Un extrait du livre   "Oh, Quel merveilleux Amour !"

par le Père Aloysio Chang Hong-Bin  

Ma vie réformée comme le prêtre

 

 

Lorsque je regarde en arrière le cours de ma vie, qu'elle soit courte ou longue, je comprends clairement que je parcourais un chemin sacerdotal grâce à l'influence des femmes. Je suis né de ma mère, une femme, et ai été nourri de son lait.

En grandissant, quand j'avais douze ans, je jouais dans la cour d'une église paroissiale. Soudain une femme portant un habit noir et un chapeau à bords blancs est venu vers moi et j'ai eu peur donc je suis parti en courrant. Cette femme m'a suivi jusqu'aux alentours de ma maison. Plus tard j'ai compris qu'elle était une Soeur de l'église paroissiale.
 

Je suis né dans une famille païenne, mais j'ai commencé à fréquenter l'église grâce à cette Soeur. Par la suite, j'ai été baptisé et ai commencé à servir comme enfant de choeur dans l'église. Chaque matin, même en hiver rigoureux, j'y suis allé une heure avant que la messe ait commencé, attendant dehors jusqu'à ce que la porte verrouillée soit ouverte. À ce moment-là, le garçon qui y venait le premier pouvait servir comme enfant de choeur. Ma mère n'était pas alors  catholique, m'a réveillé parfois pour que je puisse assister à la messe.
 

A l'époque du lycée, j'ai été même élu président de l'association de jeunes dans le diocèse, mais je suis allé à l'université séculaire pensant que le sacerdoce était réservé seulement aux gens très spéciaux.

Un jour j'ai reçu une lettre d'une jeune fille, étudiante qui était mon amie, dans laquelle elle écrivait "je crois qu'Aloysio a une vocation sacerdotale". En m'infiltrant profondément dans la pensée que je pourrais devenir un prêtre, j'ai prié et médité pendant un an sur ma vocation sacerdotale. J'ai arrêté mes études à l'université séculaire et je suis entré au séminaire. Au bout de huit ans de vie séminariste, j'ai été invité à devenir pasteur de notre Seigneur qui est un Berger Eternel. Je me suis rendu compte que ma vie jusqu'à maintenant n'a pas été menée par mes propres capacités ou ma volonté, mais par l'invitation du Seigneur qui m'a appelé à tous moments.
 

Cela fait plus de vingt ans qu'après avoir servi en tant qu'aumônier, j'ai travaillé comme vicaire de paroisse ou curé dans plusieurs paroisses. C'était le 1 août 1987 que j'ai visité la première fois la Chapelle de la Vierge à Naju sur les conseils d'une soeur.

 

À ce moment-là, Mme Julia Hong-Sun Yoon a eu la statue de la Vierge qui pleurait dans son appartement de Soogang à Naju. J'ai vu la belle scène paisible de beaucoup de laïques priant tranquillement devant la statue de la Vierge. En baignant dans cette atmosphère, je les ai joints. Après cela, en raison de ma vie quotidienne, très occupée, je n'ai pu faire autrement que d'oublier la Vierge de Naju.
 

Après Pâques, le dimanche avril 1989, j'ai eu l'occasion de voyager à New York. Tout en logeant chez une famille coréenne et fidèle à New York, j'ai eu la chance de regarder une vidéo. C'était sur la Vierge qui verse des larmes et des larmes de sang à Naju. J'ai été profondément ému par les catholiques coréens à New York qui vivent à l'étranger, pays lointain, essayant de vivre fidèlement selon les messages de la Vierge de Naju avec une sincère attention de ceux-ci. D'un autre côté, j'avais même honte de mon indifférence.

 

J'ai décidé que si je revenais en Corée, je visiterais certainement Naju, écouterais les messages, et méditerais sur eux. A la différence de ma résolution j'étais pourtant trop occupé encore dans ma vie quotidienne. J'ai continué à retarder la visite à Naju. Un jour, un laïque m'a convaincu de visiter Naju. Plus tard, je me suis rendu compte que, ce jour- là, le 23 Mai 1991, était, le jour de l'Appel de la Vierge.

Depuis lors, j'ai visité plusieurs fois Naju et ai été témoin des larmes et de l'huile parfumée de la Vierge. J'ai fréquemment senti le parfum de roses de la Vierge. J'ai été témoin même des changements miraculeux de l'Eucharistie en chair et sang réels.
 

Pourquoi la Vierge verse-t-elle non seulement des larmes  mais aussi des larmes du sang? Et même du sang de son nez? Pourquoi verse-t-elle des larmes de sang pour des prêtres? Pourquoi montre-t-elle les miracles de l'Eucharistie? Elle pleure en raison du contrôle anarchique des naissances par lequel la dignité humaine est détruite, en raison de nombreux enfants qui sont partis de l'église par leur indifférence et apostasie et marchent sur le chemin des péchés perdant tout sens de l'orientation, errant et ne sachant plus où ils vont, en raison de tant de confessions et de communions sacrilèges par lesquelles le Sacré Coeur de Jésus présent dans le Saint Sacrement est insulté et blasphémé, en raison de la confiance disparaissante en Dieu et de l'amour pour Dieu, en raison du dédain de la noblesse, et en raison de l'annihilation de l'amour entre les hommes. J'ai été profondément ému en lisant le message (11 Août 1985) de la Vierge pour les prêtres : "Actuellement les prêtres sont comme le feu d'une lanterne dans le vent. Ils sont assaillis par les tentations. Les fenêtres des presbytères sont ouvertes et trois démons regardent par la fenêtre. Fermez les fenêtres des presbytères."
 

Depuis lors, j'ai commencé à offrir l'un après l'autre ce à quoi j'étais si attaché, J'ai cessé de fumer, ce que j'aimais beaucoup. J'ai renoncé au golf, aux jeux de carte, et à la télévision (sauf des nouvelles). Plus importants que ces renonciations externes étaient les changements internes : transformant ma vie entière en prières et devenant une petite personne avec la simplicité comme un enfant. C'est-à-dire que nous devons vivre selon les paroles de Jésus : "quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux". (Matthieu 18:4).
 

Ces temps-ci sont ceux de la méfiance et de l'irrévérence. La méfiance s'est propagée entre les hommes. Ils se méfient des mots de Dieu et même les rejettent. De plus, le mystère du monde surnaturel est dédaigné et oublié, le Sacrement de la Sainte Eucharistie se dégrade en liturgie superficielle, et il y a une forte tendance à ne rien comprendre de son mystère. Les prêtres et les laïques disent la messe sans aucune préparation du coeur; les fidèles évitent de confesser leurs péchés mortels; même s'ils se confessent, la plupart des fidèles font la confession sacrilège sans se repentir sincèrement; et ils reçoivent même la communion par habitude.
 

Je suis moi-même coupable d'avoir offert les prières superficielles, récité l'office divin, dit la messe inerte, reçu la communion et mené une vie hypocrite sans ferveur. Maintenant, je suis incité par la Vierge qui m'a appelé à réformer ma vie. Je suis même stupéfié des changements de la ma vie et reconnaissant pour eux. Ainsi j'ai visité pendant plusieurs années dernières, la Chapelle de la Vierge à Naju et ai soigneusement observé Julia et tout ce qui s'est produit là. Je me suis aperçu que les messages de la Vierge ne s'écartent pas des enseignements traditionnels de l'Eglise mais les assurent parfaitement. C'est pourquoi, j'ai voulu rendre témoignage à l'authenticité de la Vierge à Naju en publiant mes journaux intimes comme ce livre.
 

J'ai observé que Julia offre volontairement ses souffrances atroces en réparation pour les avortements ; les douleurs de la Côte celles des Cinq Blessures celles de la flagellation et de la crucifixion celles des martyres coréens, etc. et beaucoup plus, et je crois qu'elle pouvait les supporter grâce au Saint Esprit qui est avec elle et la soutient. Pouvons-nous aussi participer aux souffrances mystiques de Julia qui veut généreusement partager la Passion de Jésus et de la Vierge? En dernier lieu, je voudrais conclure en parlant de quelques fruits portés par les messages et les signes de la Vierge de Naju.
 

Nombreux sont ceux qui ont eu des avortements et qui se sont absentés de l'Eglise, se sont convertis, ceux qui ont retrouvé la paix et l'amour dans leurs familles, et ceux qui ont d'autres religions se convertissaient au catholicisme par les grâces de la Vierge à Naju. D'ailleurs, envisageant tous les cas de nombreuses personnes qui ont eu des maladies incurables reçoivent à Naju les guérisons inexplicables selon la médecine actuelle et mènent une vie nouvelle, je suis persuadé que ce sont les fruits des grces accordées par la Vierge.

 

En regardant en arrière ma vie passée en tant que prêtre, qui était paresseux et faible dans la foi, je suis pris de remords cuisants et, je désire également de faire connaître à mes brebis les grâces de Dieu et l'amour de la Vierge qui nous ramènent dans le droit chemin.

Je souhaite crier à ceux qui marchent sur le chemin de la perdition que Dieu de l'Amour et de la Miséricorde n'abandonne aucune d'entre eux mais attend impatiemment leur retour.

Je confesse et affirme que ce qui est écrit dans mon journal intime est vrai devant le Seigneur et la Vierge.

 

                   8 avril 2002

Dimanche célébrant l'Annonciation

Curé de l'Eglise catholique de Goheung.
le Père Aloysio Hong-Bin Chang