La Vie préparée par le Seigneur

383. Ma belle-mère frappant furieusement le sol de colère


💌 383. Ma belle-mère frappant furieusement le sol de colère


Malgré les traitements continus à l'hôpital, le site chirurgical de ma plaie qui avait éclaté s'est détérioré, me réduisant à rester allongée, sans rien faire. J'ai fait de mon mieux pour cacher cet état douloureux à mes enfants, mais je n'avais plus la force de le faire. 


Bien que mon état se soit aggravé à ce point, je ne pouvais pas me permettre d'aller dans un grand hôpital parce que je n'avais pas d'argent et que ma mère était trop occupée à prendre soin de mes quatre enfants.


De plus, ma mère aidait financièrement ma famille puisque le salaire mensuel de mon mari ne suffisait pas aux besoins de la famille. Non seulement je devais donner de l'argent à ma belle-mère chaque mois, mais je devais aussi dépenser beaucoup pour l'éducation de mes jeunes beaux-frères. Et ce n'est pas tout ! Après avoir donné de l'argent à la famille de mon mari, ma propre famille comptant six membres devait également subvenir à ses besoins, et pour cela nous dépendions de ma mère.


 

Dans ce contexte, même s'il s'agissait d'un hôpital local peu coûteux, mes frais d'hospitalisation augmentaient chaque jour, de sorte que les revenus de ma mère provenant de l'agriculture à la campagne étaient loin d'être suffisants. Incapable de bouger, je ne pouvais que m'allonger et je ne pouvais même pas m'occuper de mes enfants. Le désespoir me donnait l'impression que mon cœur était en train de brûler.



Cependant, ma belle-mère venait souvent chez nous pour prendre l'argent dont elle avait besoin. Chaque fois que c'était le jour de paie de mon mari, elle ne manquait jamais de venir de Gwangju à notre maison de Gunseo pour prendre de l'argent. Malgré nos difficultés financières, j'ai continué à emprunter de l'argent pour ma belle-mère, si bien que je me suis endettée. Par conséquent, il nous était de plus en plus difficile de subvenir à nos besoins.



Avant ma maladie, chaque mois, les frères et sœurs de mon mari et moi-même mettions un peu d'argent de côté pour ma belle-mère. Je lui donnais de l'argent de poche et j'envoyais de l'argent directement à mon cinquième beau-frère plus jeune. En plus de cela, je devais aussi donner l'argent que ma belle-mère disait avoir envoyé à mon cinquième beau-frère cadet. Mais entre-temps, je n'ai plus été en mesure de lui envoyer de l'argent à cette fin. Par conséquent, les jours de paie de mon mari, ma belle-mère s'est à nouveau rendue chez nous sans faute.


Ce jour-là, heureusement, ma mère n'était pas à la maison. Quel soulagement ! Ma belle-mère est arrivée tôt le matin, alors que j'arrivais tout juste à me lever et que j'étais dans la cuisine en train de faire chauffer de l'eau pour préparer du lait maternisé pour mon quatrième enfant. Lorsque ma belle-mère est arrivée et m'a appelée impérativement, j'ai laissé le lait maternisé dans la cuisine et je me suis précipitée pour l'accueillir.



Dès que ma belle-mère m'a vue, elle m'a dit : "Eh bien, donne-moi vite l'argent". Je ne savais pas du tout quoi faire. J'avais beau réfléchir, il n'y avait pas d'autre solution que de demander de l'aide à mon jeune beau-frère par l'intermédiaire de ma belle-mère. Il m'était très difficile de m'exprimer et ma bouche n'arrivait pas à bien articuler.


Cependant, je ne pouvais pas continuer ainsi, j'ai donc pris mon courage à deux mains et j'ai expliqué la situation. "Je suis vraiment désolée. Le site chirurgical de mon abdomen s'est rompu trois mois après mon opération. Une compresse en est sortie. Je n'ai plus d'argent parce que je continue à aller à l'hôpital. Mère, je vous donnerai une somme correspondant à deux mois de salaire lorsque mon mari recevra sa prime le mois prochain.



Alors, pourriez-vous demander à mon second beau-frère cadet de vous donner l'argent que vous avez envoyé à Séoul, votre argent de poche et l'argent que je mettais de côté chaque mois pour vous, juste pour ce mois-ci ? Ensuite, je rembourserai cette somme lorsque je recevrai la prime de mon mari le mois prochain. Pourriez-vous, s'il vous plaît, le faire juste une fois seulement pour ce mois-ci ? Alors, je ne vous demanderai plus jamais une telle chose. Est-ce que vous êtes d'accord ? Mère ?" lui ai-je dit sincèrement.

Dès que j'ai fini de parler prudemment, le cœur lourd, ma belle-mère s'est mise en colère et a commencé à taper sur le sol avec son poing, sans aucune retenue. "Tu ne peux rien faire sans moi ! C'est vraiment insupportable que tu sois toujours malade !" Depuis des mois, je souffrais tellement que je ne pouvais rien manger mais seulement vomir et j'étais tellement affaiblie que j'ai failli tomber à la renverse à cause de la violence du son qui se répercutait dans toute la pièce.



Lorsque je me suis mariée, je n'ai même pas pu partir en lune de miel. Au lieu de cela, j'ai dû m'occuper de toutes les tâches ménagères après le mariage, alors que j'étais enceinte de huit mois. Dès la fin de la cérémonie de mariage, ma belle-mère m'a immédiatement demandé de rembourser la dette de mariage de son fils. Je lui ai dit que j'avais emprunté de l'argent à mes parents pour mon mariage et elle m'a répondu : "Les dettes de ta famille ne me regardent pas. Ne rembourse que la dette du mariage de mon fils."



J'ai donc mis mon salon de coiffure en vente parce que nous avions de graves difficultés financières, mais cinq jours plus tard, elle est venue à Naju et m'a de nouveau demandé de lui donner rapidement l'argent pour rembourser la dette du mariage. Je lui ai alors dit : "Mère, j'ai mis mon salon de coiffure en vente pour rembourser la dette du mariage, alors s'il vous plaît, attendez encore un peu." Mais elle m'a répondu : "Je ne peux pas attendre plus longtemps. Donne-moi l'argent rapidement." Je n'ai donc pas eu d'autre choix que de vendre mon salon de coiffure à bas prix et d'utiliser l'argent pour rembourser la dette de mariage.



Comme mon mari ne me donnait pas son salaire, j'ai fait le tour de nombreux foyers pendant ma grossesse et j'ai travaillé dans des salons de coiffure privés pour trouver l'argent à envoyer à la famille de mon mari. J'ai commencé à rembourser toutes leurs dettes. J'ai continué à leur donner de l'argent, puis j'ai continué à leur verser de l'argent, puis j'ai éduqué mes cinq jeunes beaux-frères et j'ai emprunté de l'argent pour l'éducation de mes deux beaux-frères cadets, en le remboursant tous les mois.



Même si j'ai traversé toutes sortes d'épreuves, je les ai offertes avec joie en pratiquant le Semchigo comme si j'avais reçu de l'amour. Bien que cela ait été très difficile pour moi, mes beaux-frères cadets qui avaient un emploi stable ainsi que d'autres membres de la famille par alliance, n'ont pas voulu m'aider, et j'ai préféré m'endetter pour les éduquer moi-même. C'est à cette époque que mon mari, fonctionnaire, a vu son salaire baisser. Il ne recevait que quelques milliers de wons par mois.


Nous envoyions de l'argent à notre cinquième beau-frère plus jeune chaque mois, mais ma belle-mère réclamait souvent 100 000 à 200 000 wons, affirmant qu'elle l'avait envoyé à mon cinquième beau-frère plus cadet. Finalement, j'ai commencé à perdre la santé puis j'ai dû sauter des repas à cause de la douleur, ne pouvant même pas nourrir nos enfants correctement. Malgré cela, je n'ai jamais refusé aucune des demandes déraisonnables de ma belle-mère, pas même une seule fois, et j'ai fait tout ce qu'elle me demandait.



J'avais déjà fait de mon mieux pour la famille de mon mari, mais cette fois-ci, je me trouvais dans une situation si difficile que j'ai dû trouver le courage de demander de l'aide. Je n'ai pas insisté pour que mon deuxième beau-frère, qui travaille au bureau du procureur, me donne de l'argent à titre gracieux, mais j'ai lancé un appel désespéré pour lui emprunter de l'argent en promettant de le rembourser le mois suivant. N'ayant aucun moyen de trouver l'argent qu'elle exigeait, j'avais le cœur serré.


Mais je n'avais pas le choix, c'était la première fois que je demandais de l'aide. J'espérais que ma belle-mère comprendrait au moins un peu. Au lieu de cela, elle s'est mise encore plus en colère et a continué à me lancer des paroles déraisonnables qui m'ont blessée. Incapable de contrôler sa colère, ma belle-mère a crié fort : "Oh mon Dieu, en grandissant seule, protégée sous les ailes de ta mère célibataire, tu as été gâtée, tu t'es mal comportée."



Elle m'a insultée grossièrement en utilisant toutes sortes de jurons et est sortie en trombe de la pièce, son sac à la main. Les paroles furieuses de ma belle-mère, qui ont explosé avant que je puisse finir de parler, m'ont brisé mon cœur fragile. De plus, cela m'a brisé le cœur de l'entendre dire des remarques négatives à l'égard de ma mère à cause de moi. J'avais fait tant d'efforts épuisants pour éviter de telles paroles négatives à l'égard de ma mère. Mais...



Bien que je ne pouvais pas marcher, j'ai rampé de toutes mes forces pour rattraper ma belle-mère en colère qui partait en trombe. Je me suis désespérément accrochée au bord de sa jupe car je ne voulais pas la contrarier davantage. "Mère, je suis désolée. Je vous promets qu'il n'y aura plus d'incidents de ce genre les jours de paie. S'il vous plaît, calmez-vous et revenez à la maison. Je vais vous donner l'argent ; attendez encore un peu..."



Finalement, ma belle-mère s'est arrêtée net et s'est assise sous le porche de notre maison. Je n'ai pas pu retenir les larmes qui coulaient sur mon visage, mais j'ai fait de mon mieux pour les lui cacher. Alors qu'elle s'asseyait sous le porche, toujours incapable de se calmer, je me suis éloignée d'elle avec un sentiment de désespoir et j'ai quitté la maison pour emprunter de l'argent.

❤️ Nous apprécions que vous puissiez partager vos bénédictions, vos expériences, vos pensées et  la grâce que vous avez reçue par "La Vie préparée par le Seigneur" avec les autres. 🌹 Comme Maman Julia le disait que "La joie et la grâce sont doubles et même triples 💞💝 lorsqu'elles sont partagées💖🎁entre nous."

🕊️💗 La page de la Réflexion 💗👇

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc9WlagQysT2CMvKVqUbQkAWW-AcVc-Yq17Sndouw4PXLt_cg/viewform?usp=sf_link

3 0

Chapelle de Notre Dame de Naju    12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, Jeonnam, 58258, Corée du Sud | 

Montagne de Notre Dame de Naju   Singwang-ro 425, Dasi-myeon, Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372 | E-mail  najumaryfr@gmail.com

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut" Tous droits réservés



Chapelle de Notre Dame de Naju   

12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, 

Jeonnam, 58258, Corée du Sud 
 

Montagne de Notre Dame de Naju   
Singwang-ro 425, Dasi-myeon,
 Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372  
E-mail  najumaryfr@gmail.com| 

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut"
 Tous droits réservés