essuyant les saletés du plafond, en lavant les torchons sales. Debout sur une chaise en lavant le plafond, je priais aussi. Et en déplaçant les chaises jusqu’à ce que la cuisine soit propre, je continuais de prier. Je nettoyais encore et toujours en priant. Comme j’étais heureuse de cette méthode de travail, d’offrir autant de prières de la vie en nettoyant !

Comme je pensais en moi-même : « Mon Seigneur m’aime tant, qu’Il m'a accordé son amour si grand !», chaque fois que j'effaçais les ordures, cela devenait une prière. En principe, je ne me soucie pas du résultat de ma prière. Je crois simplement qu'Il réalisera tout. (*pas dit dans le vidéo qui est une note : « Même si je ne me soucie pas du résultat de ma prière et de mon action pour l'amour), souvent, Jésus m'a montré le résultat de ma prière. »)

Après un premier nettoyage en surface, j’ai recommencé à laver et à nettoyer incessamment en utilisant de l’eau bouillante puis un détergent. En répétant ainsi constamment le processus de nettoyage avec l’eau bouillante, l’odeur fécale a enfin disparu et, à la place, le parfum de rose s’est répandu dans la cuisine.

Après avoir complètement fini ma tâche de nettoyage, il était trois heures de l’après-midi.  J’ai travaillé pendant dix heures sans me nourrir. « Oh, là-là ! Seigneur, Vous déversez votre amour sur moi de cette manière ! »

Jésus était tellement content de moi qu’il m’a demandé, « Es-tu vraiment heureuse de recevoir des souffrances ? » « Bien sûr ! Ma vie est vaine sans Vous. Comme vous m’avez élevée ainsi, utilisez-moi selon votre volonté en me réparant et en me corrigeant, s’il me manque quelque chose. » « Bien entendu. » Jésus était satisfait de moi.

Si vous voulez en savoir plus en détails, je vous conseille de lire « Le Chemin d’Amour vers le Seigneur ». Quand vous lirez bien le contenu des conversations, vous trouverez beaucoup de grâces. N’imaginez pas pendant la lecture qu’il s’agit de la conversation entre Jésus et Julia, mais considérez la comme si Jésus en personne conversait avec vous. Dans ce cas, la grâce de Dieu s’écoulera sur vous de la même manière.

Désormais, n’ayez plus de ressentiment, offrez-vous à nouveau entièrement en acceptant tout ce qui arrive comme si c’était de votre faute, en vivant « SEMCHIGO », en répondant « Amen », et pratiquez la Prière de la Vie. Comme c’est bon d’offrir la Prière de la Vie, car nous pouvons prier même en nous rappelant les événements passés.

Je suppose que vous avez oublié de prier quand vous étiez aux toilettes, n’est-ce pas ? Alors, vous pouvez le faire maintenant. Ou bien si vous n’avez pas prié en vous lavant les mains, vous pouvez aussi le faire maintenant. De telles prières sont vraiment bonnes pour nous. La Prière de la Vie nous atteint vers la perfection des vertus en donnant naissance à de saintes vertus en pratiquant de telles prières.

La Prière de la Vie est une prière sublime qui peut combler toujours et encore l’abîme qui existe entre Jésus et nous. Armons-nous de la Prière de la Vie. Armons-nous des Cinq Spiritualités. Offrons entièrement tout pour le reste de notre vie afin qu’elle devienne une vie de résurrection pleine de joie, d'amour et de paix. (Amen!)

La Sainte Mère nous appelle tous les jours à tout moment comme ceci :

Mes fils et mes filles, venez à moi
Je vais vous aider dans ce monde dangereux

Mes chers enfants, venez à moi.
Votre corps épuisé et malade sera guéri. (Amen)

Voulez-vous que nous méditions le message de Jésus et de la Sainte Mère ?
( Oui ! )

C'est le message d'amour de Jésus du 30 juin 2002. Mettez vos mains sur votre poitrine.

Quel que soit le message qu'ils nous donnent maintenant, c'est un message qu'ils vous donnent directement. La grâce sera déversée sur vous si vous l'écoutez tel qu'il est et y répondez en disant « Amen ».

« O, tous mes enfants bien-aimés du monde! Je souhaite que vous tous, vous vous rendiez compte que Moi avec Ma Mère, nous avons renoncé à tout pour vous et que nous ne retenons rien pour votre bien et que notre espoir est que le monde entier soit sauvé en se repentant. Je donne des bénédictions infinies à tous ceux qui viennent Me chercher ainsi que Ma Mère. » Amen!

C'est le Message d’amour de la Sainte Mère du 30 juin 2007

« Tous mes chers enfants du monde! Je serai toujours avec vous qui venez me chercher en priant en tant que pécheurs comme Marie-Madeleine, et si vous travaillez pour mon Fils Jésus et Moi, unis les uns aux autres dans l'amour, je vous protégerai même si vous ne pouvez rien faire dans une situation critique. Puis je vous mènerai au Paradis au dernier jour. Aussi, ne jugez pas avec des idées humaines, mais ouvrez tout grand les portes de votre cœur, et acceptez tout en répondant « Amen » comme des petits enfants et essayez de faire des efforts pour devenir d’humbles et petites âmes. » (Amen!)

- La prière de guérison de Maman Julia -

Maintenant, fermez vos yeux et confions-nous entièrement à notre Seigneur et la Sainte Mère, puis prenons la résolution de retirer les clous que nous Lui avons enfoncés en nous confiant entièrement à notre Jésus.

Prenons la ferme résolution de nettoyer avec notre vie toutes les Larmes et les Larmes de Sang de la Sainte Mère, qui ne peut pas s’empêcher de verser ses Larmes pour nous, afin qu’Elle puisse vivre dans notre vie quotidienne. En faisant ainsi, nous préparons également une place pour Jésus quand Il reviendra dans la gloire.

Nous ne devons pas oublier qu’à l’approche d’une nouvelle naissance, les douleurs s’intensifient. Jésus est venu à nous afin qu’il nous conduise à la conversion en lavant nos souillures et péchés, en transfusant son sang en nous, et qu’il puisse aujourd’hui même en ce moment laver et essuyer nos souillures en désobstruant la fermeture de notre cœur endurci.

Ouvrez la porte de vos cœurs tout grand, accueillez Jésus afin qu’Il transfuse en vous son Précieux Sang versé sur la Croix, jusqu’à sa dernière goutte, sans épargner une seule goutte.

Maintenant, comme les Israélites qui ont traversé la mer Rouge et sont entrés dans la terre fertile de Canaan après avoir été délivrés de l'esclavage en Egypte, et si nous laissons tous les maux derrière nous et nous emmener sur « Marie, l'Arche du Salut », mettant le Message de l'amour en pratique, en rompant la barrière humaine avec des cœurs plus forts et plus chaleureux, et aimant les uns les autres avec générosité, nous jouirons du Paradis ensemble dans la joie unie avec les Saints à chaque instant, même au moment où nous serons dans une situation désespérée.

Tous les hommes sont destinés à mourir à cause du péché d'Adam. Mais lorsqu’ils ouvrent les portes de leurs cœurs, se repentent et s'approchent du Seigneur et de la Sainte Mère en tant que pécheurs et demandent pardon, même s’ils sont les pécheurs odieux, ils ne seront pas interrogés sur leur passé mais seront bénis. Ils obtiendront l'Arbre de la vie éternelle par la grâce de Jésus Christ et chanteront la gloire du Seigneur au banquet céleste rempli de joie, d'amour et de paix. Confions-nous entièrement à notre Seigneur et à la Sainte Mère.

Venez le Saint-Esprit, venez sur moi l'Esprit Saint. Notre Seigneur vient en personne à moi, et allume le feu de l'amour et travaille le miracle de l'amour. Je Vous confie moi-même totalement.

Repentez-vous !, mon âme, repentez-vous, mon âme
Tout ce qui est en moi, se repent complètement

Vivez l'amour ! O, mon âme !
Vivez l'amour ! O, mon âme!
Tout mon être en moi aime tout

Rendez grâce au Seigneur! O mon âme!
Rendez grâce au Seigneur! O mon âme !
Tout mon être rend grâce au Seigneur!

Jusqu’ici, nous ne savions pas rendre grâce à notre Seigneur. Alors que Jésus a déversé sur nous à Naju Son amour sublime, le pur amour qu’on ne peut mesurer, mais comment nous Vous avons remercié pour cela réellement?

Seigneur! Nous Vous remercions infiniment.

O ! Jésus ! Nous Vous remercions de nous accorder une autre chance à ce monde qui mérite votre châtiment.

Il y a beaucoup de choses que nous ne pouvons pas faire, même si nous le souhaitons.  Jésus! Il y a beaucoup de traitement injuste aussi! Mais puisque nous ne savons pas de quelle manière Jésus va me conduire, laissez-nous maintenant, en ce moment, offrir totalement ces traitements et calomnies injustes. Nous ne connaissons pas les plans de Notre Seigneur. Comme nous sommes appelés selon Son plan, soyons unis comme un et naissons de nouveau en aspirant plus ardemment à la volonté de Notre Seigneur. (Amen!)

Jésus! Guérissez toutes les blessures que nous avons vécues depuis que nous étions dans le ventre de la mère. Jésus, vous pouvez compter même un brin de nos cheveux. Jésus, qui sait tout à notre égard, laissez-nous savoir ce qu'il faut rejeter et corriger.

Guérissez-nous également avec le Saint-Esprit de haut en bas, cellule par cellule. Maintenant, habillez-nous avec le casque et l'armure du Saint-Esprit, les chaussures du Saint-Esprit et attachez la ceinture du Saint-Esprit, mettez l'épée à double tranchant du Saint-Esprit dans notre bouche pour que nous devenions votre Instrument pour diffuser le Message d’Amour de Notre-Seigneur et de la Sainte Mère dans le monde entier. Ainsi, guérissez non seulement nous, mais aussi nos familles que nous avons laissées à la maison, et faisons-nous être armés de Cinq Spiritualités pour aller au Paradis.

Dieu, le Père! Acceptez l’âme qui a été égarée dans son chemin
La profonde blessure intérieure, je Vous implore de me guérir.
Je confie à Dieu le Père, l’âme qui a été rongée par les blessures

Mon Père, faîtes fondre mon âme endurcie.
Dieu, le Père, avec Votre Sang Sacré que Vous avez versé pour moi.

Dieu, le Père, avec Votre Précieux Sang que vous avez versé pour moi,
Lavez ma souillure et corrigez toutes mes mauvaises habitudes.
Dieu, le Père, lavez mes vils péchés.
Guérissez cette âme malade

Quand j’étais accablée du débat intérieur et de la tribulation,
Grâce à l’amour de Maman qui m’a embrassée,
Toutes mes blessures du passé disparurent.
Je suis renée avec l’amour de la Sainte Mère.

Sainte Marie, Mère de Dieu, avec votre l’amour sublime le plus pur
Mettez-moi le vêtement de la vertu et guidez-moi vers la Perfection.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
faîtes-moi acquérir la vertu sainte pour vivre dans le Ciel. Amen !

Cliquez : Extraits du Témoignage de Maman Julia, le 1 juillet 2017 (PDF)