La Vie préparée par le Seigneur

389. Accueil dans notre foyer de ma belle-grand-mère, la mère de ma belle-mère.


💌 389. Accueil dans notre foyer de ma belle-grand-mère, la mère de ma belle-mère.


J'étais déjà dans un état très critique, mon corps entièrement envahi par la douleur et les maladies, au point qu'il m'était très difficile de prendre soin de moi. À l'époque, alors que j'avais des pertes de sang continuelles, le cancer s'était déjà propagé dans tout mon corps, progressant jusqu'au stade terminal, sans que je m'en aperçoive le moins du monde. En outre, je ne pouvais pas manger et du pus sanglant suintait à nouveau du site chirurgical qui semblait avoir été guéri. De plus, j'ai eu des saignements utérins.



Après avoir entendu les médecins de l'hôpital universitaire dire que mes intestins étaient peut-être en train de pourrir, leurs propos me sont revenus à l'esprit de temps en temps. Chaque fois que cela me revenait à l'esprit, je secouais la tête, invoquant le Seigneur et renouvelant ma détermination à rester en vie. "Ô mon Dieu, je dois rester en vie. Je vous en prie, transformez ces médicaments que je prends en un remède miracle et guérissez mon corps malade.


Je ne peux pas mourir, non pas parce que je veux vivre, mais pour ma mère et mes enfants. Je vous prie de m'accorder la force de remplir mes devoirs de fille et de mère et de subvenir aux besoins de ma famille. Lorsque je priais Dieu avec ferveur, même si je ne pouvais pas bouger du tout, je retrouvais peu à peu une certaine mobilité et j'étais capable de m'occuper de mes enfants en gérant petit à petit les tâches ménagères.



Un jour, ma belle-mère est venue chez moi. "Tu es là, ma chérie ?" Surprise par sa voix, j'ai arrêté de faire ce que j’étais en train de faire, puis je suis sortie rapidement dans la cour. "Mère, entrez". Elle s'est assise par terre, ce qui m'a donné une grande appréhension et m'a fait craindre qu'elle ne vienne encore me demander de l'argent. Heureusement, elle n'a pas parlé d'argent mais elle m’a dit autre chose.


"Tu te souviens de ma mère avec qui nous habitions quand tu vivais avec nous à Gwangju ?" "Bien sûr, comment pourrais-je l'oublier ?" "Elle a maintenant 95 ans et j'ai été bouleversée de la voir souffrir à cause de sa belle-fille." Et ma belle-mère m’a expliqué que sa propre mère (= ma belle grand-mère) avait du mal à supporter les mauvais traitements de sa belle-fille.



En écoutant ma belle-mère, mon cœur continuait à souffrir. Selon ma belle-mère, ma grand-mère passait ses hivers dans une pièce non chauffée alors qu’elle avait un âge si avancé. Lorsque son fils était à la maison, sa belle-fille lui préparait des repas. Mais en son absence, sa belle-fille négligeait de lui servir les repas. Elle était donc obligée de sauter des repas, victime de mauvais traitements de la part de sa belle-fille.



Malheureusement, la grand-mère n'a pas pu supporter les mauvais traitements de sa belle-fille et a dû rester chez sa fille aînée (ma belle-mère) et chez son petit-fils aîné, se déplaçant constamment d'un endroit à l'autre comme une vagabonde. Lorsqu'elle est restée quelque temps chez son petit-fils aîné à Naju, bien qu'elle ait eu une prédilection pour l'alcool, sa petite-fille ne l'aimait pas et l'empêchait d'en boire.



Ainsi, après la naissance de ma fille aînée, je partageais de temps en temps mon peu d'argent et, avec une partie de celui-ci, j'achetais et offrais de l'alcool et des collations à la belle-grand-mère, à l'insu des autres. Chaque fois que je faisais cela, la grand-mère versait des larmes et disait : " Ma chérie, je te suis tellement reconnaissante. Je te remercie. Il n'y a que toi qui prennes soin de moi comme ça."



Puis, quand à tout hasard, elle essayait de me donner un peu d'argent de sa poche, j’engageais alors une petite bagarre avec elle, ne voulant pas l'accepter. Ensuite, elle se désolait de mon refus et pleurait même. Je n'avais donc pas d'autre choix que d'accepter l'argent et je l'utilisais pour lui acheter des boissons et des collations.


Ce souvenir précieux était un secret entre nous deux seulement. Lorsque j'ai emménagé dans la maison de ma belle-famille à Gwangju, je me suis occupée de la grand-mère qui y vivait également à l'époque. Tard dans la nuit, après avoir terminé toutes les tâches ménagères de notre grande famille de seize personnes, j'entrais dans sa chambre pour lui tenir compagnie, discuter avec elle et lui faire des massages. La grand-mère me disait souvent : "As-tu été envoyée par le ciel ? As-tu surgi du sol ? Comment quelqu'un d'aussi gentil que toi peut-il exister ?


Toi, qui es si gentille, tu es venue dans cette famille pour rendre ta belle-mère heureuse et lui donner une vie confortable". Et elle était heureuse comme un petit enfant. En fait, ma belle-mère savait que je vivais dans la joie et l'amour avec la grand-mère à Gwangju, et que la grand-mère était également enchantée par ma présence. C'est pourquoi elle est venue me voir, souhaitant que je m'occupe de la grand-mère. Mes douleurs abdominales persistaient et ma santé semblait s'être considérablement détériorée, ce qui rendait ma vie quotidienne extrêmement difficile.



Cependant, je ne pouvais pas supporter l'idée que ma grand-mère bien-aimée soit maltraitée. Heureusement, mes blessures guérissaient lentement. Mais à l'époque, je ne savais pas que j'étais déjà en train de mourir d'un cancer en phase terminale, j'étais dans un tel état que j’avais du mal à  maîtriser mon propre corps. De plus, vivant dans un milieu rural traditionnel, j'avais quatre enfants à charge et je devais également m'occuper de mon mari.



Cependant, j'ai eu beaucoup de peine pour elle qui était maltraitée et je me suis décidée : "Même si je devais m'écrouler, je dois l'amener dans ma maison en pratiquant le Semchigo comme si je m'occupais de mon père qui m'a manqué." J'ai donc dit à ma belle-mère : "Mère, s'il vous plaît, amenez ma grand-mère ici. Je m'occuperai d'elle." Puis, comme si elle attendait ma réponse, ma belle-mère a répondu : "D'accord, alors je l'amènerai demain." J'ai répondu : "Oui, mère !" Et elle est aussitôt partie.

❤️ Nous apprécions que vous puissiez partager vos bénédictions, vos expériences, vos pensées et  la grâce que vous avez reçue par "La Vie préparée par le Seigneur" avec les autres. 🌹 Comme Maman Julia le disait que "La joie et la grâce sont doubles et même triples 💞💝 lorsqu'elles sont partagées💖🎁entre nous."

🕊️💗 La page de la Réflexion 💗👇

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc9WlagQysT2CMvKVqUbQkAWW-AcVc-Yq17Sndouw4PXLt_cg/viewform?usp=sf_link

2 0

Chapelle de Notre Dame de Naju    12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, Jeonnam, 58258, Corée du Sud | 

Montagne de Notre Dame de Naju   Singwang-ro 425, Dasi-myeon, Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372 | E-mail  najumaryfr@gmail.com

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut" Tous droits réservés



Chapelle de Notre Dame de Naju   

12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, 

Jeonnam, 58258, Corée du Sud 
 

Montagne de Notre Dame de Naju   
Singwang-ro 425, Dasi-myeon,
 Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372  
E-mail  najumaryfr@gmail.com| 

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut"
 Tous droits réservés