La Vie préparée par le Seigneur

385. L'état misérable dans lequel j'ai été forcée de vivre car je ne pouvais pas mourir comme ça.


💌 385. L'état misérable dans lequel j'ai été forcée de vivre car je ne pouvais pas mourir comme ça.


Ce n'est qu'après avoir visité plusieurs maisons à la campagne que j'ai réussi à trouver l'argent pour le donner à ma belle-mère. Comme je devais rentrer à la maison en rampant, j'ai mis l'argent dans mes vêtements de dessus, pour ne pas le perdre. Et j'ai commencé à ramper rapidement. Mais j'étais déjà tellement épuisée que je pouvais à peine ramper avec toutes les écorchures que j'avais sur les paumes et les genoux.


Le voyage de retour a donc été bien plus difficile, jusqu'à l'extrême limite du supportable. Cependant, j'ai pensé à ma belle-mère qui m'attendait. J'ai rampé aussi vite que j'ai pu, malgré la douleur. Après environ trois heures en rampant, j'ai finalement réussi à rentrer chez moi. Après avoir rampé jusqu'à chez moi, ma belle-mère, qui m'attendait sous le porche, s'est levée d'un bond. Au lieu d'être surprise de me voir revenir en rampant, elle était furieuse que je sois rentrée si tard.




Je n'ai même pas eu le temps de laver mes mains couvertes de sang et de saleté. Craignant de recevoir une autre bonne réprimande si je me lavais, j'ai rapidement pris l'argent que j’avais mis dans mes vêtements supérieurs. J'avais l'impression que les larmes allaient commencer à couler à tout moment, mais j'ai souri et je lui ai dit : " Mère, je suis de retour. Je suis désolée d'être en retard. Voici l'argent." Les mains tremblantes, j'ai tendu l'argent emprunté à ma belle-mère.



Bien que j'aie rampé aussi vite que j'ai pu, ma belle-mère, toujours en colère pour mon retard, m'a pris l'argent, comme si elle me l'arrachait. Même après avoir pris l'argent, elle n'a pas hésité à dire des paroles dures et blessantes comme celle-ci :  que son bon fils avait beaucoup souffert parce qu'il avait épousé une femme aussi horrible que moi. Puis elle est partie comme ça, en ne s'inquiétant  que pour son fils.



Chacune de ses paroles était comme un poignard tranchant qui me transperçait le cœur, me causant un chagrin extrême. Néanmoins, j'ai fait l’offrande de ces mots durs immédiatement, en pratiquant le Semchigo comme si j'avais reçu de l'amour de ma belle-mère et comme si elle m'avait consolée avec des mots gentils. Mais à ce moment-là, mon corps était dans un état lamentable, complètement épuisé.



Comme j'avais dû ramper aussi vite que possible, sans relâche et de toutes mes forces, sur un sol recouvert de sable et de gravier pendant plus de trois heures, mes paumes et mes genoux étaient entièrement écorchés. Mais ce n'est pas tout. Je m'étais efforcée de ramper aussi vite que possible, de toutes mes forces, au milieu de douleurs atroces, ce qui avait mis mon corps à rude épreuve. Dès que ma belle-mère est partie, mon corps a soudain faibli et je me suis effondrée dans la cour. Cela a dû durer un certain temps.



Les pleurs de mon quatrième enfant résonnaient bruyamment à l'intérieur de la maison. Juste avant l'arrivée de ma belle-mère, j'avais préparé du lait maternisé pour le nourrir, mais je n'avais pas pu le terminer parce que j'avais dû sortir pour emprunter de l'argent. En entendant ses pleurs pitoyables, j'ai repris mes esprits malgré mon état second et j'ai désespérément essayé de me lever. Cependant, mon corps refusait tout simplement de bouger.


Malgré les cris incessants du bébé qui avait faim parce qu'il n'avait pas reçu de lait maternisé depuis des heures, je n'arrivais pas à me lever. J'ai prié : "Oh, mon Dieu, je ne peux pas bouger un seul doigt en ce moment. S'il Vous plaît, mon Dieu, soulevez-moi ! Les enfants vont bientôt rentrer de l'école et je ne peux pas permettre qu'ils me voient dans cet état."



Déterminée à me cacher des enfants qui allaient bientôt rentrer de l'école, j'ai lutté pour me lever et je me suis rendue dans un endroit caché à l'arrière de la maison pour me laver. J'ai essayé de remplir une bassine d'eau dans la cuisine, mais mes mains ont refusé de m'obéir, comme si elles ne m'appartenaient pas. Non seulement mes mains, mais tout mon corps s'était raidi au point que le moindre mouvement me causait une douleur mortelle. Il m'était impossible de me laver.


"Je dois aller rapidement dans la chambre où mon bébé pleure... Mais je ne peux pas y aller comme ça après avoir parcouru tout le quartier pour emprunter de l'argent, alors je dois d'abord me laver..." me suis-je dit. Mais je me suis à nouveau effondrée, incapable de bouger. Le bébé pleurait de faim, il était presque à bout de souffle, mais j'étais incapable de me lever. J'ai alors invoqué Dieu d'un cœur fervent.



"Oh, mon Dieu, je ne peux pas préparer le lait maternisé pour le bébé alors qu'il pleure si désespérément de faim. Je vous en prie, dans votre miséricorde, envoyez votre souffle pour apaiser sa faim. Ayez pitié de cet enfant innocent", ai-je prié. Étonnamment, les pleurs du bébé se sont arrêtés. J'ai pensé : "Dieu a eu pitié de cet enfant". C'est dans cet esprit que j'ai lutté une fois de plus pour me lever dans ma bataille solitaire, mais j'ai perdu conscience une fois de plus.


❤️ Nous apprécions que vous puissiez partager vos bénédictions, vos expériences, vos pensées et  la grâce que vous avez reçue par "La Vie préparée par le Seigneur" avec les autres. 🌹 Comme Maman Julia le disait que "La joie et la grâce sont doubles et même triples 💞💝 lorsqu'elles sont partagées💖🎁entre nous."

🕊️💗 La page de la Réflexion 💗👇

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc9WlagQysT2CMvKVqUbQkAWW-AcVc-Yq17Sndouw4PXLt_cg/viewform?usp=sf_link

3 0

Chapelle de Notre Dame de Naju    12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, Jeonnam, 58258, Corée du Sud | 

Montagne de Notre Dame de Naju   Singwang-ro 425, Dasi-myeon, Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372 | E-mail  najumaryfr@gmail.com

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut" Tous droits réservés



Chapelle de Notre Dame de Naju   

12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, 

Jeonnam, 58258, Corée du Sud 
 

Montagne de Notre Dame de Naju   
Singwang-ro 425, Dasi-myeon,
 Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372  
E-mail  najumaryfr@gmail.com| 

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut"
 Tous droits réservés