- Pourquoi la Vierge pleure-t-Elle?


- Miracles à Naju


- Signification des signes à Naju


- Qui est Julia Youn?

- Cinq parcours 
d’exercise spirituel pour la sanctification


- Le Témoignage
et l'
Expérience de sa foi, Julia


- Les témoignages de Julia au cours de la veillée de prières du premier samedi
 

- La douleur de Julia
comme âme de
victime

 

 

Messages spirituels inspirés de Maman Julia et sa prière de guérison,
le 5 janvier 2019 (le premier samedi du mois)
à Naju en Corée su Sud

 


bullet03_glitter.gif  Loué soit le Seigneur! Louée soit la Sainte Mère!

Que les abondantes bénédictions d’amour du Seigneur et de la Sainte Mère reposent sur vous en cette nouvelle année 2019 ! J’ai entendu dire que le nombre de maladies humaines sont maintenant totalisées à 12,420.

Nous avons ces nombreuses maladies avec nous sur terre ! C’est absolument innombrable! Chers pèlerins! Aujourd hui, j’ai offert mes souffrances avec des douleurs compliquées pour vous! Puissiez-vous être guéris de toute maladie!

 

Puisque notre directeur de la planification nous a clairement expliqué les Messages d’Amour de Jésus et de la Sainte Mère ainsi que la Parole de Dieu, à présent, je vais vous parler des Cinq Spiritualités.

 

Bien que cela paraisse insignifiant, le Seigneur ne néglige rien du tout. En 1984, le Pape Jean Paul II est venu à la place Yeouido à Séoul. L’église paroissiale de Naju avait besoin de plusieurs bus pour aller là-bas. Des douzaines d’autobus de l’archidiocèse de Gwangju ont amené une multitude de personnes là-bas. Comme les gens venaient de tout le pays, vous pouvez vous imaginer l’immense foule qu’il y avait là-bas ! On ne pouvait même pas compter le nombre de bus impliqués dans la circulation tant il y en avait !!

 

Une femme âgée qui habitait à environ 90 kilomètres d’ici s’y est aussi rendue. Elle ne pouvait pas marcher normalement. Comme elle ne faisait que trembler, je l’ai aidée pour qu’elle puisse marcher plus vite. Autour d’elle, les gens disait : « Qu’est-ce qu’elle nous embête elle ralentit tout le monde ! » « Elle est en train de bloquer mon chemin maintenant !Les vieux devraient rester chez eux. Regardez comment elle marche en provoquant une grande gêne autour d’elle ! » On la blessait avec des mots et des commentaires déplaisants.

 

Alors je lui ai raconté une histoire pour qu’elle ne puisse pas entendre toute ses plaintes, puis je l’ai portée sur mon dos. A ce moment-là, je ne pesais que 53 kilos avec un tour de taille de 23 pouces. Oh mon Dieu, en la portant sur mon dos, quelle distance encore plus grande pour atteindre la place en partant de l’endroit où étaient garés les véhicules en provenance de Naju parmi les autres villes du diocèse de Gwangju ! C’était à lui seul un chemin difficile même en marchant seul.

 

Ce n’était pas facile pour moi de porter une femme de 90 kilos sur mon dos. C’est pourquoi j’ai demandé à quelques hommes autour de moi de me venir en aide. Mais à peine avaient-ils entendu ma demande, ils ont tournés le dos instantanément. J’ai alors dit :« Oh Jésus! Je vais le faire.” “Amen” pour ce travail! Je considérais que ce n’était plus la vieille femme que je portais sur mon dos, mais à la place, c’était Jésus qui a porté la Croix pour le salut de la race humaine.

 

Puis je l’ai déposée dans la zone qui nous était attribuée sur la place. Quand elle a pris conscience de mon léger mouvement pour essayer de me lever, elle s’est mise à crier : « Julia ! Julia! » Comme il n’y avait personne pour l’aider, seulement moi, elle est devenue très nerveuse à la pensée de me perdre. Ainsi quand elle voulait une gorgée d’eau, elle m’appelait : « Julia ! Julia ! » Mais là, elle continuait de m’appeler à maintes reprises: « Julia ! Julia!” Ce n’était pas  facile de rester assise et j’ai donc essayé de me lever. Alors, elle s’est mise à hurler: « Julia! Julia! »

Je lui ai donc répondu: « Oui, grand-mère, ne vous inquiétez pas ! Je vais rester toujours à côté de vous. » Ainsi donc, je me suis occupée d’elle tout le temps. Ce jour-là, le miracle du soleil a eu lieu vers midi. Ceux parmi vous qui étaient là-bas, vous en avez été témoins n’est-ce pas ? Oui, le miracle du soleil a eu lieu vers midi ce jour-là. Je n’ai pas pu le voir ! Mais je n’étais ni triste ni déçue du tout.

 

Chers pèlerins! Ne soyons pas déçus quoique nous fassions, au contraire, nous devrions l’offrir vers le haut avec joie. J’ai pratiqué la spiritualité de Semchigo en considérant le fait de ‘’ ne pas l’avoir vu’’ comme si ‘’je l’avais vu’’. Tandis que je prenais soin de cette vieille femme dans l’intention de convertir les pécheurs, pour la bonne santé physique et spitituelle de notre Pape, le Souverain Pontife universel puis pour la gloire et l’honneur de Jésus, j’ai seulement offert (tout ce qui m’arrivait) en sacrifice et en pénitence. En faisant tout à l’aide de la spiritualité de Semchigo, j’étais tellement heureuse.

 

Quand la vieille femme qui était assise tranquillement me regarda attentivement, elle s’exclama : « Oh, tu es une jeune fille svelte, une brise pourrrait t’emporter. Comment as-tu donc pu me porter, moi qui suis si lourde ? » Je lui ai répondu : « Non, je ne suis pas une jeune fille, j’ai quatre enfants. » Elle répliqua : « Mon Dieu ! Comment se peut-il que tu sois mère de quatre enfants ? »

 

 

Je lui ai raconté brièvement comment j’avais pu survivre à mon cancer. Alors elle m’a dit : «Rien d’étonnant ! » La Conférence terminée, je devais passer à travers une foule dense en la portant sur mon dos pour retourner à l’endroit où était garé notre bus. Il y avait une multitude de personnes! Il n’y avait pas d’ordre! Vous savez très bien de quoi je parle, c’est exact ? » (Oui!)

 

J’ai dû me frayer un chemin à travers la foule. Pour ceux d’entre vous qui s’y trouvaient, vous savez bien à quel point c’était difficile de passer seule, c’est bien vrai ? (Oui !) Alors un jeune homme s’est porté volontaire pour m’aider me disant : « Oh, comme vous vous donnez de la peine ! Laissez-moi la porter sur mon dos. » J’ai alors répondu : « Oui, merci ! »

 

Mais à peine avait-il fait quelques pas qu’il s’est écroulé par terre en disant : « oh non ! Impossible de continuer. Vous paraissez si chétive mais en réalité vous êtes tellement forte. »

 

Il m’a dit qu’il s’était fait mal au dos en essayant de la porter. Mais les autres personnes indifférentes, s’en allaient en détournant le dos. Cependant ce jeune homme a eu pitié de moi et a essayé de m’aider. Mais il a fini par se blesser au dos en esseyant de me venir en aide.

 

Cela a eu lieu parce que j’avais demandé de l’aide à ce jeune homme. Je lui ai dit : « Oh, je suis désolée. C’est de ma faute. »  J’ai alors compris que Jésus me demandait de la porter et j’ai répondu ‘’Amen’’ puis l’ai portée joyeusement à nouveau sur mon dos. Je n’ai pas du tout l’intention de me vanter. J’ai pu le faire parce que je l’ai fait joyeusement. « Oh, comment ai-je pu porter une personne si lourde ! » Une femme svelte de 53 kilos a porté une personne de plus de 90 kilos! Tout le monde était surpris.

 

C’est l’amour de Dieu. Il ne faut pas penser avec notre raisonnement humain limité. Je l’ai assistée jusqu’à notre arrivée. Quelques jours plus tard, je l’ai rencontrée le dimanche à notre église paroissiale. Elle m’a reconnue m’a dit : « Oh, jeune femme ! Mon fils vous est tellement reconnaissant, il voudrait vous offrir un sac de riz comme cadeau. Où habitez-vous? »,« Faites-moi savoir l’endroit où vous habitez. »

 

Elle ne cessait de répéter: « Merci, je vous remercie beaucoup. » «Oh, non ! N’adressez vos sentiments de gratitude qu’au Seigneur!», « Je ne suis que la servante du Seigneur, un instrument qu’Il utilise juste pour un instant. C’est pourquoi je l’ai fait. Il est juste de rendre grâces à Dieu. » Elle insista: « Oh, bien sûr, merci mon Dieu, de m’avoir portée sur votre dos, moi qui suis lourde. »

 

“Si vous me donnez du riz comme cadeau ou bien, même quelque chose de petit, je ne veux plus vous parler », lui répliquais-je . « Au lieu de me donner du riz, partagez plus votre amour avec votre famille, tout spécialement avec votre belle-fille. » Elle me dit alors : « Oh, je vois. En pensant à vous qui êtes une si bonne personne, je partagerai l’amour que je n’ai jamais eu avec ma belle-fille.» C’est ainsi que nous avons à confier tout au Seigneur comme un enfant. Vous pouvez le faire si vous le confiez au Seigneur. N’estimez jamais de manière négative, même 0.1%. : « Est-ce que je peux le faire? Oh, devrais-je essayer cela? » Non, ne dites seulement que: « Je peux le faire. »    

 

Mais à présent, alors que je vous en parle, je ne pense pas que cette vieille femme provenait de Geumcheon’’. Après l’annonce de la Déclaration de l’Archidiocèse de Gwangju à propos de Naju, j’avais l’habitude d’aller à l’église jusqu’à ce que le Père Song soit assigné à l’église paroissiale de Naju. J’allais aussi à la gare de Geumcheon.

 

Mais, je ne l’ai jamais revue. Comment se fait-il que je ne l’ai pas rencontrée à nouveau ? Cela ne m’est jamais arrivé jusqu’ici. Voyez comme je vous l’ai souvent dit, le Seigneur nous réprimande, Il nous teste et Il fait beaucoup d’autres choses pour notre bien, c’est vrai ? Comme vous le savez, Jésus m’a testé de nombreuse manières.

 

Nous ne savons donc pas quand nous allons rencontrer Jésus et la Sainte Mère. C’est seulement lorsque nous faisons de bonnes choses avec joie’’ que nous pourrons alors jouir du Paradis. C’est un petit sacrifice que j’ai fait pour cette vieille femme. Je l’ai juste portée sur mon dos en pratiquant la spiritualité de Semchigo, c’est-à-dire en considérant que j’avais fait un voyage facile et confortable et que, ce jour-là, j’avais passé aisément mon temps. On peut pratiquer le Semchigo dans n’importe quelle situation, mais toutes les Cinq Siritualités peuvent être pratiquées en même temps.  

 

Je l’ai portée partout en priant La transformation de nos vies en prières’’. A chaque pas que je faisais, je priais : Jésus ! Comme cela a été dur pour Vous de porter la Croix du salut de l’humanité.’’ A la Neuvième Station, Il tomba encore et encore. C’est pourquoi on a chargé Simon de porter la Croix de Jésus. La raison pour cela, ce n’était pas pour soulager Jésus de Ses souffrances.  Ils voulaient seulement que Jésus reste vivant jusqu’à la cruxificion pour que Jésus souffre de plus pénibles douleurs sur la Croix. Simon a été forcé de porter la Croix alors qu’il était en chemin vers sa ville natale.  

 

Alors qu’il marchait en portant la Croix de Jésus, il a ressenti l’amour de Jésus. Donc, à présent, même si parmi vous il y en a quelques-uns qui sont venus ici contre leur gré parce que vous avez été constamment invités par les autres, vous pourrez recevoir plus de bénédictions, ainsi les mérites du Ciel pour ceux qui les ont invités ici s’accumulera. Auparavant, un couple travaillait durement comme bénévoles pour les pèlerinages en bus dans la ville de Daegu. Finalement, ils sont venus ici et ils ont donné leur témoignage.

 

A cette époque, les téléphones portables étaient rares. Bien que cette dame évitait les bénévoles qui essayaient de l’inviter, le couple continuait de la poursuivre où qu’elle aille en lui disant d’aller à Naju. Finalement elle a eu des ennuis puis consentit à y aller : « D’accord, j’irai, alors arrêtez de me téléphoner. » Mais, le jour même du pèlerinage, elle ne répondit pas au téléphone. Elle confessa plus tard ‘’qu’elle pensait que la Vierge Marie est la même ici et là.’’ Elle s’est en allée dans un autre sanctuaire près de chez elle.

 

Mais le couple de bénévoles vourut après elle en voiture. C’est ainsi qu’elle a pu venir à Naju grâce à leur obstination. Bien qu’elle faisait des retraites dans divers endroits, elle n’était pas rassasiée contrairement à ce qu’elle attendait. Mais ici, pour la première fois, elle a fondu en larmes et crié d’un coeur repenti en disant : « C’est de ma faute! C’est de ma faute! C’est de ma faute! Et elle a reçu d’abondantes grâces puis a été guérie de sa maladie. Dans son témoignage, elle a dit : « En dépit de mon refus persistant, ce couple désirait ardemment m’amener à Naju. Je pensais que la Sainte Vierge refuserait Sa grâce à ceux qu’on avait forcé à venir à Naju, cependant elle a répandu abondamment Ses grâces. »

 

Dans son témoignage, elle a dit: : « En dépit de mon refus persistant, ce couple désirait ardemment m’amener à Naju. Je pensais que la Sainte Vierge refuserait Sa grâce à ceux qu’on avait forcé à venir à Naju, cependant elle a répandu abondamment Ses grâces. »

 

 

Alors elle a dit qu’elle voulait aussi forcer les autres à venir ici. Comme elle a reçu d’abondantes grâces ici, elle voulait y amener d’autres personnes. Cela peut devenir notre mérite. Si vous le faites un à unhyujjj, cela vous conduit à pratiquer les Cinq Siritualités.

 

Ne pratiquez pas qu’une seule spiritualité. Quand nous diffusons le Message d’Amour, nous pouvons offrir les Prières de la Vie. Vous pouvez dire ‘’C’est de ma faute’’ chaque fois que vous êtes réprimandé par quelqu’un. Ensuite vous pouvez aussi leur répondre ‘’Amen’’. Vous pouvez tout faire en répondant ‘’Amen’’. Auparavant, alors que j’étais seulement assise dans l’église, une Soeur de la paroisse m’a dit : « Si vous venez à l’Eglise pour obtenir une guérison physique, ne venez pas ici. Cette Eglise n’est pas un hôpital. A présent, je dis que ce n’est pas vrai.

 

Quelle que soit la raison pour laquelle vous êtes venu, soit pour rechercher la guérison ou parce que vous êtes pleins de doutes, vous êtes venu parce que le Seigneur vous a appelé. De la même manière, vous êtes maintenant assi ici parce que le Seigneur vous a appelé.

 

Vous faites partie de ceux qui ont répondu ‘’Amen’’ à l’appel du Seigneur. Vous avez été choisis comme de bons grains. Ainsi, en tant qu’ ‘’enfants choisis’’, ‘’ ’enfants transcendants choisis’’,

 

Vous devez prendre un nouveau départ, accueillant l’amour de Jésus-Christ en vous. Même si vous avez fait beaucoup de mal pendant des années, vous pouvez encore recommencer en suivant le bon chemin. Je vous ai souvent dit : « Rien qu’en ne pratiquant qu’une seule spiritualité, le Semchigo, vous pouvez alller au Ciel. » Oui, vous pouvez certainement atteindre le Ciel avec la spiritualité de Semchigo.

 

Laissez-moi vous parler d’une histoire d’une petite fille âgée de sept huit ans et qui a mené sa vie avec (la spiritualité de) Semchigo. Vous me le permettez? (Oui!) La petite fille était née dans une famille aisée. Son père était lettré et maître d’école. Mais à cause de la Guerre Coréenne, la vie heureuse de la petite fille s’est transformée en misère.

 

Alors, elle a tout perdu, sa famille, l’argent... Elle est restée seule avec sa mère, puis elle a été placée chez le frère de sa mère, son oncle. La fillette de six ans devait faire le ménage dans ce foyer. Son oncle avait cinq enfants y compris son épouse. A l’âge de sept ans, la petite fille a commencé à cuisiner pour toute la famille.

 

A notre époque moderne, la cuisson du riz n’est pas un gros problème. Savez-vous ce qu’on utilisait en ce temps-là ? La fillette devait moudre de l’orge. La taille de la meule était comme cela. Elle ne pouvait pas atteindre le haut de la meule et devait elle-même se hisser en haut pour moudre de l’orge. Si c’est moins fixé au sol, cela rend dur le riz cuit(cela rend la cuisson du riz difficile ?). La petite fille ne s’est jamais plainte de son dur travail, elle l’accomplissait jusqu’au bout en pratiquant le Semchigo.

 

Et ensuite, elle le lavait et recueillait l’eau dans une gourde, puis elle versait à nouveau de l’eau et répétait une fois de plus ce procédé. Ensuite, elle réunissait les résidus avec ses mains nues pour enlever les petites pierres avec un filtre. De nos jours, nous cuisons facilement le riz dans un cuiseur électrique sans prendre aucune peine. Nous devons vraiment réfléchir à nous-mêmes. Nous sommes vraiment des gens heureux.

 

Savez-vous à quel point le temps dans lequel nous vivons est fonctionnel? La manière de vivre est très différente entre ma génération et la nouvelle jeune génération. La transition d’une génération à une autre passe si rapidement.

Après avoir lavé l’orge moulu, cuire le riz n’était pas du tout facile.

 

L’orge devait bouillir sur un feu de bois. Quand l’orge était en ébullition, on devait rajouter un peu de riz au milieu de la marmite. Puis, il fallait à nouveau mettre en route le bois à chauffer.

 

Quand le riz qui cuisait débordait, un adulte pouvait facilement atteindre le fourneau de la marmite. Mais pour une fillette de sept ans, elle devait grimper autour de la marmite pour nettoyer le liquide qui avait débordé.

 

Elle soulevait la grosse marmite pour rassembler le riz bien cuit au milieu pour le faire mijoter à feu doux. Ensuite, elle servait le riz avec une cuilllère à toute la famille. Pendant que la fillette faisait la vaisselle après leur repas, son oncle ouvrait la porte et disait : « Hong-sun ! Hong-sun ! »

 

_ « Oui. »

 _ Tu dois laver soigneusement les bols de riz de l’intérieur à l’extérieur. »

_ « Oui. »

_ « Sinon, je verrai que tu n’as fait que la moitié de ton travail. »

 _ « Oui. »

 

 J’avais vraiment l’impression qu’on observait tout ce que je faisais. Alors je lavais les bols de riz consciencieusement de l’intérieur à l’extérieur comme on me l’avait ordonné.  

 

Il y avait beaucoup de jarres de riz, de riz gluant, d’orge, de seigle, de farine, de haricots verts, de haricots rouges. Lorsque j’essuyais toutes les jarres et c’était un travail si intense pour une petite fille, j’avais l’impression de faire un travail rude. Savez-vous pourquoi je lavais toutes les jarres ? Parce que je pensais que si je manquais d’en nettoyer une, la jarre que je n’aurais pas nettoyé serait une déception. Donc, je les nettoyais toutes.

 

Quand je m’apercevais que j’avais mal netttoyé une jarre ou une partie de la jarre, je me disais: “Oh! Je suis désolée. Maintenant je vais te nettoyer. Voilà pour ce qui est du nettoyage des jarres. En ces temps-là, les gens faisaient des sacs en en roulant de la paille. Je devais aussi le faire. Cette petite fille élevait des chevaux. Mon oncle maternel était marchand de chevaux. Je devais couper l’herbe et nourrir les chevaux.

 

Il y avait tant de travail à faire comme par exemple prendre soin du bébé et laver les couches souilées d’excréments, ce qui me rendait impossible de prendre du temps pour faire mes devoirs d’ école ou mes révisions. Je devais travailler sans cesse. Mais je ne me suis jamais plainte à ma mère en disant quelque chose comme : « Maman, je suis si fatiguée ! » Je le considérais comme ce que j’avais à faire. Il y avait des cousins dans la famille et l’un d’eux avait trois ans de plus que moi, un autre avait le même âge que moi. Nous travaillions tous ensemble.

 

Lorsque nous tressions des cordes de paille, ils avaient les mains plus lentes que les miennes. J’avais les mains tellement agiles, alors je continuais à faire comme ça en lançant constamment derrière moi la paille déjà tressée. Comme ils ne pouvaient jamais finir avant moi, je devais aussi faire leur part. Sinon, j’étais battue. Ces enfants ne coupaient pas l’herbe. Moi, je la coupais pour nourrir les chevaux.

 

Ainsi, mon oncle a acheté un poulain et c’était à moi de le nourrir. Ensuite il l’a vendu quand il a grandi. Quand le prix des poulains étais bas, il en achetait deux. Mais je n’ai jamais protesté du genre : « Oh, c’est trop dur ! » Non, jamais! Je ne dis pas cela pour me vanter. Je vous le raconte parce que le Seigneur m’a dit ‘’de partager l’histoire de ma vie avec les autres. 

 

Les gens sont contrariés quand ils ont à faire des choses sans importance. « Pourquoi est-ce que je dois travailler plus que lui ou plus qu’elle ? Comment pouvez-vous accumuler vos mérites de cette façon là en vous centrant sur vous-mêmes? Si nous ne pensons pas avec un raisonnement humain, mais si nous gardons le simple principe de « Jeok-wu-chim-ju », nous irons au Ciel. (Jeok-wu-chim-ju: si les plumes sont rassemblées, cela ajoutera du poids pour faire sombrer le bateau.) J’ai accompli tous ces durs travaux avec l’esprit de Semchigo. Même si je faisais du feu, comme il s’agissait d’un travail minutieux, j’étais couverte de taches noirâtres.

 

Chers pèlerins! C’est un dur travail même pour les adultes, n’est-ce pas? (Oui!) Mais ce n’était pas tout pour moi.

 

Dans la maison de mon oncle, il y avait une salle de récetion pour les invités du sexe masculin. Alors, il devait y avoir deux toilettes dans la maison, n’est-ce pas ? Les personnes âgées le savent bien, n’est-ce pas ? (Oui). Les hommes invités entraient dans la salle et je devais les attendre. La pire des choses parmi toutes mes devoirs, c’était...

 

La salle de réception comprenait des toilettes. Cependant, les hommes prenaient une grande jarre et urinaient dedans. Puisque j’étais en train de nourrir les poulains, ils m’ignoraient et urinaient en ma présence. Je n’aimais pas ça. Ce qui était le plus dur pour moi, c’est qu’ils ne vidaient pas la jarre dans laquelle ils avaient uriné pendant un mois. Comme ça sentait mauvais.

 

Quand ils urinaient en secouant leur corps, les gouttes d’urine se répandaient partout en éclaboussant le sol. C’était mon devoir de tout nettoyer. Mais je ne me suis jamais fâchée. Bon, c’est mon travail ! Quand ils buvaient beaucoup et urinaient en dehors de la jarre, c’était vraiment une odeur terrible. Je nettoyais en retenant ma respiration. A cette époque, il n’y avait pas de gants en caoutchouc.

 

C’est pourquoi je nettoyais les mains nues en pratiquant le Semchigo, en considérant ce que je nettoyais de l’eau du robinet et non de l’urine. A cette époque, il n’y avait pas de bon papiers toilette. C’est pourquoi ils essuyaient leur fesse avec tout ce qu’ils avaient sous la main, même avec de l’herbe. Puis ils le jetaient n’importe où. C’était mon devoir de le nettoyer. Je considérais tout comme mon devoir.

 

Ainsi, mes mains étaient toujours rêches et saignantes. Quand ma mère retournait de son travail comme marchande ambulante, je cachais mes mains derrière mon dos. Je ne lui ai jamais révélé que j’avais des difficultés. Comme je faisais tout à l’aide (de la spiritualité) de Semchigo, je ne réalisais pas que c’était difficile. Voilà la vie que le Seigneur m’avait préparé.  

 

Chers pèlerins! A propos de votre vie, vous ne devez pas penser : « Pourquoi est-ce que j’ai fait ceci ? », « Seigneur, pourquoi ne m’avez-vous pas donné votre bénédiction ? » Il y a une personne qui ne cesse de récriminer à l’égard de Dieu : « Je Vous ai tout donné, pourquoi me reniez-vous ? Alors, pourquoi ne me tuez-vous pas simplement ? » J’ai vu une personne qui disait de telles choses. Dieu ne nous a pas crée pour être tués, n’est-ce pas ? Ce n’est pas la manière d’agir de Dieu, n’est-ce pas ? Alors qu’importe que notre vie soit comme cela, nous devons tout offrir avec beauté.

 

J’ai peu d’amis depuis que je suis mariée. Quand j’étais enfant, à l’école primaire, je ne m’étais pas fait beaucoup d’amis. Je ne parlais pas mal des autres, même quand j’étais au collège. Donc, même si quelqu’un vous jalouse, vous calomnie, Vous devez l’offrir en toute beauté : « Oh,  Dieu m’aime tellement qu’Il est en train de couper cette sorte d’amour humain ! » Mais ne dites pas : « Pourquoi cela m’est-il arrivé ? Pourquoi? Pourquoi? » Alors, dans ce cas-là, on ne grandit pas spirituellement.

 

Même l’élève que j’avais aidée dans ses études est devenue victime d’un complot d’une de mes camarades de classe. Alors, j’ai arrêté de me faire des amies. Un jour, une camarade de classe m’a dit : « Hong Sun, Hong-Sun, je suis désolée pour toi. » _ « Pourquoi ? » _ « Je pensais que tu étais une mauvaise personne parce que les autres te critiquaient et s’en prenaient à toi. Mais en t’observant, j’ai bien su combien tu es bonne en réalité. » Puis elle ajouta : « Permets-moi de te fréquenter! »

 

Je regardais toujours soit le sol soit le ciel. C’est pourquoi, certaines personnes disaient de moi que j’étais arrogante. Je pouvais réaliser tout ce que j’avais appris en une seule fois. Ainsi, quand j’étais à l’école primaire, j’ai fabriqué moi-même mon uniforme d’école. J’achetais des vêtements militaires et les teignais. Puis j’en faisais des pantalons. Après avoir soigneusement plié le pantalon, je le mettais sur le sol chauffé en le recouvrant d’une couverture. Alors, lorsque je me levais le matin, il était parfaitement « repassé ».

 

 

Personne d’autre que moi ne portait ce genre de tenue, c’est pourquoi on pensait que je provenais d’une riche famille. Les cols des autres élèves étaient froissés. Voilà comment je faisais pour que le mien ne soit pas froissé. Je faisais moudre des pommes de terre et produisais de l’amidon puis j’empesais les cols et les coinçais sur une jarre. Alors, avec le temps quand je revenais de l’école, je n’avais pas besoin de les repasser.

 

De nos jours, c’est telllement pratique d’avoir tant de bons fers à repasser. A cette époque-là, nous cuisions rarement du riz (à cause de la pauvreté), c’est pourquoi nous utilisions rarement un brasier. Alors, comment est-ce que je faisais pour faire du feu afin de repasser ? Donc, même les professeurs pensaient que j’étais une élève provenant d’une famille riche.

 

Je détestais les personnes qui parlaient mal des autres. C’est pourquoi, j’évitais de parler avec les autres et je regardais le sol en marchant.Ainsi, un professeur me dit : « Hé, pourquoi ne me salues-tu pas ? » _ « Oh, je suis désolée. Je ne vous ai pas vu. » Puis, en faisant une visite chez moi, le professeur a enfin réalisé que je provenais d’une pauvre famille défavorisée.

 

J’utilise si souvent des déchets depuis bien longtemps. J’utilisais même toutes les choses que je ne pourrais plus utiliser maintenant. Je considérais seulement comme inutile de jeter des quoique ce soit. Ainsi, quand j’ai élevé mes enfants quand ils étaient encore petits, j’ai ramassé quelques vieux bouts de vêtements dans un magasin de confection de robes et j’en ai fait des habits pour mes enfants. Quelqu’un m’a demandé: « Où achetez-vous ces vêtements? »

 

Nous étions pauvres mais j’essayais de ne pas dévoiler à quel point ma famille était pauvre. Pensez-vous vraiment que vous allez être récompensé de quoique ce soit en révélant que vous êtes pauvres ? Vous ne devez pas montrer aux autres à quel point vous êtes pauvres. Je m’efforçais de sauver la face et la réputation de Julio.  

Ainsi, j’achetais deux cents won de viande de porc et j’en faisais manger à mon mari pendant quelques jours. Je n’en mangeais pas du tout puisque je prenais compte de la spiritualité de Semchigo comme si j’en avais mangé. Et cela ne me privait pas. Je ne rencontrais que rarement les gens dehors. Un jour, je devais me rendre à une réunion de veuves d’employés. Et j’y suis allée. Oh! Elles parlaient mal de leur belle-mère, de leurs maris et ainsi de suite.

 

Je gardais juste le silence. Elles m’ont demandé ! « Est-ce qu’il y a quelque chose qui vous tracasse dans votre famille ? » _ « Non, je ne sais pas. Nous vivons heureux. », ai-je répondu. Depuis ce jour-là, je devais payer 2,000 won parce que je n’assistais pas à cette réunion.

 

J’espère que vous pouvez réfléchir sur le fait où vous avez mal parlé des autres ou non. Si vous avez mal parlé des autres, ne le faites plus. Lorsque nous parlons ouvertement de choses privées qui nous dérangent, on a tendance à ou à déformer ou à ne pas être impartial. Nous avons vraiment besoin d’être attentifs. Quand nous parlons de quelque chose qui n’est pas vrai aux autres, les auditeurs peuvent avoir une idée subjective au sujet de la personne dont on parle. Nous ne devons pas commettre de péchés avec notre langue qui mesure à peine 3 pouces de long.  

Notre Seigneur et la Sainte Mère qui sont apparus à Naju, nous appellent spécialement ici. Nous, qui disons les connaître, ne devrions-nous pas rester vigilants et prier ? Combien de péchés cette bouche a-t-elle commis ? La majorité des péchés qui nous mènent en enfer sont l’immoralité sexuelle’’ et le jugement verbal des autres’’.

 

Je vous l’ai déjà dit auparavant, n’est-ce pas? Une heure au purgatoire équivaut à aproximativement une année sur terre et 10 ans signifie tant de souffrances en brûlant dans le feu pendant une si longue période.

 

Les membres des Franciscains’’ ont pris rendez-vous avec moi par jalousie. A cette époque, j’ai visité les Etats-Unis pour délivrer les Messages d’Amour (2007). Monsieur Li, l’opposant qui avait porté de faux témoignages dans des interviews à la télévision dans les cahiers de PD’’ (1990) puis “le compte rendu d’exploration 7’’ en 2018 m’a demandé d’écrire un exposé des motifs pour lesquels je ne pouvais pas assister à l’assemblée franciscaine à cause de mon voyage aux Etats-Unis.

 

Je l’ai donc écrit puis le lui ai présentée. Même si Julio était un président dévot de l’Eglise paroissiale, il n’arrêtait pas de me calomnier pour m’empêcher de me joindre à la Profession Perpétuelle du Tiers Ordre franciscain. Après avoir rejoint la Profession Perpétuelle, il n’arrêtait pas de dire de mauvaises choses à mon sujet.

 

Un jour, le supérieur de l’Ordre est venu. J’ai pensé : « Si je vais là-bas, ils vont commettre un péché contre moi. »  J’hésitais d’y aller sur le moment. Mais finalement j’y suis allé. Le prêtre a dit : « Tout le monde, dites-moi s’il y a un quelconque acte répréhensible commis par Julia (Kim). » Mais personne ne parlait. « Donc, il n’y a pas de faute alors ? » _ « Non », répondirent-ils. Alors, il dit : « Eh bien, toutes les choses que vous m’avez dites à son sujet doivent provenir de votre envie et de votre jalousie ! »

 

Alors j’ai dit au prêtre: “Mon Père, tant que j’appartiens à cet ordre, ils ne pratiqueront pas l’amour fraternal mais ne feront que commettre des péchés de jalousie. En conséquence, je vais me consacrer seulement à l’oeuvre de la Sainte Mère. » Donc, ma sécession de l’Ordre a été aprouvée.

 

Puis j’ai rejoint une autre activité religieuse. Les membres de l’Ordre se composait de personnalités comme des épouses de docteurs, de pharmaciens et de ce genre. Ils proclamaient eux-mêmes : « Nous sommes la partie principale du poisson que représente l’Eglise. » Alors je pensais en moi-même : « Oh, nous devons nous abaisser de plus en plus. » Parfois, les membres se réunissaient et prenaient des collations dans chaque maison.  

 

Quand ils sont venus chez moi, je leur ai raconté l’histoire où j’ai été sauvée du cancer en phase terminale. Alors, les épouses des docteurs et des pharmacistes s’écrièrent : « Vous pensez que les gens n’auront plus besoin de docteurs et de pharmaciens ? Ce fut le dernier temps que j’ai passé avec elles. Quand j’étais dans la Légion de Marie, j’avais été nommée leader du groupe. Notre groupe est devenu actif et s’est revitalisé avec ma venue. Plus tard, on m’a envoyé dans un autre groupe, puis là aussi le groupe est devenu actif. Où que j’aille, les membres voulaient me suivre.   

 

Aussitôt après mon baptême, la Soeur de la Paroisse m’a demandé de lire la seconde lecture à chaque Messe dominicale. Je lui ai dit : « Donnez la chance de le faire à une autre personne. » Mais elle continuait de me désigner pour la lecture chaque dimanche. Pendant que j’ accomplissais mon devoir pendant quelques années, les paroissiens devinrent extrêmement jaloux de moi et ils étaient tout autant désireux de se porter volontaires pour la seconde lecture.

 

J’ai exhorté la soeur avec des raisons valables comme requête : « Je vous en prie, laissez-moi partir. Elle m’a répondu : « Oh, je sais que vous devez aussi travailler pour la Sainte Mère. » Alors, j’ai arrêté de faire cette lecture. Mais même jusqu’à présent, les gens parlent mal les uns des autres. Les uns contre les autres puis vice versa. Arrêtons de parler inutilement des autres. (Amen!)

 

Vous avez compris? Ne dites rien inutilement. Si nous continuons de parler inutilement de ci de là, alors nous pouvons conduire une personne dans un coin en la condamnant comme un voleur alors qu’elle est innocente en réalité. C’est donc infernal. Je vous annonce que nous devons nous armer des Cinq Spiritualités et les pratiquer. Mais même ceux qui sont proches de moi oublient parfois de le faire ou de se réconcilier mutuellement. Ils contiennent en eux la haine les uns envers les autres et deviennent incroyables. Le Seigneur peut-Il demeurer en nous ? Le peut-Il? (Non) Peut-Il demeurer en nous? (Non) Vous avez raison.

 

Même si nous avons mal agi jusqu’à maintenant, prenons un nouveau départ à partir d’aujourd’hui. Cela fera vraiment plaisir au Seigneur. A présent, amenez tous ceux auxquels vous n’avez pas pardonné puis venez devant la Croix de Jésus pour vous réconcilier avec eux. Ceux auxquels vous ne pouvez pas pardonner, bien qu’ils soient comme des ennemis, vous devez les aimer et leur pardonner. Ainsi, en toute circonstance, vous devez être capables d’être reconnaissants. Mais nous manquons toujours de reconnaissance.

 

Si vous ressentez: « Oh, Jésus m’a aimé autant comme cela! » Alors vous pouvez tout offrir vers le haut. Mais si vous ne le ressentez pas c’est parce que vous ne vous sentez pas aimés. Nous devons le « SENTIR ». Soyons conscients de l’amour du Seigneur et de la Sainte Mère. Pour sauver les enfants de ce monde, Jésus verse à nouveau Son Sang, et la Sainte Mère verse des Larmes de Sang pour vous-mêmes en ce moment. Tout ceci est une représentation de Jésus et de la sainte Mère, de ce qui s’est déroulé il y a 2000 ans.

 

Faisons donc un nouveau départ aujourd’hui. Qu’importe ce qui vous inquiète, offrons-le joyeusement. Même si nous avons des douleurs et si nous pensons êtres tristes, c’est vraiment une situation déplorable. Mais d’autre part, si nous pensons que nous sommes heureux, nous pouvons être si heureux !

 

Cependant si vous pensez que c’est douloureux, la souffrance va vous affecter sérieusement. Offrons en sacrifice toutes ces choses en les acceptant ainsi : « Oh Seigneur, Vous m’avez appelé par Votre amour et Vous m’avez discipliné à travers cette souffrance. Vous avez permis que je reçoive cette souffrance afin de me mener au Ciel à travers elle.      

 

Même si nous souffrons de choses au-delà de notre imagination et du raisonnement humain, si nous les acceptons de bon coeur comme l’amour de Notre Seigneur, alors nous jouirons du bonheur éternel au Ciel au dernier jour, en un lieu où il n’y a ni faim, ni chagrin, ni douleur mais seulement la plénitude de joie, de paix et d’amour. Réjouissons-nous de toute ces choses au Ciel.

 

Même si vous avez fait autant de mal que vous méritez l’enfer, si vous prenez un nouveau départ et si vous vous précipitez vers le Seigneur, le Seigneur vous bénira sans fin, Il lavera, purifira votre corps et votre âme. Le Seigneur va ouvrir tout ce qui est bloqué en vous, Il vous mènera à renaître à nouveau. Il ne peut pas être visible, mais nous devons croire et avoir confiance en le Seigneur qui est toujours à nos côtés. Donc, rendez grâces dans les moments de souffrance et aussi dans les moments de bonheur.

 

L’autre jour, alors que je souffrais tellement, j’ai dit: « Je ne sais pas combien de temps je vais encore vivre. Alors vous ferez mieux d’apprendre ceci de moi tant que je suis vivante. » Comme je perdais tant de sang frais, j’ai été transportée aux urgences de l’hôpital chrétien de Gwangju.

 

L’ambulancier du 119 m’a dit : « Doit-on vous emmener à l’hôpital local le plus proche ? » _ « Oui, à cet hôpital, je vous en prie » ai-je répliqué en lui montrant le sang que je crachais. Il m’a répondu : « Oh, oh, comment se fait-il que vous n’êtes pas allée à l’hôpital malgré cette grave hémorragie. »

 



Le 28 décembre 2018, alors que Julia était en train d’offrir ses souffrances à l’extrême
en réparation pour les péchés d’obscénité commis par les autres durant la pèriode de Noël
qui s’étend jusqu’au nouvel an, du sang frais s’est déversé (de son corps).

 



A 12h 45, le premier samedi du mois, le 5 janvier 2019,
quand Julia était en train d’offrir gracieusement des douleurs extrêmes
en réparation pour les péchés d’obscénité et d’avortement,
son abdomen enfla à l’extrême en se dilatant même sur les côtés.

 

Quand nous sommes arrivés à l’hôpital, le docteur a dit aussi : « C’est un cas trop sérieux. Vous feriez mieux d’aller à l’hôpital universitaire pour avoir un traitement approprié. » Mais je n’y suis pas allée.

 

C’était le 28 à 15h00 que je saignais. Vous voyez mon abdomen enflé maintenant? Il est prêt à éclater depuis 12h45 ce matin. Là, j’ai prié non seulement pour les pèlerins aujourd’ hui mais aussi pour les personnes à l’hôpital : « Seigneur, pour les gens qui aiment la Sainte Mère de Naju, guérissez-les de toutes leurs maladies. » Merci.

 

Méditons les Messages d’Amour de Jésus et de la Sainte Mère

 

Méditons le Message d’Amour de Jésus du premier janvier 2007. Considérons ce Message comme s’ils nous était donné pour nous aujourd’hui.

 

 «Mes très chers enfants! Puisque Je l’ai enseigné à travers Ma petite âme que j’ai choisie, si vous faites des efforts pour marcher sur le chemin de la perfection et des saintes vertus en transformant votre vie en prières à chaque moment, même si vous êtes indignes et imparfaits, J’oeuvrerai en vous ensemble avec Ma Mère. Et je vous ferai jouir du bonheur éternel dans le prochain monde. Prenez un nouveau départ dès maintenant. »

 

Voici le Message de la Sainte Mère du 6 janvier 1996.

 

 « Mes enfants bien-aimés! Réalisez l’Amour de mon Fils Jésus et du mien, moi votre Mère céleste, cet Amour qui pénètre votre âme, votre coeur et votre existence et nous relie avec une foi et une confiance complètes. Même si les ténèbres s’aggravent et le péché règne partout, si vous pratiquez mes Messages d’Amour, mon Coeur Immaculé brûlant brillera plus intensément sur vous. Vous serez sauvés par la grâce et vous obtiendrez le Ciel. »

 

J’espère que le Message d’Amour de Jésus et de la Sainte Mère se réalisera complètement pour vous tous. (Amen!)

 

Mettez vos mains sur votre coeur et fermez les yeux. Puis pensez aux personnes que vous ne pouvez pas accepter ou auxquelles vous ne pouvez pas  pardonner. Celles qui vous blessent. Apportez-les ici, maintenant, y compris vos ennemis.

 

Jésus, qui aime même le plus abject des pécheurs, combien plus nous aimera-t-Il nous qui suivons le Seigneur et la Sainte Mère. « Venez, tous Mes enfants du monde! Aujourd’hui, Je déverse aussi mon sang pour vous, pour partager Mon Amour avec vous. » Jésus verse Son Sang pour nous. Le Précieux Sang de Jésus qui est versé aujourd’hui sera en nous à travers la sainte Eucharistie au cours de la Messe.  

 

Très souvent, nous ne sommes pas conscients de nos péchés. A présent, enlevons toutes nos mauvaises habitudes et les mauvaises choses qui masquent notre bonté. Il y a beaucoup de choses que nous pensons être bonnes, mais en fait, elles ne le sont pas. Cette fausse bonté nous relie aux démons. Brisez-la, déchirez-la, (Amen!) et alors renaissons à nouveau. (Amen !)   

 

L’année 2018 est partie et l’année 2019 vient juste de commencer. Aujourd’hui c’est le premier samedi de l’année. Seigneur, je Vous prie de venir personnellement vers ses enfants qui ont répondu Amen’’ à l’appel du Seigneur et de la Sainte Mère ainsi que les gens qui n’ont pas pu venir à cause de leurs maladies. Veuillez leur accorder à tous une même bénédiction sans oublier une seule âme.

 

Nous commettons beaucoup de péchés en médisant avec notre langue qui mesure moins de 3 pouces de longueur. Maintenant, je vous prie de ne plus commettre ce péché. Mais louez la gloire du Seigneur en le rendant saint. (Amen!) Jésus, le temps est proche. Nous avons besoin d’ouvriers. Nous avons tant à faire, mais nous sommes à court d’ouvriers. Réalisez Vos miracles d’Amour pour le salut du monde en nous utilisant comme Vos instruments. Ainsi, que le Seigneur soit honoré, que la Sainte Mère soit réconfortée et que nous rendions grâces sans cesse.

 

Seigneur! Nous voulons être guéris de toutes les blessures que nous avons reçues depuis que nous sommes nés dans le ventre de notre mère. Veuillez aussi retirer les blessures dont nous ne voulons absolument pas nous souvenir à nouveau.

 

Quel amour et comme je l’ai desiré !
Ce faible pécheur que la Sainte Mère a appelé
Elle a nettoyé toutes mes histoires fâcheuses.

Quand j’étais au milieu de mes difficultés,

Elle est devenue ma vraie Mère.

Esprit Saint! Réalisez une opération sur mon corps et mon âme.

Esprit Saint! Guérissez mes innombrables blessures.

Toutes ces blessures douloureuses dans mon Coeur,

Maintenant, je veux qu’elles soient guéries.

Esprit Saint! Guérissez mon corps et mon âme

Et conduisez-moi sur le chemin des Cinq Spiritualités.

Quand je lutte contre l’angoisse et les tribulations,
Vous venez à moi et Vous embassez mon âme
dans le coeur de Votre Amour maternel.

Toutes mes souffrances passées sont parties.

A présent, je renais avec Son amour.

Vierge Marie, avec votre Amour sublime,

La Sainte Marie, avec Votre Amour sublime
et Votre plus pur Amour,

Transformez les douleurs de cette âme malade
en vertus de la perfection.

La Sainte Marie !
Permettez-moi de pratiquer les Cinq Spiritualités,

pour que je puisse attindre le Ciel. Amen.

 

 

Extraits du Témoignage de Maman Julia, le 5 janvier 2019 (PDF) : Cliquez