Rev. P. Raymond Spies (L'huile et le parfum Naju?)   

  Rev. P. Raymond Spies (L'huile- Pour la premire fois)

  Rev. P. Raymond Spies (L'huile- Pour la deuxime fois)

  Rev. P. Raymond Spies (L'huile- Pour la troisime fois)

  Rev. P. Raymond Spies (L'huile- Pour la quatrime fois)

  Rev. P. Raymond Spies (La Vierge de Naju et la Paroisse de Ha-ou-hyon ?)

  Rev. Christian Ravaz (La Vierge de Naju et Myrna Damas)

  Rev. Victorinus Keun-Bok Yoo

  Rev. Shi-Chan Lee

  Rev. Dominic Kye-Choon Kim

  Rev. Victorinus Keun-Bok Yoo  


L'huile et le parfum Naju?   

Rev. P. Raymond Spies (8 avril 1993)

Le parfum: la Statue de Naju en a dgag depuis 1991... et sans arrt presque. L'huile? La premire fois, le 2 octobre 1991. Le Pre Spies et le Pre Victor Miller, Belge, venu de Belgique, se trouvaient seuls: le Pre Spies avait pris la Statue entre ses mains pour la montrer au Pre MIller: l'huile jaillit au-dessus de la tte. Elle y resta jusqu' fin mars 1992.

   La deuxime fois: le 5 mai 1992. Le Pre Spies s'tait rendu avec un missionnaire, le Pre Juan-Manuel Martinez Naju. Prenant la Statue en mains, le Pre Spies voulut montrer l'emplacement o avait coul l'huile le 2 octobre 1991. Mais voil que l'huile jaillit la mme place, puis l'arrire et l'avant de la statue. L'huile resta pendant tout le mois de mai.

   La troisime fois: le Pre Spies se rendit Naju le 23 septembre 1992, avec un couple venu de Suisse, Mr et Mme Jean-Pierre et Michle Jaquet et Dina, qui travaille depuis des annes avec le Pre Spies. Ce dernier ayant pris la Statue pour la montrer, l'huile jaillit sur la tte. Elle n'y resta que quelques jours.

   La quatrime fois: Sans arrt, de l'huile parfume suinte de la Statue. Ce suintement avait repris le 24 novembre 1992 en prsence de Julia, de Julio son mari, de Lubino, l'aide habituel et du Pre Spies. Ensemble, ils avaient rcit le chapelet. Puis ils allrent tout prs de la Statue. Les trois dirent au Pre Spies: "Veuillez prendre la Statue... la Vierge donnera un signe!" - "Sans aucun doute" rpondit-il. Il l'avait peine prise entre ses mains que les trois crirent joyeusement: "Pre, l'huile a jailli..." Cela continue depuis plus de cinq mois.

Puis, depuis le 19 mars 1993, Haouhyon, paroisse du Pre Spies.  (Haouhyon: lieu saint o il y a la statue de Beaulieu, natif de Langon, archidiocse de Bordeaux, missionnaire franais,  martyris en 1866 l'ge de 26ans )

 

 

Un plerin venu de loin Il rptait : Je veux consoler la Vierge 

L'huile- Pour la premire fois (Le 2 Octobre 1991)

 Rev. P. Raymond Spies (11 mai 1993)

Cela faisait prs de six ans qu'il me rptait dans ses lettres en demandant des nouvelles de la Vierge : Je veux consoler la Vierge 

Je le tenais bien au courant. De mon pays, la Belgique, c'est lui qui s'informait le plus, parmi les prtres.

Je l'avais dj connu quand j'avais quinze ou seize ans. Son frre an (prtre et religieux salsien) et moi tions compagnons. J'avais t plusieurs fois chez eux, pendant les grandes vacances

Lui aussi devint salsien, alla jeune abb au Japon en 1947. J'avais fait aussi ma demande, la mme poque, pour le Japon

Je ne pus y aller car j'avais tudi l'Universit de Louvain ! Aprs, le Seigneur trouva la voie de me faire faufiler hors du filet J'arrivais au Japon en 1951, mais mon ami, l'abb Victor Miller, n'y tait plus. La guerre de Core avait provoqu l'appel sous les armes de nombreux jeunes et parmi eux Victor. Je le vis avant mon dpart pour le Japon. Il devint prtre, fut envoy Courtrai, fut Conseiller des tudiants (Prfet d'tudes), ne revenant pas au Japon, malgr son grand dsir.

Aprs la guerre de Core, l'vque de Soul demanda, en janvier 1957, au Provincial des Salsiens du Japon, deux de ses missionnaires trangers pour diriger la paroisse Saint Jean Bosco, sise dans le quartier des usines. Elle comprenait plus de six mille catholiques. Personne ne donnait son nom. Moi-mme, je me disais : Mme en songe, je n'irai pas en Core !  Je pensais Ailleurs, on pensait autrement J'enseignais alors au Grand Sminaire Salsien de Tokyo.

Le directeur en tait Monseigneur Vincenzo Cimatti, alors g de plus de 75 ans. Tous reconnaissaient, affirmaient sa vraie saintet. En novembre 1991, la Sacre Congrgation pour les Causes de Canonisation lui donna le titre de Vnrable  ou  Serviteur de Dieu , dclarant qu'il passera pour un des plus grands saints de ce sicle

Je vcus trois ans avec lui. Ma chambre tait voisine la sienne.

Le samedi saint de 1958, un prtre tranger lui dit en me montrant : Dites au Pre Spies d'aller en Core, de donner son nom !...  En effet, pendant trois mois, aucun confrre en s'tait prsent comme volontaire et moi, encore moins. Sauf un qui, Tchcoslovaque, ne put obtenir le visa pour la Core du Sud.

Mgr Cimatti ma regarda - il tait assis son bureau et de sa voix chaude et paternelle, il me dit en italien :  Vai, vai e farai un beneinmono. Anch'io ho dato il moi nome al Pudre Provinciale per andare in Corea, ma mi disse : Monsignore, grazietante per la sua grare generosit, ma che lingur parler l ? 

Je risposi :  La lingua che so l'italiano, un po di Giapponese ! 

En quelques secondes,  mon tout moi-mme intrieur  avait chavir. J'tais bouche be devant la tranquille, hroque gnrosit de mon Suprieur si g.

Une phrase de Saint Franois passa comme un clair dans mon esprit et me fit dire :  Je donnerai mon nom . Quelle tait cette phrase de Saint Franois de Sales ? On la trouve dans son  Deuxime entretien sur l'obissance  : il conseille ou plutt dit que pour qu'une obissance soit parfaite, agrable Dieu, il faut suivre les conseils, les avis, les dsirs, les suggestions du Suprieur et il conclut :  Elle est lche en Amour de Dieu, l'me qui ne sait pas suivre les conseils, les dsirs de son suprieur. 

Je ne voulus pas tre un  lche en l'Amour de Dieu, de Jsus 

Mgr Cimatti me promit aprs qu'il serait toujours avec moi et aussi lorsqu'il sera au Ciel ! Et il en est ainsi.

Un moi aprs, j'tais en Core

Le 29 janvier 1959, fte de Saint Franois de Sales, il m'attendait, sachant que  sa phrase  m'avait expdi en Core. J'arrivais comme vicaire Soul, la paroisse Saint Jean Bosco.

Un jeune confrre salsien, venu lui deux ou trois ans avant du Japon en Core, y tait devenu le cur.

Une Ecole salsienne avait t construite dans la ville de Kwangju, aprs la guerre de Core. Les quelques confrres qui s'y dvouaient, y avaient t envoys du Japon par le Provincial.

Tous connaissaient le Pre Victor Miller, ou pour l'avoir eu comme confrre, ou pour en avoir entendu parler.

Il y avait tant de travail et on tait si peu nombreux Ils m'avaient crit de Core en 1956 pour me demander de venir en Core... ? Je ne voulus pas rpondre La seule lettre laquelle je ne rpondis pas dans ma vie. Mais le Seigneur m'y voulut

J'tais maintenant parmi eux

Qui inviter venir ? Je pensais au Pre Victor Miller. Tous, sans exception, approuvrent et insistrent pour que je passe  l'action le plus vite possible.

J'crivis au Provincial du Pre Miller. Il avait t autrefois notre Pre Matre, au noviciat, ce qui facilitait mon intervention. Il me rpondit de suite, acceptant volontiers le grand dsir des confrres de Core. Bien sr, avant, j'avais crit au Pre Miller qui, lui aussi, avait accept de grand coeur.

Il nous arriva, par avion, le 15 aot de l mme anne (1559). Nous allions vivre ensemble pendant une anne au moins. Il tudia pendant cette priode les premiers lments de la langue corenne, si difficile et complique pour nous trangers.

Il fut envoy aprs Kwangju o s'ouvrit avec lui le premier noviciat salsien en Core. Il en devint le Pre Matre des novices.

Je le rejoignis en novembre 1962. Nous passmes une anne ensemble. A la fin d'octobre 1993, je devenais premier cur de la paroisse de Kuradang, place dans une des zones les plus pauvres de Soul.

J'y restais jusqu'au dbut de janvier 1968. En juillet de la mme anne, je commenais mon apostolat parmi les lpreux de l'le de Sorocto (alors renfermant 4400 lpreux). Je passais dix ans d'apostolat pour eux. Puis, je vins Anyang.

Le Pre Miller tait venu lui aussi Soul, dans la mme zone o j'tais (trente minutes pied nous sparaient). Un vrai noviciat y avait t construit.

Le Pre Miller en resta le directeur et Pre Matre. J'allais frquemment le voir. J'tais alors le confesseur canonique des novices et de la communaut, une fois par semaine. Les anciens disciples du Pre Miller lui sont rests affectueusement attachs. Frquemment, surtout l'un d'eux, prtre du clerg sculier, le priait de venir, lui envoyant un billet d'avion  aller-retour 

Mais le Pre Miller, religieux, remerciait pour cette marque d'affection mais fut contraint de refuser. Il demanda d'employer cet argent pour les pauvres.

Nous avions toujours gard contact, ce qui veut dire que le Pre Miller avait d quitter la Core pour cause de sant. De retour en Belgique, il devint aumnier militaire pendant longtemps la base arienne de Melsbrok.

Il prit sa retraite en juin 1991.

Mais cette fois-ci, ce furent des amis de l'Arme qui lui payrent son voyage aller-retour en Core.

Il fut trs heureux de nous arriver au cours de la deuxime moiti de septembre 1991. Les anciens confrres et anciens disciples en furent trs heureux ; Il passa vingt jours en Core. De ces vingt jours, cinq avec moi.

En m'crivant au sujet de son voyage en Core, il m'avait demand instamment de bien fixer son plerinage Naju. Il dsirait rencontrer la Vierge qui pleure.

Comme lui et moi aimons beaucoup la Petite Thrse de Lisieux, je fixais notre dpart pour Naju en choisissant le lundi 1er octobre, fte de Sainte Thrse de l'Enfant Jsus et le retour Soul le 2 octobre, fte des Anges Gardiens.

En ce 1er octobre, nous restmes toujours prs de la Vierge. Ce fut mme prs de la Vierge que nous avons parl avec Pak Lubino, l'aide et d'autres personnes. Julia, elle, tait alors aux Etats-Unis.

Il y avait comme un semblant de larmes dans les yeux de la Vierge.

Nous logemes chez les Assomptionnistes Kwangju, la Suprieure en tait Soeur Marie Christiane, franaise.

Le mardi 2 octobre, nous tions de nouveau prs de la Vierge.

Assez souvent, il n'y avait que nous deux et Pak Lubino dans la Salle de la Vierge.

A la Sainte Vierge, je rptais frquemment cette  pense-prire  :  Bonne Mre etc. allons, soyez gentille ; vous savez combien il Vous aime, ses dsirs de Vous consoler ; Veuillez lui donner un signe de votre Amour, de votre Prsence, de votre Satisfaction, de votre Tendresse etc ne le laissez pas partir  comme a  ! 

Nous avions rcit le chapelet entrecroisant les dizaines par les langues, corenne, flamande et franais. Le chapelet termin, suivirent quelques chants, en coren, en flamand et en franais.

Puis je me levais, me remis rpter la Vierge les mmes  penses-prires  Je pris la Statue entre mes mains, retirais doucement la Statue de la niche, demandant au Pre Miller de venir prs de moi. Ce qu'il fit.

Nous regardmes de prs le Visage. Le Pre Miller ne distinguait rien dans les yeux Nos yeux regardaient les yeux de la Vierge Mais ce n'est pas de l que sortit la rponse de la Vierge.

Soudain, surgit ce quoi je n'avais jamais pens : de fines gouttelettes d'huile jaillirent sur la partie suprieure de la tte et se rpandit sur la partie suprieure.

La rponse affectueuse de la Vierge tait venue.

C'tait la premire fois que la Vierge donnait Naju ce grand signe de son choix, de sa Protection, de sa Prsence, de son Amour et de son Amiti.

Elle avait attendu que son prtre qui rptait :  Donnez-moi des nouvelles de la Vierge, je veux La consoler  soit prs d'Elle.

Elle rpond qui L'aime avec le coeur aimant, simple, sincre, confiant des enfants.

P. Raymond Spies Anyang, le 11mai 1993.

 

Annexe l'article du 2 octobre 1991 

Au sujet de la note concernant la phrase dite en italien par Mgr Vincenzo Cimatti ( Serviteur de Dieu ) la page 282, en voici la traduction franaise :  Va, va et tu feras un bien immense. Moi aussi j'ai donn mon nom au Pre Provincial pour aller en Core, mais il m'a dit : Monseigneur, je vous en remercie beaucoup, pour votre grande gnrosit, mais quelle langue vous parleriez l-bas, - j'ai rpondu : la langue que je sais, l'italien et un peu de japonais 

Qui est Mgr Cimatti ? En bref : son dcs, le Recteur Majeur de la Congrgation dclara :   Il fut la plus belle figure salsienne  Il fut  gradu  en quatre matires d'Universit, mme en musique. Il fut alors le plus grand compositeur de la Congrgation. Jeune abb, il demanda de devenir missionnaire, rpta souvent sa demande. A la place on le faisait directeur provincial. En 1925, le Vatican voulut envoyer les Salsiens Sept furent envoys. A leur tte, le Pre V. Cimatti. Il avait 47ans. Il fut 25 ans provincial, Vicaire apostolique de Miyazaki, puis donna sa dmission pour faire place un japonais. Il fut directeur du Grand Sminaire salsien Tokyo.

 

 

L'huile coule de la Statue de la Vierge, Naju, depuis le lundi 4 mai 1992.

L'huile - Pour la deuxime fois(Le lundi 4 mai 1992)

Rev. P. Raymond Spies (16 mai 1992)

Rsum du long article de dix pages

J'cris ces lignes le samedi 16 mai. IL y a un an, le 16 mai, il y eut un Message communiqu par Jsus Julia, sur l'Eucharistie. Il y eut le  miracle de l'hostie qui se transforma en sang sur la langue de Julia et se rsorba dans la langue .

Le 2 octobre 1991, j'tais all Naju avec un prtre salsien, Belge. Pour mieux faire voir la Statue ce prtre (le Pre Victor Miller), je pris la Statue dans mes bras. Peu aprs, de petites gouttelettes d'huile furent visibles sur la tte. De temps autre, je tlphonais Naju pour savoir si l'huile tait encore visible. Chaque fois, la rponse fut affirmative.J'oubliai de tlphoner au cours de mois d'avril.

Le lundi 4 mai, je me retrouvais devant la Statue de la Vierge. Un missionnaire paraguayen, le Pre Juan-Manuel Martinez m'accompagnait.

Aprs un temps de prire, je pris la Statue dans mes bras pour voir avec l'autre prtre si l'huile tait encore visible. En regardant, je fis cette rflexion :  Oh ! l'huile n'y est plus. Il y a des petites taches noires l o les gouttelettes jaillirent.      J'avais peine termin ma phrase qu'une gouttelette d'huile jaillit, d'autres suivirent, coulant l'arrire, tout au long de la Statue.

Nous regardmes l'arrire de la Statue : l'huile apparut et au centre et droite. La premire huile avait coul sur la gauche. Le Pre et moi soutenions la Statue. L'huile humecta nos mains.

Juila n'avait pu tre avec nous avant. Souffrant trop, elle tait reste alite. Je me rendis sa mansarde. Je lui fis savoir ce qui se passait. Je lui fis une imposition des mains, puis l'invitais venir voir la Vierge qui nous donnait un signe tout particulier de son Amour, de sa Prsence.

Peu aprs, Julia nous avait rejoints.

Elle tint aussi la Statue dans ses mains.

Nous regardions toujours et seulement l'arrire de sa Statue. Plusieurs personnes venaient pour prier.

Julia remit la Statue sa place. Elle remarqua que de l'huile provenait du ct de l'paule droite, ensuite de la gauche. Nous rcitmes le chapelet.

Vers midi, je dus quitter Naju pour Kwangju. J'avais servir d'interprte, au cours de l'aprs-midi, dans la communaut des Soeurs Oblates de l'Assomption. L'autre prtre passa toute la journe prs de la Vierge et me rejoignit dans la soire.

Le mardi 5 mai, nous tions tous deux de nouveau devant la Statue. L'aide habituel, Pak Lubino tait avec nous auprs de la Vierge. Il nous montra combien l'huile avait coul et coulait encore. De petits linges avaient t placs au bas de la Statue.

Julia nous rejoignit. Quelques plerins arrivrent. Nous rcitmes le chapelet ensemble.

L'autre prtre et moi devions quitter la Vierge vers une heure de l'aprs-midi. Avant le dpart, Julia nous donna les linges imbibs d'huile trs agrablement parfums.

Je conseillais Julia de continuer placer des linges au bas de la Statue. Elle le fit.

Le jeudi 14 mai, je reus ces linges par courrier. Les linges avaient t insrs ensemble dans un petit sachet de plastique ; celui-ci dans un plus grand. Le parfum passant travers les deux sachets se fit trs fortement et agrablement sentir. J'ai dj distribu presque tous ces petits linges.

Julia me remit encore  trois choses  que j'avais places, le lundi 4 mai, prs de la Statue. Ces  trois choses  taient entirement imbibes d'huile parfume. La  premire chose  : une photo de la Vierge (o l'on voit les larmes) ; prs de cette photo, j'avais plac une petite photo de l'image du  serviteur de Dieu  Monseigneur Vincenzo Cimatti, fondateur de la Province salsienne au Japon. C'est lui qui me conseilla en 1958 de donner mon nom pour la Core. Son image fut aussi imbibe d'huile.

La  deuxime chose  : une grande photo de Notre-Dame de Soufonich, dj imbibe d'huile quand je la reus de France, se remplit encore plus d'huile, aussitt ds que je la plaais prs de la statue.

La  troisime chose  : un petit album envoy d'Angleterre : il y avait les photos montrant le  miracle de deux hosties , hosties trouves dans l'album des photos de Naju : le petit album tait entirement imbib d'huile parfume.

Core du Sud Anyang, le 16 mai 1992   P. Raymond Spies.

 

 

La Vierge de Naju et les plerins non corens ?

L'huile ?... Pour la troisime fois (Le 23 septembre 1992)

Rev. P. Raymond Spies (16 mai 1992)

La Vierge de Naju accueille aussi, avec grande affection, les plerins trangers qui viennent auprs d'Elle, non pas par curiosit, mais avec des coeurs d'enfants aimants, dsireux de consoler leur Mre bien-aime, d'essuyer ses larmes, de L'aider, Elle qui s'est donne le nom de Mendiante Cleste, pour la Rdemption de chaque me

Une de ces manifestations de la Vierge, des plus impressionnantes, se ralisa devant le Pre Louis Bosmans et Soeur Adeline Langlois et moi-mme.

 Je les avais invits pour deux raisons, prendre part au Congrs Eucharistique qui se tint Soul, le dimanche 9 octobre 1989. Le Pre Louis Bosmans  m'avait retrouv  aprs plus de quarante ans, en lisant un article que j'avais crit. Nous avions t ensemble confrres et compagnons d'tudes au Scolasticat des PP. Salsiens.

Soeur Adeline Langlois, canadienne et missionnaire au Japon depuis 1949, je la connais depuis 1956. Elle fut l'aide la plus prcieuse, aimable et aimante de notre Œuvre pour les plus dmunis et pour la diffusion des Messages de la Vierge de Naju

A notre arrive Naju, le vendredi 14 octobre (1989), la Vierge en versait pas de larmes Nous primes, nous regardmes ensemble (le P. Bosmans, Sr. Adeline et moi) un des films vidos des plus expressifs des larmes de la Vierge. Vingt trente minutes aprs, Pak Lubino, l'Aide de chaque jour prs de la Vierge, vint prs de moi et dit doucement :  Pre, la Vierge a commenc verser des larmes  Nous nous rendmes prs de la Statue de la Vierge

Nous fmes, pour la soire et la nuit, les htes des Soeurs Assomptionnistes Kwangju. (Chef-lieu de la province du Chollanamdo et sige piscopal de l'archidiocse de Kwangju. Cette ville compte plus d'un million d'habitants et est situe quelques trente minutes en auto au nord de Naju.)

Le samedi 15 octobre, au cours du petit djeuner pris avec la communaut, un coup de tlphone en provenance de Naju, vers 8h 40, nous fit savoir que la Vierge versait d'abondantes larmes de sang qui coulaient sans arrt et avaient imbib abondamment les napperons placs sous la Statue

Nous en fmes tmoins douloureux, affligs, compatissants. Nous fmes prsents aux horribles tourments que Satan et les siens firent subir Julia pendant prs d'une heure et vingt (ou trente) minutes

Depuis lors, le Pre Louis Bosmans devint le grand aptre de la Vierge des larmes ( Naju) au Canada, publiant les Messages, prparant des vidos qui passent aussi par l'cran de la Tlvision nationales

Soeur Adeline ? En tapant la machine les messages que je traduis et tous les articles que j'cris au sujet de la Vierge de Naju

Je pourrais parler d'autres trangers qui m'accompagnrent ou que j'accompagnais.

J'ai crit aussi dj deux articles qui montrent que les deux premires manifestations de l'huile jaillissant de la statue se firent devant des prtres trangers qui allrent avec amour et simplicit de coeur, auprs de la  Vierge des larmes , Naju.

La premire fois, le 2 octobre 1991, devant le Pre Victor Miller et le Pre Spies.

La deuxime fois, le mardi 5 mai 1992, devant le Pre Juan-Manuel Martinez, alors missionnaire en Core.

Et la troisime manifestation ?

Elle se produira le 23 septembre 1992
Un d
tail oubli : dans la premire manifestation de l'huile, celle-ci resta visible jusqu'au cours du mois de mars 1992. Pour la deuxime manifestation, elle sera visible au cours de tout le mois de mai, dgageant sans cesse de l'huile et beaucoup de parfum.

En cette troisime occasion, j'tais all Naju pour accompagner un couple venu de Suisse : Monsieur Jean-Pierre et Madame Michle Jaquet.

De passage en Core, M. Jean-Pierre Jaquet, reprsentant de la grande manufacture de couteaux qui a son sige Delmont en Suisse, vint me voir en fvrier 1991. Il avait entendu parler de la Vierge qui pleure. Il dsirait s'y rendre. A cette poque, je ne pus m'y rendre avec lui, mais je lui prparai bien le chemin en contactant Julia et Pak Lubino. Ils l'attendirent l'aroport de Kwangju, le conduisirent prs de la Statue de la Vierge. M. J. P. Jaquet put voir les larmes.

L'an dernier, en juin, je me rendis avec le Pre Louis Bosmans et Dina (notre Aide Anyang) chez Vassula, Pully (Lausanne)

De chez elle, nous allmes Delmont Partout, accueil chaleureux, cordial, amical, familial, avec toujours les plus prsents mais invisibles, Jsus et Marie avec nous.

M. Jaquet, ayant repasser par le Japon et la Core en septembre, ne voyagea pas tout seul, car son pouse dsirait, elle aussi, venir filialement vnrer la Vierge qui pleura tant Naju.

Le 23 septembre, nous partmes ensemble pour Naju. Dina qui les connaissait bien fut unie au trio.
Nous prmes l'avion tt dans la matine. Vers 10h 30, nous tions devant la Vierge

Nous rcitmes le chapelet avec pit, amour, motion et  posment
Aprs un bon moment de prire, j'invitais le bon couple et Dina venir tout prs de la Vierge.
Nous rcitmes le chapelet avec pit, amour, motion et posment.
Aprs un bon moment de prire, j'invitais le bon couple et Dina venir tout prs de la Vierge.

Nous regardions la Vierge, nous changions des penses
Puis je pris la Statue entre les mains, demandant la Vierge de donner un signe de sa Prsence, de son Amour aux poux, Dina

La Vierge rpondit de suite. Elle fit comme Elle l'avait fait devant le Pre Victor Miler, le Pre Juan-Manuel Martinez : l'huile jaillit en fines gouttelettes sur le dessus de la tte On peut imaginer l'motion, la joie de sentir, par ce signe matriel et si expressif qu'est l'huile, la Prsence de la Vierge.
A part cela,
notre arrive aussi, se dgageait abondamment un profond et si suave parfum. Et ce parfum commena se dgager en 1991 et continue encore prsent Parfois, on le sent jusqu' l'extrieur de la chapelle (salle) o se trouve la Statue.
Nous nous remmes prier.

Au cours de l'aprs-midi, j'invitais le bon, fervent couple m'accompagner la maison o Julia tenait son salon de coiffure au moment o les premires larmes commencrent couler, aprs 11heures du soir du 30 juin 1985. (On peut en lire les dtails dans l'introduction du livre des Messages que j'ai publi en 1992, en Core et dans sa traduction franaise.)

Pour y parvenir, il fallut passer par ce qu'on appelle en Core  Texas  : ce sont la ou les rues ou la zone o se trouvent des ou les (nombreuses) maisons de prostitution. Naju, mme si elle semble une cit de campagne, est une ville et en Core, pour qu'une localit soit rige au rang de ville, il lui faut atteindre, dpasser si mes souvenirs sont exacts- le nombre de quarante mille habitants

Et comme la population arrive peine avoir comme catholiques 2 ou 3 % de la population et que l'immoralit foisonne comme les mauvaises herbes l o la Parole de Dieu est, reste ignore, car l'me se nourrit surtout de  choses  qui n'ont rien ou presque rien des  nourritures clestes , il n'y a pas lieu de s'tonner que les  Texas  ont plus de succs que le Seigneur et sa Parole

Et Julia avait son salon de coiffure tout proche d'une des rues du  Texas  Lorsque je visitais, pour la premire fois, il y a deux ou trois ans, ce qui avait t le salon de coiffure tenu par Julia et qui, prsent, est pass d'autres mains, je pu voir plusieurs des prostitues qui tentaient de se faire faire une beaut de chevelure au mme diapason que les sentiments dsastreux qui animent leur mes.

Julia vivait et travaillait l, et de ses mains touchait ces malheureuses ttes o l'Amour de leur Sauveur Jsus n'avait aucune place.

Je posai, il y a quelques annes, cette question Julia :  Etant devenue chrtienne et ayant parmi vos clientes sans cesse des prostitues, que ressentiez-vous ? Que pensiez-vous de cette situation trange d'une chrtienne qui prpare ces pauvres mes tres encore plus des ptures infmes d'tres encore plus infmes ? 

Je reus une rponse assez inattendue qui montrait que Julia tait encore loin de juger chaque chose avec et dans la Pense de Dieu et de Jsus. Elle me rpondit, avec un petit ton plein d'assurance et comme si c'tait une chose normale et acceptable, mme pour une chrtienne :  Eh bien, c'tait mon mtier et je faisais cela pour gagner ma vie ! 

Mais comme l'poque o je l'interrogeais, elle ne vivait plus cet endroit, ne pratiquait plus son mtier de coiffeuse, je posai aussi la question suivante :  La Vierge ne vous a rien dit au sujet de ce salon de coiffure ?  La rponse fut immdiate :  Oui, Elle me dit de cesser ce travail. Je lui ai obi. 

J'ajoutais :  Vous tes-vous demand pourquoi, pour quel motif  Elle vous a dit de cesser ce travail ? 
 Non, fit Julia !  Je la regardais. Je me tus. Elle ne me demanda pas le pourquoi !

L'avenir lui montrera, par de nombreuses occasions, les points faibles de sa forte assurance personnelle et qui seront sources pour elle de perptuelles souffrances qui lui ouvrant les yeux sur ses dficiences, insuffisances spirituelles.

C'est une femme de ce genre, courageuse, simple, fidle, devenue chrtienne vers l'ge de 36-37 ans, en 1980, que le Seigneur a choisie et confie sa Mre et notre Mre Et non une sainte.

Et par elle, en la voyant telle qu'elle est et comment elle se transforme dans l'Amour du Pre, de Jsus, de Marie, bien des mes totalement loignes de Dieu, croupissant dans le bourbier nausabond des pchs les plus infmes, imitant Marie-Madeleine, se sont mises courageusement, hroquement sur le chemin de l'amre et salutaire pnitence, entrant dans la Voie de la perfection de l'Amour, de la Saintet.

Et depuis que je traduis et publie les messages (en coren, en Core), toutes ces mes repenties sont venues jeter, prs de moi, dans le Sang de l'Agneau la fange de leurs mfaits : des haines, des haines portes pendant plus de cinquante ans, des avortements montant cinq, dix quinze, vingt, vingt-cinq ans et plus etc Des  piliers d'apostolat dans l'Eglise  qui se refoulent de leurs hypocrisies de pratiques religieuses en se retrouvant dans les maisons infmes d'immoralit etc

 Et le sixime commandement, le neuvime commandement n'existeraient plus ? Jsus aurait enlev deux gros iotas aux dix commandements ? Les conformismes, le rationalisme du monde des plaisirs, de l'argent, de l'orgueil, de la luxure ont plus de droits, de lumire que Dieu, que Jsus ?

Et la confession prive, chirurgie salutaire, ncessaire, salvatrice des mes, par le Sang du Christ Rdempteur, serait aussi un  iota  que l'on peut effacer ? Ne serait qu'un  instrument de consolation pour les mes faibles, fragiles du pass  que l'on peut sans souci carter de la vie quotidienne de l'Eglise ?

Pour tant et trop de prtres, la confession est inutile ou quasiment, ce n'est plus l'instrument de purification adapt  nos temps  qui, pour leurs mes conformistes, semblent meilleurs que les temps passs.

Ils en voient les fruits pourris : la Maison de Dieu et les  maisons de Dieu  et les  petites maisons de Dieu que sont les mes se vident, les pierres dont parle Saint Pierre (1re Lettre, 2, 4-9) et dont il dit :   soyez les pierres vivantes qui servent construire le Temple spirituel  que deviennent –elles ? de la poussire.

Oh ! Brebis qui ne suivez plus le Pasteur divin, le Pasteur, son Vicaire et qui parpillez vos propres penses, vos doutes, vos incertitudes devenues certitudes, dans les tnbres, pour vous : regardez les dserts que vous avez engendrs

O sont les mes que vous deviez conduire au Bercail de la Vie ternelle, en les conduisant sur le chemin de la perfection et en les aidant porter chaque jour leur croix la suite de Jsus, avec Jsus et tre avec Lui sur la croix, comme le dit Saint Paul ?

Et bien, c'est pour cela que la Vierge pleure

Julia me dit aussi dans la rponse qu'Elle me donna plus haut : En arrangeant les coiffures de ces pauvres soeurs, je priais pour elles, demandant qu'elles se convertissent.  Certaines se sont converties. Elles reurent le baume,l'huile de Dieu et le Baiser de son Pardon.

Le couple et moi-mme visitmes le salon de coiffure. En sortant, nous passmes devant plusieurs maisons de prostitution.Michle, l'pouse de M. Jaquet eut le mot de la fin :  Jsus ! n'est-Il pas venu pour les pcheurs ? N'a-t-Il pas dit que les prostitues seraient plus haut dans le Ciel que les Pharisiens ?...

-

 

La Vierge de Naju.L'huile parfume Pour la quatrime fois(Le 24 novembre 1992)

Rev. P. Raymond Spies (16 mai 1992)

C'est la quatrime fois que la Vierge de Naju, par la travers la Statue qui a montr tant de larmes, tant de larmes de sang, nous donne tous le signe de sa Maternit.

Souvent, on me demanda ce que signifiait l'huile et le parfum qui se dgageaient de la Statue.

Dans son Message du Jeudi Saint du 8 avril 1993, la Vierge nous en donne brivement le sens. Voici ce qu'Elle nous dit par Julia :  L'huile et le parfum que Je donne pour tous est un Don de Dieu, mais c'est aussi ma Prsence, mon Amour et en mme temps mon Amiti. 

J'avais crit ce sujet, par le pass, deux textes : l'un sur l'huile et l'autre sur le parfum, en consultant un livre achet il y a quelques annes :  Le Vocabulaire de Thologie Biblique  (Xavier-Lon Dufour Ed. du Cerf, 1975)

Je fis traduire ces textes en coren pour les distribuer ceux qui dsiraient en comprendre les sens.Que se passa-t-il lorsque la Vierge donna le signe de sa Prsence, de son Amour et de son Amiti ?

Le 24 novembre 1992, j'avais d me rendre Kwangju, un rendez-vous ayant t fix pour ce jour avec Monseigneur Victorino Youn, archevque de Kwangju. Naturellement, toute la conversation porta sur la Vierge de Naju.

Aprs cette rencontre qui eut lieu dans la matine, je me rendis de suite Naju, auprs de la Statue da la Vierge. Du parfum continuait sans cesse s'en dgager.

Julia, Julio son mari et Lubino Park, l'aide habituel (qui avait offert  la statue da la Vierge  ses amis Julio et Julia le jour o ils reurent la confirmation) taient l m'attendre prs de la Vierge.
Ensemble au pied de la Statue, nous rcitmes avec ferveur et lentement le chapelet.

Le chapelet termin, nous nous approchmes tout prs de la Statue. Je me tenais droite, Julia, Lubino et Julio gauche.Nous parlions de la Vierge en la regardant.

Soudain, Julia et Lubino de me dire :  Pre, veuillez prendre la Statue entre vos mains la Vierge donnera peut-tre un signe d'amour ! 

Ils me dirent cela joyeusement, comme des enfants aimants, simples, sincres et joyeux.
Je rpondis du mme ton joyeux :  Bien sr, la Vierge nous donnera son Signe d'Amour ! 

Je pris la Statue entre mes mains, la retirant lentement et avec prcaution de l'endroit o elle tait. Je n'avais pas encore eu le temps de me retourner avec la Statue en mains, que d'une seule voix, trs joyeuse et (trs !) bruyante - cause de la surprise, de la joie et de l'motion les trois me lancrent un :  Pre, l'huile a jailli 

Et nous restmes, tous les quatre regarder, mus, la Statue, le signe de la Prsence, de l'Amour et de l'Amiti de la Vierge.

Il semblait vraiment qu'il n'y avait plus de  mur opaque  entre le Ciel et la Terre. Tout s'tait pass en si peu de temps. Et l'huile coula un jour, deux jours les jours passaient, l'huile coulait, coula et coule en ce jour encore o j'cris ces lignes, le 5 mai, fte des enfants, en Core !

Et ce fut aussi le mardi 5 mai 1992 que la Vierge donna, pur la deuxime fois, de son huile parfume. J'en parle dans le deuxime article sur l'huile et le parfum.

Comme je viens de l'crire plus haut, l'huile parfume continue de suinter et de couler. Julia place sans cesse des petits linges sous la statue Le parfum qui s'en dgage est trs agrable et se dgage avec la mme intensit. Des lettres de personnes qui j'avais envoy de ces lignes me dirent que, ds la rception de ma lettre contenant les linges, la chambre ou la salle o elles se trouvaient s'tait remplie de parfum.

Ce fut surtout partir de janvier de cette anne-ci que l'huile a coul plus abondamment, surtout en mars et en avril. Et il y a deux jours, le 3 mai, on me tlphona de Naju (Lubino) pour me faire savoir que l'huile continuait couler

Mais combien veulent ouvrir, dilater leur coeur l'Amour, devant l'Amour ?
Combien  se donnent la peine  de se dplacer, de trouver  le temps  (!) d'aller prier prs de la Statue de la Vierge pour lui tmoigner un peu d'amour, de reconnaissance, de piti ?

Aujourd'hui, journe da la Fte des enfants et jour fri en Core, on voyait ici peu d'autos dans les rues, els avenues toujours  pouvantablement  bondes ! Que de gens  partis  au loin ou moins loin pour se divertir Tout est tourn, centr sur le  soi-mme , le moi, rien ou quasiment, ou si peu pour se rendre vers l'Amour, tre prs de l'Amour, avec un coeur filial, aimant, oublieux de soi, dsireux de tmoigner un coeur filial et reconnaissant la Mre toujours toute aimante, prsente, amicale

Dans les  gaiets, joyeusets, cordialits  sociales quotidiennes, y a-t-il la vraie, profonde, durable, solide, permanente affection empresse, filiale pour la Vierge Marie qui tend les bras, nous montre son douloureux Amour par ses larmes, ses Larmes de Sang ?

 

 

1-     La Vierge de Naju et la Paroisse de Ha-ou-hyon ?

-Ha-ou-hyon ? Cette paroisse ? (Le samedi 15 mai 1993)

       Rev. P. Raymond Spies (1( mai 1993)

Ce mot  Ha-ou-hyon  est trs connu par les prtres et chrtiens qui connaissent l'Histoire de l'Eglise de Core et s'y intressent avec amour et respect.

La plupart de ses chrtiens sont les descendants des tous premiers chrtiens de Core. La foi chrtienne catholique fut accueillie de tout coeur par un groupe de Lettrs en novembre 1779, l'endroit appel Tchon-ji-nam (nam : temple ; ji : vrit ; Thon : ciel). Cela donne :  Le Temple o l'on enseigne la Vrit du Ciel, sur le Ciel  et o l'on apprend cette Vrit.  C'tait le nom d'une maison de recueillement bouddhiste au coeur des montagnes. J'y suis all frquemment.

Ha-ou-hyon est dans la  grande zone o se trouve Tchon-ji-nam. C'est dans cette zone que les premiers adeptes la foi chrtienne enseignrent courageusement cette foi Les svices des autorits surgirent rapidement. Et il y eut, ds les dbuts, des martyrs qui furent plus courageux que les aptres qui s'enfuirent, ayant vcu trois ans avec Jsus Les no-chrtiens s'enfuyaient dans les montagnes voisines, dont celles o se trouve Ha-ou-hyon ! Ce fut tout prs de Ha-ou-hyon que vcut cach le plus jeune des douze missionnaires franais, des Missions trangres de Paris, qui exeraient leur apostolat dans le pays.

Il s'appelait Louis Beaulieu. Il n'avait que 25 ans lorsqu'il arriva en Core, en mai 1865. Il mourut martyr le 7 mars 1866. Que de martyrs il y eut dans ces rgions. Vingt-sept des cent trois martyrs canoniss sont de nos rgions (dans le diocse de Suwon auquel j'appartiens).

Les chrtiens de Ha-ou-hyon ont conserv, par tradition, un trs fidle souvenir de leur missionnaire franais, Saint Louis Beaulieu, natif de Langon, archidiocse de Bordeaux.

Bien que trs isol alors, Ha-ou-hyon fut rige canoniquement en paroisse en 1893. Nous en fterons cette anne le centenaire, en octobre.

Les missionnaires franais y vcurent jusqu'en 1937. Puis Ha-ou-hyon n'eut plus de  vrais curs  !
Je devins le nouveau  vrai cur canonique  en juin 1978 ? Cela va faire quinze ans, cette anne.
Les chrtiens avaient t laisss comme des brebis sans pasteur. Il m'avait fallu comme recommencer dans les voisinages du zro !

On me rpta si souvent  qu'il n'y avait rien faire , que  c'tait sans espoir. 
Je pensais au Cur d'Ars. C'tait pareil chez  nous  qu' Ars. J'ai crit tout cela  dans les notes de mon Journal.

A prsent, sauf certains, tous viennent, font leurs Pques sont fervents, avec les possibilits spirituelles intrieures acquises.En 1983, je commenai crire la Biographie de Louis Beaulieu. Le livre a t publi en coren.

En 1982-1983, commencrent les  Premiers Samedis  et nous avons continu Pour ces  Premiers Samedis , les chrtiens y viennent de tous cts. J'ai confesser aussi pendant de longues heures. La  Lgion des petites mes  voulue par Jsus y a t fonde ! Et depuis cette anne, il y aura tous les quatre mois, une messe spciale, Ha-ou-hyon pour elles.

Ce fut surtout pour les  petites mes  que, depuis deux ans, je clbrais une messe spciale Ha-ou-hyon, les 19 mars, en la fte de Saint Joseph.

Il en fut de mme cette anne. C'tait un jeudi, la messe avait t fixe pour onze heures, car un bon nombre de personnes devaient venir de loin travers les mandres d'une circulation souvent abominable.

Une quinzaine de jours avant, Julia (de Naju) m'avait tlphon me demandant si elle pouvait venir le 19 mars. Je lui dis que oui, mais pas chez moi Anyang, mais la paroisse de Ha-ou-Hyon. Elle y arriverait vers une heure de l'aprs-midi en la fte de Saint-Joseph .
Un bon nombre de personnes vinrent pour la messe, pour se confesser. J
'entendis les confessions avant et aprs la messe
()

Pourtant je ne sais pourquoi, ni comment j'avais totalement oubli que Julia allait m'arriver.

Aprs la messe de la Saint Joseph, je continuais entendre les confessions jusqu' 12h 50 J'allais quitter l'glise lorsqu'un homme, assis sur sa chaise roulante me salua, puis me dit :  Pre, Julia de Naju va venir ici, n'est-ce pas ?  - Je restai interdit ! Je regardai ma montre : une heure moins cinq !-  Oui  fis-je  et heureusement que vous me l'avez rappel, allons vite dehors . A peine dehors, je vis Julia qui arrivait avec le Pre Chang Hong-Bin Aloysio (dont la Vierge parle dans son Message du 14 avril de cette anne) et Pak Lubino.

Ils prirent le repas avec moi et avec les chrtiens, chrtiennes qui habituellement restent aprs la messe. Ils s'arrangent entre eux pour ce genre de repas. Ensuite ? l'glise, ces personnes reprennent leurs prires, leur heure d'adoration.

A la fin du repas, Julia qui se trouvait ma gauche ouvrit une bote et en retira une statue de la Vierge semblable celle de Naju et de la mme grandeur. Toutes les personnes regardrent la statue, puis Julia me la donna. C'tait un cadeau personnel.

Je regardai encore un instant la statue, me tournai vers Soeur Consolata qui travaille depuis prs de trois ans Ha-ou-hyon et qui se trouvait ma droite. Je lui mis la statue entre les mains et lui dis :  Veuillez placer cette Statue ct de celle de Saint Joseph.  La petite statue de Saint Joseph d'environ 50 cm et cadeau d'un couple, avait t place juste avant la messe devant l'autel au milieu de la trs belle composition de fleurs place avec un art trs fin par Soeur Consolata.

La statue de Saint Joseph tait un peu plus grande que celle de la Vierge (de Naju)
Toute une file de personnes attendait prs du confessionnal. Je m'en fus l pour les entendre.
Les autres personnes prirent ensemble. Le Pre Chang, Julia, Park Lubino s'y taient joints.

Quand j'eus termin d'entendre les confessions, la dame (Lucia Kim) qui depuis toujours dirige les groupes de prires, s'approcha de moi et me demanda de bien vouloir jouer en sourdine, sur le grand harmonium, la  musique qui me viendrait  ! Je la regardai, un peu amus et je m'en fus lui obir. Je jouais en douceur au milieu des prires.

Puis je commenais me rendre compte que du parfum provenait en abondance d'au-dessus de l'autel et cela en bouffes Je levais de temps autre la tte de ce ct.

Aprs les prires, Julia qui a reu le don des gurisons, imposa les mains, en priant, ceux et celles qui le dsiraient. Une dame ge qui vient rgulirement et qui avait de grandes difficults marcher fut compltement gurie.

Cela termin, Julia et les autres vinrent prs de l'harmonium o je me tenais encore. Une  causette  s'engagea sur la Vierge, les gurisons Pendant ce temps, sans arrt presque, de fortes bouffes de parfum venaient nous entourer. Tous le faisaient remarquer. Au moment o l'heure du dpart de Julia fut arrive, le Pre Change de ma dire :  Voudriez-vous prendre la Statue de la Vierge (celle que Julia m'avait donne) entre vos mains et la montrer chacun pour que chacun puisse vnrer la Vierge et baiser le bas de la Statue. 

Je suivis de suite le conseil. Tous passrent s'en allrent, Julia, le Pre Chang aussi
Je remis la Statue sa place, me retournai et constatai que j'tais dj seul dans l'glise.

J'tais quelques pas de la sortie lorsqu'une dame pntra en hte dans l'glise et me dit :  Pre, excusez-moi, je suis en retard. Je n'ai pas pu baiser la Statue. Au moment o vous donniez la statue baiser, je me suis rendu compte que mon enfant n'tait plus l et je l'ai cherch. Tout est bien prsent et j'ai couru jusqu'ici. 

En souriant de lui dire :  Venez, venez, je vais vous montrer la Vierge et vous pourrez la baiser.  La dame, pouse d'un docteur, en fut toute heureuse. Nous tions les seuls dans l'glise.
Au moment o
je lui prsentais la Statue, soudain du parfum s'en dgagea avec une telle abondance et en ondes continuelles que nous en fmes ravis de surprise et de joie.

La dame, mue au plus haut degr, reprenait sans cesse la statue entre ses bras. Ses cris de joie attirrent l'attention d'une amie qui l'attendait en dehors de l'glise.Elle aussi fut remplie d'motion
Les lans d'motion firent revenir tout le monde devant la Vierge. Le Pre Chang, Julia, Park Lubino taient au milieu du petit groupe

Et ce fut la symphonie des lans de joie, d'amour, de reconnaissance envers la Vierge
Et chacun repassa devant la Vierge et je ne sortis pas seul de l'glise, cette fois-ci.
Le mme jour, des personnes qui apprirent  la nouvelle  accoururent prs de la Statue Du parfum pour elles aussi.Les jours suivants, de mme.

Le dimanche 22 mars, l'glise toute entire tait pleine de parfum. Aprs la messe, la Statue fut prsente ceux et celles qui le dsiraient : la Vierge les entoura du parfum de sa Prsence de son Amour, ainsi que de son Amiti. (Voir le message du 8 avril 1993. Elle parle des sens de ce signe : parfum et huile. La Vierge tant le parfum de toutes les vertus. )

Au moment o j'allais quitter Ha-ou-Hyon, une dame s'approcha de moi et me dit :  Pre, j'ai t prs de la Statue : de l'huile sort un peu, prs de la ceinture et descend  Dans la soire, par tlphone, Soeur Consolata me confirma que l'huile coulait et que les chrtiens de la paroisse, mus et reconnaissants, taient venus se rassembler au pied de la statue et taient rests prier

Et tous les jours, les plerins viennent, prient.Le parfum de la Vierge a un don spcial aussi : celui d'attirer les mes au confessionnal et retrouver la Paix, l'Amour, le Pardon de Dieu aprs tant d'annes.

Il y a deux jours, le 13 mai, je quittai la paroisse aprs 7 heures de l'aprs-midi Ds aprs la messe, il me fallut donner le  don  du parfum de la Vierge. Et ce  don fournit de  fameuses victoires individuelles  pour la Vierge !
Et cela a continu.

En ce 13 mai aussi, aprs les dernires confessions, je pris la Statue entre mes mains. A peine la premire personne prit-elle le bas de la Statue pour le baiser que les ondes de parfum provinrent de la Statue. La scne du 19 mars se rpta et les mmes joies, les mmes motions, les mmes mercis

Le dimanche 25 avril dernier, j'avais continu de confesser longuement aprs la messe. Dans l'glise en restaient que Soeur Consolata et Monica, pouse de Pio qui, depuis des annes, me reconduit chez moi Anyang.

Quand elles virent que je laissais le confessionnal, elles s'approchrent de moi et me dirent :  Pre, regardez la Vierge (il s'agissait de la Vierge  franaise ) ; regardez les yeux. Elle n'a jamais eu de tels yeux. On dirait qu'Elle va pleurer.  Je pris un sige. Je regardai. En effet.

Avant de partir, je dis la Soeur :  Ce serait bien si vous pouviez prendre une photo de la Vierge  franaise , le buste spcialement, pour qu'on puisse mieux voir le visage. Peut-tre ce que nos yeux ne voient pas, la photo nous le montrera. 

Le dimanche suivant ou plutt le Premier Samedi de mai, 1er mai, qui nous arriva, j'avais entirement oubli la demande que j'avais faite Soeur Consolata.

Elle tait toute mue quand elle montra les photos qu'elle avait prises avec l'appareil d'un des chrtiens de la paroisse. De lui dire :  J'avais tout oubli. Quand avez-vous pris ces photos ?   Le dimanche mme. Aprs votre dpart.  fit-elle. Surpris et content de cette prompte obissance, je la flicitai, la remerciai en disant :  L'obissance est amour, victoire et plat Dieu. La Vierge vous a bni   En effet.

La soeur avait pris des photos de la Statue (semblable celle de Naju) : sur l'une d'elles, on y voit une hostie sur la main droite.Et qu'a donn la photo montrant la  Vierge de France  ? Des larmes sorties de l'oeil et qui sont comme rpandues sur le visage, prs du nez et jusque prs de la bouche

Une chrtienne trs bonne, dvoue, fervente qui vit cette photo et pria aprs devant la Statue (franaise !) dit d'un caractre gai et avec humour soeur Consolata :  En voyant la Vierge, j'ai l'impression que la Vierge veut encore donner d'autres signes, mais qu'Elle ne le peut pas encore, car trop de prtres et de chrtiens creraient des ennuis !! 

Que la douce Vierge Marie, par son Coeur Immacul, fasse de  Ha-ou-hyon , dont Saint Louis Beaulieu, Saint Henri Dorie et Sainte Thrse sont les Patrons etla Patronne, son grand Centre Marial o viendront les mes, en nombre incalculable, se refaire de vrais enfants, se faire des enfants vraiment assoiffs de perfection, de saintet, se reniant, renonant leur moi, portant leur croix derrire Jsus, crucifi avec Lui, pour sauver avec Lui tous les hommes qui ne sont pas rfractaires son Amour.

                                                                                            Anyang, le samedi 15 mai 1993. P. Raymond Spies.

 

La Vierge de Naju et Myrna Damas : ERNIERES NOUVELLES DE SOUFANIEH

Rev. Christian Ravaz.(Chrtiens Magazine - Mars 1991.)

Il y a du nouveau Damas, o Myrna, aujourd'hui jeune maman de deux enfants, a de mystrieuses effusions d'huile et des stigmates (Chrtiens Magazine no 32). Du 9 aot au 2 septembre dernier, elle s'est rendue en Belgique, sur invitation du Pre Franz van Voort. Elle y est venue avec son mari Nicolas et leur petite Myriam, ainsi que le Pre Paul Fadel. Pendant ce temps, l'exsudation d'huile se produisit aussi bien des mains de Myrna que de nombreuses reproductions de Notre-Dame de Soufanieh. Les nombreuses personnes venues prier avec elle en furent profondment impressionnes.

Le soir du 15 aot, la fin de la messe, Myrna prie genoux au pied de l'autel, elle a une extase, elle voit Jsus et Marie bnir la foule. La Vierge lui dit: Mes enfants, priez pour la paix, surtout en Orient, car vous tes tous frres dans le Christ. C'tait 13 jours aprs l'invasion du Koweit.

Le 12 septembre, le Pre Adel Khoury, doyen de la Facult de thologie de Mnster, Libanais d'origine vient Damas. Il y restera jusqu' la fin du mois. Ce qu'il a vu lui a inspir la convocation d'une Confrence internationale Munster pour changes, tmoignages, et rflexions thologiques sur l'vnement de Soufanieh, messages, prires et grces d'exception. La date est fixe du 12 au 15 septembre 1991. Myrna y sera et fera une tourne travers l'Allemagne. Le doyen Adel Khoury, ami de Monseigneur Hamid Mourany, nouvel vque maronite, lui a fait visiter Soufanieh. Ce jour-l, une huile abondante a coul des mains de Myrna. L'vque a rdig son tmoignage et prie depuis lors Notre-Dame de Soufanieh.

Dans les premiers jours de novembre, la Confrence piscopale catholique de Syrie a dcid de constituer une Commission d'enqute, compose de trois vques, sous la prsidence de ce mme Monseigneur Hamid Mourany. C'est l encore un fait nouveau, car le Patriarche catholique melkite avait tout d'abord considr que, Myrna tant l'pouse d'un orthodoxe, la question revenait aux orthodoxes. Mais tout avait tourn court de ce ct-l.

Lorsque l'icne quitta la maison de Myrna pour une glise, elle cessa d'exsuder. Le fait n'est pas isol. C'est arriv avec d'autres modalits Naju et au Canada. Mais ce fut mal pris Damas. L'icne fut renvoye chez Myrna dans un vulgaire sac d'emballage: sans enqute. Depuis lors les examens accomplis par le Docteur Loron durant la Semaine sainte 1990, et l'affluence catholique invitaient leurs vques raliser, de manire responsable, l'enqute qui s'imposait. Le 28 novembre 1990, veille du 8e anniversaire de Soufanieh, Myrna eut une extase, prcde d'une abondante exsudation d'huile sur le visage et sur les mains. Elle reut ce message:

Ne crains pas, ma fille, si je te dis que tu me vois pour la dernire fois, jusqu' ce que la fte de Pques soit unifie. Dis mes enfants: Veulent-ils voir et se rappeler les blessures de mon Fils en toi, oui ou non? Et s'il ne leur en cote pas de te voir souffrir deux fois, moi, je suis une mre et il m'en cote de voir mon Fils souffrir tant de fois. Sois en paix, sois en paix, ma fille! Viens pour qu'Il te donne la paix, afin que tus puisses la rpandre parmi les hommes. Quant l'huile, elle continuera se manifester sur tes mains, pour la glorification de mon Fils Jsus, quand il veut et o que tu ailles. Car nous sommes avec toi et avec quiconque souhaite que la fte soit une.

La Vierge exprime ici une fois de plus son dsir que la date de Pques devienne la mme pour tous les chrtiens. Pour marquer cette urgence, elle met fin aux apparitions de Myrna jusqu' cette unification, Mais l'huile continuera couler de ses mains, assure-t-elle.

De fait, depuis lors, les effusions d'huile se multiplirent. Une d'elle eut lieu sous les yeux de Monseigneur Srapion, secrtaire du Nonce apostolique Damas, en visite Soufanieh.

- C'tait impressionnant, a-t-il confi au tlphone.

D'autres exsudations eurent lieu en prsence des frres Jaccard, deux prtres: Raymond-Marie et Pierre-Marie, qui secourent malades et estropis travers le monde en leur procurant notamment des prothses d'un modle la fois simple, efficace et adapt ces pauvres gens.

Ils ont invit Myrna leur annuel Festival de l'Esprance qu'ils tiennent Besanon depuis une vingtaine d'annes, fin octobrevenant d'Allemagne.

Le Pre Zahlaoui qui est le soutien spirituel de Myrna, et qui je dois ces informations, vient de terminer un gros livre de 600 pages en arabe sur Soufanieh. C'est une chronique de ce qu'il a vu depuis 8 ans, suivie de mditations, inspires par Soufanieh, Antoine Makdisi, crivain de renom dans le monde arabe. Des gnrosits lui permettront d'en distribuer gratuitement les 5 000 exemplaires. Il veut que ce livre soit, pour les autres comme pour lui, source de prires.

 

Christian Ravaz.