La Vie préparée par le Seigneur

378. Donnant tout à une mère et à sa fille qui étaient des mendiantes, puis pendant trois jours...


💌 378. Donnant tout à une mère et à sa fille 
qui étaient des mendiantes, puis pendant trois jours...

Quand j'étais petite, il y avait souvent des mendiants qui venaient chez moi. Même après mon mariage, des mendiants venaient souvent chez nous. Un jour, une mère et sa fille mendiantes sont venues chez nous. J'ai eu beaucoup de peine pour elles. Comme cette mère devait souffrir dans son cœur de vagabonder et de mendier alors qu'elle prenait soin de sa petite fille ! Je me suis levée, oubliant ma douleur, et je lui ai donné mes vêtements, pratiquant le Semchigo comme si je ne les avais jamais eus. J'ai également donné les vêtements de mes enfants à sa fille.



Notre maison avait toujours manqué de provisions, mais ce jour-là, je leur ai donné toute la nourriture en pratiquant le Semchigo, comme si notre famille avait tout mangé. J'ai dit à mes enfants bien-aimés : "Les enfants, nous pourrons prendre un repas lorsque grand-mère apportera du riz. Mais eux ils ne peuvent pas manger à moins que quelqu'un ne le leur donne. Nous devons donc supporter notre faim un peu plus longtemps, d'accord ?". Je leur ai même donné le peu de riz qui me restait.



Ma mère devait apporter du riz le lendemain, mais elle n'est pas revenue rapidement car elle avait eu un empêchement. En conséquence, mes enfants sont restés affamés pendant trois jours. J'ai pu l'offrir en pratiquant le Semchigo comme si j'avais mangé. Mais, à mon grand désarroi, mes enfants sont restés affamés pendant trois jours, car j'avais déjà donné toute la nourriture et le reste du riz aux mendiants !



C'était un moment déchirant, car moi, leur mère, je devais m'allonger à cause de ma maladie. D'un côté, je me sentais heureuse d'aider mon prochain affamé, mais d'un autre côté, je souffrais terriblement de voir mes enfants souffrir de la faim...
Cependant, je ne voulais pas me contenter d'avoir le cœur brisé. Je leur ai donc dit : "Mes chéris, je pensais que grand-mère viendrait bientôt. C'est pourquoi j'ai donné aux mendiants toute la nourriture et même le riz que nous avions. Je suis désolée de vous faire souffrir de la faim."



Puis j'ai prié Dieu : " Mon Dieu, à cause de moi, mes petits enfants, qui sont dans la fleur de l'âge, ne peuvent pas manger. Même si ce n'est que de l'eau, je vous en prie, remplissez-la des éléments nutritifs dont ils ont le plus besoin pour garder leur corps et leur âme en bonne santé." J'ai prié tout en leur donnant de l'eau à boire. "Mes enfants, pratiquons le Semchigo comme si nous avions déjà mangé un repas, non pas de l'eau."

L'aînée et le deuxième enfant ont alors répondu à l'unisson : "Maman, nous pourrons prendre un repas quand grand-mère viendra, mais ils ne pourront pas manger si nous ne leur donnons pas quelque chose. Nous n'avons pas mangé, mais ce n'est pas grave. Même si nous buvons de l'eau, nous allons pratiquer le Semchigo comme si nous prenions un repas et le supporter jusqu'à ce que grand-mère revienne à la maison. Comme mes enfants ont très bien réagi, je me suis sentie profondément peinée pour eux, et en même temps reconnaissante.



Quand ils ne me regardaient pas, j'essuyais mes larmes en cachette. Ma fille aînée ne s'était jamais plainte d'avoir faim, même si elle devait sauter un repas à cause des mendiants. Elle suivait joyeusement ma volonté avec le sourire. Elle m'aidait toujours dans les tâches ménagères, le regard brillant. En raison de ma maladie, je n'étais pas en mesure de gérer correctement le ménage et mon mari ne nous aidait pas. Néanmoins, elle ne s'en est jamais plainte. Elle étudiait dur tout en s'acquittant des tâches ménagères avec diligence.



Elle n'avait pas beaucoup de temps pour étudier, car elle devait aider aux tâches ménagères et s'occuper de ses jeunes frères et sœurs. Mais elle s'est toujours battue pour obtenir les meilleures places à l'école, gagnant le titre de "l'élève modèle". Son succès à l'école lui a valu l'affection et l'admiration de tous ses professeurs. Je devais vivre pour le bien de ces adorables enfants, même si cela signifiait souffrir énormément et éprouver de grandes difficultés à suivre des traitements ambulatoires au point d'en pleurer. C'était ma lutte désespérée pour survivre.


Mes enfants bien-aimés ont également été la force motrice qui me poussait à me rendre à l'hôpital, même si je devais y aller en rampant. "Je ne peux pas mourir en vous laissant derrière moi, vous qui êtes plus précieux que ma propre vie. Je consacre tout mon être à vous aimer. Je vais définitivement rester en vie et être avec vous." Je suis allée à l'hôpital tous les jours, donnant le meilleur de moi-même, l'offrant en pratiquant le Semchigo comme si j'étais soutenue par mon mari.


"Mon Dieu ! S'il vous plaît, préservez ma vie et regardez ma petite fille et mes enfants qui sont de bons anges et qui me montrent leur dévouement filial et leur amour, afin que je puisse rendre la pareille à ma mère et prendre soin de mes enfants, et ainsi révéler votre gloire. Amen !"



 


❤️ Comme Maman Julia le disait que "La joie et la grâce sont doubles💕 
et même triples 💞💝 lorsqu'elles sont partagées🌈🎁🌈entre nous."

✝️🕊️💗💖💗 La page de la réflexion 💗💖💗😘👇
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc9WlagQysT2CMvKVqUbQkAWW-AcVc-Yq17Sndouw4PXLt_cg/viewform?usp=sf_link
3 0

Chapelle de Notre Dame de Naju    12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, Jeonnam, 58258, Corée du Sud | 

Montagne de Notre Dame de Naju   Singwang-ro 425, Dasi-myeon, Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372 | E-mail  najumaryfr@gmail.com

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut" Tous droits réservés



Chapelle de Notre Dame de Naju   

12, Najucheon 2-gil, Ville de Naju, 

Jeonnam, 58258, Corée du Sud 
 

Montagne de Notre Dame de Naju   
Singwang-ro 425, Dasi-myeon,
 Ville de Naju, Jeonnam, Corée du Sud 

TÉL  +82 61-334-5003 | FAX  +82 61-332-3372  
E-mail  najumaryfr@gmail.com| 

 COPYRIGHT ⓒ  "Marie, l'Arche du Salut"
 Tous droits réservés